Commentaire de docdory
sur Le libre commerce des organes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

docdory docdory 24 février 2010 18:51

@ Cristophe

La « pénurie » d’organes à greffer n’a strictement rien à voir avec un problème économique. Elle est tout simplement due au fait que depuis la fin des années 60 ( début des greffes d’organes ) , la mortalité routière en France est passée de 16 000 à environ 4000 .

Or , en pratique , l’immense majorité des dons d’organes font suite à une mort brutale accidentelle . Pourquoi ?

- Parce que quand on meurt d’un cancer , les organes sont envahis de cellules cancéreuses qui iraient immédiatement donner un cancer au receveur, au développement d’autant plus fulgurant qu’il est sous immunosuppresseurs

-parce que quand on meurt d’une infection, celle-ci se propagerait au receveur

- parce que la plupart des autres causes de mortalité entraînent le plus souvent une défaillance multiviscérale avant de faire mourir le cerveau, donc les organes sont inutilisables .

Donc , pour qu’il y ait greffe d’organe, il faut une mort cérébrale brutale, avec autres organes intacts, que l’on ne voit en pratique que dans les accidents et exécutions capitales ( à ce sujet , on ne peut exclure le fait que certains juges dans certains pays se fassent graisser la patte pour avoir la main très lourde en matière de peine capitale, afin que quelques organes soient récupérés )

Dans la plupart des accidents , les autres organes sont tout aussi détruits que le cerveau, il n’existe qu’une petite partie des morts accidentelles dans lesquelles les organes sont utilisables. Il y aura donc toujours bien mons de donneurs d’organes que de receveurs d’organe.

Par conséquent, dès qu’il y a 4 fois moins d’accidents , il y a quatre fois moins de greffes , c’est aussi simple que ça ! On ne peut pas laisser libre cours à l’excès de vitesse et à l’ivrognerie des chauffards sous prétexte d’améliorer le sort des malades en attente de greffes et la probabilité qu’ils soient greffés ...

Les dons d’organe du vivant du donneur ne sont éthiquement acceptables que dans le cas ou le donneur donne un organe à son propre enfant malade, ou dans le don d’organe entre membres adultes d’une même fratrie, ou bien dans le don d’organes renouvelables tels que le don de sang ou de moelle osseuse . Il n’est cependant pas éthiquement acceptable de sélectionner un embryon pour qu’il soit un futur bébé donneur de greffon de moëlle compatible , comme ceci aurait déjà été fait .Qu’un adulte donne, pour de l’argent, un de ses reins ou un bout de son foie à quelqu’un qu’il ne connaît pas est éthiquement inacceptable, organiser une telle collecte d’organe est assimilable à un crime contre l’humanité !

Il y a toujours eu des riches et des pauvres , dans le passé , la seule chose vraiment équitable , c’était la mort. La greffe d’organe est une sorte de loterie , seul une minorité de gens à greffer seront greffés. Cela doit résulter de la conjonction du hasard, de l’urgence médicale, de la compréhension et de l’acceptation par le futur greffé de la lourde contrainte des traitements à vie qui suivent la greffe, et de la compatibilité correcte donneur-receveur . L’argent n’a rien à faire dans l’histoire .


Voir ce commentaire dans son contexte