Commentaire de PJ-BR
sur Une autre lecture des transports à Paris


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

PJ-BR (---.---.220.140) 6 mars 2006 15:52

Je n’ai pas vu le sondage donc je ne peux pas me prononcer.

Par contre sur l’argumentaire il y a à redire. « chacun sait que leur construction et leur existence [les couloirs de bus et le tramway] tend à accroître la densité du trafic, et donc la pollution ». Affirmation péremptoire. « chacun » c’est qui ? Sur quelle analyse se base-t-il pour prouver que le tramway augmente la pollution ? Et en l’occurrence ce qui pollue ce sont les automobiles pas le tramway. Si l’on vous suit on en arrive donc à accuser le tramway du comportement des automobilistes. C’est quand même très fort. « chacun convient qu’il remplacera chèrement un PC qui fonctionnait plutôt bien » Nouvelle affirmation péremptoire. Qui, de nouveau, ne prouve rien.

J’habitais à Nantes au moment de l’ouverture de la première ligne de tramway. La droite nous sortait *exactement* les mêmes arguments massue (au point que Michel Chauty RPR élu maire en 1983 a tenté d’arrêter un chantier presque terminé par son prédécesseur et a refusé de l’inaugurer en 1985). Et je peux dire qu’ils étaient erronés (les arguments de la droite). Les bus ne marchaient peut-être pas trop mal, mais le tramway est incomparablement meilleur : ponctualité remarquable, capacité (en passagers par heure) largement supérieure à celle des bus, possibilité d’agrandir les rames aux heures de pointe. Donc mon expérience me dit que sur ce point vous vous trompez complètement.

Que les partisans du « tout automobile » nous continuent à nous resservir les mêmes arguments depuis plus de vingt ans me laisse perplexe. A un moment où le réchauffement climatique dû aux émissions de gaz à effet de serre fini par faire consensus, que le transport (et donc l’automobile) est le poste de consommation qui a le plus augmenté depuis vingt ans (cf Alternative Economique de Novembre 2005) ce combat d’arrière garde est nuisible.


Voir ce commentaire dans son contexte