Commentaire de Liior
sur L'horrible vérité commence à se faire jour sur les dirigeants européens


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Liior 25 novembre 2010 14:13

Enfin, il est temps de faire taire les voix peu expérimentées qui emboîtent le pas à la guerre « Gauche/Droite », comme quoi un homme de droite (que serait Asselineau) ne peut répondre aux besoins sociaux des gauchistes mais ne répondrait effectivement qu’aux droitards nationaux.


L’UPR rassemble des gens comme on l’a déjà dit beaucoup de fois, de toutes les positions. Je suis un citoyen « de gauche » (même si dans le cadre de l’Union Européenne cela ne veut strictement rien dire). Comment en suis-je arrivé à l’Union Populaire Républicaine ?

Premièrement par l’étude de la monnaie et pourquoi la dette Française est aussi grande. Il se trouve que la Banque Centrale Française ne peut plus remettre de crédit à l’état et ce à taux 0. Cela n’est pas la faute de l’Europe, mais de Pompidou et Giscard qui ont fait passer ce décret en 1973 (Article 25 de la réforme des statuts de la banque centrale du 3 janvier 1973). Or il se trouve que la grande majorité de ce que nous devons (notre dette) est composée d’intérêts. Je me suis donc dit qu’il fallait changer cela. Malheureusement, même si aujourd’hui, nous voulions changer cela, nous ne le pourrions pas puisque Maastricht a consacré ce principe dans son article 104 au niveau Européen en 1992, et Lisbonne l’a repris dans son article 123.

A partir de là, une solution s’offre à moi : Je m’engage dans l’étude de la manière de revenir en arrière : Il faudrait proposer au niveau européen que la BCE puisse prêter aux états à taux 0, comme avant 1973. Impossible : L’Allemagne ne le laissera jamais faire, ainsi que d’autres pays au sein de la zone euro qui ont sur cette question une attitude plus que dogmatique.

Ensuite j’en suis venu à la question du protectionnisme. Comment faire en sorte qu’il y ait un protectionnisme raisonné qui ne ruine pas nos économies ? En France, la droite et la gauche, ayant été alternativement au pouvoir, n’ont pas la main sur nos négociations de l’OMC, puisque c’est le comité 133 (qui tire son nom de l’article 133 des traités) ainsi que le commissaire européen dédié qui se chargent de ces questions pour l’entiereté de l’Union Européenne.

Je me dis donc : Il faut un protectionnisme au niveau Européen. Encore une fois, nombreux sont les états membres qui ne sont pas d’accord. Il faut de plus compter sur l’article 110 du traité de Rome, qui explique que non seulement on ne doit pas faire de protectionnisme, mais qu’en plus de cela, le statut quo n’est pas possible : Il demande à ce que les frontières aux échanges internationaux soient systématiquement démentellées.

Cela commence à faire beaucoup pour le gauchiste que je suis. Je tombe ensuite sur le bouquin « L’Europe Sociale n’aura pas lieu » (http://www.lalettrevolee.net/article-32054718.html) et je le dévore une ou deux fois. Je constate que j’étais encore loin de la réalité, puisque nombreux sont les obstacles qui existent avant d’arriver à quoique ce soit qui s’apparente à du Social en terre Européenne :)

La question la plus cruciale à expliquer aux Français concerne la souveraineté : En France, on est souvent « pas d’accord » entre nous.La gauche contre la droite, les ouvriers contre le MEDEF, etc etc.

Et bien imaginons qu’un jour, pour une certaine mesure (n’importe laquelle, appelons la « toto »), la France entière (100% des Français) soit d’accord. Les ouvriers sont d’accord pour la mesure TOTO, le MEDEF est d’accord pour la mesure TOTO, les droitards sont d’accord pour TOTO et les gauchistes AUSSI sont d’accord pour TOTO. Et bien la magie de l’Union Européenne, c’est que cette mesure TOTO n’est pas du tout sure, loin de là, d’être mise en place, malgré que 100% des Français soient d’accord.

En effet, soit la mesure est conforme au droit communautaire, et donc on peut la faire passer, soit elle ne l’est pas, et on ne peut pas la mettre en oeuvre. Si jamais elle ne l’est pas, conforme au droit européen, on peut peut-être demander à la commission de l’autoriser, et notre commissaire pourrait jouer de son influence : Faux, notre commissaire ne représente que 4% de la commission. Alors peut-être que les parlementaires Français à Strasbourg pourraient nous défendre ? Et bien non, ils ne représentent que 9% du parlement. Même si ils sont tous d’accord entre eux, il leur restera 91% du parlement européen à convaincre, autant dire mission impossible.

Et donc on se retrouverait avec une mesure TOTO, dont 100% des Français veulent, mais qui ne serait pas applicable .. 

Le seul et unique moyen de récupérer la maitrise de notre dette, de récupérer la maitrise de notre protection commerciale à l’OMC, de récupérer notre entière marge de manoeuvre sur les problèmes du monde ... C’est de sortir de l’Union Européenne.

Encore une fois, je ne suis pas simplement un réactionnaire xénophobe qui n’aime pas l’Europe, mais bien un citoyen conscient, qui a compris en regardant les traités et en apprenant bien ses leçons d’économie, que la France n’a plus le pouvoir de maitriser son destin au sein du village mondial.

Il faut étudier beaucoup, s’investir énormément au dela des simples sujets développés au JT de 20h pour commencer à entrevoir l’horreur des institutions européennes. Certes, les institutions Françaises ne sont pas parfaites, mais celles de l’Union Européenne sont vraiment calamiteuses.

Bien cordialement à tous.

Voir ce commentaire dans son contexte