Commentaire de brieli67
sur Pourrissement de la médecine allopathique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

brieli67 9 décembre 2010 03:29

aH madame !

Confer les propos d’un confrère KROKODILO !
Figurez vous et mettez-vous cela dans la tête : tout médecin généraliste vit 20 fois-30 fois par jour votre vie de consommateur de santé. C’est la seule différence. Et par ses connaisances, ses contacts, son expérience, il n’est que guide et encadreur. C’est tout !

Vous choppez un germe, une bestiole ou vous développez une affection acquise, innée ou tout simplement votre carcasse prend de l’âge et commence à rendre l’âme .... vous êtes sur « votre voie de santé » si vous contactez un homme de l’Art. La Secsoc, nos sages, les mandarins et nos économistes/gestionnaires dela Dette publique s’en foutent mais royalement.
STATISTIQUEMENT prouvé tout dépend de vous !!
il suffit de changer TROIS fois de Médecin-référent de votre dossier médical et vous êtes sur votre voie de Santé !.

Le cas classique :
vous êtes suivi pour votre hypochondrie par un bobologue ( qui vous applique ses placébos pour votre pathologie « fonctionnelle ») dans ce cas sous nos latitudes, on a très peur du psy-quelque chose.
vous en avez marre un jour de cet ésotérisme... et vous retournez chez votre médecin dit de famille. Il vous examine selon ses règles « allopatiques » et ordonne ses examens dits complémentaires. Quelle chance vos syndromes et vos symptômes sont plus massifs.....
le diagnostic en sera facilité.
Selon selon, il demandera avis ou vous adressera au spécialiste ou au CHU.

Amer, mais farceur et latiniste de surcroît, un confrère de la vieille école , ressentant la fin de la relation soignant soigné, il ponctuait alors les ordonnances de la « touriste potentielle » d’un quatrain digne de Virgile ou d’Ovide en vo
Mon heure est venue/ mon heure est dépassée.
Je vous cède (cette) oie à plumer/ mais svp sans la faire crier

L’instance ordonale et confraternelle a sanctionné par un blâme ce suivi médical... littéraire..


Voir ce commentaire dans son contexte