Commentaire de L’enfoiré
sur La Marseillaise expliquée aux ignorants et aux hypocrites


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

L'enfoiré L’enfoiré 4 avril 2012 20:10

S’il y a bien quelque chose qui devrait évoluer et qui ne veut plus rien dire, ce sont les hymnes nationaux.
L’histoire est disponible sur Internet :
 
Le baron Philippe-Frédéric de Dietrich, le 25 avril 1792, reçoit Touget de Lisle dans son salon où ce soir là règne une grande effervescence car un courrier vient d’arriver de Paris, annonçant la déclaration de guerre faite le 20 avril 1792, par l’Assemblée législative au roi de Bohême et de Hongrie.

"Mais vous, monsieur de Lisle ... trouvez un beau chant pour ce peuple soldat qui surgit de toutes parts à l’appel de la patrie en danger et vous aurez bien mérité de la Nation" lui demande alors le baron qui souhaite qu’un chant hardi puisse encourager les soldats qui montent au front, en place du traditionnel « ça ira, ça ira ».

Or le matin de ce jour, en sortant de chez lui Rouget de Lisle tombe en arrêt devant une affiche apposée sur les murs de Strasbourg dont le texte émanant de la Société des Amis de la Constitution est le suivant :

Aux armes,citoyens ! L’étendard de la guerre est déployé  ! Le signal est sonné ! Aux armes ! Il faut combattre, vaincre, ou mourir.

Aux armes, citoyens ! Si nous persistons à être libres, toutes les puissances de l’Europe verront échouer leurs sinistres complots. Qu’ils tremblent donc, ces despotes couronnés ! L’éclat de la Liberté luira pour tous les hommes. Vous vous montrerez dignes enfants de la Liberté, courez à la Victoire, dissipez les armées des despotes !

Marchons ! Soyons libres jusqu’au dernier soupir et que nos vœux soient constamment pour la félicité de la patrie et le bonheur de tout le genre humain !


Un baron (qui sera guillotinné) à la base de l’idée de créer un hymne à un militaire, cela ne vous inquiète pas ?  smiley

Voir ce commentaire dans son contexte