Commentaire de Jean-Paul Foscarvel
sur Les mauvaises graines capitalistes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 6 août 2012 12:36

Je pense que chaque être humain a droit à une vie digne. Et que la captation de la richesse produite, par une minorité, dans le même temps qu’un appauvrissement généralisé est un scandale.


Quant au soviétisme (ce n’était pas du socialisme), il a échoué, par son excès de rigidité. Par le fait qu’il ait débuté dans un pays féodal, arriéré, sans conscience démocratique préalable. Et que ce « modèle » n’ait jamais été remis en cause.

Le capitalisme est ontologiquement antidémocratique, du fait du fonctionnement du coeur du système, les entreprises, qui ont un fonctionnement ploutocratique (les riches dirigent), tandis que le socialisme est par essence démocratique.

Mais il y a un écart entre le développement sociétal et l’histoire. Le fait est que le socialisme bolchevik s’est développé en pleine guerre, dans un temps où naissaient les totalitarismes (á l’époque Hitler, Franco, Mussolini), et a été dirigé par un autocrate sans scrupule qui s’est servi d’un mot (communisme) pour asseoir son pouvoir. Il a réalisé une dictature monocapitalitique d’Etat. il s’agissait plus d’un pouvoir monarchique absolu que quelque forme que ce soit de socialisme. Nais ce modéle n’a pas été remis en cause par les communistes eux-mêmes, du moins jusqu’à la chute de 1989.

Mais devant la situation catastrophique actuelle, de l’Europe, mais de la planète enti`re, le constat est que le capitalisme, colonio-capitalisme, est aussi un moyen de destruction des peuples pour une oligarchie.

C’est là qu’on rejoint le développement sociétal.

Devant une impasse, il faut analyser le pourquoi de cette impasse et comment la dépasser.

En tant que groupe humain, nous avons alors soit la possibilité d’avancer á nouveau, en essayant de ne pas commettre les mêmes erreurs, soit de renoncer, et de voir la civilisation s’effondrer. Il faudra alors attendre plusieurs centaines d’années pour qu’un nouveau type de société humaine voie le jour, et peut-être tout recommencer à zéro.

Alors, clairement, je suis pour une nouvelle forme de société oú la démocratie ne serait pas seulement formelle, mais réelle, et donc également sociale et économique. Et surtout ne soit pas réservée à un type particulier d’humain, mais accessible à tous.

Car nous ne sommes pas responsables de notre condition sociétale (lieu, couleur, patrimoine matériel et culturel, sexe, etc.) de départ. 

Aujourd’hui, nous avons plus d’avenir en commun, par la conscience que nous avons de l’étroitesse et de la fragilité de notre radeau (la terre), qu’autrefois. Nous pourrions en profiter pour assurer ce bien commun, sans la rigidité des expériences passées.

La question pourrait être celle-là : notre intelligence individuelle nous permet-elle d’être intelligents comme espèce (l’espèce humaine), ou non ? C’est intéressant aussi comme questionnement vis-à-vis de l’évolution.

Voir ce commentaire dans son contexte