Commentaire de Jean-Paul Foscarvel
sur Les mauvaises graines capitalistes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 6 août 2012 23:13

@ Eric,

Ce que vous ne voyez pas, c’est la transformation actuelle du systéme capitaliste, qui nous met dans une situation inédite.

La part des populations dédiées à la création de plus-value est désormais trés faible.

Une crise globale touche le monde, suite au remplacement du salaire par le crédit (pour faire vite, mais c’est bien là le problème). En un mot, le travail n’a plus de valeur, pour le système capitaliste actuel.

L’Europe elle-même est dans l’oeil du cyclone.

La version coloniale du système a par le passé spolié, exploité, voire exterminé des populations pour les richesses minières, énergétiques, ou humaines.

L’état du delta du Niger en est un exemple actuel.

Cette version coloniale, qui a touché des populations essentiellement d’Afrique et d’Amérique latine, pourrait demain aussi se retourner contre les populations européennes, désormais inutiles à la création de plus-value.

Mais il est peut-être trop tard, l’egoïsme des européens indifférents au sort d’autrui laissant effectivement peu d’espoir dans une prise de conscience. Car quelque part, cela nécéssiterait d’être solidaire (mot horrible chez la plupart) avec toutes ces populations que nous avons si bien su exploiter.

Être indifférent au sort d’autrui méne à devenir indifférent à son propre sort, comme le jeune est indifférent au sort de vieux qu’il sera, celui-ci n’ayant alors que des larmes pour regret.


Voir ce commentaire dans son contexte