Commentaire de Hieronymus
sur Particularités et paradoxes de la société iranienne, tentative d'approche de « l'Homo Iranicus »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Hieronymus Hieronymus 28 octobre 2012 02:37

merci pour votre tres riche commentaire
les Iraniens sont dans leur majorite, dans une position ambigue vis a vis de l’Islam, en 1979 lors de la chute du Shah, il n’y avait pas d’opposition organisee ce qui fait que les islamistes l’ont emportee, car ils formaient le principal groupe d’opposition ayant un projet precis
sur le fond, les vrais partisans d’un etat religieux en Iran, c’est difficile a estimer car la parole n’est pas libre, mais ils forment peut etre le 1/3 de la population (en gros) en tout cas pas la majorite
en sus, l’Islam etant une religion importee (provenant des arabes) cela constitue un autre motif d’aversion des Iraniens envers un pouvoir religieux

les bars a the de Darband, non je ne connais pas ..

le niveau de vie, difficilement comparable, la vie se deroule differemment dans un pays oriental, la structure familiale n’est pas la meme et les solidarites plus fortes, les gens moins individualistes, donc les besoins des individus sont differents, en gros il y a une forte inflation mais difficile d’affirmer qu’elle serait une consequence de l’embargo, je crois qu’au global c’est une gigantesque connerie de l’union europeenne de s’etre pliee au diktat americain en cette affaire, l’Europe a plus besoin des produits petroliers iraniens que l’Iran n’a besoin du marche europeen pour exporter sa production, mais bon on commence a avoir l’habitude d’etre diriges par des valets du pouvoir US

la diaspora iranienne, bien sur opposee au regime (comme l’etaient les Russes blancs en leur temps) constitue en soi une elite cultivee, pas vraiment representative de la majorite de la population, en cas de changement de regime elle pourrait revenir progressivement au pays, il y a deja eu de fait par rapport aux annees 80 deja une large amnistie politique ..


Voir ce commentaire dans son contexte