Commentaire de lisca
sur Fouettard(e)s


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

lisca lisca 22 février 2014 09:07
Et un procès d’intention, un, de tf1groupie.
Au goulag les poètes ? Mais c’est ce que réclament ces pusssyères, VRP de la foire sanglante ! 
En France ils sont si précieux les poètes, car devenus si rares sous l’avalanche d’anathèmes. Un poète traduit bellement et à sa façon unique ce qu’il entend et voit, ce qu’il ressent. Nos poètes sont poursuivis par Valls, vous n’avez pas remarqué ? Et les PR ont été soutenus par une Duflot du même parti que Valls, un ministre elle aussi ! Et leurs acolytes femen par la très socialiste Hidalgo de Paris. Elles n’osent plus, ça déplaît, même à leurs électeurs. Mais ont pu révéler que les PR sont des activistes politiques, certainement pas des poètes.
De Jim Morrison, je lis dans Ghost Song  :
« We laugh like soft, mad children, smug in the wooly cotton brains of infancy ».
Ce qui se traduit par : « On se marre comme de doux enfants dingues, pelotonnés dans la laine cérébrale de la petite enfance. »
Sorti du contexte, voilà qui me paraît avoir un quelonque rapport avec les PR.
Sinon, je ne vois pas en quoi on peut comparer JM, qui nous sortait des poèmes et un groupe de filles dévastées qui se laissent dicter des ébauches de tracts incendiaires, mal écrits, par de vieux grigous planqués.
Largement déculturées, avides, elles n’ont aucun métier, ne savent ni chanter ni danser et déguisent leur paresse et leur bêtise sous le terme usé de « punk ». Les tracts rédigés par leur(s) riche(s) commanditaire(s) apatride(s) qu’elles sont payées pour ânoner, poussent à la désertification et déculturation de la Russie et au meurtre de sa culture et de ses habitants. On appelait du joli mot de « révolution culturelle » chez Mao cette rage de boucler, humilier, tuer de tâches absurdes et de mauvais traitements les lettrés, les poètes, les savants, les chercheurs de vérité, les entrepreneurs, les braves citoyens méritants qui avaient un petit quelque chose, les religieux ! Et de faire table rase du passionnant et riche passé chinois. Résultat : du béton partout, des ouvriers mal payés, du mondialisme sauvage. Bravo. smiley

Jim Morrison fait une prophétie dans Babylon Fading : « And the carnival immediately begins. Gradually mixing. Rain. Thunder. Bullfight. Football. Playground. War. Penny arcade. Babylon fading. »
(Et le carnaval démarre illico. Tout se mélange peu à peu. Pluie. Tonnerre. Corrida. Foot. Cour de récré. Jeux d’argent. Babylone s’efface.)

Enfin, dans American night Lyrics :
« I don’t know what’s gonna happen, man, but I wanna have my kicks before the whole shithouse goes up in flames »
(J’ignore ce qui se trame, mon pote, mais j’y passerai avant que la baraque de merde parte en flammes".)
Il ne le souhaitait pas, lui. smiley

Merci pour m’avoir remis en mémoire le beau JM.
Jim Morrison & The Doors - Ghost Song Lyrics | MetroLyrics 

Voir ce commentaire dans son contexte