Commentaire de cevennevive
sur « Un Stradivarius dans un corps de camionneur. »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

cevennevive cevennevive 28 avril 2015 08:51

Bonjour Jack


Pour en revenir aux alcool forts, au vin et aux ivrognes, « in vino veritas » dit-ton.

Je regrette de ne pas satisfaire à ce remède à l’inhibition et à la tristesse. Je n’aime guère l’alcool. Mais il est vrai que les ivrognes célèbres nous ont donné parfois de bien belles pensées.

Le clochard imbibé est très mal vu de la foule qui le contourne. Pourtant, il est bien sympathique, et il a trouvé un dérivatif à sa misère.

Un jour, perdue dans la gare de Lyon (à cause de travaux) je cherchais, en sous-sol, un chemin pour rejoindre le métro. Un groupe de clochards, assis, bouteille de rouge entre les cuisses, m’ont apostrophée gentiment. S’emparant de mon bagage, ils m’ont montré le chemin, et l’un d’entre eux m’a tendu sa bouteille. Je ne pouvais faire autrement que d’y boire avec le sourire, pour ne pas le froisser.

J’aime les clochards. Leur naturel joyeux ou triste est bien plus attrayant que la fausse sollicitude des bourgeois. D’autre part, chez le bourgeois, l’alcool est souvent triste.

Bonne journée Jack.


Voir ce commentaire dans son contexte