Commentaire de christophe nicolas
sur Heureux comme un ours blanc


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

christophe nicolas christophe nicolas 23 août 2016 09:43

Oui, il faut dénoncer cette culpabilisation qui manipule l’intention de bonté, c’est de l’hypocrisie intentionnelle. Certains ont atteint le stade ultime de l’hypocrisie, il ne s’en rendent plus compte et mentent en étant persuadés de dire la vérité alors que ce sont des énormités. 


Le Burkini mettrait la femme blanche en péril ? Non c’est la prostitution, la femme blanche était en Burkini au début du XX siècle. De toute façon, on ne peut pas bien nager ni se sécher en vêtements c’est physiquement impossible ou c’est très moulant et ça, personne n’y peut rien.

Sur la plage, il y avait un avion avec une banderole « Ta deuxieme vie commence quand tu comprends que tu n’en a qu’une » précisant que c’est un roman sinon, c’est un signe ostentatoire d’athéisme comme si une banderole affichait « promotion : statue du Christ à 2€ », on a bien le droit de faire de la pub, le prosélytisme est paradoxalement possible lorsque c’est de la pub. René Laurentin pourrait faire un livre s’intitulant « Ta première vie commencera quand tu comprendras que tu en a une deuxième » mais lui pourra dire que ce n’est pas un roman de coach psy qui crucifie les malades, les vieillards et les maltraités de la vie.

Des énormités comme ça camouflées sous l’intention de bonté, on en voit des masses comme ces surgénérateurs du forum IV dit écologiques (sic). Ils nous prennent pour des blondes. Il y a toujours une intention d’hypocrisie lorsque cela va contre l’esprit de vérité, on a affaire a des esprits psychologiquement dérangés ou manipulateurs, un athée ne pouvant pas prendre argument sur la deuxième vie, c’est un cercle carré, de la novlangue qui aboutit à désespérer les gens pour les faire espérer (profiter au sens matériel) ce qui est un argument de milliardaire sans scrupule. On en conclut que la psy veut faire son beurre à la Michel Onfray, c’est le mariage de la prostituée et de la bête.



Voir ce commentaire dans son contexte