Commentaire de farceur
sur Logiciel libre : la grande illusion


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

farceur (---.---.252.72) 22 avril 2006 10:05

Ayant travaillé chez des éditeurs de logiciel commerciaux, dont un éditeur de gestion de contenu français, je me suis rendu compte que le logiciel commercial n’étaient souvent pas capable de répondre aux besoins rééls d’une entreprise. En effet, qui dit logiciel commercial dit dépendance vis à vis de l’éditeur. Si l’éditeur se casse la figure, l’investissement est à l’eau. Comme le code source n’est pas ouvert, il est impossible de faire évoluer la solution. De même, en cas de rachat de l’éditeur, un migration est obligatoire à terme (ex : Peoplesoft/Orcale). Ceci peut entrainer des coûts considérables

Très souvent, l’éditeur vend des fonctionnalités que le logiciel ne fait pas pour vendre. Ceci est vrai chez tous les éditeurs. Je me suis déjà retrouvé face à des clients en attentes de paramétrage de fonctionnalitées inexistantes. L’avantage de l’Open Source est de ne pas avoir a vendre des choses qui n’existent pas. Si le client veut une fonctionnalité supplémentaire, il est possible de lui faire payer.

Dans l’open source, l’effort de dévelopement n’est pas porté uniquemeent par les société des services qui adhèrent au projet (systeme, métier, etc...) mais également par leur clients. Chaque entreprise utilisatrice à intérêt à contribuer ayant bénéficié « gratuitement » d’un développement effectué pour d’autres sociétés. De même, une fonctionnalité développée pour ses propres besoins pourra ainsi être reversée, avec son accord, au projet. Il sait que plus de personne joueront le jeu, plus la solution progressera vite et sera de qualité.

Quand je dis gratuitement, c’est vrai pour la partie logiciel, pas pour la partie service. En effet, toute entreprise utilisatrice a intérêt de souscrire à une offre de service pour le support et/ou le paramétrage de sa solution.

Je suis fournisseur de service autour d’une solution libre et je pense que l’auteur ne prend pas en compte les vrais réalités du monde des système d’information par une méconnaissance du sujet. Les acteurs du libre comme moi n’agissent pas par philantropie mais pour gagner leur vie. C’est le seul moyen de pouvoir offir un service de qualité et prenant en compte les vrais besoins. L’époque du barbu autiste qui programme dans sa cave est révolue.

Le bénévola dans ce domaine ne peut-être qu’une partie de la vie (étudiante) dans le meilleur des cas mais est incompatible avec une vie de famille.

Faites un inventaire des solutions libres existantes et vous vous rendrez compte que les solutions libre sont souvent égales voir supérieurs aux logiciels commerciaux. Il est vrai que le soutient des grands groupes est très important car ils se sont rendu compte que le développement ne paie pas. Par exemple, IBM fait plus de 50% de son chiffre sur le service (IGS) et l’autre partie sur le materiel pour les gros système. Il est terriblement honereux d’être seul à supporter le coût du support d’un logiciel. Ce n’est pas seulement une question d’indépendance vis à vis de Microsoft


Voir ce commentaire dans son contexte