Commentaire de Trelawney
sur D'Elisabeth Révol à Catherine Destivelle. Mais pourquoi risquer sa vie en montagne ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Trelawney Trelawney 2 février 2018 08:34

Bien qu’il y ait eu un record de vol en altitude à 7800 m, l’altitude maximum de vol d’un hélicoptère est autour des 7000 m. Donc si vous êtes en difficulté à 8000 ou plus, il vous faut redescendre à une altitude d’hélitreuillage. Si vous n’êtes pas en capacité de redescendre, c’est la mort assuré car à cette altitude ce n’est pas le froid qui tue (le froid tue rarement) mais le manque d’oxygène.

La Nanga Parbat est la montagne des spécialistes, le plus de 8000 le plus difficile à gravir. ce n’est donc pas le 8000 des touristes comme l’Everest. La voie la moins pentue est la face nord et faire une hivernale sur la voie nord du Nanga Parbat n’est pas donné à tout le monde. C’est un exploit individuel car trés peu médiatisé (sauf catastrophe) donc gravir ce mont dans ces conditions, c’est chercher à avoir une explication avec soit même.
De plus ce mont est situé entièrement au Pakistan et cet état fait payer trés cher son escalade. Il le fait pour assurer autant que possible la sécurité des alpinistes. Et pour cela l’armée pakistanaise le fait trés bien.

En 1976, je travaillais comme marin pécheur en Alaska, où je n’avais pas de visas. J’étais donc en situation illégale comme un migrant d’aujourd’hui. J’en avais marre de cette situation et étant adolescent (17 ans) je voulais retourner en France pour faire le point sur ce que je pourrais faire de ma vie. Pour mettre du piment à tout ça et aussi pour éviter la police je décidais de passer au Canada par la passe de Chilkoot (le fameux col de la ruée vers l’or). Et bien sur en hiver alors que ce chemin est fermé et que les gardes frontières ne sont plus là. je m’achète un équipement (chiens traîneau etc) et me voilà partie pour 60 km sur le Klondike par moins 40 à dormir à côté des chiens (mais pas trop prés quand même) dans la neige et me battre avec les loups. J’avais estimé mon espérance de vie à 40%, mais à l’époque je ne tenais pas plus que cela à ma vie. Jouer ma vie sur un coup de dé et ne compter que sur ma force physique était pour moi plus important que la vie en elle même, car à mes yeux, elle ne valait pas grand chose. J’ai mis 2 semaines (pour seulement 60 km) à rejoindre Bennet au Canada est ma vie a depuis changé du tout au tout.

Les montagnes sont faites pour être gravis !

Voir ce commentaire dans son contexte