Commentaire de Pimpin
sur EPR : encore du retard ! Arrêtons les frais


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Pimpin 27 juillet 2018 18:57

@Trelawney
Visiblement vous n’avez rien compris ! 

 Au début des années 90, des ingénieurs étaient aux commandes d’EDF, mais ce n’était pas eux qui donnaient les objectifs, c’était les politiques dont c’est le rôle. Et à l’époque depuis les années 70 l’ordre des politiques était de faire du nucléaire . Ce sont des ingénieurs qui ont mis en route et fait fonctionner l’ensemble pour la construction des centrales, c’est à dire une organisation très structurée et précise qui ne laissait pas place à l’improvisation dans les travaux. Une planification sérieuse avait été établie et tout le monde s’y tenait. Les fournisseurs et leurs matériels étaient soigneusement choisis et testés. Les budgets étaient en adéquation. Les résultats ont été à la hauteur.
Puis ces ingénieurs ont été remplacés par des politiques qui ont détruit cette organisation.
Et là j’ai vu la différence ! Outre le gaspillage de dizaines de milliards dans des investissements stupides à l’étranger, la casse de l’organisation a conduit au fiasco de l’EPR. Dès le début de ce programme j’ai compris que cela allait mal se passer. Ca partait dans tous les sens, aucune coordination, on avançait, on reculait, des projets étaient lancés puis abandonnés, ce qui en plus minait le moral des équipes, des partenaires arrivaient puis étaient remplacés, le matériel n’est plus testé, ... On ne disait plus aux gens sur quoi ils devaient bosser, on leur demandait de dire ce qu’ils voulaient faire ... avec des budgets toujours réduits. Un vrai bordel. Je ne suis pas allé sur le chantier mais ce qu’on m’a rapporté n’était pas vraiment l’idéal, et au vu de ce que j’ai constaté sur d’autre chantier ( entre autres que des étrangers qui ne parlaient pas français, ça coûte moins cher), j’imagine ...
Donc j’insiste, le résultat désastreux auquel on assiste c’est de la faute des politiques qui ont foutu le bordel dans cette entreprise. 

Voir ce commentaire dans son contexte