Commentaire de velosolex
sur Pourquoi le communisme n'est-il pas aussi détesté que le nazisme ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

velosolex velosolex 31 mars 2019 13:00

@nono le simplet
J’ai déjà parlé de ce bouquin de Grossman, un ancien combattant de Stalingrad, et témoin du stalinisme, revenu des idéologies, qui écrivit un bouquin « Vie et destin », un pavé qui fut de suite confisqué par le pouvoir central. Il osait faire une parallèle entre l’urss, et le système nazi, pour lui deux totalitarismes aussi fous l’un que l’autre. 
Un exemplaire du manuscrit fut sauvé et passa à l’ouest au début des années 80, réduit en microfilms, grâce à Sakharov. 
Le genre de livres que bien des gens lisaient en cachette, après. On lisait énormément en union soviétique. Enormément d’ingénieurs, de gens lettrés, et éduqués. Une des réussites tout de même du régime : L’éducation et la santé. Ensuite, après le naufrage des années 90, les livres ont fini à la poubelle. Il n’y avait plus là bas que l’amour de l’économie de marché. 
Perso, je n’ai pas réussi à me convaincre que la chute du mur, déjà à l’époque, était une bonne nouvelle. L’ouest gardait une bonne présentation, soignait sa vitrine, en rapport avec le devoir de faire bonne figure par rapport au communisme. Mais l’effondrement de celui ci l’a totalement libéré. Et j’ai bien peur que Grossman inclurait le libéralisme dans sa détestation des pouvoirs totalitaires. Une assurance, il nous envoie dans le mur. J’ai entendu il y a deux jours un philosophe, parlant de la « collapsologie » dire qu’il y avait un point commun entre tous les systèmes qui se sont effondrés, de Rome, à l’empire aztèque. C’est que les dirigeants, tous comme le commandant du Titanic, n’ont pas vu, n’ont pas pu changer d’un iota le navire de sa marche vers le naufrage et l’effondrement. Les anglais , pétrifiés, en offrent une image intéressante dans le brexit actuellement. « Back in the USSR ».....


Voir ce commentaire dans son contexte