Commentaire de Gollum
sur L'évangile à la lumière de l'histoire radicale,


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Gollum Gollum 3 avril 2019 10:51

@jack mandon

C’est Abellio qui en parle puisqu’il s’agissait quasiment de la seule alternative à sa propre logique. Et qu’elle avait plus de succès apparemment, Basarab Nicolescu (physicien) en étant un grand fan.

Lupasco met l’accent sur le 3. Abellio sur le 4, le 3, le 6 et le 7. Bref, c’est beaucoup plus complet.

Il n’est pas difficile de voir en la trinité hindoue, Vishnou, Brahma, Shiva une analogie avec les 3 étages de la sphère d’Abellio. Vishnou correspondant à l’homogénéisation des Eaux, en bas, Shiva à l’intensité du Feu, en haut, et Brahma au cercle équatorial où a lieu les confrontations quaternaires. D’où les 4 têtes de Brahma. 

Bref, ces nouvelles logiques nous permettent de comprendre en profondeur ce qui auparavant était énigmatique.

Il est probable aussi que le nom de Yahvé, formé avec 3 lettres mais en comptant 4 (puisque l’une d’elle est doublée) ressort aussi de cette loi du 3/4.

Avec le 3 et le 4 on obtient les nombres sacrés : 3 + 4 = 7 et 3 x 4 = 12..
7 est masculin et 12 est féminin. On retrouve les 7 planètes masculines (mobiles et ponctuelles) et les 12 signes (fixes) et spatiaux, caractéristiques du féminin.

La mort serait-elle donc la porte étroite qui nous mène à une vie encore plus intense – celle de l’univers biologique et aussi vers un psychisme qui se dispense du cerveau et de ces neurones – celui de l’univers psychique ?

Ce n’est pas la vie psychique qui s’émancipe du biologique mais la vie spirituelle. Le psychique a encore besoin du biologique. Le spirituel vit sans support. C’est le monde du sans-forme des traditions. L’espace des intelligibles de Plotin qui ne peuvent être appréhendés que d’un bloc (c’est Plotin qui le dit) et non pas l’un après l’autre comme dans les mondes physiques.. C’est un niveau où il n’y a plus ni espace, ni temps, mais qui n’est pas dépourvu d’entités mathématiques, structurelles.. CG Jung d’ailleurs considérait les Nombres comme vivants.

Abellio s’intéressait aux données traditionnelles, Lupasco non. Et Abellio est beaucoup plus conforme aux vues traditionnelles des différentes traditions religieuses..

Bon, c’est déjà dense, j’arrête.


Voir ce commentaire dans son contexte