Commentaire de Christian Labrune
sur On vit une époque formidable - Au secours, Reiser reviens !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 21 avril 11:43

@velosolex

Macron et les gilets jaunes sont deux aspects apparemment opposés mais tout à fait équivalents d’une même France qui patauge dans la merde comme elle l’a fait trop souvent dans bien des épisodes de son histoire. Même inculture, même connerie énorme, obscène, des deux côtés, et même violence fascisante d’abrutis incapables de rien comprendre à l’état des choses.
A la dégoûtante nullité politique d’un Macron à l’intérieur, que les plus aisés, lâchement, feignent de ne pas voir ; à sa politique extérieure immonde et fascisante qui rappelle le gouvernement de Vichy, répond comme en écho l’insondable connerie des bandes de décérébrés qui s’en prenaient à l’arc de triomphe, lesquels attendent régulièrement avec impatience l’arrivé des black blocks et leurs exactions parce qu’elles seront le meilleur moyen d’avoir les gros titres. Ces abrutis, entre eux, se menaçaient de mort par ce qu’ils ne sont même pas capables de s’entendre sur un mécanisme qui permette de choisir des représentants pour être à même de négocier.
Il est à craindre que la guerre civile, assez vite, nous tombe dessus sans crier gare. Soutenus tout à la fois par l’extrême droite néo-nazie et par le parti de la France Soumise à la botte de l’islam le plus radical et criminel, les gilets jaunes ressemblent désormais à ces foules lâches et avinées qui, à la fin de l’été 1792 commençaient à massacrer dans le Faubourg Saint-Antoine, avec la bénédiction des hébertistes. Le sinistre guignol Führer de la France Soumise, c’est la résurrection, dans un seul corps, de Marat, de Robespierre et du sinistre boucher de la Cabaña.
Quand je vois des sans-culottes sans cervelle soutenir sur AgoraVox une pareille abjection, je me demande s’il ne vaudrait pas mieux, déjà, être mort. Ce que nous allons voir risque d’être une des pages les plus atroces de l’histoire d’un pays qui a déjà commencé à sombrer dans l’infamie.


Voir ce commentaire dans son contexte