Commentaire de Ilan Tavor
sur JÉSUS de NAZARETH


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Ilan Ilan Tavor 22 avril 2019 09:54

Jésus était un rabbin galiléen de doctrine pharisienne dans la mouvance des hassidim, c’est à dire piétiste.
 
Lui et ses disciples utilisent un vocabulaire, des manières d’enseigner et un canon des Ecritures (autorité de la tradition orale supérieure à l’Ecriture ; tripartition pharisiennes des Ecritures du TaNaK : Torah Neviim, Ketouvim, Loi, Prophètes et Autres écrits dont les Psaumes), adhère à des croyances (résurrection des morts, anges…) communes dans le monde pharisien de l’époque.
 
Sa piété est celle des hassidim dont les psaumes (25% des citations de l’Ancien testament dans le Nouveau) sont le manuel de vie et de prière.

 

Il pratique une prière solitaire étonnante dans le monde juif de l’époque et typique des hassidim, utilise un enseignement ou le geste performatif (miracle, mise en scène, prise à partie des auditeurs…) se joint à la parole typique des hassidim tels que nous les décrit le Talmud. 

 

Rien ne laisse penser que Jésus ou ses disciples aient voulu créer une autre religion que le judaïsme qui est d’abord une pratique spirituelle comme la plupart des religions et écoles de sagesse antiques. Jacob son frère de sang (jacques), Even (Pierre) ou Shaoul (Paul de Tarse), étaient juifs et ils ont continué de pratiquer le shabbat, monter au temple pour les solennités du judaïsme, etc...

 

Il est absolument clair que les disciples de Jésus ont cru après sa mort que leur maître était encore vivant. Ce qui est une croyance banale du judaïsme : Elie, Moïse, David sont proclamés « vivants », tous les morts en réalité.



Voir ce commentaire dans son contexte