Commentaire de njama
sur JÉSUS de NAZARETH


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

njama njama 29 avril 2019 12:32

@zak5
Selon la Bible Élie n’a pas connu la mort, son fils est témoin qu’il fut emporté sur un Chariot de Feu (je cite de mémoire). Que l’on y croit ou non est affaire de croyances, la question relève de l’eschatologie pure, et à ma connaissance personne ne s’est jamais exprimé sur ce qu’il devient de nos âmes post-mortem.
La Révélation d’Arès nous présente Élie comme « glorifié » *, ce qui ne nous avance pas bcp, puisque nous ne sommes pas vraiment en mesure d’évaluer sémantiquement ce que cela pourrait signifier exactement ! Cette même Révélation nous dit que Jésus n’est pas Fils de Dieu par naissance, mais qu’il l’est devenu par Volonté divine en raison de « Ses Exploits... ».
Dans l’univers de la foi, des croyances unitaire, dualiste, trinitaire, l’explication me parait plus limpide, elle procède d’une chronologie dans l’existence du Nazaréen, mais aussi et surtout d’une justification. Rien ne précise pour autant dans ce texte s’il fut fait « un » Dieu de son temps terrestre humain, ou suite à sa crucifixion ??? peu importe au fond peut-être, les chrétiens de tous poils s’y retrouveront, et les non-chrétiens monothéistes penseront que c’est du domaine de l’eschatologie.

* "Je suis Celui Qui a parlé par Élie, le premier échappé au vœu d’Adam, son père, de M’attendre en terre, renonçant à l’héritage de la terre, renonçant à M’en payer tribut, échappant à la fosse, et qui à être le premier par la splendeur du tombeau que lui aurait érigé son peuple préféra devenir le dernier dans Mon Lieu, un ver infime réchauffé à jamais par l’éclat de Ma Gloire, une poussière portée par Mes Anges dans Mon Séjour Que ne limite aucune étoile, Qui n’a ni levant ni couchant, dont la blancheur fait paraître les soleils plus pâles que des lunes.
Je suis Celui Qui a parlé par Jésus, Mon Second Fils, celui qui, après Élie, déjà glorifié, a renoncé au vœu d’Adam de dominer la terre et les nations pour le prix d’un tombeau glacé où M’attendre, et qui fut plus glorifié encore. Celui que J’ai oint Moi-même.


Voir ce commentaire dans son contexte