Commentaire de Taverne
sur Je crois donc j'existe


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Taverne Taverne 7 juin 2019 11:13

Quelques exemples célèbres de la force de croire pour exister

Eugène de Rastignac s’adressant à Paris : « À nous deux maintenant ! »,

Victor Hugo, dès quatorze ans, dans son cahier d’écolier : « je veux être Chateaubriand ou rien ».

Deux cas de « très grosse confiance » comme ont dit aujourd’hui dans la pub.

Les héros sont des gens qui croient fortement. Il faut beaucoup croire pour trouver en soi les ressources indispensables à l’acte de bravoure.

Le besoin d’exister implique un besoin minimal de croire que l’on est quelque chose de signifiant au monde et dans la conscience des autres, voire même de la postérité. Il faut pour chacun ce désir minimal sans quoi il n’existe pas. Certains se rabougrissent dans leur propre conscience et dans la conscience de la société (parfois du fait de l’existence trop forte des autres). D’autres, au contraire, surclassent tout le monde en force d’exister, comme les deux que je viens de citer.


Voir ce commentaire dans son contexte