Commentaire de McGurk
sur Et soudain, Corona disparut à 20 heures à Bordeaux


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

McGurk McGurk 29 juin 12:56

Les électeurs savent déjà qui se présente et pourquoi (pouvoir/argent).

La plupart d’entre eux ne se déplaçaient déjà pas pour ces raisons. Ils ont également dû digérer le vote pendant l’épidémie, le covicide (30k morts tout de même) et la possible contamination dans un lieu de grande affluence (marie).

Cela fait beaucoup pour une seule et même élection petite qui plus est. Plus les enjeux sont petits (municipales), plus les mesures associées sont généreuses/permissives.

Ainsi, les « mesures de protection » ont été récemment significativement réduites en période électorale alors qu’on nous annonce le retour apocalyptique du virus qui a fini de détruire le peu de démocratie qui restait (notre vie privée en confinement/la vie publique annihilée ou soumise à des mesures grotesques).

Ce que décrit l’auteur n’est qu’une énième preuve du caractère bidon et électoral de ces « protections ». Si on faisait ce genre de chose pour chaque maladie, il faudrait une burka filtrante pour chaque citoyen.

Pour autant, je pense que la société de flicage permanent (port du masque/ sanctions) n’est pas près d’être abolie car elle est la base d’une société de contrôle permanent où on peut rajouter, de manière unilatérale, toutes les mesures les plus grotesques au menu et donc obliger les gens à faire des choses qu’ils n’auraient jamais voulu faire auparavant.

Je ne supporte plus d’aller dans les transports avec un masque, de devoir me laver les mains 50 fois par jour chez moi ou dans les magasins où on nous verse ce liquide visqueux qui sent l’alcool à plein nez , qu’on me fasse la leçon « parce que je ne porte pas de masque ». La vie courante a été transformée en enfer à cause d’une poignée de cons irresponsables et de ceux qu’ils manipulent (les citoyens malléables à merci).


Voir ce commentaire dans son contexte