Commentaire de babelouest
sur L'Airbus des batteries


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

babelouest babelouest 9 juillet 13:02

Voilà qui explique amplement ce qui pourrait être paradoxal : FAIRE de l’argent est exactement l’inverse de FAIRE de l’utile pour tous.

.

Autre paradoxe : dans ma région d’origine (cette sorte de croissant qui va de Poitiers à La Rochelle) où sont intervenus dès 1681 les Dragons de sinistre mémoire, en raison de ses convictions huguenotes, se sont développées à partir de la fin du XIXe siècle des Mutuelles, ou du moins la nécessité de leur présence, où le sociétaire ne cotisait que le minimum correspondant à la saine gestion de la Mutuelle, sans bénéfice. Cela a commencé officiellement en 1911 avec la mutuelle des métiers de bouche, qui a changé de nom depuis.

.

C’est pourquoi Niort, sans le vouloir, est devenue, à la fois capitale des Mutuelles, et quatrième pôle financier de France. Une raison à cela ? Il faut voir une certaine analogie avec le Nouveau Monde. Là-bas il est de tradition de se méfier du gouvernement fédéral (à raison sans doute, mais ce n’est pas notre propos). Ici les bouchers, les paysans, tous ceux qui étaient le tissu de la province jusqu’il y a une bonne cinquantaine d’années (une misère face à l’Histoire) eux aussi se méfiaient de tout ce qui venait de loin, et proposait des tarifs prohibitifs parce que s’intercalait LE PROFIT. Ce Profit que révèrent les anglo-saxons. Curieux, comme des motivations de départ apparemment relativement semblables divergent, en raison de données « culturelles » différentes.

.

Autant dire que, pour avoir un gendre cadre dans l’une de ces Mutuelles (la MAAF n’est plus une vraie Mutuelle sans PROFIT), je sais ce qu’il en est. Oui, la MAAF a quitté le fécond nid pour jouer sa propre partition. Pour très bien la connaître, je lui souhaite bonne chance dans un monde où les loups ne sont que de piètres antagonistes.


Voir ce commentaire dans son contexte