Commentaire de Jonas
sur Twitter vire Trump


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jonas Jonas 13 janvier 00:14

@Initiativedharman « Ne parlez pas d’ère totalitaire qui interdit de penser puisque nous n’avons jamais eu autant de moyens de s’exprimer et de dire ce qu’on pense. »

Vous rigolez ou quoi ? Twitter, Facebook, Youtube (5 comptes clôturés sur Youtube !) impossible de poster, comptes bannis dans les jours qui suivent, et même les réseaux sociaux indépendants comme Parler et Gab sont supprimés sur les smartphones et sont actuellement hors services sur PC !
Où est la liberté de s’exprimer ?

--------------------------
« Donald Trump peut encore s’appuyer sur Fox News qui lui est dédiée. ET il existe de nombreuses chaînes de télé pro-Trump qui ne manquent pas de relater les faits et gestes de leur mentor. Où est votre totalitarisme ? »

Trump et des milliers de ses collaborateurs ont été bannis de tous les réseaux sociaux (Twitter, Instagram, Youtube, Facebook, Snapchat, Twitch, Discord, Shopify, Stripe, Reddit...) qui ont une emprise tentaculaire puisqu’ils gèrent des milliards d’abonnés, d’institutions, et sont un moyen de se faire connaître.
C’est une véritable campagne de dénigrement médiatique à l’échelle mondiale qui est à l’oeuvre contre lui. Il suffit d’allumer BFMTV, France Télévisions ou TF1 pour le comprendre.
Le but étant de le tuer médiatiquement et socialement par un noyautage et une lobotomisation des cerveaux à l’échelle mondiale par des milliers de détracteurs appelant à la violence contre lui, qui eux, curieusement, ne font pas l’objet de bannissement des réseaux sociaux.
C’est ça, le totalitarisme, la possession et l’utilisation des moyens de communication et de publication à grande échelle pour endoctriner les gens.

« Comme d’habitude, le visage d’Emmanuel Goldstein, l’Ennemi du Peuple, avait jailli sur l’écran. Il y eut des coups de sifflet çà et là dans l’assistance. La petite femme rousse jeta un cri de frayeur et de dégoût. Goldstein était le renégat et le traître. Il y avait longtemps (combien de temps, personne ne le savait exactement) il avait été l’un des meneurs du Parti presque au même titre que Big Brother lui-même. Il s’était engagé dans une activité contre-révolutionnaire, avait été condamné à mort, s’était mystérieusement échappé et avait disparu. Le programme des Deux Minutes de la Haine variait d’un jour à l’autre, mais il n’y en avait pas dans lequel Goldstein ne fût la principale figure. Il était le traître fondamental, le premier profanateur de la pureté du Parti. Tous les crimes subséquents contre le Parti, trahisons, actes de sabotage, hérésies, déviations, jaillissaient directement de son enseignement. Quelque part, on ne savait où, il vivait encore et ourdissait des conspirations. Peut-être au-delà des mers, sous la protection des maîtres étrangers qui le payaient. »
George Orwell - « 1984 »


Voir ce commentaire dans son contexte