Commentaire de Laconique
sur Quand les héritages étaient redistribués


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Laconique Laconique 8 février 11:44

L’article souffre d’un certain éparpillement, entre discours apologétique, recension historique, déploration des maux actuels, etc. D’une manière générale, la pensée critique est forcée de reconnaître que les institutions caritatives chrétiennes s’inscrivent toujours plus ou moins dans un système social plus vaste, dont elles sont tributaires. Ce que vous décrivez dans cet article découle-t-il d’un christianisme ne varietur, ou plus simplement du système féodal ? L’Histoire des Institutions de Jacques Ellul, et en particulier le second tome consacré au Moyen Âge, montre bien que l’Église au Moyen Âge assumait des fonctions, sociales et pratiques, qui ont été assurées avant, et qui seront assurées après, par d’autres instances, et qu’elles n’ont donc rien d’intrinsèquement chrétien. L’apport propre du christianisme se situe sans doute à un autre niveau, moins visible. Votre article donne l’impression qu’il faut considérer avant tout le christianisme comme un système de redistribution des richesses. Souvenez-vous de la parabole de la pauvre veuve chez Marc : ce n’est pas la quantité d’argent redistribuée qui compte au yeux de Dieu.


Voir ce commentaire dans son contexte