Commentaire de Hervé Hum
sur Comment résoudre notre problème alors qu'il n'est même pas posé ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Hervé Hum Hervé Hum 19 février 19:37

@Marc Dugois

toute cause entraine sa conséquence, les deux sont intriqués, indissociables et de fait, les maîtres de la FED savaient pertinemment la conséquence de la politique de la planche à billet, l’histoire passé l’illustrant suffisamment. C’est donc consciemment, en toute connaissance de cause et donc d’effet qu’ils l’ont fait. Bref, la même cause produit toujours le même effet, sauf lorsqu’il y a une modification dans la cause, aussi petite soit t’elle.

Sinon, toujours sur la même base de la relation de causalité, la limitation de la quantité de monnaie est évidemment la conséquence d’une production elle même limité par les moyens disponibles. Cela dit, le problème du cycle monétaire est tout entier dans la part qui va dans la poche de l’épargnant ou de l’actionnaire, donc, qui ne revient pas dans le cycle monétaire dit de l’économie réelle, celle des 99% et qui dans le système actuel fondé sur la propriété privé de l’outil de production, faute d’un impôt suffisant et qui ne peut pas l’être sans rendre caduque le système, oblige soit à laisser mourir les plus pauvres, soit à créer de la dette, c’est à dire, faire tourner la planche à billet parce que la baignoire de l’économie dites réelle, (celle des 99% donc) de la population, ne peut que se vider vers une autre, celle des 1% des plus riches.

Bref, sauf à changer les règles du jeu quant à la propriété de l’outil de production, rien ne changera car toujours selon le principe de causalité, tout changer sur la forme, c’est ne rien changer dans le fond et comme le disait si bien Bossuet « Dieu se rit de ceux qui vénèrent les causes dont ils déplorent les conséquences »

Bonne fin de soirée !


Voir ce commentaire dans son contexte