Commentaire de Jean Dugenêt
sur Pour un candidat unique des organisations ouvrières


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean Dugenêt Jean Dugenêt 16 mars 15:59

@Aristide
"Allez, un peu d’histoire, Mitterrand est élu en 1981, en 1982 une loi concoctée par une gauche laïque est portée par Savary, il s’agit en gros d’intégrer les écoles privées dans un enseignement laïque. Je fais court car le fond de cette réforme n’est pas le plus important. Mitterrand dispose d’une large majorité, il peut imposer cette loi et pourtant, après quelques manifestations il renonce.« 

Reprenons différemment cette petite histoire.
Mitterrand, pétainiste, et fervent défenseur de tout temps de la hiérarchie catholique dont il a lui-même savouré les bienfaits de l’éducation dans toute sa jeunesse fait une OPA pour se porter à la tête du PS. Il se fait élire avec un programme commun dont il n’avait que faire et, à peine élu, il est confronté à un problème : dans le programme commun, il y avait des promesses pour faire une profonde réforme laïque de l’enseignement. Aussitôt, il entame des négociations avec les représentants du pape et de toute sa sacro-sainte hiérarchie et ils élaborent ensemble une stratégie pour pouvoir enterrer toutes les promesses. La hiérarchie catholique peut compter sur le total appui de Mitterrand dans l’affaire. Aussitôt Mitterrand s’assure de la collaboration des socialo-catholiques (Jack Lang, Michel Roccard...) pour qu’ils le suivent... Il s’agit de décourager les laîques en les envoyant se disperser dans de multiples manifestations en province tandis que la réaction versaillaise pourra faire une grandiose manifestation avec l’appui de tous les moyens de l’état. La télé est entièrement mise à leur service. Les socialo-catholiques arrivent facilement à s’imposer dans le CNAL (Comité National d’Action Laïque) pour lancer l’opération de démobilisation. La grande manifestation des versaillais a lieu. Une grande publicité est assurée à la télé qui dans ce cas n’hésite pas à majorer les chiffres. Mitterrand explique à ses ministres et aux cadres du PS que son rôle est de garantir la paix sociale et qu’il faut enterrer la réforme. A tous les niveaux du PS ceux qui veulent continuer le combat s’entendront dire »mais vous voulez la guerre civile". Mitterrand a gagné. Le pape aussi.


Voir ce commentaire dans son contexte