Commentaire de Régis DESMARAIS
sur Est-il pertinent de comparer notre présent au régime de Vichy ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 21 juillet 19:46

@magicvince
J’adore votre style.

J’adore les trolls car en fait, il est délicieux de leur répondre pour répondre, en réalité, aux autres lecteurs.

Rien n’est plus plaisant que de les utiliser à son compte.

Comme tout troll, vous disqualifiez la personne à qui vous vous adressez. Pour ce faire vous puisez dans la liste des mots clefs à votre disposition, vous choisissez le mot répété qui, dans la tête des lecteurs, en écho à ses répétitions dans les médias, pourra disqualifier et dévaloriser l’autre.

En l’occurrence, observez lecteurs l’usage quasi immédiat du mot manipulation. Je fais donc des manipulations selon le troll, et mêmes des petites. Cela signifie que ce que j’écris n’est pas une réflexion sincère sur un sujet mais une tentative d’induire en erreur le lecteur pour arriver à des fins secrètes. Il y aurait donc une manœuvre de ma part.
C’est intéressant car tout de suite le troll ne se place pas sur le terrain de l’échange et du débat (mais ce n’est pas son rôle) mais sur celui de la dévalorisation : aucun bénéfice du doute venant du troll, pas de préalable de bonne intelligence avec celui dont on essaye de casser le texte, non pas sur son contenu, mais sur sa simple existence qui ne peut être qu’à visée de tromperie.

C’est le monde d’aujourd’hui et la Macronie et c’est un procédé assez habituel des dictatures. Le troll, par son action même, confirme que nous ne sommes pas dans un échange d’égal à égal mais dans un échange où il faut à tout prix anéantir la pensée de l’autre.

Magicvince a eu la courtoisie de créer son compte pour ne commenter que mes articles, c’est donc mon troll attitré, c’est presque un honneur d’avoir son troll dédié.

Deuxième tentative de dévalorisation : le fait que je n’ai pas utilisé le mot « juif » mais indiqué « certains Français ». La remarque a pour objet d’essayer de faire supposer que je serai peut-être antisémite. Parbleu, je n’ai pas utilisé le mot « juif » et du reste mon troll ajoute « j’ai du mal à croire que ce n’est pas intentionnel ». Il y donc une intention de ma part et on l’imagine forcement douteuse. Le troll a raison car j’ai intentionnellement cité ces lois sans utiliser le mot juif. Pourquoi ? D’une part, parce que c’est ma liberté, et d’autre part parce que ma démonstration, dans cet article, est de montrer un processus de dévalorisation d’une partie de la population en raison de ses caractéristiques propres, caractéristiques qui peuvent être liées à sa sexualité, sa religion, son ethnie, ses croyances politiques et aujourd’hui son statut sanitaire. Les lois citées visaient les juifs mais dans mes propos elles étaient repêchées de l’histoire en tant que loi de discrimination. Par ailleurs, je rappelle dans mon article que les juifs (et la j’ai bien écrit le mot « juifs »), ainsi que les tziganes (et la j’ai bien écrit le mot « tziganes ») et les homosexuels (et la j’ai bien écrit le mot « homosexuels ») et les opposants politiques (et la j’ai bien écrit les mots « opposants politiques ») ont été les victimes de ce régime. 

Pour le troll les discriminations ne se valent pas entre elles. Moi, je ne le pense pas. Une discrimination au sien d’une population est une discrimination. Elle est remarquable par le simple fait d’être mise en place car une fois le processus enclenché, on discrimine selon tous les critères qui passent par la tête du tyran et c’est donc Open bar pour les fous. On ne transige pas : dans une démocratie, il ne doit pas y avoir de discrimination au sein d’une population. C’est mon opinion, je conçois qu’on ne la partage pas, mais voyez-vous lecteur, le troll missionné ne le conçoit pas car il a été missionné pour défendre le principe de la discrimination. 

Troisième recette du Troll : semer la confusion. Je parle de discrimination pour les personnes qui refusent le vaccin et cette discrimination se fonde donc sur le statut sanitaire de la personne. Le statut sanitaire d’une personne est l’une des caractéristiques de cette personne, autrefois protégée par le secret médical.
Le troll, dans sa recherche de brouillage de la pensée, répète, alors que je me suis clairement expliqué sur le sujet, que quelqu’un a le choix de se faire ou non vacciner. Encore une fois, c’est une vision macronienne des choses. Qu’est ce que le choix en macronie : c’est prendre l’injection expérimentale ou perdre ses droits, son travail etc... Le choix en Macronie c’est de ne pas poser de questions ou de ne pas en poser. L’une des dérogations pour obtenir le Pass de la Honte c’est la contre indication vaccinale. Vous pouvez refuser la vaccination en cas de contre indication. Contre indication par rapport à l’un des composants du vaccins ou en raison d’un danger en cas de prise d’autres médicaments. Oui, mais le problème est que la composition exacte du produit expérimental est inconnue (comment savoir si il y a ou non une contre indication) et le fabricant de ce produit déconseille toute administration de ce produit en cas de prise d’autres médicaments. Lesquels ? Tous dès lors qu’il n’a pas testé suffisamment son produit. Vous le voyez, cher lecteur, le choix défendu par le troll est donc le choix de la roulette russe. Drôle de choix mais pas en Macronie.

Enfin, le troll me dénie toute forme d’humanité et de ressenti. Quand j’écris que je ressens dans ma chair les vexations imposées aux Français de l’époque, qui est donc ce troll pour savoir mieux que moi ce que je ressens ? Il n’est rien mais ce rien, dans le monde d’aujourd’hui, dans ce monde décadent et corrompu, est tout. C’est une inversion des valeurs, le rien est tout. Comme il est tout, le troll, mieux que vous, sait ce que vous ressentez dans votre chair ou ce que vous devez ressentir en fonction des injonctions à penser et à ressentir.

En conclusion, le troll par son office et ses méthodes, nous confirme que nous sommes dans une société autoritaire et sans respect de l’autre., une société décadente.


Voir ce commentaire dans son contexte