Commentaire de Legestr glaz
sur L'homme, ce prédateur qui dévore ses “cousins éloignés” !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Legestr glaz Legestr glaz 7 août 08:42

@chantecler

J’adhère totalement à ce que vous mettez en avant. 

Je fais ici un copié-collé :«  Avoir un rendez vous avec son médecin , un médecin , un spécialiste , un passage aux urgences qui débouche sur une perspective de soin et de prise en charge pour régler le problème , ça devient une aventure souvent odieuse , très douloureuse et choquante . »

Le seul moyen d’éviter les rendez vous médicaux est de rester en bonne santé. Et le seul moyen « individuel » à notre disposition est notre alimentation. On peut gérer sa santé en modifiant le contenu de son assiette. 

Pour faire bref. Les premiers signes que notre santé s’affaiblit c’est lorsque notre tour de taille augmente. Et même chez les personnes « minces », l’augmentation de la graisse « viscérale » peut être remarquable. Nos problèmes de santé viennent très majoritairement d’une balance énergétique déséquilibrée, laquelle « force » l’organisme au stockage, d’une part, mais active aussi des voies métaboliques de « prolifération » d’autre part. Le surplus pratiquement constant d’énergie est un véritable drame pour la santé de l’organisme. Et une molécule, en particulier, cause un maximum d’ennui : « le glucose ». Des taux de glucose sanguin trop élevé trop souvent provoquent irrémédiablement un stress oxydatif à l’origine de nombreuses pathologies. 

On peut bien manger, se faire plaisir souvent, et rester en bonne santé. Et la clé de compréhension est de favoriser, de temps en temps, un déséquilibre à la baisse de notre balance énergétique, de manière à forcer l’organisme à utiliser ses réserves, à procéder au nettoyage cellulaire en activant le protéasome, l’autophagie et l’apoptose. C’est peut être un peu complexe. Ce qu’il manque aux gens, généralement, c’est l’information. Dans nos sociétés, actuellement, les recommandations alimentaires nous demandent de nous procurer 40 à 60% de notre énergie à partir des glucides. C’est une erreur monumentale parce que l’organisme doit lutter, dans ces conditions, contre un taux de glucose sanguin trop souvent trop élevé. Et d’autres aliments, considérés comme des alliés, nous causent des torts considérables, mais c’est une autre histoire.


Voir ce commentaire dans son contexte