oscar fortin oscar fortin 14 mai 17:34

@Pascal L : Ce qui se passe au Venezuela répond en grande partie aux multiples interventions des États-Unis pour prendre le contrôle d’une opposition sans contenue et en faire son acteur principal dans le pays. Les États-Unis reconnaissent eux-mêmes leur interventionnisme au Venezuela. https://reseauinternational.net/les-etats-unis-reconnaissent-leur-responsabilite-dans-la-crise-venezuelienne/

Vouloir résoudre le problème du Venezuela sans passer par les États-Unis est faire diversion. Ce que le présent article met en évidence est le rôle joué par l’État du Vatican, sous la direction du pape François, qui s’abstiens de dénoncer, en tant que membre des Nations Unies, le non respect du droit international des États-Unis et de ses alliés en intervenant directement, comme il le font présentement, dans les affaires internes d’un pays. Le Vatican a signé avec tous les autres membres de l’AGNU la charte des droits des personnes et des peuples. Le Conseil de sécurité, en deux rencontres a condamné ces interventions qui s’avèrent criminelles dans le cas du Venezuela. La question qui se pose est Le pourquoi du silence du pape sur cet interventionnisme à la base des problèmes qui se vivent au niveau du peuple ? La critique portée contre le pape François n’est pas une critique contre l’Église, mais bel et bien une critique contre le pape qui déroge lui-mème à cette Charte en reconnaissant le candidat de Donald Trump, Juan Guaido comme président autoproclamé à l’encontre des cinq millions et plus de Vénézuéliens qui ont choisi Nicolas Maduro comme Président. C’est ce qu’on appelle intervenir dans les affaires internes d’un pays. L’ONU maintient la légalité du gouvernement de Nicolas Maduro, ce que le pape François se refuse de faire.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe