I.A. 20 juillet 19:36

Beurk.

• Accepter les confinements
• Accepter la vaccination obligatoire des soignants
• Accepter la vaccination à grande échelle, y compris par pressions sur les personnes vulnérables
Et refuser le pass sanitaire… Z’êtes sûr que ça va bien ? C’est ça, votre caprice ? Sérieux ?

Primo, forcer toute la population – bien portants comme malades, personnes âgées ou à risques – à respirer de l’air confiné pour se protéger d’une pneumopathie à covid, ça relève du charlatanisme criminel, pas de la médecine. De mon temps, toutes les personnes ayant des difficultés respiratoires se voyait prescrire des séjours à la mer ou à la montagne.

• Secundo, applaudir un jour des premiers de cordée occupés à soigner des patients porteurs d’une terrible maladie – sans vaccins ni traitements précoces (existants mais interdits), pour les forcer manu-militari ensuite à se vacciner contre ledit virus, ça relève de la perversité. Et quand un nouveau virus viendra voler la vedette au coronavirus, les soignants vous serviront-ils encore une fois de cobayes ? Et quand les hôpitaux publics continueront de concentrer une seule maladie en leurs murs, occasionnant à nouveau des infections nosocomiales, vos regards se porteront-ils enfin vers les autorités sanitaires, ou bien sera-ce toujours la fautes des soignants ? Et quand toutes les personnes souffrant de maladies non contagieuses mourront faute de soins et faute de lits, vous direz qu’elles ont attrapé un mauvais rhume à l’extérieur ?

• Tertio, la vaccination à grande échelle pousse le virus à des adaptations rapides – cause des variants, lesquels pourraient finir par toucher les personnes en bonne santé.

Enfin, refuser le pass sanitaire, eh bien… c’est si élémentaire, La-Frange-Capricieuse, que je ne vous félicite pas.

Toutes ces mesures cumulées depuis un an 1/2, ne font que maltraiter les personnes en pleine forme, sans préserver pour autant les personnes malades.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe