Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 6 août 17:10

@Et hop !
Bonjour,
« et pas du tout chez les paysans et les artisans » dites-vous  c’est exact, mais chaque corps de métier avait des sociétés initiatiques à sa disposition (compagnonnage, rites forestiers, charbonnerie, etc.) Il y a eu toutefois de nombreux artisans parmi les franc-maçons ; ce n’était pas interdit par leur corporation, juste un choix moins évident pour eux.

En ce qui concerne votre dernier paragraphe en revanche, je dirais oui, mais :

La Révolution Française fut effectivement espérée, préparée et formentée par les loges qui y travaillaient avec une naïveté confondante en en espérant un résultat idyllique. On ne peut se représenter leur ingénuité qu’en lisant les documents de l’époque (dont ceux cités par l’abbé Barruel). Dès les premiers massacres, celles-ci se retrouvèrent totalement dépassées par les événements et les franc-maçons firent rapidement profil bas pendant toute la durée des « saturnales de la Liberté ». Leur pouvoir théorique de nuisance était cependant encore bien réel sous le Premier Empire, au point que Napoléon y plaça tout de suite ses frères pour la surveiller de près.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe