Pascal L 24 janvier 12:26

@Boogie_Five
Bien sûr, il y a de la spiritualité dans l’islam, mais elle ne provient pas du Coran qui ne promeut aucune forme de prière en dehors d’une récitation, un monologue, 5 fois par jour. La nature ayant horreur du vide, les populations qui ont été forcée de prendre l’islam ont le plus souvent gardé des spiritualités antérieures qu’ils ont peint des couleur de l’islam. Ainsi, le soufisme est une résurgence de l’hindouisme, d’ailleurs largement combattu par l’islam orthodoxe. En Afrique du Nord, le Marabout est une résurgence de l’animisme Africain. Nous allons également trouver des traces des religions qui préexistaient à l’arrivée des Arabes : christianisme et manichéisme. Il est amusant de constater que les Kabyles font toujours un signe de croix sur le pain avant de le trancher, exactement comme en Provence. On peut également rencontrer des Kabyles qui ont la certitude de l’amour de Dieu pour l’humanité, ce qui est un dogme spécifiquement chrétien.
La spiritualité chrétienne n’est jamais présente de manière visible dans l’islam, mais il faut dire que l’islam ne s’est développé que contre le judaïsme et le christianisme à partir d’hérésie judéo-chrétiennes mais pas exclusivement. Si ces deux religions disparaissent, l’islam peut toutes raison d’être. Ceci dit, le christianisme connaît un large développement secret chez les musulmans qui se posent des questions sur leurs croyances. En 2001, selon le Cheikh Ahmad al Qaatani, un clerc saoudien répondant à Al Jazeera « Toutes les heures, 667 musulmans se convertissent au Christianisme. Chaque jour, 16000 musulmans se convertissent au Christianisme. Chaque année, 6 millions de Musulmans se convertissent au Christianisme ». Ces chiffres sont sans doute des extrapolations car il est réellement impossible de le mesurer.

Vous ne pouvez pas juger du contenu du Coran par l’observation des populations musulmanes, qui pour la plupart, n’ont jamais lu le Coran dans une langue qu’ils comprennent. D’ailleurs, la langue du Coran est un mélange de Syro-Araméen et de dialectes arabes, ce qui exclut la zone de La Mecque comme lieu de naissance. Les archéologues démontrent par ailleurs que La Mecque ne pouvait pas exister à cette époque. Alors que reste-t-il de vérité dans le Coran ? Pas grand chose. Les historiens démontrent aujourd’hui que le Coran est le résultat des mensonges des califes successifs qui ont créé une légende et et qu’il a été élaboré sur une période de deux siècles. Par un algorithme mathématique (la théorie des codes), il est possible de savoir que le Coran a été écrit par une cinquantaine d’auteurs (formellement entre 30 et 100) ce qui contredit le dogme qui veut qu’il ne soit que la seule parole d’Allah. Il existe de très nombreux livres d’exégèse islamique, mais il n’y a aucune trace d’une analyse scientifique. Au lieu de cela, les exégètes inventent des histoires qui permettent de justifier toutes les incohérences. Comme ces histoires sont invérifiables, elles créent de nouvelles incohérences qu’il faut à nouveau justifier. C’est un travail sans fin. L’islam est une société de l’excuse.

Si vous ne voulez lire qu’un livre, contentez vous de « Le grand secret de l’islam » par Odon Lafontaine (téléchargeable gratuitement). C’est un travail de synthèse d’un grand nombre de livres, écrit par des scientifiques, qu’il vous faut lire si vous voulez aller plus loin. La dernière version date de 2020 mais je sais que l’auteur a depuis accumulé d’autres sources pour une mise à jour prochaine. La science n’arrête pas ses travaux. L’apostasie est largement alimentée par une réflexion scientifique, ce qui provoque un raidissement et une violence exacerbée chez les tenants de l’idéologie. Il y a beaucoup à dire sur les comportements humains qui vont provoquer le déni de la réalité et la réflexion ne se limite pas à l’islam mais concerne toutes les idéologies.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe