agent ananas agent ananas 20 mars 14:57

Nous ne parlerons pas ici de l’aberration de la sortie de l’euro, car le sujet fera l’objet d’un très prochain article.

Bah, si justement ... Pourquoi attendre ?
Pour faire cours et concis, quelques citations de Robert Mundell, l’architecte de l’Euro :

"Removing a government’s control over currency would prevent nasty little elected officials from using Keynesian monetary and fiscal juice to pull a nation out of recession".

« It puts monetary policy out of the reach of politicians, » "[And] without fiscal policy, the only way nations can keep jobs is by the competitive reduction of rules on business.« 

 »And when crises arise, economically disarmed nations have little to do but wipe away government regulations wholesale, privatize state industries en masse, slash taxes and send the European welfare state down the drain".

Bref, en retirant au(x) gouvernement(s) le contrôle monétaire, il(s) ne peu(ven)t plus dévaluer et appliquer des mesures keynésiennes afin de sortir de la récession. En période de crise, le carcan de la monnaie unique, oblige la dérégulation du marché du travail, c’est à dire la réduction des salaires et des protections des travailleurs.

Bref, la sortie de l’Euro est une aberration seulement pour ceux qui sont toujours en quête de maximiser leurs profits et de leurs Chicago Boys.

PS : Le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz prévient que les pays qui quitteront l’Euro s’en sortiront le mieux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe