jeudi 19 septembre - par taktak

Les perquisitions contre Mélenchon et la LFI : “une voix de fait” illégale ?

” actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire, rébellion et provocation “ c’est pour ces motifs que  et 5 personnalités de la France Insoumise dont 3 parlementaires sont expédiées devant le tribunal de Bobigny ce 19 septembre

  • Un appel à la mobilisation est lancée par  devant le tribunal de Bobigny dès 7h30
  • On dispose désormais des images de cette perquisitions qui battent en brèche cette accusation. Elles sont à voir ici.

Rappelons que dans aucune des deux enquêtes visant LFI et Mélenchon, il n’y a eu de mise en examen prononcée à ce jour, près d’un an après les perquisitions à grand spectacle. Et que même abondamment arrosée par les fuites illégale du parquet ou de la police, aucun média n’a publié d’information accréditant les accusations qui ont servies de prétextes aux perquisitions contre LFI. La procureure générale de la cour d’appel de Paris avait d’ailleurs reconnu dès le 20 octobre qu’une information judiciaire aurait été disproportionnée car elle ne dispose pas “d’indices graves et concordants” permettant de saisir un juge. Pour autant, elle a ordonné la perquisition d’un parti politique d’opposition et de ses parlementaires… sans indices graves et concordants donc !

 les procureurs politiques de ce procès politique

Dans ce procès politique visant l’une des principales forces d’opposition au régime Macron, LFI et sa tête d’affiche Mélenchon, les découvertes s’enchaînent sur les acteurs de cette opération, de la ministre du régime macron à ces procureurs aux profils politiques bien particulier :

  • la ministre de la justice Belloubet – une cacique de l’ex parti socialiste recyclée par la macronie – revendiquant dans une interview son contrôle sur les parquets (“mes procureurs” déclare-t’elle dans la presse) … tout en étant obligé d’admettre que ses fausses déclarations auprès de la HATVP où elle a omis des centaines de milliers d’euros dans sa déclarations de patrimoine n’ont fait l’objet … d’aucunes poursuite.
  • la procureur générale du parquet de Paris, Catherine Champrenault est une figure des réseau PS, ex membre du cabinet ministériel de S Royal en 1999. En 2015, sa nomination comme procureure générale de Paris par Hollande fait polémique. Cette procureur a refusé le dépaysement de l’enquête et avait prononcé son requisitoire dès le 20 octobre, avant toute enquête.
  • le procureur général adjoint du parquet de Paris Christophe Perruaux, nommé par Macron en janvier 2018, et qui en mai 2019 s’affiché auc oté du ministre de la justice du gouvernement d’extrême droite brésilien Sergio Moro, le juge qui a mis Lula en prison à l’issue d’un procès politique
  • parmi les 3 représentants du parquet, présents quoique non identifiés lors des perquisitions du siège de LFI, Gaëlane Pelen. Les témoins rapportent qu’elle insulte les militants insoumis de sauvage. Une parquetière qui s’affiche également sur les réseaux sociaux comme une militante macronniste, en sélectionnant comme seule page qu’elle aime “ensemble avec Emmanuel Macron”…

Rappelons que le régime Macron revendique que les procureurs sont à ses ordres :

Le parquet doit continuer à mes yeux à appartenir à une chaine hiérarchique dont le sommet est une autorité qui porte cette responsabilité politique, l’assume, car c’est l’exécutif qui est dépositaire du mandat du peuple

Emmanuel Macron

Au delà de ce contexte, il est important de revenir à la veille du procès sur l’analyse juridique de ce qui s’est déroulé en octobre dernier, ici avec les explications

https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/les-perquisitions-contre-melenchon-et-la-lfi-une-voix-de-fait-illegale/

les perquisitions contre Mélenchon et la LFI “une voix de fait” illégale ?


Les perquisitions un coup de propagande bien monté pour démolir la crédibilité de Mélenchon et attaquer la France Insoumise.

Le coup était bien monté et force est de constater qu’il a porté, sans pour le moment se retourner contre ses commanditaires.

les perquisitions massive dans plus d’une dizaines de domiciles et de locaux des personnalités de la France Insoumise dont le domicile de Mélenchon sont un coup forcément gagnant pour le régime Macron :

– soit il ne disait rien et il apparaissait comme un coupable désigné et résigné,
– soit (et cela pouvait être évidemment anticipé compte tenu de sa personnalité) il s’offusquait et il se marquait tout seul du fer rouge des séditieux, irrespectueux des lois et des institutions.

Autrement dit, on le mettait en position de souiller son propre “territoire” politique : celui du débat démocratique respectueux des institutions (comme on l’avait fait avec Fillon sur la moralité). Force est de constater que toute la couverture médiatique et judiciaire a fonctionné d’emblée sur ce registre : on s’offusque d’une colère gravement fautive et inadmissible de la part d’un homme qui aspire aux plus hautes fonctions ; on exige un repentir public, etc.

Une opération de justice et de police politique organisée à haut niveau

En toute hypothèse, les perquisitions ont bel et bien été anticipées par la Chancellerie car il s’agit d’une opération interrégionale qui n’a pu résulter que de décisions coordonnées d’en haut, entre des procureurs relevant de ressorts judiciaires distincts.

L’initiative d’une telle opération interrégionale inclut également Edouard Philippe dans la boucle, en sa qualité de ministre de l’intérieur par intérim, s’agissant des arbitrages relatifs à la mobilisation en force des fonctionnaires de police judiciaire et à leur impact budgétaire. On peut d’ailleurs se demander si Gérard Collomb n’aurait pas résisté au projet de telles perquisitions illicites, ajoutant à son désir de quitter le ministère au plus vite. En quoi ces perquisitions seraient-elles donc illicites ?

Ces perquisitions, une justice d’exception..

Avant d’entrer dans le code de procédure pénale de 1958, l’enquête préliminaire se nommait “enquête officieuse” car elle avait déjà pour fonction de court-circuiter les droits de la défense, en place dès 1897, c’est-à-dire depuis la loi Constans qui ouvrît le bureau du juge d’instruction à l’avocat. Si on l’a légalisée ensuite, c’était à la condition expresse que l’usage de la contrainte en soit exclu, de manière à bien la distinguer du cas de flagrance ou de l’instruction. Tel fut le cas jusqu’en 2004 (Loi Perben).

Après quoi, notamment au nom de la lutte anti-terroriste, on a glissé vers deux justices parallèles : le régime de l’instruction avec enquête contraignante mais intégrant la protection des droits de la défense et l’enquête préliminaire avec contrainte mais n’intégrant pas cette protection, à la seule condition qu’un juge des libertés et de la détention l’autorise.

L’enquête préliminaire est donc de nature para-judiciaire, en ce sens que celui qui en décide est le Parquet et non la magistrature assise et que le parquet français est, comme on le sait, subordonné au ministre de la justice. Les perquisitions visant la France Insoumise ont été diligentées par l’Office Central de Lutte contre la Corruption et les Infractions Financières et Fiscales (OCLCIFF), qui inclut, rappelons-le : des policiers, des gendarmes, des officiers fiscaux judicaires mais également des experts informatiques aux contours d’agents publics parfois plus flous. Or, ces fonctionnaires rapportent à leur hiérarchie administrative. Les informations recueillies peuvent même remonter jusqu’à l’Elysée si la Coordination du Renseignement, qui y est installée, le juge utile.

La presse ne cesse de rabâcher que ces perquisitions sont normales. Ce n’est pas tout à fait vrai. Dès lors qu’elles n’étaient pas décidées par un juge d’instruction, leur régime de droit commun (« normal » donc) aurait dû être celui de l’assentiment exprès de la personne visée. Les dispositions de l’article 76 du Code de procédure pénale, sont parfaitement claires à cet égard :
Les perquisitions, visites domiciliaires et saisies de pièces à conviction ou de biens dont la confiscation est prévue à l’article 131-21 du code pénal ne peuvent être effectuées sans l’assentiment exprès de la personne chez laquelle l’opération a lieu“.

Or, comme on le sait, ces perquisitions eurent lieu sans l’assentiment des personnes visées, autrement dit sous un régime de contrainte. Si ce régime est certes légal, il n’est plus pour autant « normal » puisqu’il est un régime d’exception justifié, en pratique, par un risque de disparition des preuves nécessitant l’effet de surprise.

Selon l’alinéa 4 du même article 76 du CPP, c’est en effet seulement si les nécessités de l’enquête” l’exigent que la contrainte est permise. La preuve que l’usage de cette contrainte est bien une mesure d’exception, et non une mesure normale, c’est que le procureur doit en demander la permission à un juge, celui dit “des libertés et de la détention“, qui statue à huis clos par ordonnance non contradictoire.

Quelle fut, pour l’opération Mélenchon, cette justification d’un état d’exception ? Quels furent les éléments produits à l’appui de la requête du procureur ? Etait-ce des écoutes téléphoniques, comme c’est généralement le cas ? Etat-elles légales ? Qu’est-il écrit sur cette requête au regard des pièces fournies ? Qu’est-il écrit sur l’ordonnance d’autorisation du juge ? Ce sont des points clés qui méritait toute l’attention de la presse d’investigation. Il est étrange que personne ne l’évoque. Et c’est sans parler des saisies effectuées sans procès verbal.

Aux dispositions du CPP, s’ajoutent les dispositions du fameux article 26 de la Constitution qui protègent tout parlementaire contre toute mesure « restrictive de liberté  ». Un procureur a-t-il dès lors le droit d’empêcher des députés de débattre à l’Assemblée Nationale en les bloquant à loisir, en pleine session parlementaire, par des perquisitions sortant du droit commun, et en leur saisissant leurs supports informatiques et téléphoniques, nécessaires à la gestion de leurs travaux ? Evidemment que non. C’est tout le sens de cet article 26 que de prévenir une telle entrave. Par ces effets mêmes, cette opération du parquet y contrevient, matérialisant une transgression tout à fait inédite quant à la séparation des pouvoirs, n’en déplaise à un président qui s’en dit garant, contre l’évidence. Mais revenons sur le rôle du juge des libertés dans cette affaire.

Le rôle du juge des libertés et de la détention

Comme on l’a dit, s’il a dû être appelé pour autoriser la contrainte, c’est bien qu’il s’agissait d’une restriction de liberté (celle d’exclure l’assentiment du justiciable à la perquisition), laquelle tombait donc sous le coup de la prohibition constitutionnelle de l’article 26. Mais pour autant, tous les médias continuent de clamer que l’opération est légale. Pourquoi ?

Ce volet constitutionnel n’a en fait, et sauf erreur, jamais été jugé pour la bonne raison que c’est une première. Il n’existe donc pas de précédent judiciaire. Il en résulte que tous les magistrats et juristes bon ton invités sur les plateaux de TV, répètent à l’envie que seule la contrainte par corps serait prohibée sur la personne d’un député mais pas la perquisition, fut-elle opérée hors du régime de droit commun et sous la contrainte.

Mais ce n’est pas ce que dit le texte. Il ne se réduit en aucun cas à la seule contrainte par corps. Son champ est beaucoup plus vaste et on ne voit pas en quoi la perquisition par contrainte en serait exclue, puisqu’elle interfère justement avec les travaux parlementaires. Si aucune jurisprudence n’existe à ce jour, cela ne signifie absolument pas que l’on ne puisse pas inclure cette perquisition dans le régime de l’immunité.

C’est ici qu’on peut se demander si l’indépendance du juge des libertés, tant clamée sur les plateaux de TV, n’est pas sérieusement rognée par le huis clos et l’absence de contradictoire, alors que son ordonnance prend manifestement des liberté avec la Constitution. Car de deux choses l’une, soit il ignorait la Constitution, ce qui est inconcevable, soit il s’est abstenu de demander au Bureau de l’Assemblée nationale « l’autorisation d’autoriser » la contrainte, parce qu’il ne voulait pas que les personnes visées soient prévenues. Il aura donc fauté sciemment ou sur ordre. La question de son indépendance se poserait donc clairement, soit par excès, soit par défaut.

Mais alors s’ouvre un autre débat : le fait d’avoir agi sciemment pourrait constituer un délit de voie de fait qui rejaillirait, par complicité, sur le procureur et sur toute sa chaîne hiérarchique. Jusqu’où monterait-elle ?

En toute hypothèse, faire croire que des pleins pouvoirs sont conférés au procureur et au juge des libertés, en matière de perquisition, relève au mieux de la bévue et au pire de l’enfumage. Le régime applicable aux autres justiciables perquisitionnés permettra de mieux le comprendre.

L’usage de la contrainte constituant une restriction des libertés, il doit légalement demeurer proportionné à l’état « de nécessité » du dossier, et se traduire dans une « motivation adaptée et circonstanciée [qui] s’impose au regard des droits protégés par la Convention européenne des droits de l’homme  », comme l’a clairement posé la Cour de cassation, depuis son arrêt n° 5314 du 23 novembre 2016. A défaut, l’opération serait illégale dit-elle et elle a d’ailleurs annulé l’ordonnance qui lui était soumise pour cette raison. L’histoire n’a donc pas dit son dernier mot. D’autant que, pour bien enfoncer le clou, la Cour de Cassation précise que : « cette motivation constitue une garantie essentielle contre le risque d’une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée de la personne concernée et doit permettre au justiciable de connaître les raisons précises pour lesquelles ces opérations ont été autorisées ». Là encore, silence radio sur cette jurisprudence essentielle.

Il est toujours attristant que la grande presse s’exonère, parfois pompeusement, de la moindre analyse. Elle se contente en effet de clabauder à qui mieux mieux que « tous les autres partis ont été perquisitionnés, alors pourquoi pas Mélenchon ?  » Mais elle évite soigneusement d’en comparer les éléments de proportion, ceux-là même qui permettent de distinguer le légal de l’illégal selon la plus haute juridiction française. A titre d’exemple, une photo d’une perquisition au siège de l’UMP en 2012, révélait que seulement trois fonctionnaires en civil et non armés, y prirent part. On peut également citer la perquisition contre Google en 2016 qui mobilisa certes une centaine de fonctionnaires mais pour un enjeu fiscal d’1,6 milliard d’euros.

Dans le cas de la France Insoumise, il sera difficile de prétendre que la contrainte policière se trouvait justifiée par un risque de disparition des preuves, puisque les intéressés les avaient déjà fournies, s’agissant des comptes de campagne. Idem pour les soupçons relatifs à des assistants parlementaires, relevant d’une dénonciation privée et non des organes du Parlement européen. Et que dire des fuites à la presse qui ne peuvent provenir que de l’OCLCIFF, du parquet et/ou de leurs hiérarchies respectives ? Là encore, une enquête impartiale permettrait-elle de remonter la chaine ? Jusqu’où ?

Si le recours à la contrainte était bien illicite en l’espèce, cela signifierait que l’usage de la force n’aurait été rien d’autre que l’habillage d’un choix arbitraire, politique donc.

Mais la presse aurait été bienvenue de raisonner plus largement, sur les principes mêmes de l’immunité parlementaire.

Une immunité parlementaire insuffisante

Imaginons que le juge des libertés requis pour donner l’autorisation de perquisitionner fut un électeur de la France Insoumise. Aurait-il autorisé une telle opération ? Assurément non. Voilà qui démontre instantanément les limites du système et place bien cette opération en travers de la séparation des pouvoirs car l’impartialité judiciaire n’est absolument pas garantie en pareil cas. On comprend du même coup que le respect de l’immunité parlementaire est aussi là, en creux, pour protéger les magistrats du conflit d’intérêt politique et que c’est cela que les médias sont en train de casser.

A faire de Jean-Luc Mélenchon le coupable désigné d’une obstruction à la justice, ils masquent l’intrusion illicite des fonctionnaires de justice dans une sphère doublement protégée, privée et politique, qui est autrement plus grave.

Or, comme Mélenchon l’a déjà rappelé, les journalistes sont mieux protégés que les députés au titre de l’inviolabilité de leurs sources. Il n’est pas non plus inutile de rappeler, également, l’asymétrie abyssale du régime de protection des parlementaires en France, en comparaison de celui dont tous les fonctionnaires et agents européens (y compris les Commissaires européens) bénéficient. Pour les premiers ce sont les perquisitions en force à l’heure du laitier, pour les seconds c’est l’immunité diplomatique et l’inviolabilité absolue des locaux, des correspondances et des archives. Les uns sont élus, les autres non. Cette affaire pourrait donc être l’occasion d’ajuster la loi à un défi nouveau, celui de l’intrusion politique de la judicature dans les travaux parlementaires et les élections.

Au final, si cette opération s’avérait relever du traquenard politique, alors il aura plutôt bien fonctionné jusqu’à présent : les médias se repaissent à satiété des colères et de la vie privée de Mélenchon tandis que le parquet ouvre une enquête pour violence, comme on déploie son éventail.

On aura beau jeu de se draper dans « l’indépendance de la justice  » pour justifier la répression contre les élus populistes. Cette répression n’est-elle pas déjà instituée en lutte « contre la peste » ?

Pourtant Mélenchon, autant que Marine Le Pen ont raison : leurs disques durs leur ont bien été pillés et leurs contenus se baladent sans le moindre contrôle.

Cet épisode fusionnant Judicature et macronie ne pressage rien de bon. Mais peut-être est-ce cela que le pouvoir désire ?

Arnaud Dotézac
25/10/2018



84 réactions


  • exol 19 septembre 12:19

    L’arroseur , arrosé , la Merluche a dépassé les bornes pour faire un coup médiatique , pas de bol çà s’est retourné contre lui . Les faits qui lui sont reprochés tombent sous le coup de la loi , et celle ci est la même pour tout le monde , étant donné qu’il est supposé innocent avant son jugement , pourquoi tous ce patacaisse , quand c’est les gens de droite à qui arrive ce genre de mésaventure , tu charges la mule bien avant l’instruction petit propagandiste Bolchevique . Et même s’il était condamné en première instance , il lui reste plein de recours possible . Tu pleurniches pour un champion politique , mais on t’entend moins quand c’est un simple quidam , surtout si celui ci est de droite. Fais la révolution , prends cette République par la force et après tu pourras régner en Maitre , parce que par les urnes tu n’y arriveras jamais , et si t’as pas les couilles mets là en veilleuse.


    • Aimable 19 septembre 14:16

      @exol
      Je vous ai plussé pour seulement le début de votre com , parce que l’autre partie , la plus longue , a mes yeux ne le mérite pas loin de là .


    • ASTERIX 20 septembre 10:13

      @Aimable

      OUI TOUT A FAIT ILLEGALE ;absence d’un juge d’instruction aus perquisitions !!

      LFI est parfaitement INTRAITABLE  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


  • alexis42 alexis42 19 septembre 12:39

    Amha, il est fort possible que cette perquisition ait été illégale, et que Mélenchon ne risque rien, d’autant qu’elle n’a pas été terminée et qu’il n’y avait sans doute rien à trouver.

    Mais ce qui a coûté cher à Mélenchon a été son attitude face au petit fonctionnaire de police ne faisant qu’obéir aux ordres et pas sensé connaître tous les rouages de la procédure. En lui postillonnant au visage, en lui hurlant « La République, c’est moi », avec une haleine douteuse, il s’est forgé l’image que les Français ont retenue, une image peu brillante. Sans parler de sa troupe d’affidés se comportant plus comme une meute de « jeunes » de banlieue que comme des responsables politiques. Une attitude différente aurait sans doute tout changé et lui aurait même été bénéfique.


    • Traroth Traroth 19 septembre 14:26

      @alexis42
      Le tribunal a indiqué bien avant le procès que tout ce qui avait trait à la perquisition elle-même ou aux affaires qui l’ont causée ne pouvait pas être évoqué durant ce procès. Commode, non ?


    • alinea alinea 19 septembre 16:53

      @alexis42
      Quand on est soi-même soumis et obéissant, rien de plus contrariant que l’insoumission désobéissante !! quand on la boucle, rien de plus contrariant que ceux qui l’ouvrent !!
      Vous voulez séduire qui avec votre morale à trois sous ?


    • alexis42 alexis42 19 septembre 18:12

      @alinea
      Je sais que vous idolâtrez « Jean-Luc » comme autrefois les gamines idolâtraient Claude François. Donc tout ce que je peux dire contre votre idole sera immédiatement rejeté par vous.
      Ma « morale à 3 sous » est celle qui a incité les 20% ayant voté pour « Jean-Luc » aux présidentielles, à ne lui accorder que 6% cette année.
      En fait, je lui reproche d’avoir hurlé à la face de sous-fifres n’ayant aucune responsabilité dans cette perquisition (ce petit peuple qu’il prétend représenter), et d’avoir été moins bruyant face au procureur (ou son adjoint), plus gradé que le simple flic, et d’avoir rampé devant Macron quand il l’a rencontré à Marseille. 
      Je comprends qu’il ait été en colère, mais son visage suintant la haine n’a pas été du meilleur effet. Pour un type que vous trouvez hyper-intelligent, il s’est montré peu futé.


    • Le421 Le421 19 septembre 18:42

      @alexis42

      Mais ce qui a coûté cher à Mélenchon a été son attitude face au petit fonctionnaire

      C’est surtout le passage en boucle de « La république, c’est moi !! » qui a fait du mal. Moment d’énervement qui aurait été passé pour un moment d’humeur totalement humain face à une injustice.
      Mais voilà.
      Mélenchon et sa France Insoumise constitue une grosse épine dans le pied de Macron alors que MLP constitue la partenaire idéale pour les parties d’échecs électoraux à venir. D’ailleurs, à la télé, pour le RN, c’est « open bar » !!
      Donc, Mélenchon est la bête à abattre.
      Ne passeront jamais en boucle les nombreux moments où JLM indique à la cantonnade de ne pas résister à la perquisition car LFI est un mouvement non violent. Voir la vidéo intégrale pour les curieux qui douteraient.
      Vidéo intéressante aussi qui démontre la fausseté de l’accusation de la gendarmette Andrieu (nom célèbre) qui avait porté plainte en affirmant avoir été ceinturée par une attachée parlementaire, ce qui a été démontré impossible. La gendarmette est revenue sur ses déclarations... Silence radio !!
      A noter enfin la tentative de renvoi du jugement aux calendes grecques, lesquelles, tout le monde le sait en macronie correspond pile-poil aux prochaines élections municipales, tentative qui s’est avérée infructueuse d’ailleurs !!
      Les juges « rouges » ont encore frappé !!  smiley
      Le caractère dilatoire de la demande sautait un peu trop aux yeux dans un procès dénoncé comme politique.
      On fait des accusations bidons, on ne trouve pas de preuve, alors on provoque une altercation pour faire un procès sur autre chose...
      Vieille méthode.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 septembre 19:20

      @Le421
      alors on provoque une altercation pour faire un procès sur autre chose...


      C’est tout à fait possible. Le journal Marianne reproduit la manière dont les perquisitions ont été faites, tout n’est pas aussi clair que veulent bien le dire les médias.


    • Le421 Le421 19 septembre 21:13

      @Fifi Brind_acier
      A noter que 17 perquises simultanées et organisées, ça confine à l’association de malfaiteurs en vue de commettre des actes terroristes !!
      Mais bon.
      Fallait bien ça pour exciter le bédouin...


    • JulietFox 20 septembre 16:00

      @alexis42
      Je plussoie.
      Méluche s’est tiré une rafale dans le pied.
      Ce qui est quand même très bizarre et l’auteur l’écrit, c’est que la presse, si friande des « fuites » savamment dosées, est muette sur d’éventuelles malversations de LFI.
      Qu’est ce qu’ils seraient contents ces pisse copies aux ordres des potes à Jupiter.


    • alinea alinea 21 septembre 15:53

      @alexis42
      C’est que ce genre de choses ne peut arriver qu’à lui, personne à l’horizon de dérangeant et honnête !
      C’est vrai que j’aime bien Mélenchon mais justement, je ne lui passe rien, or là, franchement, quand on suit un peu le procès, on se tape les cuisses de rire : le proc qui ne se souvient pas, la fliquette qui se dédie, la vidéo qui prouve que même les quelques secondes passées en boucle pendant des semaines avaient été déformées !!
      Bref, comme je ne vois pas le rapport entre Mélenchon et Claude François, ma foi, je vous laisse à vos certitudes !
      Rappel : il est accusé d’avoir bousculé le proc, et crié sur les sous fifres qui tout sous fifres qu’ils sont ne sont pas obligés d’obéir à des ordres illégaux. Être sous-fifre ne donne pas tous les droits, c’est un peu court comme raisonnement.


    • alexis42 alexis42 22 septembre 11:59

      @alinea
      Je ne pense pas que seul « Jean-Luc » ait subi des perquisitions (et plusieurs en même temps), même si je pense que celle-ci était injustifiée. D’où l’intérêt qu’elle aurait présenté pour LFI si les réactions avaient été intelligentes.

      Il n’est pas nécessaire de voir la vidéo quand une seule photo suffit : celle où votre idole postillonne sur le flic sans grade (un Français moyen), à quelques centimètres de son visage, avec un visage suintant d’une haine extraordinaire. Je pense que c’est ce qui explique son passage de 20 à 6%.

      Fergus, un des rares LFIstes honnêtes, admet que la « prestation » de Mélenchon à ce moment lui a fait beaucoup de tort, et c’est le seul à reconnaître que Coquerel faisant les caniveaux de la racaille islamiste doit être rejeté.

      Quant au flic sensé connaître le réglement d’une simple perquisition, permettez-moi d’en douter. Et s’il était sensé empêcher des gens d’entrer, on voit bien qu’il n’a pas fait son boulot puisque la meute essaie d’enfoncer la porte sans qu’il ne bouge. En outre, le procureur ne devait pas être seul dans la pièce.

      Je trouve la comparaison entre vous et les gamines admiratrices de Cloclo très pertinente. Il me semble avoir vu passer un article de vous – à moins que ce ne soit un long commentaire – où vous ne parliez pas de « Mélenchon, » mais exclusivement de « Jean-Luc » smiley

      PS : je partageais pas mal de vos idées « autrefois, » mais vous êtes tellement aigrie depuis 2 ou 3 ans, que j’ai du mal à vous suivre.


  • CLOJAC CLOJAC 19 septembre 12:45

    L’intéressant dans cette perquisition musclée est l’effet boomerang.

    Certes rien de tel qu’une bonne provocation pour pousser les soupes-au-lait à réagir, ce qui donne aux médias des arguments pour nuire à leur image...

    Mais en retour, ça a montré à ceux qui en doutaient encore comment fonctionne une justice aux ordres de Manu le fourbe.


    • Aimable 19 septembre 14:23

      @CLOJAC
      Il faudra m’expliquer pourquoi un vieux briscard de la politique , comme est Mr Mélenchon , soit tombé dans le panneau . 
      L’heure de la retraite aurait elle sonné pour lui ?


    • Traroth Traroth 19 septembre 14:50

      @Aimable
      Le coup était bien organisé. Plusieurs heures de perquisition, et la crainte, finalement fondée, que la police mette ses sales doigts sur le fichier des adhérents.


    • Le421 Le421 19 septembre 18:44

      @Traroth
      Quand j’ai marqué dans mon bulletin d’adhérent « pisse à la raie de Macron », j’espère qu’ils ont compris que je plaisantais...
      Sinon, je suis mal !!  smiley


    • CLOJAC CLOJAC 19 septembre 19:17

      @Aimable
      Le piège était bien tendu pour le « vieux briscard ».
      Soit il laissait faire et les commentateurs auraient expliqué qu’il devait se sentir coupable pour la jouer cool.
      Soit il se rebiffait et passait pour un séditieux menaçant la république.
      La combine n’est pas nouvelle, elle a déjà été rodée avec JMLP.


    • Aimable 19 septembre 20:56

      @CLOJAC
      je suis d’accord avec vous , mais entre les deux il y a toujours un juste milieu , que n’ont pas JLM ou JLMP , donc deux personnages facile a piéger .


  • Eric Havas Eric Havas 19 septembre 12:48

     

    Mets le chon

     

    (bonniche négrière à Soros fait aussi ampli pour du rap « lèche mes boules » à l’Élysée)


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 septembre 13:11

    Demain a lieu le 2e procès des Décodeurs du Journal le Monde, Berruyer a porté plainte contre eux pour diffamation.

    Responsable du site de réinformation « les Crises », il a été mis en cause pour ses articles sur la Syrie et pour avoir publié 3 entretiens avec Asselineau, sur les 3000 articles publiés sur son site.

    3 articles avec Asselineau, c’est encore bien trop pour les Décodeurs du Monde !

    Zéro article, c’était encore mieux (le détail est à la fin du billet de Berruyer) !

    Quand l’ UPR dit qu’en Europe, une dictature se met en place, et que nous parlons de mesures liberticides, il ne s’agit pas de fake news, mais bien d’une réalité.

    Citation de Georges Orwell donnée par Berruyer :

    “On sait, en effet, que la propagande totalitaire n’a pas besoin de convaincre pour réussir et même que ce n’est pas là son but. Le but de la propagande est de produire le découragement des esprits, de persuader chacun de son impuissance à rétablir la vérité autour de soi et de l’inutilité de toute tentative de s’opposer à la diffusion du mensonge. Le but de la propagande est d’obtenir des individus qu’ils renoncent à la contredire, qu’ils n’y songent même plus. Cet intéressant résultat, l’abasourdissement médiatique l’obtient très naturellement par le moyen de ses mensonges incohérents, péremptoires et changeants, de ses révélations fracassantes et sans suite, de sa confusion bruyante de tous les instants. Cependant, si chacun, là où il se trouve, avec ses moyens et en temps utile, s’appliquait à faire valoir les droits de la vérité en dénonçant ce qu’il sait être une falsification, sans doute l’air du temps serait-il un peu plus respirable.



    • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 19 septembre 16:16

      Bravo Fifi ! Vous aurez réussi à placer deux fois le nom d’Assileneau sous cet article consacré à Mélenchon. Et même trois fois, si l’on compte mon présent commentaire !
      Quel dommage que vous ne puissiez pas multiplier les bulletins de vote avec la même aisance. smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 septembre 18:22

      @Sergeant Pepper
      C’est normal, le PRCF passe son temps à défendre la France Insoumise, alors
      que la FI ne veut sortir ni de l’ UE, ni de l’euro, mais il ne défend jamais la censure qui touche l’UPR et ceux qui font connaître ses analyses, comme Berruyer.

      La censure de l’ UPR qui dure depuis 2007 avec Sarkozy, puis Hollande, et enfin Macron, aurait du vous alerter sur les dérives liberticides en cours.

      Mais vous êtes tellement contents quand les problèmes arrivent à ceux que vous n’aimez pas, que vous n’avez jamais pensé que cela puisse arriver à la France Insoumise ... Grave erreur d’appréciation.
      Régis de Castelnau : « Au prix de nos libertés. »


    • Le421 Le421 19 septembre 18:45

      @Fifi Brind_acier

      C’est normal, le PRCF passe son temps à défendre la France Insoumise,

      Ce qui ne risque pas d’arriver avec l’UPR, on sait...
      Le PRCF est un parti de gauche, lui !!  smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 septembre 19:51

      @Le421
      Le PRCF est un parti de gauche, lui !!

      Je me pose de plus en plus la question. Il y a une vingtaine de Partis en France, qui se disent de Gauche ou d’Extrême Gauche. Il ne suffit pas de se coller une étiquette sur le front, ce sont les actes qui comptent, et là, c’est moins évident...

      Le PRCF se réfère sans cesse au CNR, qui allait du PCF à la Droite la plus conservatrice, mais il s’allie de fait avec la FI, que rien ne différencie de Syriza, qui devait « renverser la table », toussa, toussa....

      Du coup, je ne vois pas très bien ce qui le différencie du PCF, dont Pierre Laurent,
      qui expliquait en 2015 : « L’Europe est un atout pour Syriza, pas un obstacle, Syriza est une chance pour réorienter le projet européen. »




    • Attila Attila 19 septembre 21:49

      @Le421
      « Une conjonction idéologique naturelle entre la Gauche « trotskisée » et une idéologie promue par l’oligarchie financière. »

      .

      "Laurence Rossignol, Julien Dray, Christophe Cambadélis, Benoit Hamon, Jean-Luc Mélenchon, Dominique Strauss-Kahn, Bertrand Delanoé et bien d’autres ont fait leurs premières armes à l’OCI lambertiste.

      Avant leur entrée au PS ces militants avaient tout d’abord été formés aux USA au sein du Trade Union AFL-CIO contrôlé par la CIA et le département d’état US. Cette information avait été révélé par Jean-Luc Mélenchon "

      La gauche, dernier rempart du capitalisme.

      .

      « On ne va pas laisser la question de la nation au FN. On a une conception de gauche de la nation et on va batailler contre celle de l’extrême droite. » En 1997, le PCF capitule. Parce que les socialistes l’exigent. Pour entrer dans la gauche plurielle, Robert Hue solde cet héritage et laisse un boulevard à l’extrême droite. Si le PC ne s’était pas renié, nous n’en serions pas là. »

      La gauche radicale prisonnière de ses tabous

      .


    • JulietFox 20 septembre 16:05

      @Fifi Brind_acier
      Tandis que le pote à Pasqua, lui, est réquentable ?
      Dis moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es. (Goethe)


    • JulietFox 20 septembre 16:06

      @JulietFox
      Fréquentable !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 septembre 12:37

      @JulietFox
      L’ennui, c’est que Pasqua n’était pas un pote à Asselineau, il était son employeur au Conseil général des Hauts de Seine. Et Pasqua a été résistant à l’âge de 15 ans.

      Rien à voir avec Mitterrand, décoré de la francisque par Pétain, et très copain avec Bousquet de sinistre mémoire. Ce qui n’a jamais empêché Mélenchon de considérer Mitterrand comme son père spirituel.


  • Pierre 19 septembre 14:28

    Quelles que soient la légitimité et la légalité de la perquisition, la réaction du Méluche a démontré son incapacité d’exercer les plus hautes fonctions qui exigent. un minimum de maîtrise de soi.


    • Le421 Le421 19 septembre 18:48

      @Pierre
      Moi, je vois plutôt une personne attachée au respect de la loi.
      Donc, on voit selon son bord et votre jugement est aussi valable/biaisé que le mien...
      Un partout, la balle au centre.
      Et je rajoute que pour faire face aux diktats de l’Europe en matière de politique interne du pays, je ferais plus confiance à un type décidé comme Mélenchon qu’à des lopettes comme on a à LREM...
      Mais c’est vous qui voyez, hein !!  smiley


    • exol 19 septembre 18:56

      @Le421
      ben je crois que je vais faire mon coming out , parce que les lopettes sont aux commandes et la Merluche sur le banc des accusés . Cà parle fort et gesticule , mais en ce qui concerne le nombres des élus c’est presque aussi risible que l’UPR .


    • Pierre 19 septembre 21:50

      @Le421
      Merci de m’expliquer que respecter la loi consiste à insulter et malmener ses représentants ! Merci aussi de me faire bien rire...


    • Traroth Traroth 20 septembre 08:10

      @Pierre
      La capacité d’indignation de Mélenchon est intacte. Si vous préférez la langue de bois (ce que vous appelez « maitrise de soi »), votez Macron, l’homme qui insulte les Français, mais sans dire un mot plus haut que l’autre.


    • germon germon 20 septembre 08:30

      @Pierre
      « respecter la loi consiste à insulter et malmener ses représentants » Vous croyez encore que ce genre de « représentants » représentent la loi ? Moi je dirais que ce « type » de représentant sont des « miliciens » ou encore des « tontons macoute », non ?
      un Tonton Macoute est un membre de la milice paramilitaire des « Volontaires de la Sécurité Nationale »
      *Ceci n’est pas une insulte mais une constatation *


    • jmdest62 jmdest62 20 septembre 12:13

      @germon
      Il aurait fallu rappeler à @Pierre que Benalla et son copain Crasse étaient ( et sont peut-être encore !!??) gendarmes réservistes ....
      sous entendu : il y a des « pourris » dans toutes les corporations , pourris qui acceptent sans broncher de faire des basses besognes et qui entachent la réputation de l’ensemble de l’institution.
      Obtenir 7 jours d’ITT pour avoir subi des « violences psychologiques » ...c’est tout simplement risible de la part de policiers ou gendarmes qui sont censés être entrainés à gérer des situations beaucoup plus périlleuses.
      Cela va certainement être savoureux de voir de « pov’ petits policiers fragiles » (*1) s’effondrer en larmes à la barre en parlant des cinq minutes de confrontation avec JLM ; et encore plus savoureux de voir Dupont-Moretti (*2) déployer son immense talent pour expliquer la détresse psychologique de ses clients et réclamer 10 ans de prison pour ce motif. smiley

      @+
      (*1) Je ne sais pas quel profit immédiat ils vont pouvoir tirer de cette situation , mais il est clair qu’ils sont d’Ores et déjà catalogués par bon nombre de leur collègue.
      (*2) qui vient de se prendre une veste avec Balkany


    • Pierre 20 septembre 15:50

      @Traroth
      C’est vrai que rien ne vaut les champions insoumis de la désinformation...


    • JulietFox 20 septembre 16:06

      @Pierre
      Tandis que MLP et son écu ?


    • Traroth Traroth 20 septembre 18:35

      @Pierre
      Vous croyez que ce genre d’insulte gratuite convainc quelqu’un ? Ou que ça vous valorise ? Détrompez-vous...


    • Pierre 22 septembre 01:44

      @Traroth
      Conforme à vos habitudes de considérer une vérité comme une insulte.


    • Traroth Traroth 23 septembre 14:21

      @Pierre
      Conforme à vos habitudes d’asséner « la Vérité ». On sait ce que vos ce genre d’affirmation...


    • Pierre 23 septembre 15:44

      @Traroth
      Ah,oui ? Affirmer que Dupond-Moretti a insulté Mélenchon alors c’est totalement faux, c’est quoi ?


    • covadonga*722 covadonga*722 23 septembre 15:53

      @Le421
      tiens l’artisan escroc fiscal a propos de lopettes t’a bien balancé aux keufs de sarlat hier ?
      sinon le bouffon c’est déballonné au tribunal comme la foi ou il avait croisé le banquier courbant l’échine « msieur le président » 
      c’est vrai que toi l’échine hé hé .....


    • Traroth Traroth 24 septembre 18:25

      @Pierre
      Non, ce n’est que la pure vérité. Il y a de multiples témoins et de multiples sources. I suffit de chercher un peu.


  • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 19 septembre 14:50

    N’ayant pas la moindre formation en droit, je ne saurais dire si ces perquisitions étaient illégales ou non.
    En revanche, comme le signale déjà alexis42 dans un commentaire précédent, Jean-Luc Mélenchon s’est tiré une bonne grosse balle dans le pied vis-à-vis d’une partie non négligeable de l’électorat en s’en prenant, avec une violence verbale incroyable, à de petits fonctionnaires de police qui ne faisaient que leur (sale ?) boulot, des individus dans lesquels nombre de Français peuvent se reconnaître. Il a commis une erreur magistrale en laissant son caractère colérique prendre le pas sur son (indéniable) intelligence. Tenter d’intimider des types qui ne sont finalement que de petits employés en usant de sa position de député et de sa stature d’homme médiatique était la chose à ne surtout pas faire en présence de caméras. Si piège il y avait, force est de reconnaître que Mélenchon est tombé dedans à pieds joints : en perdant tout self-control face à l’adversité, il a laissé entrevoir qu’il n’avait peut-être pas les épaules assez solides pour endosser le très lourd costume présidentiel et que, de plus, il était capable d’un grand mépris envers les « inférieurs » (dont il se veut pourtant le champion).
    Bref, Mélenchon a confirmé ce que l’on savait déjà à son sujet : il est peut-être taillé dans le bois dont on fait les bons opposants, mais certainement pas dans celui on fait les dirigeants, bons ou mauvais.


    • Le421 Le421 19 septembre 18:54

      @Sergeant Pepper

      une violence verbale incroyable

      Vous êtes probablement habitué aux soirées thé/baccarat d’Auteuil-Neuilly-Passy.
      Dans la vraie vie, je pourrais vous raconter ce qu’est une violence verbale incroyable.
      Vous êtes peu crédible sur ce point...


    • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 19 septembre 19:04

      @Le421
      « Vous êtes probablement habitué aux soirées thé/baccarat d’Auteuil-Neuilly-Passy. »
      Non, non. Je suis plutôt ermite rural joints/livres.

      « Vous êtes peu crédible sur ce point... »
      Et sur les autres ?


    • Le421 Le421 19 septembre 21:17

      @Sergeant Pepper
      Je pense que vous vous êtes contenté des passages bien gras passés en boucle sur BFMTV...
      A part ça, si vous regardez l’intégralité de la perquisition, vous verrez qu’il n’y a que peu de temps avec une attitude violente, du moins en parole, de JLM.
      Pour le refaire, à son âge, y’a du boulot.
      Je ne vous embête pas plus longtemps, vous allez rater les infos à la télé.

      PS : On parie quoi sur les résultats de cette « enquête » digne de Mesrine ??


    • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 20 septembre 12:26

      @Le421

      « PS : On parie quoi sur les résultats de cette « enquête » digne de Mesrine ?? »

       

      Je ne parierai pas. En tout cas, pas là-dessus. Pour le peu que j’en sais, toute cette affaire pourrait effectivement n’être qu’une coquille vide, une montagne qui accouchera d’une souris.

       

      En revanche, je veux bien parier sur la fin de la FI, au moins sous sa forme actuelle : JL Mélenchon est devenu un boulet pour son parti, il y accapare trop de place et ne fait plus rêver grand monde. C’est un mammouth en fin de course, qui aurait dû laisser la main en « pleine gloire », après sa (très bonne) campagne présidentielle de 2017. D’autre part, en plus des flottements (l’UE, on en sort ou on en sort pas ?) et des égarements (le Venezuela, par exemple, ne parle guère à un chômeur ou un ouvrier qui n’arrive pas à finir le mois), la FI a fait l’erreur de marginaliser et/ou d’exclure des cadres (et donc des militants) « souverainistes » et d’accorder trop d’influence aux indigénistes/communautaristes du PIR et d’ailleurs. Or ces derniers, ennemis de notre idéal républicain, constituent un véritable repoussoir pour une majorité de Français, dont votre serviteur (pas étonnant du coup que nombre des électeurs naturels des partis de gauche accordent désormais leurs voix à l’extrême-droite – Ne m’accusez surtout pas d’être du nombre : après m’être plus ou moins impliqué dans un certain nombre de luttes diverses il y a une trentaine d’années, je suis désormais plutôt d’obédience abstentionniste/je-m’en-foutiste, avec un je-ne-sais-quoi de kaczynskiste.)

      La bonne nouvelle pour la FI, c’est que, compte tenu de l’offre qui nous est actuellement proposée, il existe certainement suffisamment d’espace dans le paysage politique pour qu’elle puisse se réinventer sans Mélenchon et faire de nouveau de jolis scores. Mais il lui faudra pour cela des hommes et des femmes nouveaux (surtout pas des Corbière, des Garrido ou des Chikirou  !) et un programme sans complaisance aucune pour les communautaristes à la Obono ou à la Bouteldja.

       

      P.S. : je n’ai pas de télé.


    • JulietFox 20 septembre 16:07

      @Sergeant Pepper
      Il leur a tiré dessus au LBD ?


    • Sparker Sparker 21 septembre 13:56

      @Sergeant Pepper

      Bah vous avez le RN pour ça, allez y ils recrutent...


  • Trelawney Trelawney 19 septembre 16:48

    Avec ce procés, on juge la forme et pas le fond de l’affaire.

    Le fond de l’affaire est « l’intimidation administrative au profit d’un pouvoir en place ».

    La commission rogatoire diligentée par un simple procureur de la république pour tenter de chercher des preuves dans un éventuel délit par ailleurs instruit par un juge d’instruction, n’est ni efficace, ni logique. On voudrait créer un vice de procédure qu’on ne s’y prendrait pas autrement. 

    Que Mélenchon soit un sanguin et qu’il réponde, comme il en a l’habitude à une « provocation judiciaire » est un fait. Que certaines personnes au sein de l’appareil judiciaire et administratif se servent de leur fonction à des fins politique est autrement plus grave. 

    Eric Alt vice président d’Anticor et celui qui a dénoncé l’affaire Ferrand Mutuelle de Bretagne fait l’objet d’une enquête administrative, pour en tant que magistrat, avoir représenté Anticor dans l’affaire de Richard Ferrand.


    Ca n’est pas trés démocratique tout cela


    • Pere Plexe Pere Plexe 19 septembre 22:28

      @Trelawney
      C’est effectivement l’enjeu de ce procès.
      Un parquet aux ordres qui ordonne la perquisition d’un parti d’opposition et empêche son leader d’assister...ça devrait faire réfléchir.
      Le pire étant que se sont souvent de soit disant adversaires de Macron qui applaudissent !


  • the clone the clone 19 septembre 17:32

    Le grand gagnant c’est Macron qui il a bien réussit son coup , échec et mat ....


  • Désintox Désintox 19 septembre 19:49

    Le budget de campagne de J-L Mélenchon a été le plus faible des 5 premiers candidats à la présidentielle :

    • 16,7 millions pour Macron
    • 15 millions pour Hamon
    • 13,8 millions pour Fillon
    • 12,4 millions pour Le Pen
    • 10,7 millions pour Mélenchon

    Or, chacun a pu observer que la campagne de Mélenchon a été la plus active.

    S’il a triché, que dire des 4 autres


    • Le421 Le421 19 septembre 21:22

      @Désintox
      16.7 pour Macron avec toutes les facturations proches de zéro pour pas mal de prestations...
      GL Events a son retour sur investissement maintenant.
      Entre autre.
      Je dis ça, je dis rien.
      Au fait, on est où sur l’enquête du financement de la campagne de Jupiter ?
      Parce qu’il semblerait, sauf erreur de ma part, qu’il y a quelques irrégularités relevées.
      Belloubet veille au grain ??


  • Eric Havas Eric Havas 19 septembre 20:11

     

    Pour un gueux  :

     

    menottes

    poste

    comparution immédiate pour rébellion le lendemain

     

    Tout le monde n’est pas négrier cacique chéri de Soros...

     


    • Le421 Le421 19 septembre 21:23

      @Eric Havas
      La Baudruche Négrière dans toute sa splendeur.
      Dehors le clown !! smiley


    • Traroth Traroth 20 septembre 08:13

      @Eric Havas
      En fait, ceux que vous appelez si élégamment les gueux n’auraient jamais subi ce qu’a subi Mélenchon ce jour-là.

      Et la comparution immédiate ne se fait qu’avec l’accord du mis en cause, hein.


    • JulietFox 20 septembre 16:10

      @Le421
      Il a été piqué avec une aiguille de phonographe.
      Le disque est rayé : Soros, Soros, Baudruche, Soros, Soros, Baudruche,

      Soros, Soros, Baudruche,

      Soros, Soros, Baudruche,

      Soros, Soros, Baudruche,


  • the clone the clone 20 septembre 07:52

    Jeu des 7 familles , dans la famille quisition donnez moi le père ......


  • LREM= Les Réseaux d’Entraide des Mafieux... Macron c’est le parti des banques d’affaires et des rentiers. Quiconque s’y oppose subira la loi du parrain !


  • William 20 septembre 10:10

    L’artillerie lourde judiciaire contre LFI au siège et jusqu’au domicile de dirigeants, sur la foi de dénonciation sans preuve (et non plainte d’instances publiques) alors qu’il n’y a aucun indice majeur et absolument aucun enrichissement personnel est visiblement disproportionnée. JLM a un tempérament sanguin et s’est laissé emporte par l’énervement, mais les média mainstream passent en boucle quelques secondes sur une opération qui a duré des plombes.

    Ceci dit, la baisse de score entre les présidentielles et les européennes ne viennent pas de ce coup de sang, mais plutôt du fait qu’en 2017, il était le « candidat de gauche le mieux placé » au premier tout et a recueilli largement au delà de son mouvement, alors qu’en 2019, il y a eu -comme en 2009- une vague verte liée à la conjoncture notamment au sein de la jeunesse.


  • the clone the clone 20 septembre 10:41

    LREM = le rance en marche


  • Albert123 20 septembre 11:45

    « Qu’ils s’en aillent tous » ce qui comprend aussi Melenchon et toute sa clique.

    Que cette lie politicarde s’embroche, qu’ils s’entre-tuent tous autant qu’ils sont , qu’ils emportent avec eux la magistrature toute aussi compromise.

    Quand nous seront enfin débarrassé de toutes les fausses alternatives (de gauche comme de « droite ») que cette république de vendus nous propose, nous pourrons enfin nettoyer comme il se doit les institutions de cette saloperie hypocrite et nuisible


  • un des P'tite goutte un des p’tite goutte 20 septembre 13:51

    Je suis pas LFI mais ai été dégoutté par ces méthodes, parmi les premières qui m’ont fait ressurgir le vomi stalinien, les remugles glauques de la manipulation politiciennes basse en besogne. Je pense qu’en voyant une armada à gilets pare-balles, et plein de moyens d’affirmation de force non nécessaire, j’aurai piqué ma crise aussi. Lamentable ; grotesque et pire car volontaire, calculé, calculé...ça pue. Honte à maqueron.


  • JMBerniolles 20 septembre 13:52

    Afin de maintenir les gens dans le monde fictif qu’ils créent, - pour camoufler ou de transformer les réalités (Par exemple les menaces liées aux taux d’intérêts négatifs bien décrits par une manière de gérer la dépréciation de la monnaie qui passe mieux que l’inflation.. qui peuvent conduire les Banques à puiser dans les comptes clients, la vraie nature du régime que nous subissons c’est à dire une forme de dictature à façade républicaine) -, les médias montent en épingle des affaires, sous leur aspect superficiel, qui monopolisent l’information ad nauseam. Il en est ainsi de l’affaire Balkany par exemple. Et vu le nombre d’articles sur ce sujet sur Agoravox par des auteurs indépendants cette technique marche très bien.

    Cette affaire avec Mélenchon et des cadres de la Phi est traitée de la même manière, un flot d’informations sur l’aspect superficiel des évènements. Ce côté comedia del Arte permettra in fine de ne pas trop charger les prévenus, alors que les accusations sont graves.

    Incidemment cela permet de voir également que Mélenchon et la Phi ne constituent pas une opposition redoutable. C’est le cas de Marine Le Pen et de son mouvement également. 


    • alinea alinea 21 septembre 17:23

      @JMBerniolles
      C’est le contraire !! je ne comprends pas : il n’y a aucune accusation contre Mélenchon, FI !! Les pauvres victimes se débinent, et le pouvoir qui a agi en toute illégitimité ne se verra pas accuser !
      C’est pas « traiter superficiellement » ! c’est dévoiler malgré soi l’inanité, la vulgarité, la décadence d’une justice grotesque !
      Je ne sais pas si la FI est redoutable mais ce qui est sûr c’est qu’elle l’est assez pour que le gouvernement monte un bobard gros comme une maison : il compte ainsi en éloigner tous ceux, et ils sont nombreux, qui sont enclins à « détester Mélenchon » !!
      Et ça marche ! c’est d’un triste.


    • JMBerniolles 21 septembre 21:58

      @alinea

      Vous n’êtes pour rien dans tout cela, comme beaucoup d’adhérents de la Phi que je connais et pour lesquels j’ai de la sympathie d’ailleurs.

      Ce mouvement, la Phi, dont le côté informel est très pratique pour imposer la domination d’une clique que votre Vidéo (que je suis incapable de voir jusqu’au bout) expose, ne fournit aucune analyse sérieuse sur les points essentiels du contexte politique actuel : économie, énergie, géopolitique… aux personnes qui s’y sont engagées. On leur demande juste ce que vous manifestez ici, d’être des inconditionnels de Mélenchon et de son clan.

      Dans les débats sur ce site je constate que les militants de la Phi sont complètement démunis sur les questions centrales. Ils sont continuellement sur la défensive. Et on en conclut facilement que ce mouvement ne peut qu’être en perte vitesse. Pour moi c’est une stérilisation de forces progressistes.

      J’ai vu avec stupeur que dans l’enceinte du tribunal on en est arrivé à un pugilat entre Mélenchon et Dupont-Moretti un avocat partie prenante du système, gonflé par le système et particulièrement antipathique du fait de son attitude prétentieuse entre autre. On était dans la mascarade, on sombre dans la bouffonnerie guignolesque. On comprend facilement qu’il n’y avait pas de peines sérieuses en jeu, malgré la gravité des réquisitions. 

      Un pouvoir dictatorial, celui sous lequel nous sommes avec une très forte composante policière, a besoin d’une opposition fantoche qui soit un peu crédible.
      Que vous le vouliez ou non Mélenchon est un responsable politique fini, usé jusqu’à la corde qui a perdu toute crédibilité, hors ceux qui veulent bien y croire encore. Cette affaire ne va pas arranger les choses. 

      Comme on le voit avec ces jeunes envoyés manifester pour le Climat, un domaine où ils ne connaissent vraiment rien, l’ « écologie manipulée et dirigée » soit l’écologie politique est utilisée par notre gouvernance pour inféoder les peuples d’une manière idéologique. Cela marche parce qu’en même temps il a une féroce police de la pensée, une censure totale, des attaques visant à dégrader les personnes qui pensent librement… Ce système a fait d’Assange qui a révélé des faits graves qui ne sont pas contestés un mort vivant. Une personne que l’on fait mourir par dégradations physiques et mentales… On ne pas comparer Mélenchon à ce martyr.

      Je développe cela, qui ne va pas remonter ma cote auprès de vous, parce que j’ai du mal à vous voir comme quelqu’un de décérébré. La situation actuelle fait que pour comprendre leur environnement, leur contexte, les gens sont obligés de réfléchir par eux-mêmes.. prenez ce chemin 


    • alinea alinea 22 septembre 00:00

      @JMBerniolles
      Je relis demain ; mais personne ne compare Mélenchon à Assange ! Vous devez mal comprendre Mélenchon : certes il pleure parfois, mais pour le coup il insiste sur l’insignifiance des « reproches », la mascarade du procès, la déglingue de l’organisation... bref Macron pourrit et sape la république... et tout le monde comprend, comme vous : Mélenchon est fini parce qu’il a piqué une colère parce que le gouvernement est une dictature. Devant la dictature en marche, il faut rester zen si on est bien élevé ! Les timorés me foutent les boules d’une force !
      Et les bobos se promènent sur les ponts de Paris... pour le climat !
      Ce monde est cinglé ...sauf mes potes en jaune.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 septembre 00:14

      @alinea

      Et les bobos se promènent pour le climat , leurs enfants aussi ...c’est bo et tellement trop mignon ...


    • JMBerniolles 22 septembre 13:35

      @alinea

      Nous sommes trop dépendants d’une « information » officielle, manipulée, mensongère souvent.. et orientée qui nous éloignent des vérités et réalités essentielles du moment.

      Ainsi une bonne partie de la propagande servie par nos médias asservis a été consacrée à l’étouffement de la vérité qui se matérialise de plus en plus sur les réalités du 11 septembre. Journalistes, « experts » bidons, politiciens se sont multipliés pour maintenir une version officielle qui, dans les faits, s’est écroulée aussi vite que les tours. Finalement ce crime contre son propre peuple outre les milliers de morts de citoyens américains a fait des millions de morts injustes et cela continue.

      Nous avons eu récemment les manœuvres pour attaquer militairement le Venezuela qui ont échouée lamentablement, néanmoins relayées avec certainement une efficacité redoutable par les sanctions économiques et embargos.. Et maintenant les tournants majeurs dans les guerres au Moyen Orient. La supériorité militaire des USA, qui ne lui a pas fait gagner de guerre malgré tout, est un élément du passé. Le monde est ainsi définitivement multi polaire et notre pays la France, à la dérive et plombé par des pouvoirs, depuis les années 90, qui détruisent ses ressources et richesses, a de moins en moins sa place dans le concert mondial.

      Dans le même temps une crise financière majeure se profile. Aux USA et en Europe des traités, la planche à billets est ressortie précipitamment. Cela ne règle pas le problème de fond et surtout cela ne relance jamais l’économie réelle...

      Pour la plupart des gens ce contexte et ces réalités semblent très loin de nos problèmes. Erreur majeure. Par ce que si l’on veut rétablir notre situation, il faut non seulement sortir du système monétaire euratlantique, de l’Europe des traités néo libéraux, de l’OTAN naturellement, mais aussi revoir complètement notre politique extérieure, renouer avec la Russie, avec l’Iran.. cesser nos interventions militaires et autres en Afrique et au Moyen Orient .. Cette vision là est complètement étrangère à tout notre arc en ciel politique. 


    • alinea alinea 22 septembre 13:59

      @JMBerniolles
      Non, pas à tout l’arc en ciel : c’est exactement le programme de l’avenir en commun.Mais c’est tellement plus à notre portée de parler de Mélenchon, ses femmes, ses coups de gueules, ses sous,etc.
      Certes, dans ce programme, il est fortement question de sortir du nucléaire, c’est-à-dire, cesser très vite de couvrir la planète de déchets irradiants, et passer toute notre intelligence à « faire avec » la nature plutôt que vouloir être les maîtres de monde.


  • Traroth Traroth 20 septembre 15:18

    Dupond-Moretti a complètement perdu les pédales durant le premier jour d’audience, tapant sur la table et insultant les Insoumis, ce qui a poussé le président du tribunal à interrompre la séance. Mélenchon lui a conseillé de prendre une camomille...


    • JulietFox 20 septembre 16:13

      @Traroth
      Dupont Moretti fait du cinéma

      www.allocine.fr › Stars › Acteur › Acteur français
      Une intime conviction : « Un film de procès avec une dynamique de thriller ». NEWS - ... « Chacun sa vie » : Eric Dupond-Moretti, Gérard Darmon, Béatrice Dalle.

    • Traroth Traroth 20 septembre 18:36

      @JulietFox
      Tant mieux pour lui. En l’occurrence, je ne pense pas que ça ait été bénéfique à ses clients...


Réagir