mercredi 9 juin - par taktak

Police : Lettre ouverte aux gardiens de la paix

À plusieurs reprises, le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) s’est exprimé sur la situation de la police et des policiers en France, réalisant récemment un entretien avec Alexandre Langlois sur ce sujet (https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/video-police-surete-democratie-alexandre-langlois-policier-debat-avec-fadi-kassem/).

À l’occasion de la journée de mobilisation des policiers devant l’Assemblée nationale, le PRCF a rédigé cette lettre ouverte à destination des gardiens de la paix. Comme cela a déjà été affirmé à diverses occasions, le PRCF :

  1. Apporte son soutien à tous les éléments intègres et honnêtes opérant au sein de l’institution policière afin de garantir la sûreté générale et la tranquillité publique ainsi que de combattre tous les crimes et délits, y compris ceux perpétrés par l’oligarchie capitaliste qui, se croyant au-dessus des lois qu’elle instaure, s’illustre notamment par sa corruption – mal fondamental selon la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (DDHC) du 26 août 1789. En ce sens, le PRCF rejette les slogans gauchistes irresponsables tels que « Tout le monde déteste la police » ou « La police est raciste ».
  2. Condamne la surenchère ultrasécuritaire fascisante orchestrée par des « syndicats » opposant la police à la justice et relayée chaque jour par des médias dominants réactionnaires (C-News en tête) et des politicards eux-mêmes sous le coup de la loi comme Le Pen. Le prétendu « Rassemblement national », les pseudo « Républicains », la Macronie, les idiots utiles du PS et d’EELV (et de plus en plus, au sein même du PCF) : tous poussent le pays à la guerre civile en réduisant l’ennemi aux seuls délinquants et criminels des « banlieues » (qui seront naturellement combattus, à commencer par les courants intégristes menaçant la République une et indivisible), sans jamais parler des « criminels en col blanc » et de tous les séparatismes, dont celui des euro-régionalistes s’acoquinant avec l’extrême droite comme en Alsace.
  3. Appuie les revendications sociales des syndicats progressistes (CGT-Police et Vigi) en faveur d’une meilleure rémunération et d’une meilleure formation, de moyens de lutter contre les trop nombreux suicides ayant lieu chaque année, pour une politique non plus du chiffre mais de l’éradication réelle de tout ce qui pourrit la vie de millions de citoyens et de travailleurs honnêtes (trafics de toute nature, corruption, violences verbales et physiques), etc.
  4. Défend une restructuration profonde de l’institution policière, mais aussi du système pénitentiaire et de la justice, au service des, et contrôlée par les, travailleurs, afin que « la loi protège la liberté publique et individuelle contre l’oppression de ceux qui gouvernent » (article 9 de la DDHC du 24 juin 1793) et que la police et la justice ne soient pas le « bras armé de la bourgeoisie ». Ce qui implique notamment d’en finir avec les éléments réactionnaires et fascistes opérant en leur sein, la création de centres d’éducation et de travail (CEDTRA) visant à se substituer à terme à des prisons aussi surpeuplées qu’inefficaces mais aussi d’accroître fortement les moyens humains, matériels et intellectuels d’institutions indispensables à l’établissement d’un ordre socialiste au détriment du désordre généré par le capitalisme.

Davantage de propositions ont été formulées dans le cadre des mesures d’urgence, afférant aux questions de la corruption (https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/mesure-n4-eradiquer-toutes-les-formes-de-corruption/) et de la sûreté générale dans le pays (https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/mesure-n5-etablir-les-bases-regaliennes-dun-etat-socialiste/). Le PRCF les soumet à discussion et comme propositions pour faire face à tous les violences, délits et crimes, mais sans céder aux sirènes fascisantes de l’extrême droite et de toutes les forces qui lui emboîtent le pas, les forces de la pseudo « gauche » établie incluses (PS, EELV, PCF-PGE).

https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/lettre-ouverte-du-prcf-a-destination-des-gardiens-de-la-paix/

La Lettre ouverte aux gardiens de la paix

Citoyennes, citoyens,

Héritier des grandes traditions républicaines, patriotiques et progressistes du Parti Communiste Français, les militants franchement communistes du PRCF s’adressent à vous fraternellement afin d’engager un dialogue constructif et exigeant sur la situation de l’institution policière et sur vos conditions de travail. Vous avez été récemment endeuillés par des crimes inqualifiables témoignant d’une disqualification croissante d’un service public majeur pour assurer la sûreté générale du pays – ce qui est un droit fondamental comme le stipule l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (DDHC) du 24 juin 1793. Vous êtes de de surcroît de plus en plus la cible de violences quotidiennes dans plusieurs communes de France, ce dont témoigne l'invraisemblable attaque au mortier à Argenteuil.

Publicité

Au-delà, depuis des années, essaiment les débats vous concernant, parmi lesquels : la multiplication des délits et des crimes en France que vous combattez avec détermination et sens du devoir ; les conditions d’exercice de votre métier qui se dégradent sous l’influence de politiques euro-austéritaires et ultrasécuritaires ne répondant pas à vos besoins ; mais aussi, et parce que nous refusons de taire des pratiques délictueuses qui se répercutent sur l’image de votre profession, des violences perpétrées par certaines « forces de l’ordre » à l’encontre de gilets jaunes, de syndicalistes pacifiques, de travailleurs, lycéen(ne)s et étudiant(e)s en lutte, forces politiques progressistes, etc., lors de diverses manifestations.

Disons-le d’emblée, nous refusons deux positions aussi stériles que caricaturales. D’un côté, affirmer qu’il n’y aurait ni racisme au sein de la « police républicaine », ni actes délictueux de la part de certains policiers, ni de violences commises à l’encontre de citoyens et de travailleurs se heurte à la réalité dont est également choquée la masse des policiers républicains que rebutent ces comportements. Des policiers ont été révoqués à Rouen pour avoir proféré des propos racistes dénoncés par un de leurs collègues qui constituait leur cible ; un service de police a été dissous en juillet 2020 à Saint-Denis pour participation à un trafic de stupéfiants ; et comment oublier la féroce répression des gilets jaunes qui, pour nombre d’entre eux, n’avaient jamais manifesté et exprimaient une colère sociale face à des politiques détruisant la France et de la République ? Il est impossible d’ignorer ces faits, au même titre que le scandaleux tabassage de Michel Zecler en novembre dernier qui a suscité une vive et légitime émotion dans le pays.

Pour autant, nous condamnons les slogans imbéciles et irresponsables tels que « tout le monde déteste la police » ou « la police est raciste », ce qui vise à humilier gratuitement l'ensemble des fonctionnaires qui se veulent avant tout des « gardiens de la paix » soumis à l’instrumentalisation politique et à une absurde « politique du chiffre ». Ces dernières années, les politiciens Hortefeux, Valls, Castaner, Darmanin et le préfet Lallement vous ont essorés en vous poussant à l’affrontement avec des manifestants très majoritairement pacifiques, sournoisement assimilés aux éléments violents ayant récemment attaqué la CGT ; avec le risque, au passage, de renforcer les positions racistes et fascisantes en votre sein.

Pendant ce temps, les euro-gouvernements successifs n’ont pas traité les problèmes centraux vous affectant : près de 25 millions d’heures supplémentaires cumulées impayées ; le gel du point d’indice des fonctionnaires depuis 2010, confirmé par la Macronie ; une puissance publique se désinvestissant du financement de l’immobilier et de l’équipement ; des dizaines de suicides chaque année ; un terrible manque de moyens humains et matériels alimentant le délitement exponentiel de la France – avec ses conséquences en matière de délits et de crimes qui pourrissent la vie de millions de travailleurs et de citoyens, notamment dans les communes rurales et les quartiers populaires ; une formation insuffisante et insatisfaisante ; la multiplication des polices locales compensant mal, voire dangereusement parfois, le retrait de la police nationale, sans compter l’exposition à des dangers aussi fondamentaux que les attentats qui visent de plus en plus, prioritairement, les gardiens de la paix. Nous sommes d'autant plus sensibles à ces problématiques que nous les vivons aussi en tant que militants communistes proches des travailleurs, des habitants des banlieues et des « périphéries », des enseignants abandonnés par leur hiérarchie, etc.

Face à cette fausse « dialectique », les militants franchement communistes du PRCF réaffirment leur attachement à la DDHC de 1793 qui stipule : « La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun de ses membres pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés » (article 8) ; « La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l’oppression de ceux qui gouvernent » (article 9). Cette double condition n’est pas réunie avec la Macronie, dont le rôle de gardien de l’ordre capitaliste euroatlantique a débouché sur l’explosion de la contestation sociale multiforme depuis des années. Elle ne le sera pas davantage avec les faux « Républicains » qui, sous Sarkozy, ont supprimé la police de proximité et réduit les effectifs sous couvert de postures ultrasécuritaires.

Quant au prétendu « Rassemblement national », son arrivée au pouvoir pousserait à la guerre civile. En outre, comment croire que le RN vaincra « l’ »insécurité, qu’il assimile démagogiquement uniquement aux immigrés en maintenant la France dans l’UE et au sein de l’espace Schengen, donc en acceptant l’absence de contrôle des frontières nationales ainsi que la « totale liberté de circulation » des capitaux, des services, des hommes et des marchandises, parmi lesquelles les armes de guerre de plus en plus présentes sur notre territoire ?! Comment croire également que le « tout-carcéral », promu par l’extrême droite et par la droite dure, réglera les problèmes, alors que le système pénitentiaire, saturé et impuissant, constitue, tel qu'il est aujourd'hui, un démultiplicateur de violence et de récidive ?

La solution ne viendra cependant pas plus de la « gauche » institutionnelle – EELV, PS, PCF notamment – dont l’angélisme hypocrite, que reconnut lui-même Jospin en son temps, a favorisé l’actuelle situation ; quant aux gauchistes de toute nature, en combattant par essence la police, ils créent les conditions pour une désastreuse anarchie servant la soupe au RN. Dans la France souveraine et démocratique en marche vers le socialisme que nous souhaitons, il y aura bien entendu une police, mais qui ne sera plus dévoyée pour servir de bouclier à l'injustice sociale : elle sera entièrement au service de la population – de même que l'armée ne servira à rien d'autre qu'à garantir la défense du territoire national.

Voilà pourquoi nous vous proposons une Alternative Rouge et Tricolore portée par Fadi Kassem et le PRCF, afin de reconstruire « une police républicaine au service du peuple ». « Une police municipale qui poursuit les malfaiteurs, au lieu d’une police politique qui poursuit les honnêtes gens », donc « une milice nationale qui défend les citoyens contre le pouvoir, au lieu d’une armée permanente qui défend le pouvoir contre les citoyens » comme le déclara et le mit en pratique la Commune de Paris, et comme les militants franchement communistes du PRCF, attachés à un service public de qualité, à la sûreté et à l’exemplarité ferme des gardiens de la paix dans l’exercice de leur fonction, le défendent aujourd’hui.

Publicité

Les citoyens et travailleurs d’une part, les policiers républicains d’autre part, sont du même camp, contrairement à ce qu’affirma le préfet Lallement : celui de la sûreté, de la tranquillité publique et de l’éradication de toutes les formes de violence et de délinquance – y compris celles des « cols blancs » ; mais aussi celui d’une police républicaine implacable avec tous les comportements racistes, antisyndicaux et violents de la part de certains de ses agents. Et ce, sans perdre de vue la nécessité politique et sociale absolue d’en finir avec tous les éléments contribuant au désordre et au chaos : aussi bien le terrorisme, les crimes et délits que l'intégrisme religieux, mais aussi que l’euro, l’UE, l’OTAN et le capitalisme exterministe qui sèment les inégalités, la misère et le chaos tout en détruisant la République léguée par la Révolution et par le CNR. Ce n’est qu’à ce prix, citoyennes et citoyens, que la paix civile, la justice sociale et la démocratie triompheront des maux qui détruisent la souveraineté, l’unité et l’indivisibilité de la République

Nous sommes à votre disposition pour engager le dialogue. Avec notre salut franchement patriotique et républicain.

Fadi KASSEM porte-parole de l’Alternative Rouge-Tricolore

Léon LANDINI, président du PRCF, médaillé de la Résistance

Georges GASTAUD secrétaire national du PRCF

 



10 réactions


  • Aux élections législatives de 2017, les valeureux kamarades du PéCé air F ont totalisé 115 et 144 voix, un véritable tsunami politique !


    • taketheeffinbus 9 juin 17:44

      @facta non verba au profil trendy
      Bien que ça semble déplaire à ceux qui notent votre commentaire, vos propos n’en restent pas moins vrai... Il n’y a plus de jeunes dans le PCF et ce dernier se meurt, plus grand monde ne vote pour eux.
      Que le PCF ait fait le choix de se désolidariser de LFI était sans doute le pire choix à faire pour la survie du groupe, LFI étant un énorme vivier de jeunes adhérents, qui auraient fricoté avec le PCF également...
      Les ambitions présidentielles du PCF, divisant d’autant plus la gauche, auront raison dudit parti.


    • taktak 10 juin 10:54

      @taketheeffinbus
      Deux précisions importantes :
      1°) ne pas confondre le groupuscule PCRF avec le PRCF, ce dernier étant une association de communistes d’une toute autre ampleur, nationale. Qui dispose au demeurant de quelques élus locaux, bien que la question électorale ne soit pas le centre de son action politique.
      2°) et ne pas confondre non plus le PCF et le PRCF. le premier n’est plus vraiment une organisation communiste mais est devenu assez tristement une succursale du PS. Le PRCF agit lui dans la clareté en posant franchement des questions et des propositions communistes dans le débat. y compris à l’attention de Fabien Roussel dont la démarche personnelle fait plus que poser question. Voir ici https://www.youtube.com/watch?v=y45ugf6W4As


  • sylvain sylvain 9 juin 20:35

    c’est une des analyses de parti politique les plus réalistes que j’ai pu lire

    esperons que ça intéressse encore quelqu’un


    • taktak 10 juin 10:56

      @sylvain
      Il ne faut pas hésiter à la partager autour de vous. Alimenter le débat avec des solutions lucides et positives ne nuira à personne dans cette ambiance crépusculaire ou les milliardaires avec leur télé et journaux tentent d’exploser le pays en dressant nos concitoyens les uns contre les autres et en s’appuyant sur leur duo infernal du pire de l’extremisme, MacronLePen


  • zygzornifle zygzornifle 10 juin 13:49

    Savent pas lire ....


  • zygzornifle zygzornifle 10 juin 13:52

    Le PCF en 2022 redemandera de veauter pour Macron et après il viendra chouiner quand il se fera fouetter par le boss ....


    • taktak 10 juin 17:20

      @zygzornifle
      Macron Le Pen c’est bonnet brun et brun bonnet. La même chose. Ceux qui veautent Marine Le Pen auront le même programme exclusivement fait pour les milliardaires et de destruction de la France.

      Juste une preuve ? Le Pen est pour continuer la destruction de la France et son inféodation à l’Union Européenne et à l’Euro. 

      On a vu avec le dialogue darmanin le pen qu’ils sont d’accord sur tout.

      bref, en 2022, s’il y a bien un point qui doit faire concensus pour les français qui sont soucieux de ne pas voir disparaitre le pays, c’est de ne pas veauter pour ceux qui défendent le même programme de casse de la France, le consortium Le Pen Macron Faure, Jadot Bertrand Pecresse & Cie.C’est le PMU, le parti maastrichien unique.


  • tashrin 10 juin 14:38

    ca ratisse large...


Réagir