mercredi 24 janvier - par Karugido

Le conseil anticonstitutionnel

JPEG

C'est reparti pour un petit article découverte sur l'une des causes profondes de notre impuissance.

Cette fois-ci j'aimerais attirer votre attention sur l'article 56 de l'anti-constitution de 1958.

 

Il s'agit du premier article dans la partie réservée au « Conseil constitutionnel ».

Cette institution joue un rôle très important dans la Vème Ripouhoblique.

En effet, elle a pour but officiel de jouer le rôle de garde-fou suprême du système faussement qualifié de « Démocratie », servant de support à nos vies.

 

On peut s’interroger sur le bien fondé de cette institution du point de vue du peuple.

Car en s'intéressant uniquement à sa composition, on peut déjà percevoir un danger de concentration des pouvoirs et de non-représentativité du peuple de France, un phénomène si cher aux démocratures tyranniques du 21ème siècle...

Car non seulement 1/3 du Conseil est choisi par le Président en fonction, alors que ce même conseil est censé prévenir des abus de pouvoir du chef suprême de la nation.

Mais en plus un autre tiers est choisi par le Sénat qui est l'une des institutions les plus représentatives du petit nombre, des oligarques, étant donné qu'il s'agit d'oligarques choisis par des oligarques.

C'est pourquoi, une certaine personne aimait appeler le Sénat : « la citadelle des possédants ».

 

En plus de ces 2/3, dont l'un sera forcément à la botte de l'exécutif et l'autre sera à la botte des oligarques, il faut ajouter à cela tout les anciens Présidents encore en vies.

Ces hommes du passés (dépassés) qui, comme nous pouvons le constater avec le recul, sont d'accord entre eux sur l'essentiel de notre système politique.

A savoir un système, un ordre, dans lequel le petit nombre soumet le grand nombre à sa volonté prédatrice, à l'accaparement des richesses et du pouvoir.

Ainsi, malgré des Présidents de divers bords, leurs politiques ont toujours été dans le même sens, celui d'une présumé « rigueur » et l'austérité économique, le renforcement de l'autorité de l’État sur le plus grand nombre (lois liberticides, taxation etc...) tout en allégeant la vie des grandes entreprises et autres congloméras d'oligarques de diverses industries.

 

Mais comme dirait l'adage, plus c'est gros mieux ça passe.

Les oligarques ont même eut le culot de réserver à l'Empereur en fonction le droit de nommer le Président du Conseil...

 

Il va de soit que tout cela est absolument anti-démocratique et ne garanti en rien la séparation des pouvoirs car non seulement l’exécutif (Président) dispose de plus de force que le pouvoir législatif (Assemblée+Sénat), mais en plus le SEUL pouvoir qui devrait et pourrait jouer un rôle d'arbitre, le pouvoir judiciaire, n'est même pas invité à prendre place dans cette institution censée être cruciale.

 

C'est dommage, en plus ils étaient pas loin : il y a 3 pouvoirs, il y 3 tiers... mais non ! Ils ont quand même réussi à se planter...

Enfin « se planter »... il faudrait être d'une naïveté folle ou être victime d'une profonde aliénation pour s’imaginer 1 seconde que ceci est une erreur.

Car l'article 56 de la constitution n'est qu'un article, parmi tant d'autres souffrant du même mal.

Ce mal qui permet la mise en place d'une tyrannie pure et simple par la non-séparation des pouvoirs ainsi que par la spoliation du droit naturel donné au peuple de France : l'autodétermination.

 

C'est pourquoi, plus que jamais, il faut prendre conscience de tout cela afin que l'imposture de cette fausse Démocratie cesse et qu'elle puisse être comprise par toutes et tous.

Car seulement après nous pourrons envisager un système différent, un système plus juste et pourquoi pas, une Démocratie réelle  ?

 

Pour ceux qui sont intéressés par ce sujet je vous invite à voir/lire les autres publications de banalisation de la constitution en cliquant sur le lien suivant : https://www.agoravox.fr/auteur/karugido
Ou via FB (rubrique "photo") : https://www.facebook.com/karugido/

 

L'intégralité de l'article 56 :

 

« Le Conseil constitutionnel comprend neuf membres, dont le mandat dure neuf ans et n'est pas renouvelable. Le Conseil constitutionnel se renouvelle par tiers tous les trois ans. Trois des membres sont nommés par le Président de la République, trois par le président de l'Assemblée nationale, trois par le président du Sénat. La procédure prévue au dernier alinéa de l'article 13 est applicable à ces nominations. Les nominations effectuées par le président de chaque assemblée sont soumises au seul avis de la commission permanente compétente de l'assemblée concernée.

 

En sus des neuf membres prévus ci-dessus, font de droit partie à vie du Conseil constitutionnel les anciens Présidents de la République.

 

Le président est nommé par le Président de la République. Il a voix prépondérante en cas de partage. »



22 réactions


  • Brutus S. Lampion 24 janvier 08:40

    Mais qu’est-ce que vous allez chercher ?

    Ces sages expérimentés et vigilants qui nous protègent sont là pour veiller au grain et et intervenir en cas de dérapage (chose heureusement très rare, vu l’intégrité et le discernement des acteurs politiques.

    En plus, comme vous dites, depuis la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008, le Conseil constitutionnel peut être saisi sur les lois déjà promulguées. Bon d’accord, cette saisine (Question prioritaire de constitutionnalité) a lieu à l’initiative de l’une des parties (c’est-à-dire entre soi et soi), et après filtrage des requêtes par le Conseil d’État ou la Cour de cassation (vous voyez que le pouvoir judiciaire est sollicité). Mais des cailloux arivent à passer le filtre et si « l’une des parties » déraillaient, ils pourraient abolir une loi promulgée. Heureusement, les deux autres tiers sont là, sinon ce serait la chienlit, comme disait le parrain de cette constitution.


    • Karugido Karugido 24 janvier 10:27

      @S. Lampion
      "Ces sages expérimentés et vigilants qui nous protègent sont là pour veiller au grain et et intervenir en cas de dérapage

      "

      J’adore cette phrase, elle est magnifique et en total décalage avec la réalité des actions passés.
      Du coup je pense que ce n’est pas vraiment nécessaire d’aller plus loin vue que ça ne servira à rien.

      Après c’est peut être un message entièrement ironique et dans ce cas là je dis chapeau l’artiste, car j’ai bien ri.


    • charlyposte charlyposte 24 janvier 10:38

      @S. Lampion
      Une méthode pour calmer les veaux récalcitrants !!!


    • Brutus S. Lampion 24 janvier 13:56

      @Karugido

      si vous me connaissiez un peu, vous sauriez que c’est le cas
      mais le second degré est un exercice périlleux dans lequel on risque de passer pour un con
      quand c’est le cas, je savoure ce plaisir pervers de gourmet blasé et je souris


    • Zolko Zolko 25 janvier 08:43

      @Karugido : si vous connaissiez mieux ce site, vous sauriez que Mr Lampion est aussi représentant de la boucherie Sanzot et qu’il fait de la CB (mais malheureusement il Mr Lampion a changé son avatar et cette info est donc moins visible).


    • Brutus S. Lampion 25 janvier 09:13

      @Zolko

      merci pour ce rectificatif qui éclairera le débat, mais pour être tout-à-fait exact, il faut remettre les choses en ordre :

       je suis représentant exclusif des assurances Mondass à moulinsart et non pas de la bouchei=ries Sanzot, excellent au demeurant et où se fournit Mme Lampio, mo, épouse

       je ne fais pas de la « CB » qui est une technologie américaine adoptée par les routiers, mais je suis « radio amateur » : la CB est plafonnée à 4 watts de puissance par la FCC. alors que la radio amateur est plafonnée à 1500 watts de puissance par la FCC. La radio amateur est donc littéralement, potentiellement 375 fois plus performante que la CB. 

      Bon, mais à part ça, je suis très modeste.


    • Karugido Karugido 25 janvier 10:56

      @Zolko @S.Lampion

      Merci pour ces précisions :D
      J’espère que j’aurai l’occasion de déguster quelques délice de la boucherie Sanzot, j’ai ouïe dire que leurs jambons sont fantastique :P .

      Mondass ?! Ah oui quand même ! C’est pas la célèbre compagnie qui a signé un contrat juteux de protection contre les risques d’avalanches avec la ville de Dubaï pour les prochain JO d’hiver ?


    • Brutus S. Lampion 25 janvier 16:37

      @Karugido

       smiley


  • Lynwec 24 janvier 09:16

    Tout ça c’est très bien, mais les génies du site vous rétorqueront que « la commission électorale russe... »

    La paille et la poutre, version Agoravox...

    Depuis le temps que je m’échine à écrire ici-même que nous ne sommes pas une démocratie mais une tyrannie ploutocratique, ça commence enfin à faire tilt...

    Rien que le mode de nomination au CC suffit à invalider cet organisme, et l’ensemble de l’anticonstitution de 1958 est sur le même moule... Aucune séparation réelle des pouvoirs, donc PAS DE CONSTITUTION...

    On a de toutes manières pu juger de « l’indépendance » du bouzin, prêt à valider sans broncher les mesures d’apartheid vaxxinal dont on n’aurait pas rougi quelques quatre-vingt-dix ans en arrière...et pour cause...

    Ils connaissent parfaitement les failles du système, le CC n’ayant pas invalidé l’élection de Chirac en 1995 (on ne pouvait pas, prétendent-ils...) et rien n’ayant depuis été fait pour remédier à ces failles, ce qui permet de continuer à truander tranquillement...

    Un organisme indépendant se serait élevé contre la magouille Macron-Bayrou sur les parrainages, un organisme couché dort paisiblement... La gamelle est trop bonne...


    • charlyposte charlyposte 24 janvier 10:33

      @Lynwec
      Pas touche au perlimpinpin et aux carabistouilles officielles... non mais quoi hein smiley


    • Karugido Karugido 24 janvier 10:34

      @Lynwec
      Content que t’es toujours la pour contre-balancer ;)
      Mais oui t’as tout à fait raison, les faits démontre la véracité des propos.

      Nous ne sommes pas en Démocratie mais en Tyrannie oligarchique (au sens juridique du terme en plus)

      Les gens qui ne veulent pas l’admettre sont soit des complices, soit des fous, soit des autruches voir des gens souffrant d’un déni profond par peur d’admettre que leurs « héros » on fait de la merde et les ont dupés.

      Parfois le fait d’idolâtrer certaines personnes peut pousser les croyants à accepter, voir encourager les pires folies.


    • Zolko Zolko 25 janvier 09:36

      @Lynwec

      les génies du site vous rétorqueront que « la commission électorale russe... »

       
      et encore, vous n’avez pas parlé du conseil constitutionnel Allemand (Bundesverfassungsgericht) où les partis au pouvoir cherchent à faire interdire la AfD qui est le parti en tête dans de nombreux sondages. Oui-oui, vous avez bien lu : pour conserver le pouvoir, le pouvoir veut interdire les partis qui proposent une politique alternative à la globalisation, à l’immigration incontrôlée et à la guerre.

      Les mêmes partis que envoient à nouveau, après 80 ans des chars contre les Russes pour défendre les frontières Ukrainiennes ne font rien, et surtout ne veulent rien faire, pour défendre les frontières Allemandes.


  • Lynwec 24 janvier 09:41

    Non, Rantanplan, je ne parlais pas de toi en évoquant des « génies »... A la niche...


  • Pascal L 24 janvier 11:09

    La constitution de 1958 a aussi eu pour objectif de contrebalancer les excès des 3ème et 4ème république où l’exécutif était soumis aux caprices des alliances des partis. 

    Mais là, ils sont allés beaucoup trop loin dans la suppression des contre-pouvoirs. C’est à la qualité des contre-pouvoirs que nous pouvons juger de la qualité d’une démocratie.

    Un contre-pouvoir doit avoir la capacité de destituer le pouvoir, mais pas selon ses caprices. Il doit suivre un cahier des charges précis. Un pouvoir ne doit être destitué que lorsqu’il n’a pas respecté les règles et le contre-pouvoir doit de même être responsable de ses actes.

    Nous savons que la tentation d’abuser d’un pouvoir est permanente chez l’homme et les règles doivent être construites en ayant cette caractéristique en tête.

    Il est intéressant de constater que les religions que les hommes préfèrent sont celles qui effacent leur responsabilité : soit un dieu puissant qui décide à notre place, soit pas de dieu du tout. Le christianisme est la seule religion qui nous rend libres et responsables, aussi c’est la religion la plus combattue, sauf lorsque l’on arrive à la corrompre (c.f. Russie, ou les systèmes de la commande ou du concordat en France) ou à créer une hérésie (l’arianisme ou l’islam permettent de justifier et d’accompagner le pouvoir et ses excès).


    • Karugido Karugido 24 janvier 12:12

      @Pascal L
      "C’est à la qualité des contre-pouvoirs que nous pouvons juger de la qualité d’une démocratie.

      « 
      En réalité soit le système est une Démocratie, soit il ne l’est pas.

      Hors les républiques ne l’ont jamais été et n’ont jamais eut pour objectif de l’être.

      Le concept de base d’une vrai Démocratie, c’est le pouvoir du peuple.

      Il est donc LE système permettant une séparation des pouvoirs optimales puisqu’ils sont dilués dans la masse.

      Ce système répond idéalement a ceci :
       »Nous savons que la tentation d’abuser d’un pouvoir est permanente chez l’homme et les règles doivent être construites en ayant cette caractéristique en tête.

      "

      Mais il faut bien comprendre que la république est l’extrême inverse de cela.


    • Pascal L 24 janvier 13:37

      @Karugido
      Le pouvoir du peuple, c’est quand il n’y a plus de peuple... Cela ne peut fonctionner qu’avec une décentralisation poussée à l’extrême parce que le débat est alors nécessaire pour que chacun en comprenne les enjeux. Mais si nous allons jusque là, les autres groupes sont ignorés et chacun défend sa marmite. Il est toujours possible d’ignorer le monde, jusqu’à ce que le monde nous tombe dessus. Comment alors faire face aux ambitions démesurées de nos voisins ? Comment faire face à un Poutine ? Les républiques grecques ont été dissoutes par la guerre. En Suisse, les problèmes locaux peuvent être résolus par des votations, mais les domaines comme la guerre ou la monnaie ne peuvent être traités qu’au niveau fédéral et l’avis du citoyen de base ne compte pas. En Suisse les frontières linguistiques sont de vraies frontières et il faut entendre les Schwytzophones parler des francophones (et réciproquement)... En habitant un pays plus grand, l’éventail des possibilités est plus grand (études, travail...) mais au prix de quelques compromis. EN France, la difficulté est que la classe dirigeante est séparée du peuple et ne tient plus compte que de son seul intérêt. Cela ne peut aboutir que sur une crise profonde et rien ne dit que la classe dirigeante sera remplacée par une équipe meilleure.
      J’ai tendence à dire que nous ne devons pas voter pour des personnes mais pour des projets. Ceux qui seront chargés de mettre en œuvre les projets devront être choisis par un appel d’offre.


    • Karugido Karugido 24 janvier 19:28

      @Pascal L
      "Le pouvoir du peuple, c’est quand il n’y a plus de peuple...

      « 
      Ceci n’a pas de sens...
       »la ne peut fonctionner qu’avec une décentralisation poussée

      « 
      Oui, comme tout les pays relativement grand, sinon c’est la déchéance comme de nos jours.
       »sont ignorés et chacun défend sa marmite

      « 
      Pas nécessairement, quand les gens sont proche des réalités, c’est adire pas péter de tunes à ne plus quoi savoir en faire (ou de pouvoir), ils ont a coeur d’avoir un système publique et social efficace.
      Seul la propagande oligarchique stimule leurs côtés égocentrique.

      Pour les rapport avec les béligérants externe et autre, il va de soit que le peuple aura besoin de commis, commis qui seront des vrai représentant et pas des gens qui mettent sous tutelle le peuple comme les représentant actuel (en français il y a 2 sens a ce terme d’ailleurs, d’ou la confusion).

      La Suisse est la démocrature la plus poussé de nos jours, mais en aucun cas un exemple et une démocratie.
      Leurs constitution est aussi toutes moisies, il faut la lire, y a même un genre d’exclusion des cons. C’est assez magnifique.

      Pour comprendre l’état PITOYABLE de la suisse, il faut lire sa constitution et si on a la flemme écouter autre chose que les propagandes des oligarques.

      Car la classe dirigeant est tout aussi déconnecté, c’est le concept des classes dirigeantes... elles ont tout les pouvoirs, alors comment pourraient elle être connecté avec le peuple ?
      C’est normal en tyrannie que les choses soient comme ça, c’est un fait connu depuis + de 2000 ans... c’est ce qui est à la base de l’article 16 de la DDHC (qui n’est pas appliqué mais pourtant il est applicable, suffit d’avoir le courage et les connaissances) :

      https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/le-savoir-est-une-arme-ne-l-234724

       »J’ai tendence à dire que nous ne devons pas voter pour des personnes mais pour des projets.

      « ou des loi, c’est la base de la démocratie.
      En démocratie il n’y a pas d’élection, l’élection est l’adage des oligarchie.

      D’ailleurs les terme »voter pour élire« sont des contre sens, 2 mot qu’on ne peut pas mettre l’un derrière l’autre car cela créer une injonction paradoxale.
      Car Elire = choisir quelqu’un qui exprime sa propre volonté (et pas la volonté de l’électeur)
      Voter = exprimer sa volonté (sur une loi, un jugement, un projets etc...)

       »Ceux qui seront chargés de mettre en œuvre les projets devront être choisis par un appel d’offre.

      "
      Tout à fait, et en fonction de leurs compétence.
      Ils seraient en suite tenu de respecter leurs engagement, surveillé par une commission tiré au sort de citoyens volontaires (par exemple).


  • Seth 24 janvier 13:52

    Dans le cas où l’on se déciderait enfin à couper des têtes, il faudrait accorder une priorité à ces fumiers vendus qui n’ont jamais lu de constitution dans leur vie. smiley


  • jjwaDal jjwaDal 24 janvier 16:33

    Il n’y a aucune erreur et encore moins d’erreur d’attribution des rôles. La Constitution organise la mise sous tutelle du peuple qui a l’époque de sa rédaction, comme aujourd’hui, n’était considéré que comme une bande d’analphabètes abrutis, incapables d’avoir une opinion sur la plupart des sujets concernant l’organisation de la vie sociale et donc à gérer sans lui demander son avis.
    Elle est essentiellement là pour forger dans le marbre des « commandements païens » auxquels on est prié instamment de croire sinon « prend garde à toi ». Les citoyens sont des « lapins crétins » qu’il convient de gérer avec un cadre, dont le respect est assuré par le Conseil Constitutionnel et la boucle de mise en servitude est bouclée. Ses membres ne peuvent donc être que les gardiens de la prison.
    D’où cette mise en scène digne du plus beau cirque où on nous demande de choisir entre la peste et le choléra, sans bien sûr jamais nous demander ce qui nous plairait, sur tous les sujets importants.


  • Ffgismo 24 janvier 18:15

    En même temps, nommer démocratie son exact contraire la démocratie représentative est un exploit qui dure depuis plus de deux siècles, notre vieille ploutocratie se porte presque à merveille. Alain Minc : un banquier d’affaire c’est un peu une PUTE DE LUXE et rajoute un homme politique aussi d’ailleurs, et le peuple servile a eu les deux putes, en une seule personne…


Réagir