lundi 3 mai - par C’est Nabum

Mettre le piéton au pas

 

Le trottoir, zone de non droit …

 

 

Publicité

Le propre des modes, des grands mouvements de société c'est qu'ils avancent en voulant écraser tout sur leur passage, en abolissant les pratiques anciennes, en bousculant les tenants de pratiques désormais dépassées. Les esprits libres, résolument modernes, merveilleusement à la pointe du progrès, enfoncent le clou en affirmant haut et fort leur supériorité tout autant que leur dynamisme. L'heure est au tout électrique, le progrès se passe désormais de nos obsolètes guibolles.

Pauvre piéton, individu balayé totalement par la marche folle du temps, qui se refuse encore à être oiseau de mauvais augure, juché sur un engin nucléaire. Il doit désormais prendre garde à ses abattis, s'équiper de protections multiples pour échapper à la horde des adeptes des mobilités douces : curieuse dénomination pour ces nostalgiques des auto tamponneuses.

Le trottoir est devenu sinon un coupe gorge mais plus sûrement le royaume des heurte- jarrets. Sur une, deux, trois et bientôt quatre roues, remorque en sus, ils foncent tête baissée, le regard tourné vers les centrales qui peinent à fournir toute cette énergie qui leur fait si honteusement défaut. Ils ont renoncé à l'automobile, ce vilain petit canard de la nouvelle ère des transitions urbaines pour imposer leur célérité à ces imbéciles qui vont encore à pied.

Ils préviennent d'un coup de sonnette ou de corne dans le meilleur des cas afin que ceux qui baguenaudent, qui prennent le temps de la contemplation et de la discussion, s'écartent dare-dare de leur chemin. Le trottoir est devenu la principale artère des cités en mouvement. Ni règles ni usages, c'est l'anarchie la plus totale et la priorité donnée à celui qui va le plus vite. Ce jeu de quilles fait des ravages, les malheureux marcheurs tremblent pour leurs enfants qui bientôt seront plus en sécurité sur la chaussée. Le monde est cul par-dessus tête.

Les pandores ont baissé les bras devant cette ahurissante anarchie. Il est vrai qu'ils n'ont aucun moyen d'agir puisqu'on vend des véhicules avant même que d'en déterminer les usages légaux. C'est à s'arracher les cheveux devant tant de transgressions sans pouvoir mettre au pas cette agitation furieuse. Fort heureusement leur képi leur évite de se couper les cheveux en quatre.

Les marcheurs, les vrais, non pas les adeptes d'une société qui honore les plus forts et méprise les plus faibles, se désolent. Ils vont bientôt se tourner vers Brigitte Bardot en tant qu'espèce en voie de disparition sur nos voies urbaines sur des trottoirs si peu patelins. Cotis, meurtris, choqués, ils sont devenus les proies idéales des nouveaux cavaliers de la future apocalypse nucléaire.

Publicité

Ils n'ont plus le temps de recharger leurs batteries, ils doivent regarder devant eux, dresser l'oreille derrière eux, se préserver pour un éventuel surgissement par côté. Ils avancent à pas comptés, mesurés, s'équipent parfois de bâtons ou de cannes pour tenter de parer les attaques de ces bolides qui vont en moyenne six fois plus vite. Bientôt le casque et la carapace seront obligatoires pour ces tortues d'une époque révolue.

Les intrépides du rayon électrifié ne sont guère cavaliers dans leur odieuse exigence à voir s'ouvrir la route devant eux. Ils sont pressés, travailleurs ou bien sportifs, trois alibis qui ouvrent tous les droits désormais tandis que les plus belliqueux se donnent un prétexte supplémentaire contre lequel il n'est aucune parade : ils préservent la planète et s'informent en temps réel de son état sur leurs portables, roulant à l'aveuglette. Il est vrai que les malheureux piétons, indignité supplémentaire et rédhibitoire, se chaussent de godillots qui sont fabriqués dans des conditions indignes par des enfants allant nu-pieds, exploités par des industriels dans des nations au droit du travail sommaire.

Quand on veut tuer son chien on l'accuse de la rage ! Les batteries ne sont absolument pas un problème environnemental. Malheur à qui se dresse devant la nouvelle religion. Le tout électrique fera un jour prochain des étincelles et des radiations en attendant c'est sur nos trottoirs qu'a débuté la nouvelle bataille des générateurs d’innovations.

Pédestrement vôtre.



22 réactions


  • Attila Attila 3 mai 12:15

    Mettre le piéton au pas est plus convenable que de mettre les douaniers au pas !

    .


  • markos 3 mai 14:05

    sujet intéressant.

    j’ai eu le malheur de me déplacer pédestrement sur un trottoir sans me soucier ou je posais mes pieds et j’ai eu droit à de vives réprimandes d’utilisateurs motorisés car ça leur faisait perdre un peu de vitesse. j’avais franchi la ligne verte, celle qui autorise les véhiculés à écraser tout sur leur passage.

    je serais curieux de connaitre les règles en la matière.

    est-ce qu’on a le droit de percuter impunément un piéton coupable de se déplacer sur son trottoir ?

    je suis aussi automobiliste. j’ai 40 ans de permis et toujours 12 points, et on m’avait appris qu’une des règles de base était d’être maitre de son véhicule.

    si un piéton descend sur la chaussée, sa distraction ou son imprudence ne me donne pas le droit de lui rouler dessus.


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 mai 18:12

      @markos

      Le permis de chasse au piéton n’exige pas de passer dans une auto-école.


    • taketheeffinbus 4 mai 01:11

      @markos
      J’ai une trottinette électrique depuis des années. Je m’en sert régulièrement pour à peu près tout et n’importe quoi nécessitant un déplacement, y compris mes courses. Le compteur affiche 2200km environ.

      J’eu roulé sur le trottoir quand rouler sur la route était interdit, et je roule désormais sur la route, car sur le trottoir n’est plus autorisé.
      Jamais renversé personne ni fait le con avec.

      Il va falloir réviser vos généralités.


    • foufouille foufouille 4 mai 08:04

      @taketheeffinbus
      j’en vois pas mal quifont les cons sur le trottoir.


  • juluch juluch 3 mai 15:23

    Les merdouilles à la mode.....


  • ETTORE ETTORE 3 mai 17:30

    Bonjour C’est Nabum.

    Tout ces accidents se produisent uniquement, parce que le cerveau de certains palmipèdes, se déplace moins vite, en intelligence, que le substitut neuronal à roulette, qu’ils ont sous leurs pattes.

    Et malheureusement, ce genre d’attardés des synapses, sont de véritables autoroutes en mouvement de la « crétinitude » de masse...

    Ou, et c’est bien dommage, aucune barrière à péage, n’est mise en oeuvre pour faire payer cette multitude bobotisée adepte du

    « moi, juste moi, rien que moi, pour moi ».

    Des EGOcyclistes, dont la taille des roues, est peut être la juste perception de leur QI. ?


  • Jean Keim Jean Keim 3 mai 18:19

    Le plus rigolo c’est de voir sur des parcours pédestres, des gens debout et fiers comme Artaban sur leur trottinette électrique, je me suis toujours demandé s’ils avaient le sentiment de faire de l’exercice, il bien falloir un jour que je leur pose la question.


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 mai 19:07

      @Francis, agnotologue

      Bonjour


    • I.A. 3 mai 19:28

      @Francis, agnotologue

      Ah oui, ça aussi, ça m’énerve, les voitures sur les trottoirs, qui vous obligent à risquer vos abattis sur la route, où les chauffards s’en donnent à coeur-joie !

      Et quand on sait qu’ils ont des enfants, on imagine l’éducation des petits...


  • I.A. 3 mai 19:35

    Parfaitement ancré dans le temps, ce texte.

    Une évolution matérielle non précédée d’une évolution mentale devient aussitôt l’arme des uns au détriment des autres. Non seulement les esprits ne sont pas préparés aux avancées technologiques, mais une fois de plus, scientifiques et politiques donnent sans contrepartie libre accès au progrès avant même d’en avoir légiféré l’usage.

    Les couvre-feux n’ont certes pas arrangé les choses : il y a ceux qui se pressent, et il y a les livreurs qui prennent l’habitude des trottoirs vides dès 19 heures !

    Aujourd’hui, nous courons le risque de prendre un drone sur la tête, d’être fauché par une trottinette électrique ou par une laisse à enrouleur ! Vous l’aviez oublié, celle-là, hein : la charmante bébête, qui d’un coup file dans le caniveau en étirant la fameuse laisse rétractable devant vos guibolles !


  • ETTORE ETTORE 3 mai 21:16

    I.A@

    Attendez vous, en tant que piéton, à de bien piètres tronçons de trottoirs à votre disposition.

    Avec la déCONfinalisation, vous allez pouvoir avoir des hanches de danseur de salsa, en vous enroulant autour des tables de terrasses, qui vont envahir les envahir.

    Certes, le spectacle seras amusant.

    Heureux dinatoires, qui mangeront le museau dans les gaz d’échappement, et l’assiette à portée de salive de tout passant, contraint de rejoindre le goudron,pour pouvoir échapper aux taches de sauces, et autres liquides décaféinés, qui vont croiser leur chemin.

    Mais vous parlez d’une hygiène de vie ! Franchement ?


  • simir simir 3 mai 23:35

    Que dire d’une société dans laquelle des adultes roulent en trottinette ?


Réagir