mercredi 19 août 2020 - par nemo3637

Vers une société sans police

 

 L'heure où la violence, les agressions, sont ressentis comme des dangers concrets du quotidien auxquels chacun se sent exposé, le débat amorcé aux Etats-Unis sur le modèle ou l'utilité même, de la police, peut sembler bizarre et déplacé.

 

 I. Aux Etats-Unis, réformer ou abolir la police ?

Le meurtre de George Floyd à Minéapolis a relancé une discussion déjà ancienne amorcé par des associations comme Critical Resistance. Des mots d'ordre, des slogans ont refleuri …. « Aux sons des « Defund the police », « Abolish the police » ou encore « Disband the police », nombre de manifestants outre-Atlantique ont commencé à réclamer non pas une énième réforme de l’institution policière, mais une nouvelle manière de garantir la sécurité publique. » (VICE - « Une société sans police » Pierre Longeray, 18/06/2020)

 Rappelons que la police, comme dans chaque pays a une histoire qui lui est particulière, liée à la formation de l'Etat. Aux Etats-Unis elle nait et se développe avec des agences privées dont l'une des principales activités fut la chasse aux esclaves enfuis. Elle est donc dès le départ marquée au sceau du racisme. L'injustice dont elle fait preuve n'est pas une surprise à Mineapolis. La police de cette ville est en effet accusée d'être à l'origine du complot contre l'activiste Leonard Peltier voici 40 ans, membre de l'American Indian Movement, condamné à la prison à vie en dépit d'absence de preuves.

 En juin dernier les membres du conseil municipal de Minéapolis, la plus grande ville du Minesota, ont donc dressé le constat d'une « police structurellement raciste » et émis le vœu de démanteler et de reconstruire en concertation avec la population « un nouveau modèle de sécurité publique tourné vers la communauté ;

 « L’intention est de transférer les fonds alloués au budget de la police de la ville vers des projets s’appuyant sur la population. La conseillère municipale Alondra Cano a expliqué, sur Twitter, que cette décision avait été prise « avec une majorité du conseil municipal de Minneapolis suffisante pour éviter un veto ».(New York Times 08/06/2020)

 La lutte contre le Covid19 semble avoir montré un glissement où la préoccupation première de sauvegarde de l'économie est passé au second plan au profit de la protection de la santé. Encore qu'une évaluation des retombées de l'état sanitaire sur l'économie a évidemment du se faire. Ce changement dans une partie de l'opinion affecte aussi la police. La préoccupation est plus aujourd'hui la préservation de l'intégration physique des individus, leur sécurité, que la simple défense de la propriété comme jadis.

 La présence de forces de l'ordre nombreuse, la menace de la peine de mort, la construction de prisons devenant elle aussi un enjeu financier, n'ont pas empêché la montée de la violence.

 Mais on conçoit vite qu'abolir la police sans remettre en question l'organisation de la société revient simplement à renforcer la barbarie existante. C'est évidemment favoriser la création de gardes privées ou de milices qui imposent par la force ce que leurs maîtres demandent. C'est la loi du plus fort sans aucune protection pour les plus faibles sinon celle d'un parrain. Et que devient alors la Justice ?

 Il en était ainsi dans le monde romain il n'y avait pas de police comme aujourd'hui (1). Et c'est ce qui existe toujours dans maints pays, d'Amérique latine ou d'ailleurs où la police en tant que service public est, de fait inexistante car corrompe.. Comme l'avait fait remarquer Noam Chomsky, citant des syndicalistes sud-américains, l'Etat est une cage mais il peut parfois nous protèger dans l'immédiat de prédateurs mortels (2).

 Abolir la police n'est-ce pas aussi, très simplement vouloir faire des économies, participer au démantélement des services publics voulu par les libéraux ?

 

  II. L'exemple du Rojava

 Avons-nous des exemples d'une société en changement où l'on cherche à transformer ou abolir la police ?

 L'activiste Hawzhin Azeez dans le Rojava, au Kurdistan, développe une critique de la police dans le système capitaliste occidental et fait état d'expériences pratiques :

 « Certains appellent à des réformes de la police. D’autres réclament une redistribution des fonds. Certains ont fait valoir que l’abolition de la police est la meilleure option. » (3)

 Il convient cependant de rappeler le processus qui a débouché là-bas sur un projet révolutionnaire. Cette région du nord de l'actuelle Syrie a en effet résisté et vaincu Daech après un dur combat longtemps incertain, sans aide extérieure, où se trouvèrent concernés et mobilisés non seulement des Kurdes mais l'essentiel des peuples de la régions. Chaque individu parle en son nom, sans qu'il y ait un représentant « traditionnel » et patenté qui s'exprime à sa place. Dans cette nouvelle organisation sociale qui a fait jour, les femmes occupent bientôt la place qui devait justement leur revenir, celle que la vieille société leur refusait. Comme on le sait, ce sont elles, au combat, qui furent souvent les plus déterminées, les plus craintes contre Daech.

Publicité

 Dans cette voie d'émancipation des femmes ont été ainsi créées les Unités de protection de la femme ou Unités de défense de la femme qui sont une organisation militaire exclusivement composée de femmes mise en place en 2013 à titre de brigade féminine des milices des Unités de protection du Peuple (Yekîneyên Parastina Gel, YPG) brigade qui est devenue indépendante en 2016.

 Nous ne nous attarderons pas ici sur toutes les réalisations de la nouvelle société du Rojava inspirée du « confédéralisme démocratique » de Murray Bookhin.

 Où que l'on soit il faut se protéger, empêcher les agressions les injustices. L'éducation, la meilleure soit-elle, reste indispensable, en sachant tout de même qu'elle met du temps à porter ses fruits.

 Quel peut être dans ce contexte nouveau le rôle de la police ?

 D'un côté existe une « force de sécurité » née en 1993, les Assayish (HPC), controlés par le Gouvernement de « la région autonome et auto administrative de la Syrie du nord. » (Rappelons qu'il n'y a pas d'Etat du Rojava ou du Kurdistan reconnu...) Ils travaillent comme contrôleurs de la circulation, arrêtent les criminels, protègent les victimes, servent de gardes de sécurité dans les principaux bâtiments administratifs et contrôlent l’entrée des personnes et des biens d’un canton à l’autre.

 De l'autre, les Forces d’autodéfense populaire (HPC), en revanche, sont des personnes qui, dans un quartier donné, sont formées à la sécurité de base. Ils ne patrouillent que dans leur propre quartier, à moins qu’ils ne protègent la population lors de festivals, de cérémonies de martyrs, d’événements locaux et de veillées nocturnes. Le but de ces deux forces est explicitement de protéger la population, en particulier contre les menaces extérieures telles que les forces terroristes. C’est toujours le HPC qui protège leur quartier, jamais l’Assayish.

« Les personnes sont les protecteurs des personnes, celles avec qui ils vivent et avec qui ils interagissent quotidiennement. La proximité des « forces de sécurité » par rapport à la communauté, étant donné qu’elles sont issues de leur propre quartier, garantit que des violations ne se produisent pas. Lorsqu’elles se produisent, les mécanismes communautaires de justice, d’honneur et de restauration sont immédiatement activés par le biais des communes de quartier. Le monopole de ce processus est encore empêché en encourageant tout le monde à participer grâce à un système de listes. Tout le monde peut se porter volontaire. Cela inclut les personnes âgées, en particulier les femmes, en tant que sources de protection civile. » (3)

 Cette organisation des forces de l'ordre est encore en évolution, est contestée par certains (notamment pour ce qui est du service militaire obligatoire)

 Bien des objections peuvent être faites. Mais ce projet a pour lui la démocratie directe qui anime la société, qui permet pragmatisme et évolution nécessaires. C'est seulement dans la durée que pourra être validée l'organisation nouvelle...

 

  1. L'Espagne révolutionnaire : quand les anarchistes font la police

 Voici un témoignage personnel recueilli il y a quelques années, concernant la sécurité et le maintien de l'ordre dans la Barcelone libertaire de 1936, aux mains de la CNT (4) et des anarchistes. Il est en effet intéressant de voir comment des « pourfendeurs » de la police s'y sont pris pour assurer la sécurité des populations contre les voyous de la rue !

 Le mouvement des collectivisations, la nouvelle organisation sociale, avait provoqué une dynamique et un enthousiasme qui, il est vrai, laissaient peu de place à la délinquance. Cependant, dans l'effervescence et la confusion de l'époque, des bandes de braqueurs sévissaient, notamment dans les cinémas, mettant en joue les spectateurs pour leur faire les poches et ce au nom des anarchistes et de la CNT.

 Dans le combat de classes, la police, qu'elle soit régionale ou nationale, avait été évidemment discrédité et mon interlocuteur, mandaté avec d'autres pour mettre de l'ordre (eh oui, comme disait déjà Elysée Reclus, « l'Anarchie c'est l'Ordre ! »...) réussit à mettre sur pied des groupes de patrouilleurs de confiance effectuant donc régulièrement des rondes. Aidés de la population acquise à la Révolution Sociale, les braqueurs des salles de spectacle disparurent...

 

  1. Le lien et la justice sociale nécessaire

 Dans les exemples que nous avons cités, il y a une trame commune. Un tissu social qui a malheureusement tendance à disparaître de nos sociétés capitalistes modernes. Il y existe une vie de quartier où tout le monde ou presque se connait. Certes les Etats-Unis n'ont rien d'une société rurale archaïque. Mais il existe un « communautarisme » où chaque communauté défend des idées et des conceptions parfois bien différentes les unes des autres. Les Noirs longtemps exclus de tout, se sont donc organisés pour défendre leurs droits. Certains d'entre eux - et d'autres - ont rêvé, rêvent encore d'un autre monde sans la police « des Blancs »... ou sans police du tout.

Publicité

 Pour les Kurdes du Rojava, en pleine période révolutionnaire, c'est finalement plus « facile » car ils-elles ont devant eux une page blanche...

 Il en fut de même lors de l'éphémère Révolution Espagnole vaincue par les fascistes et les communistes staliniens..

 Il est évident que si un nouvel ordre fait de justice sociale se met en place, avec un large assentiment populaire, la présence de la police telle que nous la connaissons, devient superflu.

 Nous n'en sommes pas là dira-t-on.

 Devant les agressions grandes ou petites de plus en plus nombreuses, comme celle de l'individu violent soudainement prêt à tuer parce qu' « on lui a piqué sa place de parking », ou celle du cocu découvrant son infortune, un civisme, des voies nouvelles, autres que « des renforts policiers » ne sont-elles pas à explorer d'urgence ?

 

(1) Des récentes fouilles archéologiques dans Pompéi, ont révélé l'absence de police. Les bagarres

mobilisant la population de cités entières les unes contre les autres ne trouvaient leur limite qu'avec le déploiement in extremis de l'armée romaine...

 

(2) « Les anarcho-syndicalistes et l’État : Se protéger des fauves ou du dompteur ? »

entretien avec Noam Chomsky – Greg, revue N'Autre Ecole, 27/03/2010.

 

(3) Revue « Kurdistant au féminin » « Une société sans police ? Les leçons du Rojava » 04/06/2020

 

(4) CNT : organisation anarcho-syndicaliste espagnole groupant près de deux millions d'adhérents en 1936 dont furent principalement issus les militants qui oeuvrèrent pour les collectisations et la Révolution Sociale

 



40 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 août 2020 16:04

    Bouton doit. Cliquez sur « traduire en français »

    lien


    • Francis, agnotologue Francis29 19 août 2020 16:15

      @Séraphin Lampion
       
       To defund : cesser de financer, couper les vivres ...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 août 2020 16:28

      @Francis29

      encore un faux ami
      le côté inquiétant de la chose, c’est l’encouragement à la constitution de milices communautaires privées et à la « psychiatrisation » du maintien de l’ordre et de la justice : il suffira d’être considéré comme « anormal » ou « déviant » pour être interné et, pourquoi pas lobotomisé, chirurgicalement ou chimiquement.
      le prise de position d’Obama devrait inquiéter ceux qui croient encore que les « démocrates » sont des progressistes...


    • Traroth Traroth 20 août 2020 15:56

      @Séraphin Lampion
      Voila un beau strawman. Il ne s’agit pas de créer de police communautaire ou de milice, mais de diminuer les missions de la police dans la société. En fait, d’une certaine manière, il s’agit de prendre Sarkozy au mot quand il disait que la police n’avait pas à jouer les assistantes sociales. C’est effectivement vrai, en premier lieu parce que les policiers n’en sont pas capables. Il faut donc faire sortir ce rôle, et d’autres, de la police, et les attribuer à des services qui ont les compétences et les moyens de les remplir. Ce qui revient donc à diminuer les moyens de la police en même temps que ses missions. Les missions qui doivent rester à la police sont des missions de police : protéger la population des crimes, arrêter les criminels et les déférer à la justice. Rien de plus, rien de moins. Le rôle de policiers en armes, entraînés au maintien de l’ordre ou à l’investigation n’est pas de jouer les assistantes sociales, ni de faire de la médiation, ni de s’occuper de réfugiés, ni faire le planton. Liste non-exhaustive. Ces missions doivent effectivement être remplies, mais pas par des policiers.


  • nemo3637 nemo3637 19 août 2020 16:23

    Voilà des informations importantes à prendre en compte. Mon anglais me lache et je sombre dans la lecture du lien...

    Considérant mes sources je n’ai pas eu le temps pour ma part d’être plus exhaustif. Et je suis conscient que cet article est bien incomplet. Peut-être suscitera t-il la réflexion ?

    Ah mais je vois venir chez moi deux individus excités avec chapeaux melons noirs et parapluies. « Je dirais même plus... »


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 août 2020 16:32

      @nemo3637

      Ne vous inquiétez pas, avec des deux-là,eux, vous ne risquez pas grand chose, 

      Le Docteur Müller est beaucoup plus inquiétant !

      Le lien vous permettra de l’identifier facilement.


    • nemo3637 nemo3637 19 août 2020 16:55

      @Séraphin Lampion
      Mais oui l’ennemi c’est le docteur Muller  !
      Les Dupondt ont été convaincus et ont adhéré, comme un certain nombre de policiers espagnols dans les années 1930, à la FAI (Fédération Anarchiste Ibérique)
      « Motus et bouche cousue... » -« Je dirais même plus : botus et mouche cousue » !


    • hans-de-lunéville 19 août 2020 17:29

      @Séraphin Lampion
      et aussi le terrible lazlo carreidas


  • hans-de-lunéville 19 août 2020 16:26

    J’ai apprécié la reflexion mais cela ressemble à des milices non ? je ne suis pas très chaud.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 août 2020 16:32

      @hans-de-lunéville

      oui, des milices dans une société communautariste


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 août 2020 17:01

      @hans-de-lunéville
      Quand on va chercher « l’exemple du Rojava »...  


    • nemo3637 nemo3637 19 août 2020 17:08

      @Opposition contrôlée
      ...on défrise le bourgeois.


    • nemo3637 nemo3637 19 août 2020 20:09

      @Séraphin Lampion
      Ce n’est certes pas la proposition que défend l’article.
      Un danger peut-être...
      Mais tentez une nouvelle organisation c’est aussi prendre le risque d’échouer.


    • nemo3637 nemo3637 20 août 2020 13:39

      @Séraphin Lampion
      Attention à la signification de « communauté » en Amérique du nord. Dans l’article ce mot est à comprendre au sens large, dépassant tout caractère ethnique...


    • V_Parlier V_Parlier 21 août 2020 00:32

      @Séraphin Lampion
      C’est un peu comme quand une bande vient en calmer une autre à Dijon dans le quartier des Gresilles smiley


  • In Bruges In Bruges 19 août 2020 17:06

    Je propose une société sans cons, ni violents ni voyous, cela réglerai en effet la question de la police.

    Vous y avez pensé ?


    • nemo3637 nemo3637 19 août 2020 17:14

      @In Bruges
      C’est ce que cherche à construire certains, comme les Kurdes du Rojava.
      Mais comme vous le savez il y a toujours des gens intéressés ou des cons qui vous diront que c’est impossible (ils l’ont lu dans la Bible...).
      Heureusement que vous êtes là pour participer à la mobilisation !
      Parlez en aux autres Brugiens....


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 août 2020 17:27

      @nemo3637
      Du calme avec le « Rojava », faut pas prendre la com (soutenue par les services français) pour la réalité... 


    • nemo3637 nemo3637 19 août 2020 20:04

      @Opposition contrôlée
      Un peu d’éveil ; de curiosité, avec ce qui se passe ailleurs...
      Etes vous sûr d’avoir les bonnes sources d’informations ? de ne pas rester dans des poncifs et des oui-dire ?
      Moi je cite mes sources...


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 20 août 2020 07:41

      @nemo3637

      Etes vous sûr d’avoir les bonnes sources d’informations

      Oui, j’ai suivi le montage de l’opération « kurdes de Syrie » dans les années 2015, et le curieux traitement de « l’information » en France, la dissimulation du nettoyage ethnique  vieille habitude des kurdes de la région  contre les Assyro-Chaldéens en particulier et les arabes en général, la destruction d’antiquités, et bien d’autres réjouissances... En échange on a eu droit au bataillon LGBT, surabondance de médiatisation des femmes combattantes kurdes, supposé être un grand progrès dans la région, quand bien même il existe des brigades féminines depuis les années 70 dans l’armée arabe syrienne... Bref, tout a été fait pour leur donner une image positive et gommer les aspects plus... pittoresques...

      La finalité est assez simple, en deux volets et rapidement :

      Les kurdes en Syrie sont un instrument de l’occident (pas un phénomène nouveau), pour la prolongation et l’intensification de la guerre civile, de l’ingérence française, justifiable par une « aide » a donner à nos chers progressistes etc. La cible est l’état syrien.

      Il s’agit d’éradiquer les palestiniens et leur cause dans le militantisme « gauchiste », par une simple substitution par les kurdes.


    • nemo3637 nemo3637 20 août 2020 08:03

      @Opposition contrôlée
      Vous méconnaissez complètement le mouvement social du Rojava inspiré du municipalisme libertaire de Murray Bookhin.
      Je suis sûr que vous ignorez même le nom de cette région ;
      Le mouvement féministe qui s’est développé là-bas n’a rien à voir avec les « brigades féminines » qu’il peut y avoir dans telle ou telle armée.
      Votre ignorance semble volontaire : par idéologie vous ne voulez pas voir ce qui contrarie vos convictions
      Vous restez plus dans les poncifs éculés que dans la présentation d’arguments
      Voyez le dernier film de Caroline Fourest sur les femmes du Rojava.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 20 août 2020 10:20

      @nemo3637
      Comme c’est mignon. Le « Rojava », province séparatiste autoproclamée par une milice communautaire, armée et soutenue par les troupes US et françaises illégalement présentes sur le territoire syrien, qui recouvre 75% des gisements de pétrole du pays et ferme complètement la frontière avec l’Iraq, sans aucune connexité avec la réalité humaine ou historique de la zone recouverte, majoritairement désertique d’ailleurs...

      Les cercles de parole féministes, le « rainbow washing » et tout le reste du nouveau bréviaire qui remplace le trop usé discours d’installation de la « démocratie », c’est bien gentil, mais c’est pas la mère Fourest qui va m’empêcher de penser qu’il y aurait comme des idiots utiles de l’impérialisme dans cette histoire...


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 20 août 2020 14:05

      @Opposition contrôlée
      erratum : l’Irak


    • nemo3637 nemo3637 20 août 2020 19:06

      @Opposition contrôlée
      La présence des troupes américaines et françaises, une fantasmatique quête du pétrole dans la région actuellement on n’en manque pas ! alimente votre discours complotiste sur le Rojava et cette région du Proche-Orient que visiblement vous ne connaissez pas, d’où vous tirez par les cheveux ! - la vision qui vous convient. .


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 22 août 2020 15:21

      @nemo3637
      « In Senate testimony last week, Secretary of State Mike Pompeo confirmed that the United States had approved a deal between the Syrian Kurds and the American company Delta Crescent Energy to develop oil fields in northern Syria. »
      https://www.defenseone.com/ideas/2020/08/us-troops-should-withdraw-syria-not-protect-oil-companies/167548/

      « A convoy of US troops and Syrian Democratic Forces were fired upon in eastern Syria Monday morning »
      https://edition.cnn.com/2020/08/17/politics/us-forces-syria-forces-clash/index.html

      Tu repasseras pour ton « défrisage de bourgeois »...


    • nemo3637 nemo3637 22 août 2020 18:12

      @Opposition contrôlée
      Le but de l’article publié était une réflexion sur la police et non pas d’engager un débat sur les enjeux du nord de la Syrie.
      Il faut surtout comprendre que la survie, l’existence d’un Kurdistan indépendant a été de toujours une gageure. Il était, il est, cerné d’états hostiles et des alliances inattendues ont du se faire.
      Les Etats-Unis fournissent une aide insuffisante pour résister à l’état turc puisque ces deux états faisant partie de l’Otan sont virtuellement alliés.
      L’organisation au pouvoir au Rojava est sur la liste des « organisations terroristes » des Américains (même si des accords ont quand même lieu...)
      Devant l’offensive turc la Rojava a du accepter la tutelle de l’armée syrienne.
      Les Kurdes sont sur un fil, essayant de se servir des contradictions et antagonismes des puissants acteurs qui sont sur le terrain...


  • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 19 août 2020 21:44

    Une société sans police ?

    Avec les puces implantés qui viendront à la suite de la vaccination obligatoire pour tous, plus besoin de police.

    Les manifestations contre les violences policières démobilisent les poulets, ce qui va engendrer une impunité et une criminalité insupportable à laquelle il faudra bien répondre.

    Or quel sera la réponse entre un ordre désavoué et un désordre non désiré, voir le début de la première phrase de ce commentaire... 


    • nemo3637 nemo3637 20 août 2020 00:28

      @Florian LeBaroudeur

      Difficile de trouver une solution démocratique.

      Facile de répéter les vieilles malédictions.


  • Inquiet 20 août 2020 09:10

    Un individu face à un autre individu : le 1er qui tire a gagné.

    2 individus face à un seul individu : on ne sait jamais, l’individu seul peut être « balaise », on va le descendre c’est plus sur

    10 individus face à un seul individu : le nombre permet de maîtriser rapidement et sans recourir à des prouesses en gymnastique ou en full-contact l’individu isolé sans risquer à des clefs d’étranglement mal comprises (ou mal intentionnées) régulées par l’observation de tous.

    Comme dans la plupart des domaines des sociétés libérales (notamment) la solution vient de l’augmentation des moyens alloués, et les thuriféraires du dogme libéral choisiront toujours des options permettant de diminuer les effectifs (police, santé, services ...) des services publics pour laisser des acteurs privés se constituer leurs propres services adéquats.


    • nemo3637 nemo3637 20 août 2020 09:29

      @Inquiet

      Pas faux...

      Et si l’on s’embrassait tous ?


    • In Bruges In Bruges 20 août 2020 09:46

      @nemo3637
      "Et si l’on s’embrassait tous ?

      "
      Oui enfin...surtout les femmes, en ce qui me concerne.
      Vous, chais pas.
      T’façons, faudrait des TP de roulage de pelles avec masques.
      Pas simple.Faut creuser l’affaire.


  • tashrin 20 août 2020 11:56

    Ambitieux

    Mais de mon point de vue irréaliste

     Il est évident que si un nouvel ordre fait de justice sociale se met en place, avec un large assentiment populaire, la présence de la police telle que nous la connaissons, devient superflu.

    La nature humaine étant ce qu’elle est, il y aura toujours quelqu’un pour s’estimer au dessus des autres et imposer son egoisme par la force si aucun contre pouvoir ne l’en empeche. Cf Rousseau

    Une société au sens groupe humain ne peut fonctionner de manière pérenne qu’en étant dotée d’un corpus de regles qui protegent le plus faible, sinon c’est le far west (et même là yavait des sherif). La regle n’est appliquée qu’en présence de sanctions appliquées au contrevenant (la justice) et d’une force chargée de faire appliquer la regle en ayant le monopole de la contrainte légale (l’utilisation de la force)

    La vision d’une société sans police suppose que la société dans son ensemble a la capacité à s’autoreguler, faire preuve d’empathie, comprenne la notion d’interet general et soit prêt à renoncer à un bénéfice immédiat obtenu de manière illegitime au profit d’un systeme qui garantit la prise en considération de tous

    Et clairement, non seulement on en est à des années-lumière, mais on va dans la direction inverse au travers d’un processus de « décivilisation » si l’on peut dire dont chacun observe les effets au quotidien

    En revanche, qu’il y ait un probleme est évident. Mais la situation française est très differente de la situation aux etats unis, même si comparable sur certains points. La solution viendra probablement des modalités de recrutement et de formation des FDO, de l’efficacité de la regulation de ce corps professionnel (l’IGPN aujourd’hui couvre plus souvent les brebis galeuses que ne les livre à la justice). Pour être respectés, ils doivent être respectables. Et c’est assez troublant de constater que même en étant honnete et en ayant rien à se reprocher, le citoyen moyen peut legitimement craindre la police (ceux qui ont fait l’experience d’une accident de la route avec un vehicule de police qui grille un feu sans raison le savent bien...)

    enfin, il faut remettre les choses dans le contexte : le comportement de certains membres des forces de l’ordre est le reflet de la société que nous avons construite... 

    “Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
    Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
    Lorsque les Maîtres tremblent devant les élèves et préfèrent les flatter,
    Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne voient plus au-dessus d’eux
    L’autorité de rien ni de personne, alors, en toute jeunesse et en toute beauté, c’est le début de la tyrannie.” »

    Platon


    • nemo3637 nemo3637 20 août 2020 13:25

      @tashrin
      "La nature humaine étant ce qu’elle est ...« 
      On retombe vite ici dans une conception religieuse où la société serait immuable.
      Vos réflexions sont intéressantes mais rejoignent les poncifs de notre société (qui cependant est elle aussi en mouvement) où l’on nous dit depuis des siècles que »l’homme est mauvais". C’est par l’utopie que l’on pourra surmonter les obstacles...


    • tashrin 20 août 2020 14:39

      @nemo3637
      Point de religion chez moi :)
      Je n’ai pas ecrit que la société etait immuable, mais que l’Homme est par nature doté de certaines caractéristiques que l’on doit prendre en considération sous peine de construire un systeme ’hors-sol’ par definition voué à l’echec

      L’utopie communiste en est l’illustration : ca ne marche QUE si tout le monde est d’accord. Or ce sera jamais le cas parce que certains ont plus de capacités que d’autres, et revendiquent de s’affranchir d’un dispositif qu’ils estiment contraignant pour eux. Donc la seule option pour maintenir le systeme est de lui faire fermer sa gueule. direction le goulag. Donc ca ne peut etre qu’un regime dictatorial

      Je n’ai pas ecrit non plus que l’homme était mauvais (encore que, l’argument se tiendrait) mais que dans un groupe d’hommes organisé, certains le seront.

      Je suis plutot utopiste par nature, ideologue même à certains egards. Mais la vie s’est chargée de me rappeler que le pragmatisme est plus souvent source de progres que de s’arquebouter sur des positions certes supérieures sur un plan ideologique, mais à l’efficacité relative.


    • nemo3637 nemo3637 20 août 2020 18:42

      @tashrin
      Vous ramenez l’utopie communiste aux régimes totalitaires du bloc soviétique.
      Puisque vous voulez évoquer le communisme pourquoi ne pas considérer l’hypothèse anarchiste où se situe l’un des épisodes du vécu que je décris ?
      Vous parlez du vécu et de pragmatisme. Je pourrai tout aussi bien évoquer mes expériences personnelles dans des contrées du globe bien différentes les unes des autres. Et j’aurai ainsi démontré que mes arguments opposés aux votres, différents, étaient imparables dans ma démonstration.
      J’ai préféré énoncé, décrire, des situations, des épisodes indéniables du vécu non pas par une seule personne dans son petit monde étriqué qu’elle croit commun à tous, mais par toute une communauté, qu’elle soit aux Etats-Unis, au Kurdistan ou en Espagne...


  • Ecureuil66 20 août 2020 15:29

    belle question posée par nemo et belle analyse effectuée par tashrin...l’IGPN est très crainte dans la police mais ses conclusions données à la presse passent par le filtre du politique et c’est là le nœud du problème...En France la police est d’abord au service du politique , puis accessoirement de la justice ....je crois comme cela a été dit plus haut que chaque pays a la police qu’il mérite et qu’elle est à l’image de sa population (valable même sous Pétain malgré ce qu’en pensent certains ! )


    • nemo3637 nemo3637 20 août 2020 18:26

      @Ecureuil66
      La police ou une autre institution doit bénéficier pour exister d’une légitimité.
      C’est finalement ce qui a manqué à la police et aux forces de l’ordre de Pétain qui ont été combattues et dissoutes. Non les peuples n’ont pas forcément le gouvernement et la police qu’ils « méritent ». Une force étrangère peut s’imposer malgré l’opposition populaire. Je pense aux dictatures des pays du Bloc soviétique.


    • Ecureuil66 20 août 2020 19:05

      @nemo3637
      je ne fais que constater : des résistants ont été fusillés par des gendarmes, la police parisienne a participé à la rafle du vel d’hiv...or ces deux institutions existent toujours....la légitimité ou l’illégitimié est décidée après coup par le vainqueur


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2020 16:23

    Mai 68 a creusé le chemin qui nous mène à aujourd’hui. Une société sans PERE. Problème l’inconscient lui ne peut accepter cette place vide qui a au moins pour fonction de contrôler la violence, le pulsionnel, la société du tout de suite. Cet inconscient sans barrage ou écluses est en flot continu et l’angoisse que cela suscite recherche une solution d’urgence : UN STOP, UNE MISE SUR PAUSE, UN ARRET, qui dans le pire des cas peut prendre la forme « rassurante » du bruit de botte,...Le Co« vide » d’une place manquante, celle du père limitateur, ne joue-t-il pas ce rôle de flicage sans les bombardement ? Vous vouliez vous débarrasser du PERE, vous aurez les bottes..Ejecté par la porte, il revient par la fenêtre. 


    • nemo3637 nemo3637 20 août 2020 18:19

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Et on oublie trop peut-être le rôle du grand-père...

      Sans compter, avec l’allongement de la vie, sur les arrière-grands-parents !


Réagir