lundi 22 septembre 2008 - par Michel Santi

700 milliards de dollars

Cette somme représente 70 % du PIB canadien ou 2 000 dollars par individu - homme, femme, enfant - vivant sur le sol américain ! Cette somme, supposée éponger toutes les créances douteuses de Wall Street, est également le total des dépenses du Pentagone cette année en y incluant les campagnes iraquiennes et afghanes... Par ailleurs, 670 milliards de dollars en dollars de 2008 est aussi le coût global de la guerre du Vietnam. 700 milliards de dollars - toujours en dollars de 2008 - représentent 20 % des dépenses américaines lors de la Seconde Guerre mondiale, près du double de celles de la Première Guerre mondiale et nettement plus du double que la guerre de Corée. 700 milliards de dollars, c’est aussi quarante fois le budget 2008 de la Nasa.

7 milliards de dollars en dollars de 2008 - soit 100 fois moins - est l’équivalent du coût de la guerre américano-espagnole de 1898 ; 7 milliards de dollars est aussi la somme prodiguée par le gouvernement fédéral américain pour aider 900 000 enfants de familles défavorisées... Avec 700 milliards de dollars, ce programme verrait ainsi ses subsides assurées pour un siècle.

Comment ce même Etat fédéral, si avare en aides sociales et en allocations de santé vis-à-vis de ses citoyens, peut-il être si prompt et si généreux dès lors qu’il s’agit de sauver la mise aux dinosaures de Wall Street ? Comment le président Bush, le secrétaire d’Etat au Trésor Paulson et le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke peuvent-ils décemment spéculer sur le fait que le rachat de cette montagne de créances soit un investissement profitant - même sur long terme - au contribuable qui assumera en finalité une grande partie de ces 700 milliards de dollars ? La reprise d’institutions géantes comme Fannie Mae ou AIG a d’ores et déjà coûté des milliards au contribuable, est-il opportun aujourd’hui de racheter une masse de papiers-valeurs ou de dettes comptables dont plus personne ne veut ? Par ailleurs, cette dépense colossale éradiquera-t-elle la crise du crédit ? Les banques se remettront-elles enfin à prêter ? Le doute est permis, le doute est légitime et pas seulement auprès des contribuables américains, mais également chez les investisseurs étrangers - privés et institutionnels - qui financent une bonne partie du train de vie du gouvernement fédéral !

Prédire l’efficacité de telles injections de liquidités relève de la gageure et est comparable à prévoir la météo dans deux ans... Quel est le message ainsi envoyé à l’institution financière qui, après-demain, se retrouvera dans l’œil du cyclone de la future bulle ? Quel est l’avenir des bourses, quel investisseur sera encore tenté de placer son épargne sur un marché des valeurs dont l’évolution n’est plus conditionnée par l’efficacité du management des sociétés, mais par la charité du gouvernement ?

L’intelligentsia new-yorkaise encense les responsables de son pays et clame que ce plan de 700 milliards de dollars permettra d’éviter de sombrer dans les abysses, la bourse applaudit à présent que la perspective de l’apocalypse semblerait s’éloigner. Nouriel Roubini, l’économiste à la mode, décrète que, grâce à ces mesures, les Etats-Unis connaîtront dix-huit mois de récession au lieu de cinq ans... N’aurait-il pas été plus judicieux de modérer l’orgie spéculative s’étant emparée du marché immobilier, il y a une huitaine d’années ?

Le laxisme gouvernemental a indirectement autorisé les Américains à s’empiffrer de crédits, de ce crédit exubérant qui a créé la bulle internet avant la bulle immobilière. En effet, les financiers de Wall Street ont fait de l’or sur les pauvres gens pendant que Washington prêchait ou plaidait le laissez-faire, le chacun pour soi. En fait, la crise des subprimes est tout simplement l’histoire de bonnes gens ayant obtenu de mauvais prêts... De ces prêts, dont les conditions particulières sont écrites en caractères illisibles, qui stipulent que les taux d’intérêts sont susceptibles d’être multipliés par trois ou par quatre et qui deviennent du coup insupportables pour des familles aux revenus moyens.

Au lieu de regarder ailleurs pendant que l’élite de Wall Street s’enrichissait en revendant ces créances accordées à des familles qui n’avaient pas le moyen de s’acheter une maison, le gouvernement aurait dû se préoccuper des besoins de ses citoyens, de ses dépenses de santé, de son accès à une éducation de qualité gratuite, de subventions favorisant la propriété... autant de mesures qui auraient été très nettement moins coûteuses que celles mises en place aujourd’hui. Les statistiques montrent que 8 000 familles américaines se retrouvent tous les jours en cessation de paiement de leur prêt immobilier pendant que le gouvernement de leur pays ne se préoccupe que de sauver la mise à Wall Street. A ce rythme, la classe moyenne américaine sera prochainement une espèce menacée...

Sauver Wall Street ne sauvera pas l’économie américaine et ces mesures exceptionnelles de 700 milliards de dollars ne feront que cautionner le manque de scrupule d’une certaine fange de banquiers. Les politiciens de tous bords semblent n’avoir pas compris qu’il est temps de sortir de ce dogme du marché libre et dérégulé à outrance dans l’intérêt même de la protection du citoyen moyen. Que le marché paie lui-même le prix de ses propres abus ! Cette crise n’aurait jamais vu le jour sans citoyens désargentés qui avaient espéré être propriétaires de leurs maisons. Pourquoi ne pas mettre à profit ces 700 milliards de dollars en programmes susceptibles d’améliorer le niveau de vie de centaines de milliers de moins favorisés ? On pourrait ainsi avoir la quasi-certitude que de telles crises ne se reproduiraient plus.



133 réactions


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 septembre 2008 10:37

      Ah que mille milliards de sabords, ce billet ressemble à une impuissance de dix


    • Gzorg 22 septembre 2008 10:40

      Ha haha bernard !

      Au fait vous y croyez, Bernard, au super plan de relance américain ?


    • geko 22 septembre 2008 10:45

      Cela ne change rien au fond du problème et ce que dénonce l’auteur : La finance américaine a réinventé le bonneteau et la FED nous invite à encenser cette racaille en col blanc puisqu’aucune mesure n’a été prise pour mettre ces truands sous les verrous !


    • polmeuris 22 septembre 2008 10:50

      Tu devrais pas trop te réjouir Dugué, car cet article est la preuve que tes conneries passent de la même façon sans aucune vérification et que tes articles de faux expert de quasiment rien ne valent pas mieux que cette honte publiée.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 septembre 2008 10:58

      Pol Meurice on t’a reconnu

      Démian West, tu sais bien que tu es mort, retourne donc dans le bas astral et ne viens plus hanter ces lieux


    • polmeuris 22 septembre 2008 11:15

      Mince alors, j’connaissais pas  ! J’ai bien trouvé un Damian West ici et il a l’air de s’amuser plus que toi. Et t’as vu sa copine ! Merci pour l’info j’irais plus souvent.

      http://westdemian.blogspot.com/

      http://www.lepost.fr/article/2008/09/18/1267262_la-maison-atelier-de-delacroix-a-paris_0_577493.html ?


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 11:27

      C’est vraiment un GAG !
      Le titre (700.000 milliards$) représente, à lui seul, les errements des traders et autres cambistes, qui ne savant vraiment plus où ils en sont.
      Finalement, 3 zéros de plus, qu’est ce que c’est ... ?


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 septembre 2008 12:05

      Les physiciens utilisent d’autres unités quand les chiffres sont trop gros
      par exemple, l’année lumière, Alpha du centaure à quelques années lumières
      Pour le plan Paulson, utilisons une autre unité, l’équivalent Lyonnais, soit environ 10 à 20 milliards de dollars

      Le plan Paulson se chiffre donc à 50 Lyonnais (voir mon billet du jour)


    • geko 22 septembre 2008 12:18

      Bernard Dugué !

      Vous ne vous gênez pas à rabaisser le lecteur qui ne brosse pas votre poil dans le bon sens au niveau du "godillot" et n’hésitez pas à troller les articles des autres rédacteurs  ! Vous êtes bel et bien lamentable !


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 14:06

      PS : J’ai trouvé le moyen de décrocher le pactole : Confier de l’argent à Santi pour qu’il le fasse fructifier, par exemple 50.000€. La semaine suivante, on cloture et récupère.
      A tous les coups, il nous rend 5 millions d’euros.


    • Yvance77 22 septembre 2008 15:36

      ’Tain ca c’est le commentaire qui tue ! Avec ca j’ai l’impression de me manger une droite de Mick Tyson.

      C’est tellement énorme que je ne sais pas si c’est un film façon Hollywood. J’aimerai que le sudiste ait tort ... et cette petite voix me dit que non.

      Criminels en cold blanc, cela ne permet pas d’avoir les mains propres pour autant.

      C’est triste tout cela.

      A peluche


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 16:21

      ’tain, Rumsfeld aurait perdu 2300 milliards de dollars(?) ... sur un budget annuel maximum de 500 milliards. Oui, ça, c’est une nouvelle...
      Vraiment les poches trouées , les ricains ... Ou alors, il y a encore des zéros en trop (?)


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 16:39

      Parce que si on lit mieux , c’est 2,3 milliards ... Ah, tous ces zéros ... moi aussi, ça me perturbe.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 septembre 2008 17:03

      @Actias et al. Je crois qu’on fait allusion ici a une coquille qui a été corrigée. Faut-il s’y attarder ? Je trouve personnellement que Santi fait partie de la tres bonne moyenne de ceux qui ecrivent sur ce site. 

      @ l’auteur. Il y a deux (2) points que je voudrais néanmoins souligner.

      1. Si on n’est pas intervenu avant, ce n’est pas une erreur. Le jeu financier, qui enrichit ceux qui savent au dépens de ceux qui ne savent pas, profite des fluctuations. Rien n’est plus rentable pour les shylocks qu’un baisse brutale des stocks suivie d’une fulgurante reprise Mainenant que le grand capital et l’État travaillent totalement la main dans la main, on peut faire de meilleures affaires en frôlant de plus près le précipice.... Jusqu’à ce qu’on perde pied. 

      2. Les montants en jeux sont irréels. . Si au lieu de 700 milliards. c’est de 7 000 miliards qu’il s’agissait - correspondant aux pertes monétaires subies par Wall Street la semaine dernière, ou apres le 911 - l’impact du "bail out" sur l’économie américaine n’aurait pas, a court terme, été bien différent. On aurait simplement annoncé des changements plus fondamentaux pour les dix ou vingt prochaines années.

      La création de monnaie par l’État et les banques complices est purement discrétionnaire. Les choix sont pragmatiques et L’ARGENT NE VAUT RIEN. Si le montant a été correct pour rétablir la confiance, l’économie ira mieux ; sinon, on en mettra plus.... Indéfiniment. A moins que la confiance ne chancelle. Si on perd pieds et que la confiance cesse, un gouvernement fort viendra. On fera table rase. La solution n’est pas entre les mains des banquiers, mais entre celle des communicateurs.


      http://nouvellesociete.org/P12.html

      http://les7duquebec.wordpress.com/2008/09/22/une-crise-de-confiance/

       Pierre JC Allard


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 17:51

      Et le fait qu’il y ait une confusion entre billion et trillion, ce ne serait pas plus crédible que de dire supposer que le Pentagone à égaré 5 fois son budget annuel...

      Moi, ce que j’en dis ...

      Maintenant, à partir de la coquille de départ, on s’est tous bien marrés et c’est le principal. Dans les mois à venir les occasions pourraient se faire très rares.


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 19:01

      T’as l’insulte facile ... c’est ta vie... chacun son truc.
      Tu ne me connais pas, mais si ça te rassure et te fait plaisir... prends ton plaisir.
      Ce qui est amusant, je partage quasi toute ton analyse sur la situation , seul le chiffre de 2300 milliards me fait toujours tiquer.
      Alors, tu peux économiser tes loghorrées verbales.

      Maintenant, si tu as besoin de cela pour exister et te faire valoir, alors, pas de souci, continue ...

      Moi aussi, je t’aime ...


    • Philou017 Philou017 22 septembre 2008 19:29

      Je confirme, il s’agit bien de 2,3 trillion de $ ou 2300 billions, comme on voudra.

      benfrank.net/patriots/news/national/pentagon_missing_trillions


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 19:37

      C’est effectivement ce que l’on trouve partout sur internet et je continue de me demander (mais personne n’est censé répondre) comment on peut égarer 5 fois (ou plus) de son budget annuel ?
      Donc, la somme parait bien correspondre.

      En suivant les liens, on s’aperçoit que l’annonce a été faite la veille du 11/09 et que l’attentat a immédiatement occulté celle ci.
      Il semblerait même que dans un des immeubles écroulés se trouvaient certains des enquêteurs sur ce "trou financier", ainsi qu’une bonne partie des documents.

      http://souk-fares.blogspot.com/2008/01/pour-une-poigne-de-milliers-de.html

      La vie a parfois de ces coincidences ...


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 19:46

      "le sudiste",
      tu avais raison, Rumsfeld a bien parlé de 2300 milliards ... Mais, écoute, mon ami, échanger des arguments, ne pas être d’accord, ne pas se comprendre, ne pas accepter les arguments de l’autre, se tromper ... c’est la vie .
      Pour ma part, je n’ai aucun problème avec ça.
      Par contre, lorsque tu te permets d’insulter grossièrement ton interlocuteur, maniant sarcasmes, dénigrement gratuit, grossièretés, ect ... j’ai du mal à comprendre, oui... je dois bien entendu être débile, comme tu le soulignes aussi clairement.
      Alors, oui, c’est dommage, ce n’est pas mon choix, mais apparemment, c’est ton chemin ...et je te laisse le suivre.
      Que la vie te soit plus belle.


  • marc berger marc berger 22 septembre 2008 10:31

    Très bon article. Ce qui m’amuse beaucoup c’est de regarder comment les médias ont occulté la question principale qui est : "mais où est passé l’argent ?" Car on le sait bien rien ne se perd tout se transforme, y compris les richesses. Ce que les banques centrales sont pretes à renflouer, cet argent qui manque, ne serait il pas plus honnete d’aller le rechercher dans tout ceux qui se sont remplis le portefeuille sur le dos des autres ?

    Une fois de plus on va nous faire trinquer le remboursement de tout cet argent redistribué, pendant que ceux qui se sont remplis les poches iront faire leur petites cures aux iles seychelles pendant la pèriode hivernale !

    Il faut montrer du doigt ceux qui ont réalisés du profit sur le dos des autres, ca sera un premier geste en faveur d’une moralisation des finances, si cela est possible, mais je doute.


    • sisyphe sisyphe 22 septembre 2008 11:45

      par marc berger (IP:xxx.x6.254.105) le 22 septembre 2008 à 10H31 				
      				

      								
      				
      					Très bon article. Ce qui m’amuse beaucoup c’est de regarder comment les médias ont occulté la question principale qui est : "mais où est passé l’argent ?" Car on le sait bien rien ne se perd tout se transforme, y compris les richesses. Ce que les banques centrales sont pretes à renflouer, cet argent qui manque, ne serait il pas plus honnete d’aller le rechercher dans tout ceux qui se sont remplis le portefeuille sur le dos des autres ?

      Entièrement d’accord. 
      Cet argent n’a certainement pas disparu comme par enchantement.
      Comme quand on parlait du "trou" du Crédit Lyonnais ; certainement pas un trou pour tout le monde. 
      Mais le système financier maître du monde est bien connu : privatisation des bénéfices, et socialisation des pertes. 
      Les citoyens vont donc avoir à rembourser, au détriment de leurs diverses prestations sociales, salaires, pouvoir d’achat, ces sommes colossales volées par des démiurges à qui aucun compte ne sera jamais demandé. 

      Là, on applique un emplatre censé colmater la brèche, devenue une menace trop importante pour l’économie réelle, mais sans changer les règles du jeu (ou si peu), jusqu’à la prochaine crise, où on fera de nouveau casquer les citoyens lambda..

      Vive le néo-libéralisme !


    • Echo Echo 22 septembre 2008 12:18

      Il est normal que les rois du monde taxent le monde, non ?

      Il a ete constate en haut lieu que nous remplissons les conditions pour nous laisser enfoirer.

      Le terrain ayant ete bien prepare, c’est "circulez, il n’y a plus rien a voir".

      Bien fait pour les veaux !



    • Bois-Guisbert 22 septembre 2008 12:26

      Ce qui m’amuse beaucoup c’est de regarder comment les médias ont occulté la question principale qui est : "mais où est passé l’argent ?"

      Manifestement, vous ignorez que c’est parce qu’aux Etats-Unis on a voulu assurer aux plus pauvres, et en particulier aux minorités ethniques, l’accession à la propriété privée que les banques se sont subitement retrouvées avec des centaines de milliers de débiteurs insolvables. C’est dans leurs centaines de milliers de poches imprévoyantes, qu’a disparu l’essentiel du découvert faramineux enrtegistré depuis.

      Il n’est pas très politiquement correct de le mettre en évidence... Si ça se trouve, ça vous amuse beaucoup moins, j’imagine.


    • Echo Echo 22 septembre 2008 12:35

      Grrrrrrrr.

      L’acces a la propriete pour les plus demunis, mais...

      ...AVEC DES TAUX VARIABLES, espece d’#%&ึ[email protected]๑ำะเแวซ๗gumene !

      Un mode de remboursement qui n’est pratiquement jamais exige de la tranche des plus hauts revenus, sauf lorsqu’ils le proposent eux-memes.



    • sisyphe sisyphe 22 septembre 2008 12:38

      Ah !

      Il manquait l’avis éclairé de l’ineffable bois-guibert, pour nous faire comprendre que tout ça, c’est de la faute aux minorités ethniques !
       smiley smiley
      T’ezs au courant, bois-guibert de mes c.... que, dans le monde, tu fais partier d’une minorité ethnique ? 
      Allez, du balai !


    • saint_sebastien saint_sebastien 22 septembre 2008 12:50

      c’est faux , ceux qui sont maintenant à la rue sont ruiné , et devront d’une manière ou d’une autre rembourser leur emprunt, ils sont endettés à vie.


    • Bois-Guisbert 22 septembre 2008 13:02

      "... devront d’une manière ou d’une autre rembourser leur emprunt..."

      En vendant leurs organes pour des transplantations, par exemple ?


    • Bois-Guisbert 22 septembre 2008 13:04

      "dans le monde, tu fais partier d’une minorité ethnique ?"

      Bien sûr, Dugenou, puisque, à l’échelle mondiale, toutes les ethnies sont minoritaires. Quel plouc ! Ca ne rend décidément pas intelligent, le "progressisme" smiley


    • Medkorp Medkorp 22 septembre 2008 13:27

      Salut !

      J’imagine que tu es à la recherche d’un cerveau, cela dit c’est plutot louable, car actuelement le tien te fais dire beaucoup de conneries.


    • sisyphe sisyphe 22 septembre 2008 13:31

      							par Bois-Guisbert (IP:xxx.x17.146.68) le 22 septembre 2008 à 13H04 							
      							

      															
      							 								"dans le monde, tu fais partie d’une minorité ethnique ?"

      Bien sûr, Dugenou, puisque, à l’échelle mondiale, toutes les ethnies sont minoritaires. Ca ne rend décidément pas intelligent

      Je ne te le fais pas dire ; faut vraiment être con pour parler de minorité ethnique, donc !
      Merci de confirmer !

       smiley

    • sisyphe sisyphe 22 septembre 2008 13:34

      par Actias (IP:xxx.x8.117.34) le 22 septembre 2008 à 13H05 							
      							

      															
      							
      								Euh, c’est pas les medias qui vous le diront mais ce sont bien les "discriminations positives" américaine qui sont à l’origine de la crise des sub primes, elles y ont en tout cas joué un rôle tres important

      Ben voyons !
      Encore un fin analyste !
      Salauds de nègres et de chicanos !

      Quand on pense que les gentilles maisons de crédit ne voulaient que leur bien !
      Même pas la reconnaissance du toit ! (ah ben non, ils l’ont perdu, merde....)
       smiley


    • Bois-Guisbert 22 septembre 2008 14:43

      La question était "mais où est passé l’argent  ?"

      La réponse était "dans les centaines de milliers de poches imprévoyantes de centaines de milliers d’emprunteurs insolvables".

      Alors, la réponse ne plaît pas aux infusoires en délire, laissez tomber Actias, ce ne sont pas eux qui modifieront la réalité... Et ce que pensent et croient les négligeables est par définition négligeable  smiley


    • Bois-Guisbert 22 septembre 2008 14:58

      "faut vraiment être con pour parler de minorité ethnique, donc  !"

      Faut vraiment être encore plus con pour ne par comprendre que ce qui vaut à l’échelle de la planète, ne vaut pas à l’échelle d’un pays ou de territoires, où il y a, pratiquement toujours, une majorité ethnique et des minorités ethniques.

      Ainsi, en France, où la majorité ethnique est de type caucasien, les Chinois, les Nègres, les Maghrébins et les Roms forment non seulement des minorités ethniques, mais également des minorités visibles, selon la formule politiquement correcte.

      Ces minorités ethniques sont tellement réelles qu’il est fréquent qu’elles soient surreprésentées au sein des populations carcérales, comme le montrent les chiffres dans les pays où les statistiques ethniques sont scrupuleusement tenues et honnêtement publiées.


    • sisyphe sisyphe 22 septembre 2008 15:39

      							par Bois-Guisbert (IP:xxx.x17.146.68) le 22 septembre 2008 à 14H43 							
      							

      															
      							 								La question était "mais où est passé l’argent  ?"

      La réponse était "dans les centaines de milliers de poches imprévoyantes de centaines de milliers d’emprunteurs insolvables".

      Ah !
      Et qui est "l’inprévoyant" ? 
      Celui à qui l’on fait miroiter des crédits faciles, et qu’on entube par derrière, en appliquant des taux variables qui augmentent tellement que l’emprunteur ne peut plus les rembourser ? 
      Ou les prêteurs, qui tronçonnent leurs prêts, et les mélangent à d’autres produits, se gavent dessus, et ne savent même plus où ils sont, grâce aux titrisations ? 

      En tous cas, on sait qui sont les victimes : ceux qui ont emprunté, et qui, devant l’augmentation des taux, ne pouvant plus rembourser, se retrouvent sans maison, à la rue, avec des dettes jusqu’à la fin de leurs jours.
      Et les citoyens, qui, par l’intermédiaire de l’état, devront rembourser des fortunes au détriment de leurs cnditions de vie, aux spéculateurs foireux
      Et qui sont les profiteurs ; tous ceux qui se sont gavés sur ce système, en se servant de cet argent pour la spéculation, quitte à accumuler des actions pourries, qui ne valent plus rien, et qui ne courent pas le moindre risque, puisque l’état leur rachètera. 

      Au lieu d’essayer de nous faire gober un cours d’économie par les nuls, arrête de prendre les gens pour des cons, et de désigner les victimes comme coupables : ça rappelle de bien sinistres méthodes, dont il n’est d’ailleurs pas étonnant que s’en serve un dénonciateur des "minorités ethniques". 

      A quand une pure race aryenne, hein, mon bon bois-guibert ? 
       smiley


    • Bois-Guisbert 22 septembre 2008 18:58

      Celui à qui l’on fait miroiter des crédits faciles, et qu’on entube par derrière, en appliquant des taux variables qui augmentent tellement que l’emprunteur ne peut plus les rembourser ?

      Est-ce que oui ou non, les emprunteurs ont reçu les sommes qu’ils ont empruntées ? Et que sont-elles devenues ? 

      Telles sont les deux seules questions qu’il faut poser... Ce qu’il s’est passé ensuite est tout à fait secondaire.

      A quand une pure race aryenne, hein, mon bon bois-guibert ?

      Ce serait complètement inutile. Quand on voit ce qui s’échoue sur les plages européennes, la comparaison se suffit à elle-même : le Blanc n’a absolument pas besoin de s’améliorer davantage...


    • sisyphe sisyphe 22 septembre 2008 20:21

      Pouah !

      Nestor, virez moi ces basanés de ma plage !
       smiley

      Une vraie caricature, ce pôvre bois-guibert !


  • Gzorg 22 septembre 2008 10:32

    Ce qu’ils vont injecter....C’est juste mille fois que ce que vous annoncez dans votre article

    Et c’est aussi pour cela que ca ne marcheras pas...parceque l’on ne replatre pas une giga bulle !


    • Gzorg 22 septembre 2008 10:34

      Il fallait lire : "mille fois moins que ce que vous annoncez"


    • polmeuris 22 septembre 2008 10:40

      Le Michel Santi passe de 700 mille milliards à 7 milliards, comme si c’était l’argent de ses courses dont il se fiche des écarts, il ne sait pas faire ses comptes et il nous en pond un article de sa science aux poches trouées. C’est comme ça l’info sur le journalisme participatif ici. C’est des amateurs qui pensent et disent n’importe quoi. Et en plus ils se vexent quand on leur dit.

      Ce Michel devrait se contenter de lire les articles de la presse pro qui ne laisserait jamais passer de telles conneries. Heureusement qu’il n’y a pas de lecteurs ici, ou juste pour rire...


    • gecko gecko 22 septembre 2008 10:47

      par contre c’est vrai qu on se fend pas mal la gueule en lisant les commentaires ca c’est certain ! bon ben tout a été dit quand on fait un article sur les chiffres il faut faire attention... moi qui croyait que les suisses savaient compter !


    • Gzorg 22 septembre 2008 10:49

      Remarquez quand on va sur le site de ce splendide article on peux lire :


      "Bienvenue sur le site de Michel Santi :
      Economiste et analyste financier...


      ça en dis long sur le sérieux des Economiste et analyste financier...


      Lolilol bienvenue to the bouffon’s corporation !


    • geo63 22 septembre 2008 11:03

      C’est vrai "la presse pro ne laisserait pas passer de telles conneries" car elle est trop occupée à lécher les bottes et n’a pas le temps de traiter les véritables ENORMITES dénoncées par l’auteur de cet article, même s’il se trompe sur quelques puissances de 10.


    • ZEN ZEN 22 septembre 2008 12:03

      polmeuris -RdP

      ou le courage du pseudo...


    • sisyphe sisyphe 22 septembre 2008 13:04

      Mais non, Zen !
      La vraie identité de polmeurice-rdp, etc.... c’est philippulus !
       smiley


  • Cug Cug 22 septembre 2008 10:46

     L’oligarchie financière anglo-saxonne dirrige les USA et pilote les décideurs US pour son plus grand profit.

     Comme le dit l’auteur, les décideurs US sous influence rognent sur les dépenses sociales mais ne regardent pas à la dépense lorsqu’il s’agit des intérèts de l’oligarchie financière.


  • Gilles Gilles 22 septembre 2008 10:51

    Merde alors un analyste financier, memebre du forum de Davos qui se trompe d’un facteur mille, et s’en sert pour justifier son analyse.....

    Certaines comparaisons comme les 2000 dollars/américains font comprendre que l’on parle de 700 milliards en fait. (2000 * 300 millions = 600 milliards)

    D’autres comparaisons ("7 milliards de dollars en dollars de 2008 - soit 100’000 fois moins") nous font retomber sur 700 mille milliards.... ?????

    s’ils sont tous aussi peu rigoureux le milieu , je comprends le pourquoi de cette crise ! Paulson croyait que c’était 700 millions en fait qu’ils devaient raquer au lieu de 700 milliards .... Kerviel croyait jouer avec 50 millions au lieud e 50 milliards.....big error


    • polmeuris 22 septembre 2008 10:57

      Le pire c’est que cet article va rester en ligne après le masticage des petites bourdes. Et ils appellent ça du journalisme. The End.


    • sisyphe sisyphe 22 septembre 2008 11:55

      Mais qu’est-ce que tu viens foutre sur ce site pourri, que plus personne ne lit, polmeurice de mon sgeg ? 
      Juste insulter tout le monde, et jouer le prophète de l’apocalypse ? 

      Dégage, Philippulus !


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 13:33

      Je crois qu’on est là en train de saisir une grande vérité, lorsqu’on voit un trader qui multiplie les chiffres par 1000, on comprend pourquoi le monde est dans la m...e .


  • Tzecoatl Tzecoatl 22 septembre 2008 10:57

    Il y a quand même une morale à l’histoire : les rentiers qui prêtent aujourd’hui leur capital en bons du Trésor ne touchent quasiment aucun intérêt, tellement la demande de sécurité est forte (rendement de 0.05%, soustrayez l’inflation, ils perdent).
    On peut espérer que ces rendements quasi-nuls fassent un jour refluer les capitaux vers l’économie réelle, mettant alors en faiblesse le plan Paulson, ou l’endettement public US globalement, sauf à remonter ses taux (et là le contribuable paye).

    Donc, pour l’heure, ceux sont les rentiers qui payent et non les contribuables.

    Quoiqu’il en soit, si l’on accuse les Français de se voiler la face dans la mondialisation imposée, cela est pire aux US, où le crédit leur a permis de cacher leur désindustrialisation et leur surconsommation sans pouvoir d’achat réel.

    Le creditfare américain est bel et bien mort, son warfare/workfare n’est pas plus crédible à terme.

    Pour ma part, je ne pense pas que la doxa libérale soit complètement morte, même si son contractualisme (sans protection de la loi), son laissez-fairisme, sa dérégulation, et in fine son vrai visage, etc, ont pris un coup dans l’aîle. Il s’agit plutôt de la plus grosse remise en place du libéralisme dans une ère post-soviétique. Le libéralisme vient de tester jusqu’où il pouvait aller. L’avenir est pour l’heure dans le liberal-étatisme et la social-démocratie.

    Par ailleurs, lorsque la finance ne joue plus le jeu de l’économie réelle, la décorrélation de ces deux sphères est meurtrière pour les deux.





    • geko 22 septembre 2008 11:13

      Les rentiers prêtent parcequ’ils ont peut être beaucoup plus à perdre !

      "Donc, pour l’heure, ceux sont les rentiers qui payent et non les contribuables" Ils paient mais il prêtent, à terme ce sont bien les contribuables qui vont passer à la caisse !


    • laurent 22 septembre 2008 11:20

      Le problème c’est que ce ne sont pas seulement des "rentiers" mais beaucoup de petits épargnants qui ont souscrit aux bons du Trésor.


    • Tzecoatl Tzecoatl 22 septembre 2008 11:33

      @Laurent et Gecko :

      Toute dette n’est pas remboursable, sinon il n’y a plus de monnaie en circulation.

      Bon, il est vrai qu’à ma connaissance, la masse monétaire dollar est constituée de 50% de monnaie permanente (émise définitivement) et de 50% monnaie d’endettement (émise temporairement par les banques), celle là même qui disparaît quand on la rembourse.

      Et Eurozone, c’est 5% de monnaie permanente et 95% de monnaie temporaire, donc mon affirmation ci-dessus est vraie à 95% en Europe, à 50% en zone dollar.


    • geko 22 septembre 2008 11:59

      Vous pensez à l’emprunt russe ?  smiley


    • Tzecoatl Tzecoatl 22 septembre 2008 12:18

      Non Gecko, pour bien me faire comprendre, voici un lien pertinent :

      www.chomage-et-monnaie.org/Documents_pdf/F6_Monnaie_perm.pdf

      Mais effectivement, puisque vous en parlez, ça peut devenir tentant pour un état sur-endetté, dont pour l’heure tout indique qu’il ne fera encore que s’endetter via ses déficits commerciaux, d’annuler sa dette de son propre chef, c’est aussi cela l’autorité de l’état dans des cas extrêmes. Mais c’est peu probable, car cela le décridibiliserait complètement en tant que partenaire commercial, et parachèverait son déclin. Une dévaluation douce, à défaut de compétitivité, peut encore faire l’affaire. On peut aussi fonder quelques espoirs sur le changement d’administration à la Maison Blanche pour revenir à une gestion moins outrancière et donc plus sage.

      Bref, continuons à exporter aux US, on se rendra compte que ce qu’ils nous ont filé en échange (des dollars) valait moins que ce que l’on croyait.


    • geko 22 septembre 2008 12:21

      Merci pour le lien !


    • geko 22 septembre 2008 14:03

      Ceci dit ne pensez vous pas que l’injection de tout ce pognon c’est tout simplement éviter de donner les clés de la maison Amérique aux chinois et aux russes ?


    • Tzecoatl Tzecoatl 22 septembre 2008 14:53

      @Gecko :

      Très bien vu, je n’y avais pas pensé.

      Après, des minarchistes tel Ron Paul ne devraient pas être loin de considérer que celui qui détient des titres d’Etat est propriétaire en partie de cet état. Que ceux soient d’autres états (Chine, etc) qui soient propriétaires d’un état (Us) ne les avancent guère, héhé.

      Quoiqu’il en soit, les US ont une sérieuse chasse au gaspillage à faire (du moins de produits étrangers), ça a commencé pour le pétrole dont la consommation est reviendue à celle de 1982.

      Quoiqu’il en soi, le roi n’est pas encore mort, certains spasmes l’attestent.



    • polmeuris 22 septembre 2008 11:02

      Actias,

      Tu fais erreur. C’est bien sur Agoravox que des conneries pareilles sont diffusées pas sur Le Monde et pas chez BHL. Les amateurs c’est ici. Il faut être franchement bigleux et nul pour parler de 700 mille milliards.

      Accuser le Monde des erreurs du Journalisme Citoyen est une connerie aussi grosse que celle du Santi.


  • Helion Helion 22 septembre 2008 11:01

    remplacez milliard par million

    Ca y est j’ai le tournis


  • wesson wesson 22 septembre 2008 11:03

    Bonjour l’auteur,

    "700 000 milliards"
    700 MILLE milliards

    La majorité des commentateurs pensent à une erreur dans votre texte, une erreur constante car elle est présente partout.


    Mais qu’en dites-vous ? C’est une erreur ou c’est ce que vous pensez ?



    • polmeuris 22 septembre 2008 11:10

      La rédac a d’abord rectifié à 700 milliards puis l’auteur a demandé qu’on remette 700000 milliards. C’est qu’il le pense et qu’il est donc pire qu’ignorant, il est fou. Bientôt il va nous causer du 11/9/2001. Il est tombé sur le bon journal des demeurés.

      On voit comment la rédac est dépassée par la folie des intervenants. C’est le grand guignol ici, sans avenir.


    • Gilles Gilles 22 septembre 2008 11:18

      Wesson

      ce n’est pas simplement ça, car il y a aussi des inconsistances dans les comparaisons.

      Un coup c’est bien 700 milliards (2000$/américain = environ 700 milliards) dont il cause, puis aprés il retombe dans l’erreur des 700 mille millirad avec une autre comparaisons (7 milliards * 100 000)

      Bref c’est ça qui décrédibilise complètement el propos


    • wesson wesson 22 septembre 2008 11:31

      Bonjour Gilles,

      effectivement à moins que l’auteur ait anticipé sur une dévaluation historique du dollars, je pense également à une typo... 

      c’est pourquoi, dans le doute d’une erreur probable de l’auteur sur l’ensemble de sa contribution, je m’abstient de tout commentaire avant que celui-ci ait clarifié son propos.

      laissons-lui l’occasion de s’expliquer avant de jeter l’anathème !


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 13:21

      Bon, les gars, je propose qu’on arrête de le chambrer ...
      Trader ou pas, il a bien le droit de fumer autre chose que des Marl...ro .
      Surtout que par les temps qui courent, il doit y avoir pas mal de stress dans les salles de marché.


  • Vilain petit canard Vilain petit canard 22 septembre 2008 11:12

    @ l’auteur

    Refaites votre article avec des chiffres qui tiennent debout, et tous écrits de la même façon, on y verra plus clair. En attendant, plus la peine de poster de commentaires.


  • Philippe D Philippe D 22 septembre 2008 11:20

    700 000 Milliards de Mille Sabords !

    Ma calculette vient de rendre l’âme par la faute de cet article.


  • LE CHAT LE CHAT 22 septembre 2008 11:20

    Bon à part que le déficit américain est déjà assez élevé comme ça sans multiplier par mille la sommme ,
    j’en parlais hier soir avec mon épouse de mon dégoût de voir sortir tout ce pognon pour sauver des banquiers plein aux as alors qu’on a pas levé le petit doigt pour des centaines de milliers de personnes jetées à la rue ! smiley

    en France , c’est pareil , on doit ramer pour trouver 1, 5 milliards pour le RSA , mais pour secourir des banquiers , des industriels ou bernard Tapie , le pognon coule à flots ! smiley


    • Emile Red Emile Red 22 septembre 2008 11:38

      Et tu oublies les avions de Nicolas, pas les dinky toys ou matchbox, les vrais Airbus qu’il veut vendre en laisser sur place....


  • Anto 22 septembre 2008 11:30

    Ca ne sert a rien de comparer ces 700 000 millions de milliards avec le prix d’une guerre passee ou que-sais-je quand on sait que les stocks liquidites mondiales a augmente de plus 1500 milliards de dollars via les reserves federales rien que l’annee derniere. Des milliards, on en cree autant qu’on en veut.


  • MagicBuster 22 septembre 2008 11:35

    Ensemble tout est possible .... 
    (mais pas pour tout le monde)

    Les Français ont voté , c’est bien fait pour leur gueule.
    Ceci dit, c’est bien aussi la stratégie de l’échec.

    Encore 4 ans de Sarko et nous auront le niveau des américains.
    Vaste programme.


  • Internaute Internaute 22 septembre 2008 11:45

    Entre Gzorg et Santi c’est la valse des milliards. Qu’ils nous font chier ces anglo-saxons avec leur saut de mille du million au billion. Même JC Allard s’est pris les pieds dans le tapis. Au Vénézuéla, l’ancien président de la République Raphaël Caldera a dû intervenir pour rétablir la vérité et sortir en public le dictionnaire de la royale académie d’Espagne pour préciser que "un billón" vaut mille millions. De toute façons, à la vitesse de dévaluation de la monnaie locale il n’en était plus à un facteur mille prés.

    Justement, cette erreur n’est pas anodine. La valse des zéros et les confusions qui s’en suivent sont toujours le signe d’une économie au bord du gouffre et d’une inflation astronomique. Faudra-t-il un billon de dollars pour acheter son pain en 2010 ? That is the question.


  • Francis, agnotologue JL 22 septembre 2008 11:58

    Bon article, si on retire la coquille J ))

    Nb : 700 mds $ c’est le prix de 2 millions de maisons à 350 000 $ chacune.

    Sur les raisons du laisser faire qui a mené à cette crise, l’article édité sur le site de la Fondation Copernice apporte un éclairage inédit.

    "La compréhension des crises financières et de leur répétition par Paul Jorion, Chercheur affilié du Centre Human Complex Systems de l’université de Californie, Los Angeles (UCLA)".

    La position défendue par Bernanke y est qualifiée de "Triomphe du dogme sur la raison". Le texte en fournit la démonstration.

    Fondation Copernic)

     


    • Internaute Internaute 22 septembre 2008 12:05

      Votre comparaison est intéressante car c’est à peu prés le volume du défaut de paiement sur les crédits immobiliers. Peut-être aurait-il mieux valu financer un moratoire sur les remboursements plutôt que de dédommager les banquiers et laisser tant de gens à la rue.


    • sisyphe sisyphe 22 septembre 2008 13:00

      @ JL 

      Merci pour le lien : excellente analyse. 


  • millesime 22 septembre 2008 12:05

    Le profit est avant tout pour la FED (et donc ses actionnaires que sont les banques d’affaire privées propriétaires)... !
    plus les déficits US sont importants plus la FED prêt et d’argent et plus elle fait de profit (et ne paie pas d’impôt sur le revenu sur les produits de ses placements.. !)
    Quelques politiciens lucides ont tenté d’abolir ce pouvoir exorbitant ..ce que l’on sait peu, c’est que le président KENNEDY avait signé en juin 1963 le décret présidentiel : EO 11110 (excetutive order 11110) qui imposait un nouveau système pour se débarrassser de la FED, en adossant le dollar à du métal : l’argent.
    Des billets de 2$ et de 5 $ avaient été mis en circulation.
    Quelque mois plus tard KENNEDY fut assassiné et le lendemain même EO 11110 devenait lettre morte.. !
    Les billets de 2$ et de 5$ étaient retirés de la circulation.
    (Longues discussions possibles sur les causes de l’assassinat de Kennedy...)
    Les déficits US créés par la non convertibilité du dollar en or depuis 1971, ont (enrichi les banques propriétaires de la FED) et conduit le pays au bord du gouffre.. !


  • Michel Santi Michel Santi 22 septembre 2008 12:36

    Rectification : Effectivement, dans ma hâte d’ écrire un papier à votre attention chers Amis j’ai mélangé chiffres et lettres...C’est bien de 700 milliards de dollards qu’il s’agit et de 670 milliards de dollars ensuite...Le coût de la guerre américano-espagnole est bien de 7 milliards de dollars ainsi que les allocations versées aux enfants américains. Navré pour ces coquilles.
    Pour tous ceux qui prennent plaisir à m’insulter - aujourd’hui et en d’autres occasions, j’ai une nouvelle à vous annoncer : je continuerai à écrire pour Agoravox alors, chers Amis, ne me lisez plus.
    Du reste, il est tout à fait intéressant de noter que c’est précisément ceux dont les critiques sont les plus virulentes qui n’ont jamais osé se lancer à écrire...Alors, écrire 2 à 3 fois par semaine comme je le fais, c’est très certainement hors de leur portée intellectuelle...


    • Michel Santi Michel Santi 22 septembre 2008 13:19

      Je prie Agoravox de bien vouloir rectifier ces coquilles.
      Cela re crédibilisera mon article et calmera les excités déchainés pitoyables.


    • Calito 22 septembre 2008 13:43

      Cela recrédibilisera surtout AV et son système de modération qui laisse passer des anneries telles que le premier lecteur venu les repère.

      Sacré journalisme citoyen.


  • morice morice 22 septembre 2008 13:01

     ou 6 mois de production française...


  • MichelS 22 septembre 2008 13:07

    L’auteur parle du "manque de scrupule d’une certaine fange de banquiers".
    Le lapsus "fange" pour "frange" est intéressant ...


    • Michel Santi Michel Santi 22 septembre 2008 13:14

      Là c’était volontaire, merci de l’avoir relevé


    • Alpo47 Alpo47 22 septembre 2008 13:27

      Banquier ... fange .... Alors, là .... je me marre vraiment à me décrocher la machoire...

      Bon, Santi, vous vous faites chambrer, parce que, tout de même vous êtes trader, économiste ... et pas un élève de 6e ... Reconnaissez que c’est drôle. (pas les insultes, bien entendu, mais très minoritaires).

      Vos écrits précédents ont informé nombre d’entre nous sur le fonctionnement du système bancaire. Merci de continuer.


    • Michel Santi Michel Santi 22 septembre 2008 14:51

      Merci à Agoravox d’avoir corrigé l’erreur et je les prie de modifier également le 100’000 en 100 au début du second paragraphe.
      Encore navré !


  • manuelarm 22 septembre 2008 13:36

    @ auteur

    Pourquoi cette critique envers le gvt US, les fautifs, c’est le peuple US, comme le disait quelqu’un :
     On a le gouvernement que l’on mérite.

    Ce que je pense vrai puisque ce sont eux qui les ont élu.


  • flammekueche 22 septembre 2008 13:42

    Article intéressant si l’on arrive à faire abstraction de la bourde. Plusieurs questions a se poser : Qui va payer ce plan. Qui va financer ce plan. Qui va profiter de ce plan.

    La première question est la plus simple à répondre. La classe moyenne américaine.

    Le financement, ce sera de la dette que les américains rembourseront. Mais qui finance cette dette, on peut penser que les énormes liquidités asiatiques, chinoises en particulier, peut-être russes seront présentes.

    Qui va en profiter, bien sûr la FED, mais qui se cache derrière ? des américains riches, des fonds de pensions, mais aussi des fonds spéculatifs basés aux bahamas et beaucoup de fonds asiatiques.

    Il y avait plusieurs possibilités pour gérer cette crise. Agir sur les prêts incriminés en les gelant par un moratoire. Ne rien faire et laisser la bulle éclater. Racheter les banques douteuses.

    Si la troisième solution a été choisi, c’est qu’ils n’avaient peut-être pas le choix. Qui est prêt à prêter au gouvernement ? Evidemment comme tout le monde le dit, les fonds qui possèdent encore des liquidités ET des actifs. Ils y gagnent doublement puisqu’ils gagnent par la spéculation et par la transformations de leurs bénéfices réalisés en obligations fédérales plus sûres (pour combien de temps). Mais pourquoi personne ne parle-t-il des liquidités asiatiques et autres ? Qui peut douter que certains pays, la Chine par exemple, vont en profiter pour contrôler davantage la politique américaine. Il ne s’agit pas là d’un détail.

    D’ailleurs si la décision prise avait été le moratoire, tous les investisseurs étrangers auraient perdus pas mal d’argent. Cela aurait pourtant été excellent pour les américains et pour l’économie américaine. Mais ces investisseurs auraient-ils été d’accord pour financer ce plan dans ce cas ?

    Une question peut se poser, les Etats-Unis ont-ils encore les choix de leur politique économique ? Gageons que les futurs créditeurs de ces 700 milliards n’auront pas que des intérêts financiers.


  • armand armand 22 septembre 2008 14:32

    Pour compléter le tableau, les floués de l’immobilier ont été victimes (consentantes, il faut dire) de cette frénésie d’enrichissement par la spéculation qui était dans l’air du temps. En France également. Combien de personnes s’endettaient dans notre pays non pour s’offrir un toit, mais en espérant empocher une grosse plus-value. En s’appuyant sur des exemples bien véridiques - j’avais une collègue qui, en revendant il y a deux ans un appart pourave qu’elle s’était acheté - et jamais occupé - dans un quartier parisien plutôt turbulent, a empoché d’un coup en plus-value quatre ans de salaire.

    Bien entendu, cette obsession de la spéculation va de pair avec le tassement des salaires.

    Or en France, on ne prête qu’aux aisés et aux solvables, tandis qu’aux U.S.A. on a encouragé tout le monde à monter sur le TGV de l’enrichissement sans douleur, à acheter des ’McMansions’ alors qu’un deux-pièces-cuisine aurait été plus raisonnable.


    • n’a rien à dire 22 septembre 2008 16:41

      Amand
      .
      .

      Vous n’êtes pas dans le coup Armand au début un couple ayant 1 500 dollars de revenu devait rembourser 500 dollars par moi et au fil du temps ses remboursements mensuels ont doublé voir triplés jusqu’atteindre l’insolvabilité de l’emprunteur. Faillite de l’emprunteur et vente de son bien qui était hypothéqué. C’est cette masse de faillites qui a fait que les prix se sont effondrés, les acheteurs spéculant à la baisse. Ils leur suffisaient d’attendre le bon moment pour enchérir au plus bas sinon ils pouvaient attendre qu’une autre maison soit mise en vente.

      Maintenant lorsque vous dites que les victimes étaient consentantes, vous tenez là un langage de violeur qui souhaiterait faire passer sa culpabilité sur la victime. Continuez comme ça vous êtes sur la bonne voie.

      Le taux variable est une escroquerie qui veut que le prix du produit ( l’argent ) que vous avez acheté dans le passé peut augmenter dans l’avenir. Vous avez acheté une voiture à crédit hier et d’un seul coup le vendeur vous dit que le prix du produit a doublé aujourd’hui. Paie espèce de con. Tu étais d’accord, tu as signé le contrat. Hé oui ! C’est ainsi qu’on passe du vouvoiement au tutoiement. Le vendeur, promettait que ça n’arriverait jamais. C’est comme au casino, tu peux gagner mais à tous les coups tu perds.

      Quant à votre exemple sur les bulles immobilières pauvre nullité d’Armand, vous comparez deux choses distinctes qui ne se ressemblent pas. Cette crise des prêts immobiliers n’est pas une crise immobilière. Ces gens n’ont pas spéculé à la hausse du prix du logement. Il n’y avait pas de bulle. Vous confondez tout, Monsieur l’universitaire.
       
      Votre exemple est faux car il est vrai que dans certaine région de France le prix de l’immobilier augmente tandis que dans d’autre il stagne. Tout dépend de la demande très forte en Isle de France, en Bretagne, en Provence Cote d’Azur etc. Je veux dire que la spéculation immobilière se fait surtout dans les régions qui ont un potentiel attractif touristique et ce sont les acheteurs étrangers qui font monter les prix. D’ailleurs les banques encouragent les acheteurs étrangers en leur accordant des prêts préférentiels. D’où certaine manifestation en corse.

      Il y a donc aux Etats unis une grosse masse de gens ruinés par ses emprunts. Ils appartiennent aux classes moyennes. La vôtre Armant. Ils n’ont pas seulement perdu leurs maisons mais pour certains comme le prix de vente de leur bien n’a pas été suffisant pour tout payer, ils seront contraints de payer durant toute leur vie l’achat d’une maison qu’ils ne possèdent pas. Et vive le capitaliste. Pendant que les uns appauvrissent, d’autres s’enrichissent.

      Voyez-vous le capitaliste, c’est toujours justifier au mérite car autrefois ils s’enrichissaient ( le travail ) en produisant des richesses mais aujourd’hui, ils s’enrichissent ( le vol ) par transfère de richesses du plus pauvre vers le plus riche. 

      Armand vous n’êtes pas à l’abri si vous n’êtes pas propriétaire, vous paierez demains vos loyers de plus en plus chers.

      Encore cette crise financière peut engendrer une crise dans le secteur des travaux publics. D’abord en mettent en vente un grand nombre de logement, elle peut diminuer la demande auprés des entreprises du bâtiment et tirer vers le bas le prix du logement neuf. Ensuite elle peut créer chez le consommateur une méfiance qui le dissuadera de construire donc baisse de la demande auprès des entrepreneurs du bâtiment. Quand le bâtiment va tout va mais quand le bâtiment est en crise plus rien ne va.

      Non Armand cette crise de l’immobilier est avant tout une crise du système bancaire malhonnête.

       


    • Stephanesh 23 septembre 2008 04:00

       @ n’@ rien @ dire

      Dans les crédits faciles, il faut distinguer deux problèmes

      1) Les gens ne devaient payer pendant les deux premières années de leur crédit que les intérêts, ils commencaient donc leurs remboursement (capital + intérêt) après 2 ans

      2) Les taux d’intérêts ont augmentés ce qui évidemment a compliqué les problèmes...


      Le taux variable n’est pas une escroquerie. En fait quand tu empruntes de l’argent en période d’inflation, ton argent perd de la valeur... par exemple 1kg de beurre coûte 2€, en puis 2,1€, l’augmentation du loyer de l’argent permet de rembourser ce que tu as emprunté à la valeur du moment du remboursement...

      Ensuite si les taux montent ils peuvent aussi descendre...


  • JONAS JONAS 22 septembre 2008 14:47

    SAPRISTI ! Avec les zéros, ça fait bien une ligne…+ un zéro pointé pour l’Auteur, nous ne parlons plus de finance, mais d’astronomie ?

    Enfin ! En rectifiant les chiffres, on peut déchiffrer (c’est le cas de le dire), la pensée de l’Auteur.

    Moi j’aime bien la première phrase de cet article et les déductions qui l’accompagnent… ! : " Cette somme représente 70 % du PIB canadien ou 2 000 dollars par individu - homme, femme, enfant - vivant sur le sol américain ! ".

    Immédiatement, je me demande comment 700 milliards de dollars, soit approximativement 450 milliards d’euros, peuvent endetter le citoyen Américain que de 2 milles dollars, soit, environ 1 400 euros ?

    Notre dette entre 1 500 milliards à 2 000 milliards d’euros, endette le citoyen Français d’environ 25 000 euros ?

    En tenant compte de ces chiffres et en considérant notre dette à hauteur de 2 100 milliards d’euros, plus proche de la réalité, nous ne devrions être endettés par tête de pipe que d’environ, 6 500 euros ? ! Où est l’erreur dans ce cas… !

    En ce qui me concerne, elle réside dans la surévaluation de l’euro. Faites vos comptes !

    Si à dette équivalente, nous sommes 4 fois plus endettés, ça veut dire que notre monnaie représente 4 fois moins que sa valeur en bourse ? !

    Calculez dans ces conditions, le nombre de guerres que nous ont fait subir les Gouvernements qui se succèdent depuis Mitterrand ! Ce n’est pas triste, nous aurions pu conquérir l’Europe et le Moyens Orient.

    Pas de quoi faire cocorico et se payer la tête de nos Alliés.

     


    • Anto 22 septembre 2008 15:07

      ou alors c’est qu’il y a 4 fois moins de francais que de personnes sur le continent americain. Humm quelqu’un comprend quelque chose a ce post ?


    • flammekueche 22 septembre 2008 15:13

      Tu compares des pommes et des truelles. Pour la France cette dette est par contribuable, pour les américains c’est par individu, homme, femme, enfant, vivant sur le sol américain. De plus tu parles juste de la contribution des 700 milliards à la dette et non pas de la dette totale pour les us alors que pour la france tu parles de la dette totale. Un conseil : lis l’article avant de commenter, relis même. Et arrêtes de crier !


    • xa 22 septembre 2008 15:23

      Population des USA :302 074 000 en 2007. 
      302 074 000 * 2000 = 604 milliards.

      Voila pour les 2000 par habitant aux USA.

      On rappelera tout de meme que la dette publique américaine, en dehors de cette histoire, est de 9 600 milliards, ce qui donne déjà un endettement de chaque habitant à hauteur de 31700 dollars. L’endettement par habitant passe donc mécaniquement de 31700 à 34000 dollars.


      Dette francaise : 1500 milliards
      Population : 64,1 millions

      Dette par habitant = 1 500 000 / 64,1 = 23 400 euros / habitant.



    • Anto 22 septembre 2008 15:32

      c’est bien ca. Ce post c’est n’importe quoi, assimilant l’investissement de la Fed a la dette americaine et comparant cette derniere a la dette francaise par habitant... Y a effectivement de quoi s’arracher les cheveux.


  • Jimd Jimd 22 septembre 2008 14:55

    ces creances sont justement douteuses.... mais une partie a de la valeur .
    donc ce chiffre ne doit pas etre vu comme le cout de l’intervention.
    Au bout du compte une partie de ces titres retrouverons de la valeur quand on y verra plus clair sur le nombre de prets subprimes et autres qui seront rembourses.

    alors oui, fondamentalement l’etat americain met la main a la poche. mais la somme finale sera beaucoup plus faible.

    Dans votre conclusion vous vous demandez si cet argent ne serait pas mieux utilise autrement....
    en un sens oui il vaudrait mieux aider les plus pauvres... mais au vu de la crise, ne pas intervenir pour retablir la confiance serait catastrophique pour l’economie reelle. Ce n’est pas la meilleure solution non, ce serait en fait peut etre la moins mauvaise....nous verrons


  • Diogene 22 septembre 2008 15:30

    D’après ce site :

    http://news.goldseek.com/GoldSeek/1221760800.php

    l’exposition au risque sur dérivés de JP Morgan seul est de

    89 997 milliards de dollars.

    Entre 89 trilliards pour JP Morgan seul et les 700 trilliards de l’en tete du post, si JP Morgan appelle ses copains, ils vont y arriver.

    Bonne chance pour le contribuable americain !!


Réagir