mardi 7 janvier - par Paul Jael

Calcul socialiste et socialisme de marché

Socialisme et rationalité économique

Il n'est pas inintéressant de savoir qu'au cours des années vingt et trente du vingtième siècle, des économistes ont débattu de la question de la rationalité du socialisme et plus précisément de l'économie planifiée. Parmi eux, quatre des plus grands économistes de l'époque :

Mises (von) Ludwig

Autriche

1881-1973

Hayek (von) Friedrich

Autriche / G-B

1899-1992

Lerner Abba

Etats-Unis

1903-1982

Lange Oskar

Pologne

1904-1965

Je me contenterai d'un résumé très bref, car j'ai publié sur internet un article à ce sujet, dont voici le lien :

Article publié sur le site du MPRA

Il faut savoir que les écrits de Marx analysent abondamment le capitalisme mais sont très discrets à propos du socialisme. Le marché est, selon Marx, source d'anarchie en conséquence de quoi l'économie socialiste doit être guidée par un plan ; mais Marx ne donne aucun détail sur le contenu du plan et la manière de l'élaborer.

C'est là le point de départ d'une attaque en règle lancée par von Mises en 1922. Mises constate que chez beaucoup de marxistes surtout en Allemagne règne l'idée que le plan pourrait ne déterminer que des quantités et se passer de calculs en valeur : quels flux quantitatifs de facteurs et de biens serviraient à produire quelles quantités de produits et services. Selon Mises, un tel système ne peut prétendre à la rationalité, accumulant les gaspillages. Le seul moyen d'obtenir une utilisation optimale des ressources est de choisir la méthode de production la moins coûteuse. Ceci implique que l'économie dispose d'un système de prix et ceci, pas seulement pour la vente au détail mais aussi pour le secteur des biens de production. Mises ne voit pas comment le plan pourrait générer un système de prix cohérent et significatif à partir du néant. Il émet également d'autres critiques déniant de la rationalité économique au socialisme, mais l'impossibilité du calcul est la principale.

L'Américain Taylor et le Britannique Dickinson sont les premiers à apporter comme réponse la modélisation de ce qu'on appellera "le socialisme de marché". Aux extrémités du processus de production, les prix sont déterminés par deux marchés :

  • en amont, les facteurs de production primaires (travail et terre) sont rémunérés au prix permettant leur plein emploi
  • en aval, les produits sont vendus aux consommateurs à un prix évitant l'accumulation d'invendus.
Publicité

Partant de ces contraintes, le ministère de la production fixe les prix des produits intermédiaires de telle façon qu'ils égalent le coût de production. La méthode préconisée est celle de l'essai-erreur. L'intérêt sur le capital ne disparaîtrait pas dans ce système.

Face à cette conception neuve, Hayek reconnaît que le calcul rationnel est théoriquement possible dans une économie socialiste, mais il lui semble trop complexe pour être mis en œuvre. Il est impensable qu'un planificateur puisse concentrer toutes les analyses que les entrepreneurs effectuent sur le terrain.

Lange reprend les idées de Taylor et Dickinson et insiste sur la proximité de la problématique avec l'approche de l'économie de marché par Walras et Pareto. Lange, disciple de ces deux fondateurs de l'économie néoclassique, reprend leur théorie des prix paramétriques : les entreprises et les ménages, pour autant que la concurrence les prive du pouvoir d'influencer les prix, établissent pour chaque système de prix potentiel un programme d'achats et de ventes de bien et de facteurs qui optimise leur situation. Walras et Pareto ont démontré l'existence d'un système de prix équilibrant simultanément tous les marchés lorsque chaque acteur tente d’optimiser sa situation ; Lange estime qu'on peut admettre la quasi-unicité de celui-ci. Il reste au ministère à faire ce que fait le marché en économie capitaliste : trouver le bon système de prix en augmentant le prix des biens en pénurie et en diminuant le prix des biens en abondance. Le système walrassien se prête d'autant mieux à ce rapprochement que Walras, de façon assez contestable, présentait l'économie de marché comme si un commissaire-priseur caché la faisait accoucher du bon système de prix. Vu sous cet angle, le planificateur effectue le travail de cette figure mythique qu’est le commissaire walrassien.

Lerner reprend l'idée des prix paramétriques et expose les deux règles que doivent respecter les directeurs des entreprises d'Etat :

  1. Engager de chaque facteur des unités tant que leur prix reste inférieur à leur produit marginal en valeur
  2. Augmenter la production des biens tant que leur prix reste supérieur à leur coût marginal

Ces règles correspondent à la description du comportement du producteur en concurrence parfaite par l'économie néoclassique.

Tout en reconnaissant l'avancée que représentent ces contributions, Hayek reste sceptique et énumère une série de problèmes que le système Lange-Lerner ne résout pas :

  • création de nouveaux produits,
  • nouvelles méthodes de production,
  • produits non standardisés,
  • anticipation des prix futurs,
  • sélection des investissements,
  • motivation des dirigeants à réduire les coûts.
Publicité

On a accordé l'appellation "socialisme de marché" au système de Lange, mais à l'exception de la vente au détail et du travail, il ne comporte pas de marché réel ; il y a juste un marché virtuel dans le cerveau du planificateur et accessoirement dans celui des chefs d'entreprise. A mon avis, le socialisme à la sauce Walras-Pareto de Lange est une aberration. Il est inapplicable. Paradoxalement, la thèse de Lange met en lumière les insuffisances de la théorie walrassienne. Elle ramène le fonctionnement de l’économie à la solution d’un système d’équations simultanées[1] ; l’entrepreneur en est le grand absent. Elle ne convient ni pour le capitalisme ni pour le socialisme.

Pour répondre aux objections de Hayek, il faut transposer la solution dans le monde réel. Et pourquoi pas remplacer les marchés virtuels de Lange par des marchés réels ? Le système mériterait alors son appellation « socialisme de marché ». Divers auteurs (dont moi) ont réfléchi à cette piste. C’était l’objet de l’article « Le socialisme peut-il être de marché ? » que j’avais posté sur Agoravox le 10 juillet 2019.

 

[1] Qui devrait comporter au bas mot des milliers d’équations et d’inconnues.



44 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 janvier 16:40

    Ce qui caractérise une économie socialiste, ce n’est pas l’existence ou non d’un marché ou la valeur, mais le rôle de l’état dans les orientations et la propriété des moyens de production. Avec un été actionnaire, en pratiquant les mêmes techniques et méthodes que les banquiers et compagnies privées, l’état utilise la plus-value à autre chose qu’à enrichir des actionnaires spéculateurs et parasites.


  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 8 janvier 12:27

    Le service public c’est surtout un alibi de fainéasses privilégiées ...


    • pemile pemile 8 janvier 12:30

      @Sharpshooter - Snoopy86 « Le service public c’est surtout un alibi de fainéasses privilégiées »

      Dixit un ancien militaire ou un ancien mercenaire ?


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 8 janvier 12:40

      @pemile

      passé moins de temps dans l’armée que toi à torcher tes poneys ...
      par contre j’ai sûrement payé beaucoup plus d’impôts que toi smiley


    • pemile pemile 8 janvier 13:04

      @Sharpshooter - Snoopy86 « passé moins de temps dans l’armée que toi à torcher tes poneys »

      C’est mes chiennes que tu confonds avec des poneys ou tu te fais le perroquet des niaiseries de Cadoudou ?

      « par contre j’ai sûrement payé beaucoup plus d’impôts que toi »

      Aussi sûrement que le torchage de poneys ? smiley


    • Cadoudal 8 janvier 13:47

      @pemile
      J’ai appris récemment que tous les adhérents du FNARS touchaient une prime de productivité...

      https://www.europe1.fr/societe/information-europe-1-plus-de-1450-voitures-ont-ete-brulees-pendant-la-nuit-de-la-saint-sylvestre-3941682

      13% d’augmentation en 2019, c’est une affaire qui marche et c’est Madame Pemile qui doit être contente, elle pourra bientôt s’acheter la maison de ses rêves en Nouvelle France...

      Si tu te reconvertis dans l’élevage de Hamster à Sevran, je pense que tu pourrais être exonéré de l’impôt sur la plus-value après la vente de ta petite entreprise d’Arzano...

      C’est à toi de voir et d’agir en bon père de famille, les experts du FNARS ont encore prévu 15% d’augmentation en 2020 et 18% en 2021, après il se pourrait que la bulle du foutage de gueule explose et que tu sois obligé d’euthanasier ton troupeau de poneys...


    • pemile pemile 8 janvier 13:59

      @Cadoudal « c’est Madame Pemile qui doit être contente »

      Elle serait plutôt du genre à avoir envie de tirer à balles réelles sur les connards qui brulent les voitures de leurs voisins smiley


    • Cadoudal 8 janvier 14:05

      @pemile
      Tuer les clients de son mari ?

      Pas très maline Madame Pemile...

      Y a de l’ambiance chez toi ou du gaz de schiste dans les robinets ?...


    • pemile pemile 8 janvier 14:10

      @Cadoudal « Tuer les clients de son mari ? »

      Dans le genre bouffon tu fais fort en ce moment, quel serait donc mon boulot d’après toi ? smiley


    • foufouille foufouille 8 janvier 14:26

      @pemile

      du bon flic facho, donc.


    • Cadoudal 8 janvier 14:30

      @pemile
      Électricien, informaticien, mécanicien, il faut avoir plusieurs cordes à son arc quand on dirige un grand élevage comme le tien...

      J’ai vu que tes pâtures étaient clôturées, du barbelé pour éviter les divagations de ton cheptel, pas très progressiste comme méthode...lol...

      https://thehungaryjournal.com/2020/01/05/govt-to-double-border-control-troops/



    • pemile pemile 8 janvier 14:33

      @foufouille « du bon flic facho, donc. »

      Non, ma femme n’est pas flic et bosse pour la PJJ en zone gendarmerie.

      Et au passage, j’attends toujours que tu m’indiques ta fameuse page wikipedia qui me contredit sur les box en routeur smiley


    • pemile pemile 8 janvier 14:39

      @Cadoudal « .lol... »

      Mon pov’ Cadoudou, te v’la à rire de tes propres conneries ! smiley


    • foufouille foufouille 8 janvier 14:50

      @pemile

      gendarme ou flic, c’est pareil vu que le gendarme obéit au maire.

      (sauf chez toi certainement)

      je ne chipote pas sur les petits détails techniques.


    • pemile pemile 8 janvier 14:56

      @foufouille « gendarme ou flic, c’est pareil »

      Non, elle préfère bosser avec les gendarmes smiley

      « je ne chipote pas sur les petits détails techniques. »

      Rhhooo, et cette fameuse page wikipedia ? Toujours incapable de reconnaitre tes âneries ?


    • foufouille foufouille 8 janvier 15:13

      @pemile

      un collabo du système reste un collabo du système sauf cas particulier ou si il est concerné.

      dans un village où j’ai vécu, un de mes voisins était un dealer fils de bourgeois donc protégé par la gendarmerie, les délinquants faisaient chier le monde car le gendarme est occupé à mettre du PV sauf en cas de lèse majesté des bourgeois locaux.

      le voleur peut cambrioler au tant qu’il veut des sans dents 6 mois, un an ou plus car forcément il faut avoir un réseau.

      sauf si c’est un bourgeois ou un magistrat, c’est tout de suite 30 flics .....


    • pemile pemile 8 janvier 15:31

      @foufouille « dans un village où j’ai vécu, un de mes voisins était un dealer fils de bourgeois donc protégé par la gendarmerie »

      Deux planctons devant le pavillon du dealer pour discipliner la file d’attente ?


    • Cadoudal 8 janvier 15:38

      @foufouille
      gendarme ou flic, c’est pareil

      Effectivement, ils couchent ensemble...lol...

      Dix à quinze jeunes, le visage dissimulé, se sont rendus vers 1h30 du matin sur le côté de la gendarmerie, là où se trouvent les logements de fonction des militaires. Ils ont lancé des pavés et des mortiers de feux d’artifice en direction des habitations tout en insultant les policiers et en criant « venez nous chercher »


    • foufouille foufouille 8 janvier 15:44

      @pemile

      la gendarmerie le savait très bien simplement mais ne faisait rien (comme pour les délinquants ), il vendait son shit chez lui en foutant un gros bordel.

      il n’est même pas passé devant un tribunal.


    • foufouille foufouille 8 janvier 15:52

      @Cadoudal

      c’était en 99 dans un bled de 1400 habitants donc ce n’était pas encore ça mais je sais que ce genre truc est arrivé plus loin.

      la gendarmerie avait des grillages de 4m de haut et était hors du village.

      on est plusieurs a avoir déménagé.


  • Esprit Critique 8 janvier 16:21

    Examiner le Socialisme sous l’angle de la Rationalité, ou le contraire, c’est se pisser dans la bouche pour étancher la soif .

    Bon courage.


    • Paul Jael 8 janvier 18:40

      @Esprit Critique
      Vous avez déjà essayé ? J’imagine que cultiver l’esprit critique nécessite un bon arrosage.


Réagir