samedi 20 août 2022 - par Manuel 235

Dérèglement climatique et agriculture

Vu la sécheresse actuelle il y a un sujet qui est doublement d'actualité : les engrais dans l'agriculture.

Pourquoi doublement d'actualité ? Parce que passer d'une agriculture conventionnelle à une agriculture sur sol vivant :

1) Ça permet de piéger le CO2 dans le sol et donc de limiter le réchauffement climatique, l'engrais c'est de la paille ou du bois (BRF) qui en poussant absorbe le CO2 de l'air.

2) Les plantes qui poussent sur sol vivant sont beaucoup moins sensibles à la sécheresse que celles nourries avec des nitrates, il y aurait donc plus d'eau dans les rivières, et aussi moins de pesticides.

Elles sont moins sensibles au manque d'eau car l'humus qui se forme retient de l'eau, mais surtout parce que les champignons mycorhiziens décuplent les capacités d'absorption d'eau par les racines.

Les nitrates fragilisent les plantes et les rendent plus sensibles au manque d'eau.

En plus les nitrates non utilisés finissent dans la mer et désequilibrent tout, à la fin il y a plein de bactéries qui produisent du méthane.

L'utilisation de la herse rotative et une catastrophe pour la diversité du sol et pour la pollution des rivières et de la mer.

Il faut des variétés qui savent vivre en symbiose avec les champignons déjà présents, les blés anciens sont apparement doués pour ça, du coup les marchands de graines enrobées de pesticides ou de graines OGM ont beaucoup à perdre, et je ne parle pas des fabricants d'engrais et de pesticides.

 

Pour une ferme de 200 hectares sur dix ans :

1260 tonnes de carbone en moyenne stockées dans les sols en agroécologie.

160 tonnes seulement en agriculture conventionnelle.

"Quand le sol mange du carbone il chie de l'azote."

 

Pour résumer les céréales et légumes qui sont nourris aux nitrates sont plus sensibles à la sécheresse, donc il y a moins d'eau dans les rivières.

Il y a moins de sucres dans les légumes donc ils ont moins de goût.

Il sont aussi plus sensibles aux ravageurs, les pesticides sont généralement des neurotoxiques.

Et plus sensibles aux pourrissement, les fongicides détruisent la terre et les sulfites (pour le transport et le stockage) empêchent les fruits et légumes de mûrir, ils sont donc plus difficiles à digérer et ont moins de goût.

 

"Il faut prendre conscience de quelque chose de très important : l’échelle de la vie des sols c’est le siècle. Pour se constituer, un sol a besoin de plusieurs siècles. Nous en héritons. La question que nous nous posons aujourd’hui est de savoir ce que nous allons léguer aux futures générations et là est la question problématique. À notre échelle, nous ne pourrons pas rétablir les sols. Nous n’avons pas assez de recul sur ces questions-là." Marc-André Selosse

 

https://www.qqf.fr/infographie/70/pour-bien-manger-on-regarde-ou-on-met-les-pieds

https://www.maraichagesolvivant.fr/ressources/



58 réactions


  • Clocel Clocel 20 août 2022 11:13

    Quel est donc ce règlement climatique ?

    Où sont inscrites ces règles d’airain que ces satanés ploucs s’évertuent à perturber ?

    Partez avec un bon postulat, sinon la démonstration ne vaut rien...


    • Manuel 235 Manuel 235 20 août 2022 15:48

      @Clocel
      Il y a 8 climats (méditerranéen, continental, etc) et 4 zones climatiques et jusqu’à peu les changements se faisait plus doucement.
      Être réglé (résultat) et avoir des règles écrites (théories, lois) c’est différent.
      Tu essaye de jouer sur les mots (et tu te trompe), le postulats n’est pas les mots mais leurs sens.


    • Clocel Clocel 20 août 2022 16:17

      @Manuel 235

      Le climat n’est pas défini, tu peux à la limite faire des moyennes locales, mais à l’échelle d’un siècle ou deux, je ne vois vraiment ce que tu pourrais déduire qui ne soit pas orienté par des desseins douteux, car nous sommes en réalité de grands ignorants.

      Quiconque s’intéresse à l’Histoire rencontre des épisodes extrêmes dans un sens ou dans l’autre, les monastères rendent compte de la météo et de ses aléas depuis le XII siècle, on trouve des sites qui en ont fait quelques synthèses...

      Par contre, il est évident que la météo est l’enjeu de luttes idéologiques et politiques et à la vue des moyens déployés il n’est pas bien difficile de désigner qui est capable de mettre en branle ce genre de projet.


    • Manuel 235 Manuel 235 20 août 2022 16:38

      @Clocel
      Le climat est défini désolé, mais pas précisément évidemment, il évolue pour plusieurs raisons, et l’une d’elle est la quantité de CO2 dans l’air, une autre est la quantité de méthane.

      On a tous vu que certains politiques essayent d’utiliser le climat pour se faire élire, quel rapport avec cet article ?
      « Qui vit de combattre un ennemi a tout intérêt de le laisser en vie. » Nietzsche.


    • Clocel Clocel 20 août 2022 16:43

      @Manuel 235

      CO2 = 0.004% de l’atmosphère...

      Question : Combien de temps vais-je devoir aller chercher mon pain à bicyclette pour le faire varier significativement ?

      Bullshit...


    • Clocel Clocel 20 août 2022 16:45

      @Clocel

      CO2 = 0.04%... Désolé...

      Je ne voudrais pas alimenter votre enfumoir avec une étourderie...


    • Manuel 235 Manuel 235 20 août 2022 19:58

      @Clocel
      « Je suis ce que je mange. » pour moi ça viens du fait qu’on est censé suivre notre intuition :

      "Ainsi il faut suivre le logos commun (intuition, inspiration, synchronicités) ; mais quoiqu’il soit commun à tous la plupart vivent comme s’ils avaient une sagesse à eux." Héraclite

      « Ne te prends pas pour un sage. » Proverbe 3 7
      Et notre intuition vient (à mon avis) de notre âme et de ce qu’on mange (la matière qu’on assimile, le 2ème tiers c’est la psyché ).

      Donc si je suis ce que je mange, que je suis (verbe suivre) mon intuition peut être qu’il vaut mieux que je mange des plantes qui ont poussé dans un sol vivant.
      Pourquoi ? Si vous avez de l’intuition cette vidéo, celle là et celle-ci vous aideront à répondre à la question.


    • Manuel 235 Manuel 235 21 août 2022 16:01

      Quand on veut jouer au jeu de l’oie ! il vaut mieux connaitre la loi du jeu.

      Quand on veut connaitre la loi du jeu ! il vaut mieux trouver la joie du feu.

      Quand on veut trouver la joie du feu ! il vaut mieux jouer au jeu cent fois.

      Quand on veut jouer au jeu cent fois ! il vaut mieux remplir le feu de joie.

      /

      Le jeu de l’oie représente la vie.

      « trouver la joie du feu. » c’est trouver l’inspiration et / ou l« intuition.
       »remplir le feu de joie." c’est suivre son inspiration et son intuition.
      Le feu de joie c’est aussi un très vieux rituel agricole.

      Le feu c’est l’élément alchimique.


    • Tzecoatl Claude Simon 22 août 2022 15:10

      @Clocel

      Effectivement, 0.004% c’est ridicule. Sauf que le principal gaz à effet de serre, c’est la vapeur d’eau. Et un peu de Co2, augmenterait de beaucoup l’effet de la vapeur d’eau : https://www.youtube.com/watch?v=R6eywXdssMw&ab_channel=ScienceEtonnante

      Quoiqu’il en soit, il fait chaud et de plus en plus. Est-ce que ceux sont les cycles de Milankovitch (https://www.youtube.com/watch?v=MXcY8Cf6hsI&ab_channel=ScienceEtonnante), les gaz à effets de serre (donc surtout l’eau) ou les deux ?
      Bref, l’affaire n’est pas vraiment tiré au clair (sauf pour le système de taxe carbone) , les marges d’erreur étant conséquentes (https://www.youtube.com/watch?v=lqg-4TpReo4&ab_channel=ScienceEtonnante), le constat reste le même, il fait chaud, et de plus en plus. Rajoutons les hypothèses de guerre climatique ou de geoingénierie histoire de n’oublier personne.

      Même si l’agroécologie est à mon goût trop carbocentrée (comme je l’ai expliqué plus bas), il n’empêche que ceux sont de vrais agronomes et de vrais expérimentateurs, et non plus le conseiller traitement de la coop. C’est plus des connaissances et des pratiques pour des sols durables, en fait, contre l’érosion des sols. Ils se permettent même de donner des leçons à l’agriculture bio avec des arguments certains.


  • zygzornifle zygzornifle 20 août 2022 11:44

    Il faudra repenser notre agriculture et planter des espèces adaptées au nouveau climat sec et aride au lieu de s’acharner a faire pousser des plantes qui se goinfrent d’eau . 


    • Manuel 235 Manuel 235 20 août 2022 15:53

      @zygzornifle
      Oui, mais déjà les plantes qu’on cultive pourraient être beaucoup plus résistantes au manque d’eau, avec plus d’humus dans la terre et plus de mycorhizes.


    • Samy Levrai samy Levrai 20 août 2022 15:58

      @Manuel 235
      et ajouter beaucoup de CO² , ne pas oublier que c’est ce que les plantes préfèrent avec l’eau et la lumière.


    • Clocel Clocel 20 août 2022 17:01

      @samy Levrai

      Je serai curieux de connaitre la consommation de CO2 des serres andalouses, j’avais trouvé les chiffres de la flotte qu’ils vont chercher à des profondeurs dantesques, ça foutait le vertige...


    • Samy Levrai samy Levrai 20 août 2022 17:13

      @Manuel 235
      Au fait l’eau ne disparait pas, elle se transforme en nuages qui apportent la pluie, il en a toujours été ainsi, l’eau sèche n’a jamais existé , rien ne se crée , rien ne se perd.
      Avoir peur de tout est il le nouvel horizon ? passer son temps à flipper et tenter d’effrayer les autres, ne trouves tu pas cela fatigant ? 
      L’hivers arrive, es tu pret ? as tu stocké du CO² pour le passer au chaud ?


    • Samy Levrai samy Levrai 20 août 2022 17:19

      @Clocel
      L’histoire du CO² est juste grossière, j’ai cru comprendre que son taux suit avec un grand décalage les hausses de température ( qui sont elles dues au soleil et aux oceans )
      Reprends leurs prévisions catastrophiques d’il y a 20 ans ( les films !!!), on devrait tous être morts à l’heure qu’il est avec ces charlots et leurs « models mathématiques ». 


    • Samy Levrai samy Levrai 20 août 2022 17:34

      @Clocel
      Nous avons affaire avec des gens qui n’ont jamais rien fait poussé et ignorent tout de la photosynthèse.
      Il semble que les mêmes clowns préfère le gaz de schiste américain et le charbon au gaz naturel russe, tu me diras ils ont été les premiers a s’injecter les OGM américains contre la terrible maladie paralysant les hypocondriaques la goutte au nez... OGM pas bon pour le maïs mais bon pour humains, ils ont certainement encore plein de leçons pour faire peur aux petits enfants à nous raconter .


    • Manuel 235 Manuel 235 21 août 2022 20:49

      @samy Levrai
      Tu connais Karpman ? pas Kartman, ni Batman, carpe man : tu semble rêver d’être un sauveur, mais tu n’est qu’un persécuteur très limité et une victime assez banale.

      Ils sont nuls tes commentaires fait un effort.


    • Samy Levrai samy Levrai 21 août 2022 23:07

      @Manuel 235
      Il s’en passe des trucs dans ta tête à toi, dans le genre psychologie de comptoir que tu sembles affectionner, tu as tout du pervers narcissique.
      Je trouve tes arguments très légers par rapport à ceux que moi j’avance, peux tu faire mieux ?


    • Manuel 235 Manuel 235 21 août 2022 23:44

      @samy Levrai
      Tes arguments sont énorme, t’as gagné et largement.
      Tu as peur des PN ? je vais t’aider à les reconnaitre :

      1. ils sont hyposensibles donc ils n’ont pas de créativité, pas d’inspiration, etc...
      2. Il ont un comportement pervers ou violent seulement dans l’intimité avec leur victime.

      Avec ces deux point tu évitera quelques erreurs de jugement.


  • robert 20 août 2022 11:50

    Il est certain que le sol est vivant (enfin devrait l’être) par exemple par les lombrics.

    Si vous observez aujourd’hui des hectares de champs sans herbe nul part ( des parking quoi) ça pue


  • troletbuse troletbuse 20 août 2022 12:11

    Des dizaines d’années que le climat est manipulés d’abord par les militaires pour la prétendue défense contre l’ennemi, communication avec les sous-marins (système HAARP) puis pratique ensuite pour diminuer la population.

    Et aujourd’hui on vient nous dire que c’est de notre faute avec notre chauffage au bois, au gaz, au mazout, etc et c’est à nous de régler ça ?

    Foutaise Monsanto-Bayer permet la stérilisation des sçols pour le profit. L’industrie pharmaceutique vous vend des placebos ou des médicaments nocifs.

    L’alimentation est plus ou moins empoisonnée. Bientôt l’eau sera empoisonnée.

    Bien naturellement on ne parle pas des vrais coupables. On préfère nous vendre pas une boite à coucou comme Johnny mais une boite-piège à CO² alors que le CO² est très utile à la végétation. Encore hier soir, un seul papillon est entré dans mon bureau attiré par la lumière, UN SEUL vers minuit. Plus d’insectes, plus d’oiseaux, plus d’hommes. Les pourritures comme Schwab, Gates et compagnie ont du préparer leur bunker avec de la nourriture et de l’eau pour vivre ce qu’ils croient être leur éternité, de bons psychopathes.... à détruire.

    https://crowdbunker.com/v/jsDJdFGWpM


  • troletbuse troletbuse 20 août 2022 13:08

    Encore un article de la presse pourrie aux ordres des milliardaires. Je me demande pourquoi ils parlent d’un problème qui selon eux n’est que de la gnognote.

    https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/la-conspiration-des-chemtrails-au-crible-de-la-science_19958


  • Samy Levrai samy Levrai 20 août 2022 13:59

    Qu’est ce que je regrette le temps où le temps était réglé et régulier, juste avant la révolution industrielle, aujourd’hui au delà de 8 jours toutes les prédictions sont nazes , sauf les modèles mathématiques qu’il suffit de décaler tous les 20 ans pour garder la flame du CO² alerte, tout n’est pas foutu.


  • Samson Samson 20 août 2022 17:52

    C’est tout le modèle agricole qui est à revoir, parce que semer sur « sol vivant » les seules variétés brevetées et répondant aux standards €uropéens dictés par les multinationales semencières, c’est un peu perdre son temps, sinon se foutre ouvertement de la gueule du monde. Et en regard des protestations de restauration de la biodiversité prêchées par nos €urocrates, on peut à juste titre concevoir quelque triste ironie !

    Certaines variétés locales ou adaptées, parfois depuis le néolitique, à un terroir sont par définition bien plus résistantes aux conditions locales que celles seules autorisées par les normes €uropéennes correspondant aux standards de l’agro-capitalisme, alors même que celui qui connaît le mieux, et souvent depuis plusieurs générations, son terroir et ses particularités reste le paysan.

    Tout le problème lié au changement climatique dont, anthropique ou non, on constate effectivement les effets -, c’est qu’il est constamment pollué et instrumentalisé par les mêmes intérêts du capitalisme agro-industriel et de ses relais politico-médiatiques à seule fin d’accroître encore ses monopoles sur les terres et la production alimentaire au détriment de ce qui subsiste encore de paysannerie traditionnelle.

    Et il est particulièrement tragique de s’aviser que dans leur « bonne conscience » environnementale accentuée par l’orchestration de la panique climatique, bon nombre de nos €colos-bobos qui ne connaissent bien souvent strictement rien à la terre, son dur labeur et ses exigences, figurent au premier rang des idiots utiles instrumentalisés par le grand capital agro-industriel.

    Il est assez significatif que les normes associées aux labels « bio » soient calibrées pour favoriser les gros producteurs, et que des multinationales comme Monsanto investissent - à côté de leur merde standardisée destinée à alimenter les masses dans de très larges pans de la production « bio ».

    Bien à vous, en vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


  • Lynwec 21 août 2022 17:23

    Enième article sur la tarte à la crème du réchauffement climatique, leurre mis en place pour justifier les restrictions à imposer toujours aux mêmes, pendant que les 0,1% s’en battent les roubi....s et continuent leurs ballades en jet privé .

    Leurre basé sur les analyses du même genre d’experts (de plateaux télé) qui font la promotion de produits expérimentaux à peine sortis d’usine et non testés par des indépendants, et des scientifiques (grassement subventionnés) qui peuvent vous assurer par exemple que puisqu’on a injecté des centaines de milliers de personnes depuis trois mois, on a des dizaines de milliers d’années de recul sur les effets secondaires dangereux...

    L’être humain vit parfois cent ans (cas rares), qui possède assez de recul pour juger sérieusement de l’évolution climatique ? ( Epargnez-nous l’escroquerie des données écrites, qui sont le plus souvent invérifiables... on gagnera du temps...)


    • LeMerou 22 août 2022 07:53

      @Lynwec

      « L’être humain vit parfois cent ans (cas rares), qui possède assez de recul pour juger sérieusement de l’évolution climatique ? »

      Vous êtes bien de sur de cela ? Qu’aucune défaillance mémorielle n’entre en jeu, qu’aucun « enjolivement » involontaire ou non n’intervient dans les propos des « anciens » réunissant leur famille autour d’un feu leur expliquant comment ils ont vécus....


  • LeMerou 22 août 2022 07:46

    @Manuel235.

    Vous êtes un peu dans le vrai, mais vous n’abordez pas les conséquences de cette transition qui serait un juste retour à une agriculture raisonnée ou raisonnable.

    Pour opérer cette transition louable et sensée, cela se déroulait sur une échelle de temps relativement longue, incompatible d’une part avec le modèle économique et d’autre part avec le mode de vie d’immédiateté« régnant.

    Ajoutez à cela la surconsommation des pays industrialisés et les gâchis qui vont avec et vous avez un challenge énorme. Bref tout ce retour se ferait sur des générations qu’il faudra éduquer au fur et à mesure.

    Maintenant concernant le »dérèglement climatique« , vous avez le GIEC et les Médias.

    Les premiers sont des scientifiques, dont les connaissances augmentent au fil du temps et leur prévisions deviennent de plus en plus précises. Mais ils ont un très gros défaut majoritairement »ils« sont nuls en communication. Depuis trop d’années »ils« alertent prédisant un peu l’apocalypse. A force personne ou peu y croit.

    De l’autre vous avez les Médias, qui ne vivent que par l’information sensationnelles, peu importe l’impact qu’elles peuvent avoir à plus ou moins long terme, l’important étant »l’audimat« et ce que cela peut engendrer comme rapport financier.

    Et enfin des »civilisations« désormais plus gouvernées par l’émoi que le bon sens, des gouvernances obnubilée par la sacro-sainte croissance et tout cela donne un cocktail merdique.

    Nous venons de vivre deux mois particuliers. Qu’en résulte il ?

    Une appropriation de ces phénomènes exceptionnels par les »spécialistes« pour tenter de mieux faire comprendre ce qui pourrait arriver. Un traitement médiatique habituel sur du sensationnel »comment allons nous vivre demain ?" Un monde politique prompt à distribuer du pognon pour calmer le jeu afin que la machine continue.

    Je passe sur la mise en place des solutions miracles proposées pour régler le problème.

    Et à la finale ?

    Ben rien. Du pognon va être dépenser en indemnisation au lieu d’être consacré à des modifications pérennes, les médias passeront sur un autre sujet plus racoleur, l’Ukraine en ce moment, Taiwan demain... Ce brouhaha infâme ne fera qu’amener de l’eau aux moulins des climatosceptiques et pendant ce temps la chose invisible continue.

    Certes il y a beaucoup d’aléas intervenant dans le climat, mais ils sont de mieux en mieux connus, mesurés pour ce qui est de l’impact de l’activité humaine depuis 2 siècles.

    L’individu lambda n’y comprends pas grand chose, pour lui le climat se résume à chaud, froid, pluie ou neige. Les dégâts occasionnés par l’excès de l’un ou l’autre ne sont dû qu’à l’humain qui s’est installé là ou il n’aurait pas dû. Ajoutez à cela une dose de mémoire (simpliste) sur la survenance de phénomènes identiques dans l’histoire.

    Et ?

    Tout le monde s’en fout. Pourvu que le G.O n’augmente pas trop, qu’il y ait de la bouffe dans les rayons, que je puisse aller skier cet hiver, que le dernier smartphone sorte bien avant Noël, etc, etc,...

    Alors l’agriculture raisonnée est le cadet des soucis de la majorité. Seulement, les principes physiques sont immuables, leur durabilité bien réelle et finissent toujours par avoir le dessus.

    Maintenant la bonne question c’est quand ?

    Et là, il y a trop de divergences dans les réponses et surtout aucun message de bon sens et raisonnable, compréhensible par tout le monde. Alors le sort des vers de terre...............................


  • jjwaDal jjwaDal 22 août 2022 11:32

    Pour parodier Jancovici, il y a d’un côté les faits et de l’autre les opinions qui peuvent s’appuyer sur des hypothèses, sans changer de nature.
    Les faits sont d’abord que les pratiques agricoles récentes font faire par des machines et des produits chimiques, à coût élevé, ce que la Nature faisait auparavant gratuitement, le tout, sur une trajectoire insoutenable dans la durée et des effets collatéraux importants.
    Bien moins de diversité végétale, de haies et d’arbres, de moins en moins d’oiseaux , d’insectes et de pollinisateurs, la facture s’allonge d’année en année.
    Une fraction significative de l’eau de pluie (douce donc) est envoyée directement à l’océan au lieu de recharger les nappes phréatiques. Dans les zones urbaines c’est particulièrement significatif, l’eau va au caniveau, à la rivière et à la mer directement. Il faudrait a minima profiter de la charge importante de nos rivières l’hiver (hors saison de pousse végétale significative) pour pomper une partie de cette eau et recharger nos nappes et par ailleurs collecter cette eau depuis les toitures pour relâcher les excédents sur sol en hiver et arroser l’été en tirant au minimum sur nos réserves de surface et de sous-sol.
    Nous avons été pendant des millions d’années une étape intermédiaire bouclant le cycle de nombreux éléments que nous prenons dans le sol pour notre alimentation. Nous gérons très mal nos effluents organiques qui ne jouent plus leur rôle d’engrais naturel mais sont largement dilapidés.
    Et bien sûr, une agriculture soutenable sur une très longue durée est à rétablir d’urgence car elle est la seule à pouvoir nous nourrir durablement. La réalité en 2022 c’est la course au rendement ici en usant d’intrants chimiques pour exporter là bas (à perte en réalité) où on ne fait pas assez pour nourrir localement la population. Si l’agriculture vivrière, locale, était la règle absolue partout, un argument important de la nécessité des exportations et de la course aux rendement tomberait.
    Il y aurait beaucoup à dire.


  • Tzecoatl Claude Simon 22 août 2022 13:35

    J’ai beaucoup écouté nos agroécologues, qui ont du mérite à faire valoir un système ancien, qui rend le paysan moins tributaire des produits phytosanitaires. A la base, ceux sont de vrais agronomes et expérimentateurs. Bravo à eux.

    Cependant, il y a quelques points d’achoppement à qui veut mettre en place un tel système.
    Si ce modèle met en avant la matière organique sur le sol, il n’évoque quasiment pas l’importance de l’argile, sauf à retourner de temps à autre le sol afin de remonter les argiles à la surface (source : vers de terre production). A ce niveau, ce modèle est déficient et on lui préférera le modèle Lemaire-Boucher. Car nous devrions être d’accord, la seule solution miracle de la fertilité des sols est le complexe argilo-humique (on pourra d’ailleurs trouver le taux idéal chez ces agronomes le taux de 1 argile pour 17).
    Le nom travail du sol est préconisé dans ce modèle. Or, la pluviométrie étant le facteur principal de tassement du sol, ce modèle semble insuffisant pour assurer son aération. Il compte bien sur l’amélioration de la vie du sol pour cela, mais la mise en place peut être longue et douloureuse. Il y a bien Gässler (dans sa conférence de 8h30) qui évoque l’importance du calcium et du magnésium pour l’aération du sol, mais cela est fort peu mis en avant dans l’ensemble des videos Vers de Terre Production.
    Bref, je n’ai eu des résultats (luxuriants, parait-t’il) qu’en arbitrant entre ces deux méthodes, sans avoir fait d’essais très spécifiques pour autant.

    A contrario, tout l’intérêt de ce modèle est d’évacuer au maximum les engrais, de rétablir la pyramide d’autodéfense des plantes dont John Kempf est le porte parole et donc de pouvoir se passer de produits phytosanitaires (donc évacuation d’un cercle vicieux au profit d’un cercle vertueux).

    Si la motivation principale de l’auteur est effectivement le climat, se servir de l’agriculture comme variable d’ajustement (l’agriculture, la cause de tout nos maux à en écouter certains) ne suffira pas. la corrélation de la création de monnaie avec la création de valeur est une piste, pour favoriser circuits courts et démondialiser, autrement plus prometteuse : https://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/creation-de-valeur-en-echange-de-182760


    • Durand Durand 23 août 2022 13:27

      @ASSANGE ou Vérité qui fâche

      Ils n’avaient sans doute plus personne sous la main pour choisir un ministre de l’agriculture... Ils ont été obligés de prendre quelqu’un d’intelligent !

      ..


    • eau-mission eau-mission 23 août 2022 14:21

      @Durand

      Ministre intelligent sans doute ; il aurait pu éviter de qualifier l’épisode confinement de « drame ».

      J’ai trouvé la journaliste pertinente, et il a répondu avec à-propos. En particulier il ne faut pas voir les retenues d’eau comme une excuse aux assolements irréfléchis (cf Sivens dont la raison d’être était le maïs irrigué en aval).

      On m’a parlé récemment d’une opération tentée au Portugal sous supervision de Hollandais. Il s’agissait de créer des fossés horizontaux dans le but que l’eau pénètre les sols. Le résultat n’a pas été au rendez-vous parce que, le sol n’étant pas homogène, l’eau s’est infiltrée préférentiellement dans certaines zones où les arbres présents n’ont pas apprécié.


    • Durand Durand 23 août 2022 21:54

      @eau-mission

      Pour rendre les sols perméables, il faut les rendre vivants. Un sol vivant, idéalement, c’est un sol où la main de l’homme ne met jamais les pieds.

      A la limite, s’ils avaient rempli leurs fossés avec des branchages et des débris végétaux plus ou moins décomposés, ils auraient artificiellement créé de la perméabilité... Mais de simples andains avec les mêmes matériaux déposés directement au sol en suivant les courbes de niveau auraient le même effet !

      Et y’en a marre des ”Caterpillar” dans la nature !

      ..


    • Durand Durand 25 août 2022 22:25

      @eau-mission

      C’est le texte, que j’ai trouvé intelligent... Quand j’ai posté le com, je n’avais pas encore vu la vidéo. Bon, il est du sérail, il n’y a pas de doute..., un peu tenu en laisse aussi...

      Mais concernant la sécheresse et dans le cadre de l’action publique, je suis d’accord avec l’essentiel de ce qu’il propose. Je le trouve logique : faire des réserves d’eau, petites ou grandes, dépasse la question climatique..., c’est maintenant une question de sécurité. L’exemple qu’il donne à propos du bassin de la Seine montre qu’il a compris l’essentiel. Ceci dit, à chaque bassin versant ses solutions et même à chaque portion de bassin versant. 

      ..


    • Durand Durand 25 août 2022 22:28

      @Claude Simon

      Merci, j’ai bien aimé... Ça rejoint et complète parfaitement l’article que j’ai mis en lien.

      ..


  • joletaxi 23 août 2022 14:34

    je suis bien d’accord ,le climat est déréglé

    avant , pendant des siècles, c’était super réglé,

    neige à Noel, belles pluies vespérales au printemps, beau soleil,avec jolie brise en été, vendanges à partir du 15 septembre, et bien sur, plus d’inondations, de sécheresses, de tempêtes, d’incendies

    je fais entièrement confiance à nos élites, pour remettre le bouton sur le bon réglage

    bande de charlots


Réagir