vendredi 14 avril - par JPCiron

Libre-échangisme ...

Les spécialistes ''dans le vent'' nous disent que le libre-échangisme c'est bon pour la santé... Mais, depuis qu'on s'y est mis, on a chopé pustules et boutons... et on en est maintenant couverts.... Il y a un truc !

JPEG

(photo JPCiron)

 

Nos 'élites' élues (et celles cooptées entre copains-copines à Bruxelles) n'en démordent pas : le marché libre, il n'y a que ça de vrai ! Pourtant, les ouvriers comprennent que la concurrence chinoise fait baisser les salaires.

 

Il faut expliquer de quoi parlent les libre-échangistes  :

 

 

>> Le parti-pris du Libre-Échange

 

J'ai choisi de citer l'économiste Léon Walras car, outre ses incontestables compétences mathématiques, sa sincérité est désarmante, et éclaire un sujet que moult zélateurs du libre-échangisme ont appris depuis à masquer (ou qu'ils ne voient simplement plus).

C'est vers le milieu de son 'pavé' de 600 pages « Théorie mathématique de la Richesse Sociale  » (1) qu'il explicite le concept de Libre-Échange autrement que par des formules & graphiques mathématiques  :

 

Voici deux de ses points essentiels de définition : la richesse sociale, c'est toutes choses qui peuvent avoir une valeur et qui peuvent s'échanger. La théorie mathématique de l'échange, c'est l'expression mathématique du mécanisme de libre- échange.

C'est clair, n'est-ce pas ? Il s'agit d'un acte de foi économique.

 

Chose qu'il explicite : « La valeur d'échange ou de la richesse sociale est un fait naturel et par conséquent l'économie politique est une science naturelle. » (i.e. qui suit les lois naturelles).

Il souligne d'ailleurs que « La valeur d'échange est un fait naturel, comme la pesanteur, la chaleur, ... » Ce qui permet de « constater le caractère de fatalité inévitable » de l'effet des calculs mathématiques.

Ce qui par conséquent justifie « la prescription unique de rendre la pratique sociale conforme aux indications naturelles. » En clair : les gens s'ajustent !

 

Si l'on s'extrait de l'acte de foi économique, peuvent alors être intégrées des considérations de bien-être ou de morale (ou de bon-sens  ?) pouvant mener à être de l'avis de taxer, de tarifer, ou de réglementer certains échanges de biens et de services...

… Ce qui nous ramène à l'analyse des ouvriers dont on vient de parler.

 

 

>> Le pour et le contre du Libre-Échangisme

 

Se poser des questions sur l'opportunité de ce Système n'est pas une hérésie : même Keynes, en 1933, reconnaissait que le Libre-Échange pouvait être, dans certaines circonstances, une erreur. Ref. son article sur la « National Self-Sufficiency » (l'autosuffisance au niveau national). http://gesd.free.fr/knat33.pdf

 

D'éminents économistes soutiennent depuis longtemps que les conséquences du Libre-Échangisme sont bien visibles. Ainsi, Emmanuel Todd en mentionne plusieurs  : «  baisse des revenus du plus grand nombre, enrichissement exagéré du 1% de ploutocrates [=> explosion des inégalités], contraction de l’État social, incertitude, peur. » (2) Avec des conséquences mesurables : sécurités obtenues rognées, baisse du nombre d'ouvriers, baisse des dotations aux hôpitaux, au corps enseignants, à la Justice.

E. Todd précise : « Les gens sérieux devraient avoir le courage de dire à quel niveau de revenus l'équilibre s'établira entre salaires européens, chinois et indiens. Sans le calculer, je peux affirmer que le système politique français n'y résisterait pas. » (2) Mais alors, où va-t-on ? Que fait-on ?

 

L'ouvrier moyen nous dira aussi qu'il n'est pas raisonnable d'exporter notre pollution en Chine ou dans d'autres pays à bas salaires. La pollution de ce que nous achetons dans ces pays-là devrait être estimée et rajoutée à notre compte... et contribuer à accroître nos objectifs de réduction ! Si les COP successives étaient un poil sérieuses, c'est ce qu'elles auraient exigé depuis longtemps ! Mais les COP, c'est beaucoup de vent !

En outre, autrefois, avant le Libre Échange effréné, les salaires étaient perçus par les entreprises comme de la consommation à venir. Aujourd'hui, les salaires sont simplement un coût à réduire. Et la consommation à venir perdue, ce sera l'affaire de la population qui viendra après nous !

 

Et les Écolos où sont-ils ? Ils tournent leur veste au gré des vents !

 

Et les Syndicats ? Ils sont obnubilés par la répartition du gâteau. Quelles luttes pour améliorer la taille et la qualité du gâteau ?

 

Et les Politiques ? Comme les souris, ils sont occupés à défendre leur siège et leur fromage. Des parasites opportunistes ? Je blague... Quand même, j'avais soutenu qu'avec l'équipe Hollande, on avait touché le fond... mauvaise pioche !

 

Il ne reste que le bon Peuple. Mais, quoi qu'il vote au Parlement ou à la Présidentielle, le Système et les ''élites'' ne démordent pas du Libre-Échange ! Et via les copains-copines cooptés à Bruxelles, ils nous le remettent, le Libre-Échange, aussi par le haut !

« Ayant été les premiers touchés, les ouvriers et les jeunes ont été les premiers à contester la globalisation. » (2) Ça finira mal. Mais ce n'est pas l'objet de ce billet.

 

 

>> Le remède Protectionniste

 

Il faut donc faire comprendre à nos élites que le Protectionnisme éclairé, c'est ce qu'on leur commande de faire. En France, quel est le ministère en charge de coordonner la mise en œuvre du protectionnisme dans tous les domaines ? Il doit indiquer son Plan et le programme de mise en œuvre.

 

Bien sûr, ils vont tous hurler que ce n'est pas possible, qu'il y a des engagements, des accords, des traités mêmes, européens et internationaux. Mais ils ont tort ! Ce qu'ils disent, c'était le monde ''d'avant''. Maintenant, c'est fini ! De nos jours, la signature d'un papier n'a plus aucune valeur. Les Américains l'ont bien compris, qui se sont retirés de tout un tas de traités où ils avaient apposé leur signature.

Et ils subventionnent à fond chez eux. C'est le pragmatisme moderne.

Bien sûr, il peut y avoir un coût : le Gouvernement doit expliquer au Parlement les bénéfices et les coûts. S'ils ne le font pas, il faut virer tout ça. Démocratiquement.

Même la France et l'Allemagne l'avaient compris quand ils se sont engagés dans les pseudo-négociations de Minsk. Le Président avait dit, il me semble, que ça nous coûtera à nous, les effets de ces sanctions infligées à la Russie... mais ça coûte cent fois plus que ce que l'on a laissé entendre aux gens.

 

Donc, on taxe, on tarifie, on réglemente. D'abord avec des taux prudents, puis on se rapproche progressivement de l'objectif. Et on subventionne convenablement, pour retenir nos entreprises, et pour leur permettre de monter en puissance.

 

Bien sûr, la libre circulation des marchandises et des biens est une très bonne chose tant que les avantages pour nous ont le dessus sur les inconvénients pour nous, dans le court terme, mais surtout dans le temps long.

 

 

>> En Conclusion

 

«  Le Libre-Échange non régulé favorise aussi sûrement la haine entre les peuples que l'autarcie totalitaire. » (2) (Emmanuel Todd)

 

Et, comme on nous fait bien sentir que l'on se dirige vers toujours plus de peur et de haine, il faudrait donc ''se préparer'' aux guerres en cours et à venir. En écoutant nos Médias et nos Politiques, c'est comme si c'était une évidence ! Mais nous aussi sommes manipulés pour produire toujours plus de profits pour d'autres.

 

« La gestion du capitalisme industriel et financier obéit aux seules lois de l'argent. » (2) Devant l'incurie de notre ''classe dominante'' E. Todd préfère utiliser le terme de ''classe dérivante''....

 

 

JPCiron

 

 

°°°°°°°°°°°°°°° NOTES °°°°°°°°°°°°

 

.. (1) – Ouvrage « Théorie Mathématique de la Richesse Sociale » par Léon Walras – Economica - 1993

 

.. (2) – Ouvrage « Après la démocratie » par Emmanuel Todd – Gallimard / Folio actuel - 2008

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 



11 réactions


  • Grincheux paparazzo 14 avril 10:30

    Je connais pas la différence entre l’échangisme, le mélangisme, le gang bang et l’orgie.

    Pourriez vous m’éclairer ?


    • Grincheux paparazzo 14 avril 10:43

      @paparazzo

      En fait, je crois que j’ai toujours confondu ibre, libertin, libéral et libertaire...En plus, maintenant, on a les libertariens qui n’ont rien à voir avec les anars !


    • JPCiron JPCiron 14 avril 15:43

      @paparazzo

      Je connais pas la différence entre l’échangisme, le mélangisme, le gang bang et l’orgie. >

      C’est bien naturel...
      En fait, l’érotisme est partout (avec les bons chakras) !


    • amiaplacidus amiaplacidus 14 avril 16:55

      @paparazzo

      Libertariens et libertaires sont totalement antinomiques.

      Les libertariens, c’est tout pour ma pomme et dieu pour les autres.

      Les libertaires, c’est ni dieu ni maître.
      Les groupements de producteurs librement associés : les coopératives.
      L’autogestion, tant sur le plan économique que sur le plan politique (ce qui exclut la démocratie formelle de la bourgeoisie).
      Etc.


  • adeline 14 avril 10:46

    C’est quoi la bestiole ? une tique ?


  • troletbuse troletbuse 15 avril 09:07

    Libre-echangisme :Tarlouzette, Brizitte, Attal, Benalla, etc le pratiquent


  • jjwaDal jjwaDal 15 avril 10:30

    Je fais ça régulièrement avec mes rhinovirus...


  • Parrhesia Parrhesia 15 avril 11:30

    Bonjour jPCiron !

    Cet article est excellent d’exactitude, de lucidité et de courage !

    Il reste à observer l’importance de l’ironie facile qui ne va pas manquer de se manifester afin d’essayer d’en minimiser le bien-fondé et donc, l’impact sur les internautes.

    Ce sera comme d’habitude un bon baromètre de l’intérêt réel du problème soulevé et de la qualité de l’analyse qui en est faite.

    Puis-je suggérer un point sans lequel il sera difficile d’agir plus efficacement : « Quels sont, d’après vous, les personnalités de notre éventail politique à soutenir, car susceptibles de défendre, voire de mener à bien, les actions correspondantes à la mise en place de ces justes préconisations ? »


    • JPCiron JPCiron 15 avril 13:11

      @Parrhesia

      Bonjour Parrhesia,

      Et Merci pour vos encouragements.

      Pour ce qui est des personnalités à soutenir, je n’en vois guère : notre Système a produit des gens bons pour le buzz, et généralement incompétents pour le business. D’où les centaines de Lobbies qui orientent nos oies dans le sens qu’ils choisissent. D’où des dizaines de Cabinets de Conseil qui travaillent pour l’étranger. D’où des ’’conseillers privés’’ qui naviguent en eau trouble. C’est comme ça surtout en France, mais aussi ailleurs en Europe.

      Je le disais aussi dans un autre Article : «  »l’expérience montre que les Européens sont faibles par leurs représentants (aux niveaux tant national qu’européen) qui se laissent gentiment embobiner dans tous les domaines par émissaires divers et lobbies trans-nationaux. C’est ce que j’appelle de la corruption intellectuelle XXL... ou de la prostitution, c’est selon. Parler des écuries d’Augias serait excessif, mais rend quand même de l’idée d’ immensité de la tâche de ’’nettoyage’’ des dégâts occasionnés... et à venir.«  »

      Dans cet environnement, les ’’Leaders’’ s’attaquent toujours d’abord aux effets des problèmes, et n’affrontent les problèmes que le dos au mur. indécrottables !
      Que les autres en profitent, je peux comprendre...
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      Pour revenir aux potentiels capables d’affronter et traiter les problèmes pour délivrer des solutions, ils peuvent gagner dix ou cent fois plus en travaillant pour un Grand Groupe. Et c’est bien plus gratifiant d’arriver à ’’monter des Projets complexes’’ plutôt que de passer son temps à discuter avec des gens qui ne font que regarder en arrière.
      C’est ce que j’ai fait : on m’a proposé un job dans une boite Américaine, puis plus tard dans une société britannique en UK. Et une partie de mes enfants se sont vus proposer des jobs intéressants aux USA >> ils y achètent leur maison >> leurs enfants parlent déjà mieux Américain que Français... et ils feront leur vie là-bas. Et seront de loyaux Américains, comme il est juste !
      J’avais aussi des amis qui se sont installés en Belgique, ou en Suisse.

      Je pense que la France est sur un mauvais chemin. Mais, comme tout le monde, je peux me tromper. Et j’espère même qu’une case manquante me fait dire des bêtises...

      Les Français réclament plus de démocratie, mais le résultat est qu’on en aura toujours moins. Je ferai peut-être un article là-dessus, bien que ce qui intéresse les gens, c’est plutôt le buzz du jour.


    • Parrhesia Parrhesia 15 avril 18:52

      @JPCiron
      J’apprécie beaucoup votre réponse circonstanciée sur laquelle je suis également en total accord.
      Ceci expliquant cela, j’ai moi-même commencé ma carrière civile à la General 
      Motors à qui je dois beaucoup et je l’ai poursuivie dans la Britannique Perkins alors branche moteurs du groupe Massey-Ferguson.
      J’ai conduit les deux dans la fidélité totale à la France et au général de Gaulle, les deux manquant cruellement à la France en ce moment.
      Avec mes compliments renouvelés pour votre article, Bien cordialement.


Réagir