samedi 3 juin 2023 - par Christ Exauce Marsala

Afrique : la construction du corridor 13, un maillon du succès de la Zlecaf

La Zone de libre Echange Continentale Africaine (ZLECAF) est un accord signé par une quarantaine de pays africains en 2021 au Caire, en Egypte pour réduire les droits de douane entre les pays membres. La création de ce vaste marché régional requiert un certain nombre de préalables pour son succès, notamment la construction des infrastructures routières d'interêt régional et sous-régional. La construction du corridor 13 s'inscrit dans ce cadre.

La Zone de libre-échange continentale africaine vise, entre autres, à créer un marché unique pour les marchandises et les services facilité par la circulation des personnes afin d’approfondir l’intégration économique du continent africain et conformément à la vision panafricaine d’une « Afrique intégrée, prospère et pacifique » telle qu’énoncée dans l’Agenda 2063. Elle pourrait permettre aux pays africains de faire sortir de l'extrême pauvreté 30 millions d’habitants et d'accroître le revenu de 68 millions d'autres personnes qui vivent avec moins de 5,50 dollars par jour.

En marge de la conférence sur les fonds innovants pour le développement, tenu à Paris en 2007, le président Denis Sassou-N’Guesso qui conférait avec les ambassadeurs africains à Paris, avait alors donné son point de vue sur l’intégration africaine : « Il est inconcevable que les Africains caressent le rêve du développement, en même temps qu’ils s’obstinent à se cantonner dans les micros-Etats légués par le colonisateur et soient prêts à s’entredéchirer au nom des micro-nationalismes. » L’Intégration Africaine est donc une initiative collective visant à permettre à l’Afrique, de pallier aux limites que rencontrent les micro-Etats dans leur quête de développement.

             Les infrastructures routières, cheval de bataille du Congo

Dans ses légitimes ambitions de développement, la République du Congo a mis un accent particulier sur la construction des infrastructures de base, dont les routes qui garantissent l’intégration sous-régionale. La construction du corridor 13 dont les travaux ont été lancés le 20 mai 2023 à Ouesso par le président de la République du Congo, Denis Sassou-N’Guesso répond à cette exigence du Nouveau Partenariat Economique pour le Devéloppement (NEPAD).

 Il s'agit, en clair de doter le continent d’infrastructures qui assurent son intégration économique, sociale et politique. Pour le cas du corridor 13, Brazzaville sera ainsi reliée à deux autres capitales sous-régionales à savoir : Bangui pour la RCA et Ndjamena pour le Tchad. Comme on le voit, la construction du corridor 13, comme celle d’autres routes d’intérêt sous-régional construites avant ont un double rôle : désenclaver les localités qu’elles traversent sur le territoire congolais mais aussi ouvrir le Congo aux pays voisins, donc assurer l’intégration sous-régionale. 

Les routes Obouya-Boundji-Lekety-frontière du Gabon, Ketta-Djoum-frontière du Cameroun, Dolisie-Ndendé, frontière du Gabon… sont, en effet, des maillons importants du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) qui permettent l’intégration et facilitent la libre circulation des personnes, notamment dans la sous-région de l’Afrique centrale. Ces routes constituent, à n’en point douter, les instruments d’un développement harmonieux à l’échelle du continent.

           Intégration africaine, clé majeure du succès de la ZLECAF

Par sa détermination de construire les routes d’intégration, le chef de l’Etat congolais est sans conteste dans le processus de mise en place des mécanismes favorisant la mise en œuvre de ZLECAF (Zone de libre échange continentale africaine). C’est dire combien l’intégration africaine est l’une des clés majeures du succès de la ZLECAF qui elle s’appuie aussi sur la libre circulation des personnes et des biens, afin que le commerce inter Etat ne souffre d'aucune entrave. 

Si les routes d’intégration que construit le Congo replacent le pays dans son rôle de pays de transit, elles contribuent aussi de façon inexorable à la mise en œuvre de la ZLECAF par la facilité qu’elles offrent aux commerçants de la sous-région et leurs marchandises de circuler librement entre les pays frontaliers. Pour l’Afrique centrale, le Gabon et le Cameroun sont déjà reliés à Brazzaville par des routes bitumées. Bientôt la RCA et la Tchad le seront avec la construction du corridor 13.



4 réactions


  • S. Lampion Grincheux 3 juin 2023 11:41

    Ah enfin ! Les Africains vont pouvoir bénéficier d’avantages comparables à ceux que l’UE dispense avec générosité aux citoyens des pays membres. La libre circulation des marchandises, y a que ça de vrai, mon bon monsieur. C’est l’alpha et l’oméga du bonheur, de l’équité et de la liberté !


  • Parrhesia Parrhesia 7 juin 2023 07:55

    L’Afrique et les Africains sont en train de se faire techniquement « léser » de la même façon que l’Europe et les Européens par les « mondialistes » dont, en particulier, la Trilatérale.

    Reconnaissons à cette dernière une qualité : Elle ne lâche pas facilement son os.

    Ceci étant, reconnaissons également qu’elle a d’ores-et-déjà pratiquement gagné :

    Elle tient les U.S.A. (évidemment, puisque c’est par là qu’elle a commencé !)

    Elle tient l’Europe d’Ursula, (ce qui aurait été moins facile avec de Gaulle et les Gaullistes, mais... puissance d’argent et wokisme aidant ...)

    Elle va bientôt tenir l’Afrique en dépit de la réticence de certains...

    Elle ficelle partiellement la Russie par la guerre d’Ukraine...

    Et elle a déjà ficelé et convaincu une frange non négligeable d’ oligarques asiatiques au moyen de juteux accords commerciaux et au détriment des consommateurs occidentaux, Nord-Américains inclus, qui, in fine, payent l’addition !

    Toutes choses qui promettent à notre planète bleue bien des matins qui chantent !


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 7 juin 2023 08:36

      @Parrhesia

      Salut, sauf que ils sont en train de comprendre depuis peu que en jouant au contrôle total, avec la dernière ligne droite obligatoirement à découvert, il y a aussi dans la balance la défaite totale..
      ce qui ne dit rien d’un après, que vous essayez de ficeler à jamais, pour bien enfermer d’éventuels lecteurs naifs de vos propos dans une sorte de prison genre il n’y a pas d’alternative...
      c’est beau comme du Thatcher..est mon avis..
      le réel est que c’est intégralement explosif et que personne ne sait là où cette humanité devenue par choix stupide et mauvaise se dirige..
      on en est rendu à : plutôt crever que de coopérer avec équité..surtout les autres..
      ce qui fait de la masse humaine bien sur la créatrice de tout cela depuis des millénaires
      pas beau à voir une fin de civilisation, ce qui est arrivé déjà au moins une fois pour sur, peut être plus, et pour la même raison...

      la démence d’une vie passée à refuser que naître = mourir..insécurité..peurs..désirs de sécurité..appât du gain, Veau D’Or ...vol..guerres, tueries, tortures ....macron, biden...masses débiles...fin
      D’une manière ou d’une autre ce cycle est fini...cela ne dit rien de comment ni de la suite..


    • Parrhesia Parrhesia 7 juin 2023 10:16

      @Géronimo howakhan
      Vous nous dites :
      «  ce qui ne dit rien d’un après, que vous essayez de ficeler à jamais pour bien enfermer d’éventuels lecteurs naifs de vos propos dans une sorte de prison genre il n’y a pas d’alternative... »
      Puis vous concluez :
      « D’une manière ou d’une autre ce cycle est fini...cela ne dit rien de comment ni de la suite.. »

      Ce à quoi je réponds :
      (1) Il faut être politiquement aveuglé pour ne pas voir que je ne cesse de proposer un retour à l’alternative gaulliste actualisée qui elle, au moins, a fait ses preuves ; du moins pour les observateurs avisés.
      (2) Avez-vous déjà vu une fin de cycle civilisationnelle du genre de celle que vous évoquez vous-même se dérouler dans la prospérité, la paix, la joie, et l’alégresse, vous ?

      Je ne ficelle pas « à jamais »
      J’affirme, par contre, haut et fort :

      1. qu’avec l’accession au pouvoir mondialiste planétaire de certains mégalo-cinglés qui font notre actualité, quatre ou cinq générations de l’humanité à venir risquent fort d’être remises dans une forme d’esclavage que nous n’imaginons même pas. (Peut-être Orwell !). Nous en observons tous les jours les symptômes aggravés. Et ceci de la même façon que l’arrivée au pouvoir des bolcheviks en a fait prendre aux communistes pour quatre générations !
      2. Que les alternatives proposées (tout comme celles refusées, d’ailleurs) par les classes politiques insanes au sein desquelles vous continuez à vous agiter depuis 1969, n’ont, jusqu’à ce jour du moins, rien qui puisse inciter à l’optimisme.
      3. Que le genre de contradiction que vous venez d’opposer à mon commentaire antimondialiste favorise efficacement les mondialistes. Ceux-là même dont nous ne pouvons espérer aucun « après » humainement acceptable que vous nous laissez entrevoir. Ils nous le démontrent amplement au quotidien. De cela, les internautes d’Agora Vox commencent à se rendre compte. Du moins, ceux qui restent.


Réagir