mardi 15 janvier 2019 - par venezuelainfos

Forte mobilisation populaire et de gouvernements du monde entier pour la prise de fonctions du président Nicolas Maduro

Par Fania Rodrigues, envoyée spéciale de Brasil de Fato

« Je vous déclare président de par la Constitution de la République Bolivarienne du Venezuela, par la volonté du peuple, pour la période 2019-2025″ : c’est ainsi que s’est adressé le juge Maikel Moreno, président de la Cour Suprême de justice du Venezuela (TSJ) à Nicolas Maduro. Celui-ci a officiellement prêté serment ce jeudi 10 janvier 2019. Selon l’article 231 de la Constitution, en cas de désobéissance légale de l’Assemblée législative – qui a refusé de reconnaître le verdict de la Justice sur des fraudes électorales -, c’est devant la Cour Suprême que le président élu doit prêter serment.

31751264547_3f846382d4_z

« Je jure au nom du peuple du Venezuela, je jure par l’héritage de nos ancêtres comme le chef indigène Guaicaipuro, je jure par notre héros Negro Primero et nos peuples de descendance africaine, je jure par le libérateur Simón Bolívar et les armées libératrices de notre Amérique, je jure par l’héritage de notre commandant Hugo Chavez, je jure devant les fils du Venezuela, que je ne reposerai ni mon bras ni mon âme pour réaliser tous les mandats de la Constitution du Venezuela » a poursuivi Nicolas Maduro, éluen mai 2018 avec près de 68 % des suffrages, après 26 jours de campagne officielle qui ont permis aux quatre candidats d’exposer leurs projets antagoniques dans les médias privés comme publics. Le Centre National Electoral avait installé 14.638 bureaux de vote sur l’ensemble du territoire. Étaient présents près de 2000 observateurs internationaux, venus notamment des nations caraïbes du CARICOM, de l’Union Africaine ou du CEELA, le respecté et pluraliste Conseil des Experts Électoraux Latino-américains qui a pleinement validé les élections, tout comme l’ex-président espagnol Rodriguez Zapatero pour qui “si le gouvernement bolivarien avait voulu frauder, il n’aurait pas invité le monde entier à observer les élections”. 17 audits du système électoral avaient été organisés et l’opposition avait signé le rapport concluant à la transparence de ce système de scrutin que Jimmy Carter a qualifié de “meilleur du monde”… (1)

À l’extérieur du Palais de Justice, une foule nombreuse attendait le président. Au moment du serment, beaucoup ont levé la main, en signe de loyauté. « On dirait qu’ils se sentent un peu présidents » commente un journaliste étranger. En effet. La population est venue en masse. L’avenue Baralt, l’une des plus importantes du centre de Caracas, était comble. L’atmosphère était solennelle et calme. Vêtus de rouge, comme le veut la tradition chaviste, les vénézuéliens étaient arrivés tôt depuis diverses régions du pays.

45777699865_3066d0c8c0_o

Photo : Fania Rodrigues

Beatriz Pinto, une alphabétisatrice d’adultes, a quitté son état, Anzoátegui, la veille à 23 heures et a voyagé toute la nuit pour arriver à 4 heures du matin à Caracas. « Nous sommes venus apporter notre soutien moral à notre président. Nous ne permettrons à aucun satellite de l’Empire de le renverser, il a été élu par nous et nous le voulons à la présidence« .

Le prof de math Elieser Mendonza a débarqué de l’état de Monagas, à 4 heures de Caracas, pour défendre ce qu’il croit être la meilleure option pour son pays. « Nous sommes venus ici pour accompagner le président lors de sa prise de fonction parce que nous sommes engagés dans ce processus politique. Nous avions promis au commandant Chavez de défendre la révolution avec nos vies si nécessaire, hé bien nous sommes ici pour accompagner Nicolas Maduro. »

46639997522_37bcef4e24_o.jpg

Photo : Fania Rodrigues

Difficile de ne pas remarquer l’ouvrier Wilmer José Valero, habillé en Che Guevara, et portant sur son dos un tableau du visage du libérateur Simón Bolívar : « Ces symboles sont importants pour le Venezuela et pour le monde, moins pour l’Empire qui veut humilier le peuple vénézuélien mais nous ne le permettrons pas » explique cet habitant de Caracas.

45968133244_1a1aee6f15_o.jpg

Photos : AVN

Invités internationaux

Le gouvernement vénézuélien a reçu des les délégations de plus d’une centaine de gouvernements de l’Inde à la Palestine et au Mexique, d’organismes internationaux (OPEP, ONU, OUA, CELAC, ALBA, CARICOM, OCS – groupe euro-asiatique de Shangaï, etc..) mais également de mouvements sociaux, d’intellectuels et d’organisations de jeunesse. La Russie a envoyé le haut représentant du Conseil de la Fédération alors que sa chancellerie vient de réitérer sa mise en garde aux Etats-Unis contre les conséquences d’une intervention militaire et leur demande fermement de cesser de fomenter la déstabilisation interne. Moscou a également dénoncé l’intention de Washington de créer un gouvernement parallèle au Venezuela et a réaffirmé sa volonté de coopérer avec le gouvernement et le peuple vénézuélien. La Chine a dépêché son ministre de la Défense, Wei Fenghe et son ministre de l’Agriculture, Han Changfu.

Parmi les présidents on apercevait notamment Evo Morales de Bolivie, Miguel Díaz-Canel de Cuba, Daniel Ortega du Nicaragua, ou Salvador Sánchez Cerén d’El Salvador. Mais aussi la sénatrice colombienne Piedad Cordoba, ex-candidate présidentielle et militante des droits humains, l’ex-président du Honduras, renversé par un coup d’Etat, Mel Zelaya, ou l’ex-chancelier et ex-Ministre de la Défense de Rafael Correa, Ricardo Patiño. Pour le Brésil était présente la députée et Présidente du Parti des Travailleurs (PT), Gleisi Hoffmann, ainsi que le coordinateur du Mouvement des Travailleurs Sans Terre (MST), João Pedro Stedile. 

Le “groupe de Lima” composés de régimes de droite (Brésil, Colombie, Chili, Honduras, etc..) sous influence de Washington et de l’Union Européenne, a déclaré cette élection “illégitime” mais ces pays que les grands médias tentent de faire passer pour la “communauté internationale” sont en réalité minoritaires et isolés.

DwkMPZDX4AAdrVd.jpg

Sustento-maduro1.jpg

Gleisi Hoffmann la Présidente du Parti des Travailleurs du Brésil a souligné la nécessité d’apporter le soutien et la solidarité au peuple et au président du Venezuela : »l’attitude agressive du gouvernement Bolsonaro contre le Venezuela suscite une forte opposition au Brésil et contredit notre tradition diplomatique« . Pour le Mouvement des Travailleurs Sans Terre, Joao Pedro Stedile a “salué le président vénézuélien Nicolás Maduro, qui commence un nouveau mandat constitutionnel. Le peuple vénézuélien sait que l’opposition soumise aux États-Unis n’a pas l’intention de sortir le pays de la crise. Le Venezuela suit sa propre voie et n’acceptera jamais une intervention de l’impérialisme”.

Actes officiels

Lundi, le président prononcera un discours devant l’Assemblée Nationale Constituante, où il rendra compte de ce qui a été entrepris au cours de son mandat antérieur, remettra aux députés le Plan de la Patrie 2019-2025 pour proposer d’en faire une loi de rang constitutionnel, et annoncera les mesures économiques les plus urgentes face à une guerre économique qui a vu le secteur privé augmenter les prix à des niveaux inouïs tandis qu’un leader peu connu de l’extrême droite, Juan Guaido, élu président par l’assemblée législative en désobéissance légale, a tenté de s’autoproclamer “président de la république”, avec la reconnaissance immédiate des Etats-Unis et de la droite latino-américaine, exigeant que “les forces armées chassent l’usurpateur Maduro” (sic).

Dans son discours inaugural, le président Maduro a appelé à l’unité nationale, soulignant l’importance de la souveraineté du Venezuela. « Le monde est plus grand que l’Empire américain et ses gouvernements satellites, le monde n’est plus homogène ni unipolaire. Les choses ont changé, il y a un monde debout, qui ne veut plus obéir, qui ne fera plus marche arrière, et le Venezuela ouvre ses bras à ce nouveau monde de respect, de coopération et de fraternité« .

Fania Rodrigues

49714056_10215333083975192_5846172826045775872_o

50071373_10157061751216057_3320485331601457152_n49948924_10157061752136057_6301419697061494784_n

Photos : AVN/ Alba Ciudad

Note :

(1) Lire (PHOTOS :) NICOLAS MADURO EST RÉÉLU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE AVEC 68 % DES VOIX

 

Source de cet article : publié initialement sur Brasil de Fato,https://www.brasildefato.com.br/2019/01/10/maduro-e-declarado-oficialmente-presidente-da-venezuela-para-o-periodo-2019-2025/

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-4r3



41 réactions


  • Clocel Clocel 15 janvier 2019 12:55

  • Durand Durand 15 janvier 2019 12:58

    .

    Et dire que c’est cette même foule enthousiaste qui a aussi accueilli de Gaulle comme El Libertador en son temps et que la France d’aujourd’hui se retrouve du côté du déshonneur avec tous les oppresseurs mandatés du Système...

    Il est vraiment grand temps de remettre de l’ordre dans notre pays !

    Frexit pour commencer !

    .


    • Alren Alren 15 janvier 2019 19:22

      @Durand

      J’espère, je crois que le peuple vénézuélien qui a élu librement, démocratiquement son président, fera la différence entre le peuple français et les cabots dociles aux ordres des USA qui ont la prétention de gouverner notre patrie !


    • JulietFox 16 janvier 2019 10:37

      @Durand

      Frexit pour commencer !

      Le Brexit est pour le moment une vaste fumisterie.


  • benedicte_gab 15 janvier 2019 13:26

    article de propagande du régime pas de l’information ... aucun intérêt 


    • sylvain 15 janvier 2019 14:20

      @benedicte_gab
      elle est quand même mignonne fania
      à part ca il ya tellement de propagande dans l’autre sens
      sur le venezuela que ca peut pas faire de mal


    • Clocel Clocel 15 janvier 2019 14:24

      @benedicte_gab

      C’est ce que je me dis lorsque je tombe sur Le Monde, Le Figaro ou Libération...
      Pas d’intérêt ? Si bien sûr, mais pas pour le lecteur.


    • Christian Labrune Christian Labrune 15 janvier 2019 16:06

      article de propagande du régime

      ====================
      @benedicte_gab

      Qu’est-ce qui vous fait dire ça ? Le Vénézuela étant bien le seul pays du monde où la pauvreté ait été complètement éradiquée, où le niveau de vie dépasse très largement celui des Européens du Nord et celui des Américains, l’auteur de l’article ne trouve absolument rien à critiquer, et cela se comprend aisément.
      Elle aurait peut-être pu dire : trop d’enthousiasme dans les rues. Et de fait, pour nous qui sommes extérieurs au Vénézuéla, cette exceptionnelle réussite a quelque chose d’insolent qui fait offense à notre misère, mais les Vénézuéliens qui vivent dans un si beau pays et n’ont donc jamais aucune raison de le quitter pour voyager un peu et voir ailleurs n’ont aucune idée de l’enfer que nous vivons ici et de l’espèce d’envie que nous éprouvons à considérer l’intensité de leur bonheur. 

      Puissions nous un jour, sous la très sage gouvernance d’un Benito Mélenchon, connaître la même opulence et la même liberté !


    • Traroth Traroth 15 janvier 2019 17:54

      @benedicte_gab

      Récapitulons : vous refusez même d’envisager que ce que dit cet article puisse être vrai. Et pour quelle raison ? Êtes-vous vous même allé au Venezuela pour constater la situation, pour être aussi catégorique ? Sinon, on ne pourra constater que vous êtes simplement pris par la propagande du camp opposé...


    • Christian Labrune Christian Labrune 16 janvier 2019 11:57

      Êtes-vous vous même allé au Venezuela pour constater la situation

      ==========================
      @Traroth
      Remarque d’une extrême pertinence, qui me rappelle un autre travers particulièrement odieux. Je veux parler des ces islamophobes qui ne manquent jamais la moindre occasion de se moquer des musulmans et qui affectent de rire de leur croyance qui voudrait qu’en paradis les martyrs eussent bien droit à soixante-douze vierges quand ils sont hommes et à trente-six puceaux quand ils sont femmes.
      Y sont-ils allés ? Qu’en savent-ils ? C’est idiot, de parler ainsi sans savoir.


    • Traroth Traroth 22 janvier 2019 13:45

      @Christian Labrune

      Si vous estimez que les deux choses sont comparables, je ne vois pas ce que je pourrais ajouter...


  • JL JL 15 janvier 2019 14:28

    Pour y comprendre quelque chose, lire cet excellent article de Temir Porras Ponceleon paru dans LMD : Pour sortir de l’impasse au Vénézuela


  • Christian Labrune Christian Labrune 15 janvier 2019 15:51

    Vive Hugo Chavez ! Vive Nicolas Maduro ! Vive Benito Mélenchon !

    VIVA LA MUERTE !


    • Jeekes Jeekes 15 janvier 2019 16:24

      @Christian Labrune
       
      Vive létal-miaou !
      Vive les $ionards !
      Vive les voleurs de terre !
      Vive les tueurs d’enfants !
       
      VIVA LA LIBERTAD !
       
      Et aux chiottes hisse-rat-heil !!!
       
       C’est bien aussi, non ?
       

       
       


    • Traroth Traroth 15 janvier 2019 17:57

      @Christian Labrune

      « Viva la muerte », c’est ce que criaient les franquistes. Pas vraiment grand-chose à voir avec le Venezuela, en dehors de la langue. Ni le même pays, ni surtout les mêmes principes politiques. Ce sont plutôt les principes qu’on voit au Brésil ou en Colombie. Osez donc dire le contraire.


    • Christian Labrune Christian Labrune 16 janvier 2019 12:06

      « Viva la muerte », c’est ce que criaient les franquistes. Pas vraiment grand-chose à voir avec le Venezuela,

      ======================
      @Traroth
      Vous ne l’aurez peut-être pas remarqué, mais dans la même intervention, je parlais de BENITO Mélenchon.
      Benito, c’était le prénom de l’Erdogan des Italiens, dans les années 30, pas très éloigné, idéologiquement, du Führrer de l’Allemagne et du caudillo de la péninsule ibérique.
      Si vous ne voyez toujours pas le rapport avec le fascisme, faites-moi signe (mais sans, la main tendue, lever le bras !) je vous expliquerai.


    • Traroth Traroth 22 janvier 2019 13:46

      @Christian Labrune

      Je ne vois pas le rapport entre Mélenchon et le fascisme, effectivement. Expliquez-moi, chiche !


  • McGurk McGurk 15 janvier 2019 19:37

    Merci à Venezuelaintox pour cette intoxication informationnelle de premier ordre.

    J’ai bien ri de voir le portrait de Bolivar, brandi par des partisans d’une dictature qui ne s’assume même pas.


    • Christian Labrune Christian Labrune 16 janvier 2019 12:53

      J’ai bien ri de voir le portrait de Bolivar, brandi par des partisans d’une dictature qui ne s’assume même pas.

      =======================
      @McGurk

      Peut-on parler de dictature quand ceux qui exercent le pouvoir sont eux-mêmes issus du peuple ? J’ai entendu dire que le pauvre Nicolas Maduro n’était pas passé par ce que nous appellerions les grandes écoles : il conduisait des autobus (un à la fois) et quand on fait ce métier, on roule sur des pavés ; au mieux sur du bitume, jamais sur l’or. Bref, la dictature du prolétariat ne saurait être une dictature.

      Dois-je vous rappeler que la dictature du prolétariat, en Russie, a produit des merveilles, en matière de justice sociale, que c’est la même chose aujourd’hui encore à Cuba où le régime est obligé de demander à quelques familles proches du pouvoir de se sacrifier pour promouvoir une ostentation d’opulence afin que le peuple puisse avoir sous les yeux un idéal de richesse auquel s’identifier. Il peut ainsi se faire une idée plus précise de ce que sera sa propre condition lorsque le communisme, à la fin des temps, sera enfin réalisé. Sans se rappel constant et nécessaire, il pourrait finir par croire que sa situation est sans issue.


    • McGurk McGurk 16 janvier 2019 19:00

      @Christian Labrune

      Issu de rien du tout. C’est comme pour l’Irak, le parlement ne servait que pour les apparences. Il faut être bien naïf pour croire que, dans toute cette histoire, le « peuple a repris le pouvoir ».

      La fin des temps ? C’est un peu loin pour moi tout ça smiley . Je suis sûr que ce « cher président issu du peuple » mange chaque jour dans un quatre étoiles et qu’il n’a aucun problème pour payer ses factures. Bizarre, non, dans un pays où les gens crèvent de faim et ne peuvent même plus s’acheter les produits de première nécessité.

      Il n’y a que les illuminés qui croient à la fois au communisme (ou au capitalisme, c’est du pareil au même) et que ça résoudra tous les problèmes, sans comprendre qu’en fait ce sont deux faces opposées d’une même pièce et que la solution est entre les deux...


    • Christian Labrune Christian Labrune 16 janvier 2019 22:06

      @McGurk

      C’est faux : vous savez bien, et on l’a assez dit, que le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme. Le communisme, c’est exactement l’inverse. Renversez donc l’ordre des termes et vous aurez sa plus exacte définition.


    • McGurk McGurk 17 janvier 2019 13:49

      @Christian Labrune

      C’est vrai que les régimes communistes sont un exemple à suivre !  smiley







    • Xenozoid 17 janvier 2019 13:51

      @McGurk

      ou l’iran,c’est surement les houtis qui destabilisent tout,et tout vient de munich, quand ils ont tous (1938) vu la vierge


    • McGurk McGurk 17 janvier 2019 14:56

      @Xenozoid

      J’aurais parié sur les Illuminatis !


    • Xenozoid 17 janvier 2019 15:04

      @McGurk

      peut être que tout n’est que rumeur


  • Raymond75 15 janvier 2019 21:39

    Agoravox avait déjà Christine Néant, active propagandiste du Dombass sécessionniste de l’Ukraine, et grande pratiquante de la censure, nous avons maintenant la propagande du senior Maduro, le grassouillet président d’un pays en ruine, avec une inflation de l’ordre de 1 000 000 % annuel, dont le peuple fuit ce pays où il ne peut ni manger ni se soigner, où la corruption engrange ce qui reste des ressources pétrolières.


  • Matlemat Matlemat 16 janvier 2019 02:08

     Maduro est bien plus populaire dans son pays que Macron chez nous et il est clair que l’inflation est dû à la nécessité du gouvernement vénézuelien de payer les aides et le système social car il ne peut emprunter sur les marchés mondiaux.

     Et ces gouvernements pro US qui disent aider les Vénézueliens avec des sanctions... 

     Je me demande comment est calculé le salaire du président Maduro et des fonctionnaires comment sont ils régulièrement revalorisés ?


    • Matlemat Matlemat 16 janvier 2019 21:13

      @Julien S
       C’est le pib qui s’effondre à cause de la guerre économique menée par les USA qui fait que sa dette augmente en % du pib.

      Il est évident que l’empire US fait tout pour que le socialisme échoue, il n’y a pas d’autre raison pour expliquer l’état du pays, Maduro et les chavistes sont élus par les pauvres, qui on vus leur conditions de vie largement s’améliorer, les pauvres se moquent de l’inflation, et les riches se débrouillent pour avoir des dollars. 

       


    • Christian Labrune Christian Labrune 16 janvier 2019 22:26

      @Julien S
      Je ne sais pas de qui vous parlez, mais s’il a dit que le tritium n’était pas très dangereux, il n’a pas dit une sottise. La demi-vie du tritium excède à peine douze ans.
      Dans la fusion atomique, on produira du tritium, et on n’aura donc pas les mêmes difficultés qu’avec la fission dont résultent des produits comme le césium 135 ou l’étain 126. La durée de leur émission radioactive s’évalue, elle, en millions d’années !


    • pemile pemile 16 janvier 2019 23:02

      @Julien S « Mais de grâce n’allez pas vous aussi proportionner la dangerosité d’un radio-élément à sa période »

      Cabanel avait accepté le fait qu’ayant une faible demi-vie, le radon 222 est un gaz extrêmement radioactif ?


    • Matlemat Matlemat 17 janvier 2019 03:38

      @Julien S
       Le pays est tellement riche que ça ne peut échouer sans les attaques de l’extérieur d’ailleurs malgré tout les efforts de l’empire, le socialisme au venezuela tient bon, vous ne savez pas ce que c’est d’être pauvre en amérique du sud et d’avoir un gouvernement qui vous paie l’éducation et la santé, le minimum social, le metro gratuit à Caracas par exemple. 

       Ca se confirme , vous n’avez aucun sens critique et vous croyez tout ce que les médias vous disent.


    • Matlemat Matlemat 17 janvier 2019 03:42

      @Christian Labrune
      Mr Julien S est un fervent défenseur de toute doxa officielle, pour lui le nucléaire est une énergie propre.


    • Matlemat Matlemat 17 janvier 2019 03:49

      @Julien S
      Par rapport à l’inflation, si en France on repassait au franc et qu’on faisait tourner la planche à billet, plus besoin d’emprunter, bien sûr que les épargnants petits et gros seraient ruinés, seuls ceux qui n’ont rien ne seraient pas touchés, mais qu’est ce qu’on fait ? on emprunte, toujours plus... 


    • Matlemat Matlemat 17 janvier 2019 13:40

      @Julien S
       Je vois que vous pouvez écrire des chose intéressantes quand vous le voulez, j’ajouterais que l’inflation, modérée, comme celle que la BCE vise, au alentour de 2 %, permet d’inciter à l’investissement plutôt qu’à l’épargne et c’est meilleur pour l’économie que de la déflation.

       Le livret A rémunéré à 0.75 % est un scandale et les taux négatifs montrent que le système actuel est malade, les banques sont obligées de faire payer leurs clients par des frais et autres.

       Le vrai effondrement arrivera quand on aura du mal a payer les intérêts de la dette publique, le principal ne sera jamais remboursé bien sûr, et l’argent des assurances vie est déjà perdu.

       Le crypto-monnaies déflationnistes comme le Bitcoin pourraient bien exploser de nouveau lors de la prochaine crise bancaire qui tarde à venir, ces crypto-monnaies ont du succès au Venezuela comme dans les pays à forte inflation mais je crois qu’elles y sont interdites, tout comme le marché noir des devises au Venezuela, c’est illégal, mais tout le monde change sa monnaie en dollars au noir, le taux de change officiel est une blague.


  • eric 16 janvier 2019 10:43

    Brasil de Fato est un hebdo altermondialiste fondé à Porto Allègre lors d’un de ces forums mondiaux ou de riches universitaires voyagent à travers le monde et s’interrogent doctement sur l’absence de travailleurs dans leurs rangs. Comme toujours la question du financement de ce genre de médias ramène en général à des fonds publics. Souvent via des associations subventionnées. Il n’est pas rare non plus que des états amis aident. Ceci pourrait expliquer leur enthousiasme pour le Venezuela. En effet, les forces politiques extrêmes qui le soutenaient au Brésil, viennent de se prendre une vaste fessée démocratique. On peut des lors concevoir qu’ils aillent à la pêche au financement ou ils peuvent. La corruption qu’ils soutenaient à domicile était largement financée par le pétrole. La force de l’habitude ? Il faut dire qu’hors Venezuela, il ne reste plus guère de monarchie pétrolière socialiste dans le monde. L’auteur de la publication de cette traduction émarge lui même à la manne pétrolière socialiste depuis des années. Quand on est salariés d’un parti, il est légitime de faire où on vous dit de faire. Enfin, il y a une part d’honnêteté. On ne peut que constater la quantité d’ex présents. Il y a aussi des omissions. Par exemple le nombre de clients de la Russie. Les concessions économiques pétrolières consentis comme prix de ce soutien. La présence des oligarques russes dont le progressisme laisse à désirer etc.... Bon, l’amateurisme subventionaire et militant, personne n’a jamais prétendu non plus que ce soit du journalisme


    • Christian Labrune Christian Labrune 16 janvier 2019 12:30

      On peut des lors concevoir qu’ils aillent à la pêche au financement ou ils peuvent. La corruption qu’ils soutenaient à domicile était largement financée par le pétrole.

      ============================
      @eric

      Je vous trouve bien trop sévère : ces gens essaient tout simplement de vivre avec leur temps, et dans une économie de marché ultra-libérale, ils l’ont compris, le profit passe avant tout : la vérité n’a plus une bien grande importance.

      Tout ce qui compte, c’est de trouver un marché et de l’exploiter à fond. Un site comme AgoraVox, de ce point de vue, est une véritable mine : la crédulité y prolifère comme la vérole sur le bas-clergé Breton et les pires articles du prêt à penser y trouvent immédiatement des acquéreurs toujours prêts à se ruer fanatiquement sur la première camelote.

      Les grands magasins du boulevard Lafayette, avant les fêtes de fin d’année, n’hésitent jamais à faire sortir sur les trottoirs des employés sous l’uniforme du Père Noël. Ca attire les familles, c’est-à-dire des clients, et ça fait rêver les petits enfants. Où serait le mal ? Bien franchement, je ne le vois pas.


    • eric 16 janvier 2019 13:55

      @Christian Labrune

      En réalité, je pense que ce sont les régimes concernés qui croient au père Noël. Que ce soit au Donbass ou au Venezuela, des petits malins de font salarier pour faire des relations publiques. Il n’y a qu’au Venezuela que l’on peut croire qu’Agoravox a une influence. L’autre titre ou l’auteur copie colle ce genre de truc doit se nommer ’le grand soir" ou un machin comme cela. Son sponsor doit montrer triomphalement ces résultats et tous le monde est content et payés au passage. Dans le cas de Madame Néant, compte tenu du manque de moyens, je dirai que la part de bénévolat et de militantisme sincère doit être plus importante.

      Le mal,bilbest le même partout. Ces gens vivent et font joujou avec l’argent public l’argent des pauvres.


    • Matlemat Matlemat 17 janvier 2019 03:57

      @eric
      «  Il faut dire qu’hors Venezuela, il ne reste plus guère de monarchie pétrolière socialiste dans le monde. »

      Il me semble que l’Arabie saoudite distribue l’argent du pétrole à sa population comme un pays socialiste, la différence c’est qu’ils achètent beaucoup d’armement aux USA. 


    • eric 17 janvier 2019 11:00

      @Matlemat Les féodaux pétrolier socialistes distribuent peu d’argent à leur population. Ainsi de la Russie socialistement réelle en son temps, qui connaissait des déficits pour à peu prêt tous ce qui touchait la consommation courante avec les principales ressources naturelles mondiales. De ce point de vue, il est curieux qu’il vous échappe que l’Arabie n’est pas « vraiment à Gauche », comme ont dit dans le jargon des progressistes.


    • Matlemat Matlemat 17 janvier 2019 14:12

      @eric
       La façon dont fonctionne l’Arabie, emploi de fonctionnaire garanti pour les saoudiens par exemple et autres avantages à la population de nationalité saoudienne est une forme de socialisme selon moi, tolérée car gros clients des USA.

       Si le Venezuela achetait pour peut être dix milliards de dollars d’armes US par an tout ses problèmes seraient résolus, mais il y a une forme de fierté de ne pas vouloir se soumettre aux gringos.


Réagir