mercredi 10 octobre - par Vincent Verschoore

Géopolitique et S-400

En quoi les systèmes de défense anti-aérienne S-400 redéfinissent le contexte géopolitique, du Moyen-Orient à l'Asie.

Le budget militaire américain actuel est de l’ordre de 590 milliards de dollars US, contre 65 milliards pour les Russes et 215 milliards pour les Chinois (1). Donald Trump veut faire passer le budget US à 618 milliards en 2019, les US investissant dans le militaire plus du double de la somme réunie par ses deux concurrents principaux, la Russie et la Chine ! En termes de pourcentage du PIB par contre, ce sont les Russes qui investissent le plus (+ de 5%) suivi des Américains (4%) et les Chinois (à peine 2%). On peut s’attendre, dans un climat de plus en plus tendu, à ce que les Chinois décident de faire jeu égal avec les Américains et augmentent leur budget défense de façon significative. Des trois pays ce sont les Russes qui ont – et de loin – le plus petit budget mais ce sont aussi eux qui l’utilisent le plus efficacement, donnant l’impression de faire jeu égal avec les US alors que sur papier il n’en est rien.

Les rapports de forces militaires entre les trois puissances dominantes du monde actuel que sont les USA, la Russie et la Chine imposent certaines limites sur les autres conflits que se livrent ces pays, notamment les conflits politiques et commerciaux. Ils imposent également des limites aux conflits armés régionaux où s’affrontent, ou risquent de s’affronter, les alliés respectifs de ces puissances, à commencer par la Syrie où se côtoient différentes forces aux objectifs et allégeances pas toujours évidentes à suivre.

Le récent drame du tir accidentel d’un lance-missile anti-aérien S-200 des forces syriennes à l’encontre d’un avion de reconnaissance russe Il-20, avec 15 personnes à bord (2), tir visant des avions israéliens F-16 menant une opération contre des forces iraniennes (ou du Hezbollah) du côté de Lataquié – là où se situe la principale basse russe en Syrie – a eu pour effet immédiat la livraison par la Russie aux Syriens d’une batterie de systèmes anti-aériens S-300, nettement plus performants que les S-200.

Autant les Israéliens craignent moyennement les vieux S-200, autant la version S-300 est susceptible de leur interdire un espace aérien ainsi protégé, à moins de mettre à l’épreuve leurs tout nouveaux F-35. Le F-35 est un avion de combat dit furtif doté d’armes de longue portée air-sol, certainement supérieur en cela aux F-16 qu’il va remplacer au fil du temps en Israël ainsi qu’aux USA. Il reste néanmoins vulnérable face au S-300 – et avec un prix de l’ordre de 100 millions de dollars pièce, la force aérienne israélienne va sans doute y réfléchir à deux fois avant de risquer un tel affrontement ! D’où les cris d’orfraie des Israéliens à l’annonce de cette livraison.

Cet exemple illustre la manière dont l’apport d’un nouveau type d’arme sur un théâtre opérationnel peut rapidement modifier l’équilibre militaire et, donc, la situation géopolitique. Si les Israéliens se trouvent interdits de vol dans le ciel syrien du fait des S-300, les mouvements de troupes iraniennes et les convois d’approvisionnement du Hezbollah libanais en seraient facilités, accélérant la reprise en main de son territoire par l’autorité syrienne – que cela plaise ou non aux occidentaux. En même temps, cet acte signale une prise de position russe vis-à-vis d’Israël, et donc des USA, qu’elle n’avait pas voulu adopter jusqu’à présent, mais la perte du Il-20 par la ruse israélienne les aura poussé à franchir le pas et les Israéliens risquent de s’en mordre les doigts.

Autre exemple de l’autre côté du globe, en mer de Chine : la volonté chinoise de s’approprier le contrôle de l’ensemble de cette zone, en créant une base artificielle sur les îles Spratleys, percute la volonté américaine d’en faire respecter le statut officiel de zone libre internationale. Pour ce faire la marine US fait croiser son destroyer USS Mustin à 12 miles des îles, provoquant les Chinois qui ont dernièrement manqué de percuter le Mustin avec deux de leurs propres navires. Cela peut-il dégénérer en bataille navale locale ? Le Mustin est un destroyer de la classe Arleigh-Burke doté d’un vaste arsenal de missiles et d’armes en tous genres. Les USA disposent de 66 navires de ce type, sans compter le reste (porte-avions, sous-marins etc..). L’équivalent chinois est la classe de destroyers 052D, marginalement moins puissante que l’Arleigh-Burke mais, surtout, au nombre de « seulement » 9 dans cette classe – plus une vingtaine de classes plus anciennes.

Même si un conflit entre les USA et la Chine ne se résumerait pas à une bataille navale entre destroyers, ce différentiel de capacité est représentatif du différentiel de capacité militaire globale projetable (c’est-à-dire sans compter les forces défensives et notamment l’armée de terre, plus importante en Chine qu’aux USA) entre ces deux pays. Certes les deux côtés – trois en comptant la Russie – disposent de l’arme atomique et de vecteurs balistiques, mais la destruction mutuelle n’est sans doute pas actuellement une option, aucun des trois n’exprimant de volonté suicidaire.

La force militaire conventionnelle projetable en tout lieu géostratégique reste ainsi un élément central du rapport de force géopolitique, et dans le cas USA-Chine il permet par exemple au premier de lancer une guerre tarifaire sur le second en sachant que la réponse, vu le différentiel de rapport de force, ne sera probablement pas de nature militaire. Il permet également aux USA d’imposer des sanctions unilatérales aux Russes et de les accuser de tous les maux sans grand risque d’encourir une réplique militaire conventionnelle ou nucléaire. La supériorité navale est clairement acquise aux USA, qui disposent de 20 porte-avions pour un seul russe et un seul chinois, et 85 destroyers (dont une vingtaine de croiseurs vieillissants de la classe Ticonderoga) contre 32 chinois et 19 russes (dont le croiseur lourd Pierre Le Grand de la classe Kirov, un monstre de 250m de long à propulsion nucléaire).

La supériorité aérienne est généralement la clé de voûte des conflits modernes. Même si elle ne garantit pas la victoire au sol, comme les américains ont pu s’en rendre compte en Afghanistan et en Irak, sans supériorité aérienne la campagne contre l’Etat Islamique en Syrie et en Irak airait été un fiasco complet, et les Russes n’auraient pas pu sauver le régime de Bachar-el-Assad des griffes djihadistes (les « vrais » rebelles syriens ayant été liquidés ou intégrés aux islamistes bien avant l’arrivée des Russes). Et c’est bien cette question de supériorité qui se joue actuellement entre Syrien, Iraniens, Turcs et Israéliens dans l’espace aérien syrien et libanais, et par extension entre les USA et la Russie qui, outre une présence sur place très contrôlée pour éviter les accrocs, livrent du matériel à leurs alliés respectifs du moment.

Il est assez extraordinaire de constater qu’à l’heure actuelle, aucune confrontation aérienne entre appareils modernes d’origine américaine et russe n’a eu lieu. Des lignes rouges entre Israéliens, Russes et Américains survolant la Syrie ont jusqu’à présent permis d’éviter le pire, chacun profitant de l’occasion pour tester ses appareils dans un cadre relativement réaliste. Les Américains ont ressortit toute leur panoplie (4), la plupart déjà testés lors des guerres du Golfe, en Afghanistan et en Irak : les fameux F-16, F-15, F-18, A-10 et autres bombardiers B-1 et B-52 ainsi que les drones type Predator et Reaper. A tout ce beau monde s’ajoute le plus récent F-22 furtif, l’avion le plus sophistiqué du monde et aussi le plus cher à 150 millions de dollars pièce. Le F-22 étant essentiellement un avion de supériorité aérienne et l’ennemi officiel ne possédant aucune aviation, sa présence sur place relève sans doute plus d’une démonstration de force à l’encontre des Iraniens que d’un quelconque usage pratique.

Néanmoins, et c’est un élément clé, la liberté de mouvement de tous ces vecteurs de destruction, furtifs ou pas, est très fortement menacée par les systèmes anti-aériens russes S-300 et, surtout, S-400 aujourd’hui, sans même parler des S-500 de demain déjà en cours de test. Les S-400 sont une évolution majeure des S-300 et ferment de fait l’espace aérien ainsi protégé à tout vecteur aérien, même hypersonique ou balistique. La Russie est disposée à vendre le S-400, une partie non négligeable de ses revenus étant liée à ses exportations d’armes (5), et parmi ses clients se trouvent la Chine, l’Inde mais aussi des alliés des USA tels l’Arabie Saoudite et la Turquie.

Les USA voient d’un – très – mauvais œil l’installation de part le monde de systèmes S-400 lui interdisant de fait le survol des territoires ainsi défendus, et ce malgré les dépenses faramineuses associées aux développements des avions furtifs type F-22 , F-35 et B-2 ou avions espions type U-2. A tel point qu’en 2017 les USA ont inventé le Countering America’s Adversaries Sanctions Act (CAATSA), leur donnant le « droit » d’agir contre tout pays ou organisation susceptible de « désordonner la sécurité internationale », autrement dit de s’offrir à moindre coût la capacité de remettre en cause sa supériorité aérienne (6). Un bataillon S-400 comprenant 8 lanceurs, 112 missiles et le systèmes de guidage coûte de l’ordre de 400 millions de dollars, soit quatre F-35 mais avec la capacité d’en descendre quelques dizaines…

Dans le cas de l’Inde, a priori alliée de l’Occident dans son face-à-face avec la Chine mais également militairement proche de la Russie (son armée de l’air étant équipée en majorité de chasseurs russes, en plus des quelques Mirages et Rafales français), les USA ont « toléré » l’acquisition par l’Inde des S-400 suite à négociations dont l’un des paramètres est la non-divulgation par les Indiens aux Russes des signatures des appareils alliés « vu » par le S-400 (7).

Malgré les éventuelles sanctions US le Qatar a également l’intention de se procurer les S-400, confirmant sa volonté de ne pas se laisser faire par la coalition menée par les saoudiens depuis 2017 lui reprochant sa proximité avec l’Iran. Le Qatar est déjà un bon clients pour les systèmes d’armes US, européens et même chinois, et depuis la signature d’un partenariat en octobre 2017 avec la Russie il s’équipe logiquement du meilleur système de défense anti-aérien et anti-missiles du moment, le S-400 russe (8). Il est très peu probable que quiconque tente une invasion du Qatar, ou de tout autre pays ainsi équipé. L’Iran dispose déjà de S-300, et se pose la question d’acquérir la version S-400 face aux bruits de bottes du régime US. La présence de ces systèmes serait une déterrence majeure face aux velléités guerrières de l’axe USA-Israël-Arabie saoudite à son encontre.

Ceci s’inscrit dans l’éternelle course entre l’épée et l’armure, la balle et la cuirasse, le bombardier et la DCA, le missile et le missile anti-missiles. Pour contourner les S-400 d’un côté ou les batteries Patriot de l’autre, Américains, Russes et Chinois planchent sur des systèmes d’armes encore plus furtifs et rapides mais, surtout, sur des systèmes miniaturisés fonctionnant en essaims et pilotés par une intelligence artificielle de combat. Et là on entre vraiment en territoire inconnu et hautement dangereux pour l’avenir de l’Humanité (9).

 

Notes :

(1) http://armedforces.eu/

(2) https://www.theguardian.com/world/2018/sep/18/russia-military-aircraft-syria-jet-lost-contact

(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Eles_Spratleys

(4) https://www.military.com/daily-news/2017/06/02/f15es-a10s-leading-air-war-isis-stats-show.html

(5) http://www.lefigaro.fr/international/2014/12/15/01003-20141215ARTFIG00364-la-russie-n-a-jamais-autant-vendu-d-armes.php

(6) https://www.aljazeera.com/indepth/features/countries-buy-controversial-russian-400-181007205808578.html

(7) https://www.indiatoday.in/magazine/the-big-story/story/20180813-s-400-the-geopolitical-missile-1303340-2018-08-06

(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/S-400_Triumph

(9) https://zerhubarbeblog.net/2018/09/20/principes-de-guerre-et-intelligence-artificielle/



59 réactions


  • Decouz 10 octobre 08:53
    Et la zone de l’Arctique qui devient de plus en plus stratégique avec le réchauffement climatique (malgré le scepticisme de Trump l’armée américaine a pris cet aspect en compte depuis un certain temps), présence de matières premières, nouvelles voies navigables du fait du dégel. Les missiles les plus récents S-400 ont ainsi été déployés sur cette frontière nord, qui devient fermée ou risquée pour des pénétrations américaines, cette zone intéresse aussi d’autres pays asiatiques.



    • Alren Alren 10 octobre 15:39
      @Decouz

      Votre première adresse internet renvoie vers RT en anglais où il est précisé dans un encart que les raids aériens sur la Syrie avaient cessé depuis que les Russes avaient installé des S400 pour défendre leurs bases !

      Ce qui appuie l’analyse de l’article : une arme peut changer le cours de l’histoire militaire.
      Il y a eu de nombreux précédents dans le passé à différentes époques ...


  • Attila Attila 10 octobre 09:07

    Globalement d’accord avec votre article.
    Juste une précision, les États-Unis ont une flotte importante pour deux raisons :
    - la volonté de dominer le monde,
    -ils sont loin.
    L’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie sont à portée de missile de la Russie, elle a moins besoin de porte-avions, surtout que sa politique est plutôt défensive.
    .
    Et puis les russes ont développé des capacités à neutraliser la supériorité américaine :
    Syrie : La guerre balistique US/Russie a eu bien lieu !!
    .
    Qu’est-ce qui a tant effrayé l’USS Donald Cook en Mer Noire ?

    .


  • titi 10 octobre 09:09
    @L’auteur
    « les US investissant dans le militaire plus du double de la somme réunie par ses deux concurrents principaux »

    Je pense que vous confondez budget d’investissement et budget de fonctionnement..


    • Alren Alren 10 octobre 15:29
      @titi

      En effet la gabegie et le gaspillage qui a cours dans les forces armées US, en grosse partie dus à la privatisation maximale des activités et des achats obère lourdement le budget sans efficacité accrue.

    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 10 octobre 18:20

      @titi
      Sans doute, je n’ai pas le détail. 


    • titi 10 octobre 20:44
      @Vincent Verschoore

      C’est pourtant essentiel : vous comparez des choux et des navets.

      Le salaire de l’engagé professionnel US n’a rien à voir avec l’appelé du contingent chinois.

      Rien qu’en terme de masse salariale l’armée US dépense naturellement plus.
      Comparer des budgets n’a aucun sens.


    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 10 octobre 21:32

      @titi
      Je pense que dans le cadre de cet article la comparaison donnée suffit, d’autant que je donne aussi une idée du % du PNB que représente l’effort militaire pour chaque pays. Certes s’il s’agissait de faire une étude comparative précise ceci ne suffirait pas.Il faudrait aussi considérer l’apport historique. Les Russes ont encore du matériel provenant de l’ère soviétique, avec des budgets différents. Les Chinois ont bénéficié de transferts de technologies russes et ricaines pour lesquelles ils n’ont sans doute pas payé le juste prix. 


  • cassini cassini 10 octobre 09:44

    Il est temps de réduire la solde des militaires étasuniens au montant de celle des Russes et Chinois, pour permettre aux Etats-Unis de s’armer bien davantage à budget égal. 


     

  • JC_Lavau JC_Lavau 10 octobre 12:46

    Rappel : ce n’est pas un S-200 qui a tiré sur l’Ilyouchine.

    A une chance sur cinq, c’est la frégate française. A quatre chances sur cinq, c’est un avion britannique, avec coopération de la frégate française et d’un avion AWACS étazunien.
     
    Le plan était d’amener les russes à tirer sur un des membres de l’OTAN, d’où flambement immédiat de la guerre totale contre la Russie. Toujours au profit d’israël, qui tire toutes les ficelles.
    La réponse de Choïgou et de Poutine a été fort judicieuse : débarquement immédiat des gros moyens de brouillage électronique contre lequel USraël n’a pas de parade, puis débarquement des S-300 immédiatement opérationnels.
     
    USraël et leur valet français en écument de rage.

    • aimable 10 octobre 13:00

      @JC_Lavau

      avec ces tordus ils faut s’attendre a tout , mais leur coup foireux qui semblait avoir réussit a tout bonnement foiré .
      les Russes aussi savent jouer au billard Français .

    • Alren Alren 10 octobre 15:25
      @JC_Lavau

      "ce n’est pas un S-200 qui a tiré sur l’Ilyouchine. A une chance sur cinq, c’est la frégate française. A quatre chances sur cinq, c’est un avion britannique, avec coopération de la frégate française et d’un avion AWACS étazunien."

      Quelles preuves avez-vous de cela ?

      Je pense que si c’était la France ou la GB qui avait détruit l’avion russe, les Russes l’auraient reconstitué et n’auraient pas accusé Israël.

      Ceci dit, il n’est pas impossible que la frégate, ou mieux un avion AWACS, ait renseigné avec précision les avions israéliens sur la position de l’Illyouchine.

    • tiers_inclus 10 octobre 15:34

      @JC_Lavau


      Rappel de quoi ? D’une thèse absurde ? J’avais lu la source que vous communiquiez dans un autre post et je n’avais pas réagi faute de disponibilité.
      Les auteurs conjecturent sur des données approximatives sinon retravaillées. Rien de probant ne peut en être extrait. Enfin l’examen des enjeux et bénéfices/risques ruine la thèse. 
      Quant à la suggestion d’une provocation à la recherche d’une escalade c’est juste une ineptie clientèliste pour des commentateurs en mal de lectorat. Restons sérieux
      Les invocations WW3 insensées des fous néoncons relèvent à l’évidence d’un grand bluff orchestré, ou systémique en surfant sur l’ignorance de certains protagonistes. Mais les faits sont têtus et la raison revient au bord du précipice notamment parce que les vrais décideurs reprennent la main dans les moments critiques. La preuve on est là pour en parler malgré tous les conflits de la guerre froide.


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 octobre 15:44

      @Alren. https://reseauinternational.net/comment-nous-savons-que-lil-20-a-ete-abattu-par-la-france-ou-le-royaume-uni/

      La complicité de 1956, Ben Gourion-Eden-Mollet, est reconstituée, toujours dans le crime.
      Ne pas prendre Serguiéï Choïgou pour un imbécile.
      Un chasseur ne tire pas de missile dans sa queue, les mitrailleuses de queue des B17 ont disparu.


    • mmbbb 10 octobre 17:56

      @JC_Lavau guerre totale contre la Russie ? C ’est une blague non . La Russie vient de mettre au point en 2018 un missile balistique Satan 2 selon la dénomination de l OTAN . Un seul de ces missiles pourraient détruire la France. Ce pays a toute la panoplie des armes nucleaires Ces sousmarins d attaque sont munis de torpilles nucleaires par exemple. Nous européens avionts ete assez con de chauffer à blanc la guerre froide. La Russie a remis a neuf sa flotte de Tupolev 160 , vecteur de missiles aeropotés ectc Il faut être une tête de linotte comme cette Theresa MAy qui voulait sa guerre preventive contre la Russie In fine cela aurait au moins un mérite , mettre fin a la polémique qui vous tient a coeur , la these carbone et le réchauffement climatique , La terre serait dans un hiver nucléaire pendant une tres longue période , et la vanité humaine un lointain souvenir . C ’est dommage les exo plannète sont tres tres loin


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 octobre 21:16

      @mmbbb. En 56, l’expédition de Suez était insensée. Et pourtant elle a eu lieu.


    • cassini cassini 10 octobre 21:55

      @JC_Lavau


      Je n’ai pas compris quelle distance aurait dû parcourir un S.200 entre son point de lancement et la destruction de l’avion russe. 
      Sont-ce les 100 km que l’article de Réseau International évoque immédiatement en disant qu’ils sont franchis en 40 secondes ? 
      Ce serait imaginer une accélération instantanée à 9000 km/h et supposer que cette vitesse soit tenable dans l’air à la densité de 5000 mètres. 
      Texte à revoir, en somme. 



    • JC_Lavau JC_Lavau 10 octobre 22:37

      @mmbbb. Ce n’est pas cela. C’est le décalage temporel et géographique qui ne va pas avec les hypothèses du S-200 et du masquage d’un des avions israéliens par l’IL-20.

      Ce qui n’est pas éclairci pour nous est la position de l’Auvergne à ce moment là. Secrètes sont les trajectoires et positions des avions britanniques. Ni s’ils sont rentrés avec tous leurs missiles.

    • mmbbb 11 octobre 12:31

      @JC_Lavau certes mais le contexte politique etait différent La les Russes tiennent a défendre leur position notamment leur base en Syrie . Quant a nous nous faisons appel au Russes lorsque nous voulons intervenir en Afrique puisque l armee n a pas des moyens lourds de transport tels les Antonov. Notre armee de terre a ete réduite ainsi que les armees europennes Nous ne tendrions peu de temps lors d guerre conventionnelle il faut pas se voiler la face Il ne resterait que les USA , La Syrie est desormais dote d armes performantes, ce que n avait pas Nasser a l epoque Cela change la donne geo stratégique La Russie a depeche au moins un sous marin d attaque ( je n ai pas toutes les information évidemment ) et les porte-avions sont vulnérable . Poutine a averti qu il engagerait la force en riposte de toutes agressions d ou qu elles viennent Un porte avion americain coule creerait un choc . Les guerres moderne , on ne sait jamais comment elles finissent Celle de 14 18 aurait dû etre une escapade . Par analogie , les Balkans comme le MO aujoud hui etait un foyer de tension Par ailleurs il faut noter que la Russie a ete humilie apres 1990 . Lors de notre envoi de la salve de missiles de la coalition au printemps , il y eut beaucoup de dechets , la ce n etait que des batteries de SS 200 C ’est mon point de vue je ne pretends aucunement détenir la vérité mais il vaudrait mieux qu il n y ait pas de conflit élargi dans cette region


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 octobre 13:12

      @JC_Lavau

      Oui, ça c’est la version positive pour Assad-Poutine.

      La version négative rappelle ce qui s’est passé dans les Antilles, pendant les grèves de 2009.

      Une bouffonnerie, l’un des leaders du blocage « anti colonialiste », tué à un barrage par un manifestant.... qui pensait tirer sur des flics. Ou comment les soi-disant gentils sont tellement pacifistes qu’ils se tirent eux-mêmes dessus  smiley

      Alors, effectivement, on a dit que c’était un coup monté par la police coloniale, ou un commando patronal, etc etc... Comme ce que vous défendez comme thèse.

      Il faut faire attention quand même avec l’accumulation de ce genre d’événements, après l’obscure affaire Skripal, car on finit par passer pour un con.

      à bon entendeur smiley


  • Dom66 Dom66 10 octobre 15:54
    Bon article pour moi avec ce commentaire.


    « Le F-35 est un avion de combat dit furtif doté d’armes de longue portée air-sol »

    Ou F22............ pour les S300 et encore moins pour les S400 la furtivité n’existe pas.


    Pour ce qui est de la marine US en mer de Chine, aucun problème pour les Chinois.


    Les portes avions US seraient détruis au plus vite et en deux coups de cuillère à pots...Missiles et la fameuse torpille Shkval en utilisation dans la marine Russe et Chinoise.


    Les US ont déjà pris une branlée au Vietnam contre les chinois, les bouffeur de Hamburgers ont du soucis à se faire, contre une armée de robots voir les vidéos des parades de l’armée Chinoise.

    https://www.youtube.com/watch?v=DAGku7fCsWM


    https://www.youtube.com/watch?v=OHZIUdHm6b4


  • tiers_inclus 10 octobre 18:34

    @l’auteur


    Le budget militaire américain actuel est de l’ordre ...
    Cet indicateur n’a pas de sens s’il n’est pas contextualisé par l’emploi, l’efficience, et les finalités stratégiques. Enfin, la moindre des choses serait d’établir les comparaisons en PPA.

    donnant l’impression de faire jeu égal avec les US ...
    Dans les domaines clefs les Russes font désormais beaucoup mieux.

    La supériorité navale est clairement acquise aux USA...
    Cela dépend de l’adversaire. Aujourd’hui les missiles hypersoniques ont anéanti la notion de supériorité navale. Il y a déjà quelques années l’amiral français Sanguinetti déclarait que la duré de vie d’un porte-avions serait de 10 minutes face à un adversaire sérieux.

    A tout ce beau monde s’ajoute le plus récent F-22 furtif, l’avion le plus sophistiqué du monde...
    Le plus récent est le F35 et c’est un échec. Le F22 trop coûteux est désormais obsolète ; les stratèges US ont récemment envisagé de le moderniser pour remplacer le F35 décevant mais y ont renoncé. 




  • hdelafonte 10 octobre 20:44
    mais la perte du Il-20 par la ruse israélienne les aura poussé à franchir le pas et les Israéliens risquent de s’en mordre les doigts.

    L’article adopte la thèse Russe (que tout e monde connait), et occulte la thèse Israélienne (l’image radar montrée par les Russes est trafiquée, les chasseurs Israeliens étaient en Israel quand les missiles ont été tirés).

    Les deux thèses sont faciles à trouver sur Internet (Israelienne : Haaretz.com, jpost.com, et Russe :RT.com).

    D’un simple point de vue factuel, les Israeliens n’avaient aucun intérêt à provoquer la destruction d’un avion Russe, aussi la thèse Russe me semble difficile à croire...

    Par contre pour les Russes, se faire descendre un avion par ses propres missiles n’est pas d’une grande publicité...


    Pour rester factuel, les Israeliens ont signifié qu’ils ne s’opposaient pas à la livraison des S300 (c’est à dire qu’ils ne les détruiraient pas dès leur installation), mais que cela ne changeait pas leur agenda.. 

    On s’achemine donc vraisemblablement vers un duel de technologies, où les S300 étant opérés par des Syriens pourront éventuellement être détruits par les Israeliens (et donc pas d’affrontement Russie Israel). L’issue de ce duel sera effectivement lourde de conséquence pour la suite. Les Russes ont d’ailleurs aujourd’hui « annoncé la couleur » en contestant aujourd’hui l’occupation du plateau du Golan par Israel, occupation qui resulte d’une supériorité militaire Israelienne.











    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 10 octobre 21:39

      @hdelafonte
      Remarque tout à fait pertinente, mais vu la tendance des Israéliens à mentir tout le temps j’ai plutôt tendance à croire les Russes sur ce coup-ci. Peu importe dans le cadre de cet article, la réalité étant que les S-300 sont désormais alignés face aux Israéliens du fait de cet incident. 


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 octobre 21:53

      @Vincent Verschoore. Et face aux missiles américons, brits et francaouïs.

      London est la capitale la mieux tenue du monde par les israéliens.

    • tiers_inclus 10 octobre 22:29

      @hdelafonte

      D’un simple point de vue factuel, les Israeliens n’avaient aucun intérêt à provoquer la destruction d’un avion Russe, aussi la thèse Russe me semble difficile à croire...

      D’accord avec vous sur la planification. Mais une initiative isolée, opportuniste et vicieuse ne peut pas être exclue. On ne peut pas exclure non plus un opportunisme récupérateur russe. Mais comme c’est pour la bonne cause personne ne s’en émouvra. 

      On s’achemine donc vraisemblablement vers un duel de technologies, où les S300 étant opérés par des Syriens pourront éventuellement être détruits par les Israeliens

      Il est possible de détruire les S300 par saturation mais au prix de lourdes pertes car ces S300 sont intégrés au centre de commande unifié russe. Les cibles seront donc détectées sans faille F35 y compris. Une saturation par missiles de croisière reste techniquement possible, mais peu envisageable politiquement et toujours très coûteuse et alors entraînera une surenchère de l’’équipement russe en Syrie. 
      Problème. 

      en contestant aujourd’hui l’occupation du plateau du Golan par Israel, occupation qui resulte d’une supériorité militaire Israelienne.

      Annexion non reconnue par la communauté internationale, résolutions du CS de l’ONU 242 et 497. Contestation légitime et légale donc.


    • Oceane 11 octobre 02:04

      @hdelafonte

      Et les avions israéliens pourront éventuellement être détruits par les syriens.


    • roman_garev 11 octobre 10:39

      @tiers_inclus
      « Il est possible de détruire les S300 par saturation mais au prix de lourdes pertes ».


      Exact. Pour se représenter bien l’échelle de ces pertes : la Russie vient de livrer gratis à la Syrie 24 lanceurs S-300 avec plus de 300 missiles.

    • roman_garev 11 octobre 11:03

      @roman_garev
      Et la modification livrée à la Syrie est S-300PM2 (et pas la version « castrée » destinée à l’exportation PMU2), voir cette photo qui le témoigne.

      Ces trois bataillons étaient en disponibilité opérationnelle quelque part en Russie, y ont été remplacés par les S-400, ont subi la réparation capitale au sein des usines et ont été transportés en Syrie tels quels. 

    • aliante 14 octobre 21:33

      @hdelafonte



      arrête avec l’armée pampers qui s’est sauvée devant le hezbollah après s’être mangé une gifle par les gazouis ,tu penses vraiment qu’ils vont aller jouer avec l’armée de Poutine ?


  • hdelafonte 11 octobre 00:50

    Tout à fait. Contestation Russe évidemment légitime.

    On doit cependant préciser que Russes et Israéliens, tous deux partisans du maintien de Bachar , n’avaient pas de point de divergence.

    La déclaration Russe témoigne donc d’un début de contestation de l’hégémonisme militaire Israélien, ce qui était jusque là inédit.... à suivre.


  • math math 11 octobre 07:48

    S-400 S bien raisonnable toutes ces conneries ?


  • Jean Keim Jean Keim 11 octobre 08:49

    La guerre est une abomination, une des pires sinon la pire que l’homme ait inventée, tous les articles qui ne le rappellent pas font son jeu, la guerre disparaîtra quand elle n’aura plus sa place dans les esprits, il nous faut la refuser.


    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 11 octobre 12:26

      @Jean Keim
      Je crains au contraire que dans un monde où l’émotion prend le pas sur la raison, la guerre devienne de plus en plus courante. Il y a déjà presque une guerre civile aux US entre pro-Trumps et anti-Trumps, presque une guerre civile au RU entre pro-Brexit et anti-Brexit, presque une guerre civile en Europe entre communautaristes de tous poils et les autres. La guerre d’Irlande peut resurgir si le RU remet une frontière dure entre l’Eire et l’Irlande du Nord. Il y a une quasi inévitabilité de guerre plus ou moins chaude entre les USA et la Chine, le premier ne pouvant admettre de se faire déclasser par le second sans réagir. Idem entre Chine et Inde, la Chine vieillissante voyant d’un très mauvais oeil la montée d’une Inde jeune et nationaliste. Sans parler de la possibilité d’une vrai guerre entre l’axe US-Israël-Arabie saoudite et l’axe Iran-Russie-Syrie. 


    • Jean Keim Jean Keim 11 octobre 13:58

      @Vincent Verschoore
      Vous faites un constat réaliste mais pour autant il appartient à chacun d’entre nous de refuser la guerre, je ne veux rien dire d’autre, c’est une question de conscience.


    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 11 octobre 14:07

      @Jean Keim
      Je comprend bien, mais je vois quand même arriver le moment où il n’y aura plus de choix qu’entre la guerre ou la soumission. Et j’espère bien me tromper.


    • Oceane 11 octobre 18:14

      @Jean Keim

      Elles sont imposées à la majorité par une minorité de psychopathes en mal de sensations.


    • Jean Keim Jean Keim 14 octobre 11:48

      @Oceane
      Elles sont je crois surtout imposées pour les profits extraordinairement juteux qu’elles procurent, mais effectivement ceux qui trament les conflits sont sûrement dés psychopathes ou tout au moins ils sont dénués de compassion.


  • Matlemat Matlemat 11 octobre 09:56

    « les USA ont « toléré » l’acquisition par l’Inde des S-400 suite à négociations dont l’un des paramètres est la non-divulgation par les Indiens aux Russes des signatures des appareils alliés « vu » par le S-400 (7) » J’avoue ne pas bien comprendre, les avions furtifs le sont ils vraiment ? Les sytème S 400 détecte quelque chose mais ne sait pas quel avion c’est ? Les Russes n’ont ils pas déjà la signature du F35 ?


    • roman_garev 11 octobre 10:30

      @Matlemat

      Un avion ne peut être « furtif » que dans une bande d’ondes très concrète pour laquelle cette « invisibilité » (en fait une visibilité diminuée, car aucun procédé ne peut réduire à zéro une surface refléchissante d’un objet en métal, ce serait un miracle) était développée et obtenue. Donc pour le priver de cette soi-disant invisibilité il suffit d’utiliser des radars à bandes d’ondes différentes, ce qui est réalisé dans les S-300 dernière modification et dans des systèmes postérieurs. 

      Quant aux « signatures » des appareils, elles sont certes utiles pour faciliter la tâche de les reconnaître, mais leur absence ne nuit guère à la capacité d’un S-300/400 (doté du système d’identification ami-ennemi) de les abattre sans se soucier quel avion ennemi c’est.
      D’ailleurs la vraie « signature » d’un appareil aérien, ce sont sa vitesse, ses manoeuvres et sa surface refléchissante, ce qui est détecté immédiatement lors de son apparition dans la zone de portée des radars russes, sans aucune aide de l’inde.

      Donc tout ce blabla est sans importance.


    • Matlemat Matlemat 11 octobre 12:09

      @roman_garev

      Merci je me disais bien que qu’il y avait une incohérence, et je doute que les USA ont donné leur accord à l’Inde pour acheter des sytèmes d’armes russes vu qu’ils ont aussitôt menacés de sanctions.


    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 11 octobre 12:13

      @Matlemat
      C’est James Mattis, le secrétaire à la défense US, qui aurait imposé une dérogation concernant le S-400 pour l’Inde au nom de la préservation de la collaboration militaire entre ces deux pays.


    • roman_garev 11 octobre 13:34

      @Matlemat
      « je doute que les USA ont donné leur accord à l’Inde ».


      Mais oui, ils n’ont donné aucun accord. Les USA sont déconcertés (pour ne pas dire « abasourdis ») par cette décision de l’Inde. Trump vient de menacer l’Inde par des « mesures affreuses », mais cela semble plutôt minable.

    • Matlemat Matlemat 12 octobre 06:11

      @Vincent Verschoore

      James Mattis semble être une personne modérée par rapport à d’autres à Washington qui veulent entrer en conflit avec le monde entier.


    • Matlemat Matlemat 12 octobre 06:15

      @roman_garev

      La Turquie avant, l’Inde aujourd’hui, avec leur échec en Afghanistan plus personne ne peut nier aujourd’hui que les américains ne dominent pas l’Asie.


  • sls0 sls0 11 octobre 12:31

    Si conflit Chine/USA il y aura ce sera coté Chine.

    Un soumarin chinois qui émerge à 2300m d’un porte-avions US du coté du Japon. Des missiles chinois qui interdisent l’approche des cotes aux porte-avions.
    Quid de la supériorité aérienne US.
    Le talon d’Achille US c’est sa dépendance aux sattelites, les chinois savent les démolir. Sans compter qu’en EMP non nucléaire ils sont fortiches les chinois.
    Coté missiles de défense les chinois sont bien dotés.

    Bien sûr que les chinois dépensent moins mais il le font intelligement. Ils se préparent à une défense et non une invasion. Bien sûr qu’ils n’ont pas de porte avions, ils n’ont pas encore de route maritime à protéger ou envie de se projeter.
    Ils ont beaucoup plus de frégates que les USA, c’est anti soumarin, avions et bateaux, la défense quoi.
    Il ont le même nombre de soumarin. Bien sûr qu’il ne sont pas tous stratégiques ou nucléaire. Un diésel est plus silencieux pour les porte-avions.

    Pour moi hors nucléaire les USA n’ont plus les moyens de se frotter aux Chinois coté Chine.


  • sls0 sls0 11 octobre 12:51

    Si conflit Russie/USA il y aura ce sera coté Europe.

    Les russes dépensent beaucoup moins mais intelligement.
    Jusqu’à 600km de leur frontière ils sont très dangereux si on les attaque.

    Ce n’est pas quelques excités polonais ou ukrainiens qui feront basculer.

    Scipion a cherché la faiblesse de la force d’Hannibal. Russes et Chinois font la même chose avec les USA.

    A part l’ile de la Grenade, depuis la seconde guerre mondiale pas trop de réussites coté US, en Afganistan il ne tiennent que quelques poches, l’Irak fait ami-ami avec l’Iran.
    Dans l’US army les suicides font plus de victimes que les guerres, bonjour le morale.

    • roman_garev 11 octobre 13:38

      @sls0
      « Jusqu’à 600km de leur frontière ils sont très dangereux si on les attaque. »


      Jusqu’à seulement 600 km, vous dites ? C’est que vous connaissez exactement la portée des nouveaux missiles des Iskanders installés à Kaliningrad et elle ne dépasserait pas 600 km ? J’applaudis à votre optimisme...

    • sls0 sls0 11 octobre 15:27

      @roman_garev
      Je parlais de force de projection.

      C’est normalement une stratégie de défense mais dans le cas d’une contre attaque, 600km de projection sans problème malgré que ce soit axé sur la défense. Contre attaque, 600km, des américains hésitants, négociations. C’est pas poutinien ça ?
      Qu’est-ce qu’il y a en face ? La seule armée pas trop pitoyable est l’armée française.
      Avec leurs missiles et brouillages ils ont la maitrise du ciel maintenant. Leurs chars pourront foncer.

      C’est quoi l’Europe pour les USA ? Une pute bien docile qu’on exploite. Elle serait franchement gênante si elle reprendrait sa liberté.
      Si leur pute se fait taper dessus vont ils bouger ? Sachant que l’Europe suite à sa dérouillée serait pas trop chaude de se rapprocher de la Russie, la hantise des USA.
      Quand on voit l’attitude US vis à vis de ses alliés de l’OTAN on peut se poser des questions.

  • Ruut Ruut 13 octobre 06:13
    Il ne restera plus que les armes orbitales....


Réagir