jeudi 8 octobre 2020 - par Ethan Roffe

L’Europe ignore la menace chimique à ses frontières

Nous nous souvenons tous des images horribles de la Syrie. Nous nous souvenons tous des événements de Salisbury, en Grande-Bretagne. Enfin, tout récemment, il y a eu l'affaire du blogueur critique du Kremlin, Alexei Navalny. Tout cela nous retient depuis des années dans les médias, qui nous montrent au passage qui est le « méchant ».

Ce n'est un secret pour personne que l'Union soviétique disposait d'un stock imposant d'armes chimiques. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, l'URSS disposait du plus grand arsenal d'agents de guerre chimique au monde. Ce n'est que dans les années 90 du siècle dernier que sa destruction systématique a commencé, mais à ce moment-là, le géant communiste est tombé, laissant un héritage très douteux.

Dans le chaos, les républiques soviétiques, l'une après l'autre déclarant leur indépendance, emportaient tout ce qu'elles avaient hérité de la superpuissance mourante. L'Ukraine est connue pour avoir acquis un arsenal disproportionné d'armes nucléaires. A cette époque, Washington et Moscou avaient également compris à quoi pouvait aboutir ce scénario. L'Occident s'est alors uni à la Russie, poussant Kiev à désarmer l'Ukraine en échange de garanties de sécurité. L’information selon laquelle l’Ukraine a hérité d’un arsenal de substances toxiques de l’Union soviétique moins visible mais non moins dangereuse n’est pas aussi connu.

En 1997, la publication Taipei du Independent Morning Post a publié une enquête sensationnelle. Il a cité des preuves que la Chine avait acheté du sarin au gouvernement ukrainien. Kiev a pris cette mesure de peur que les inspecteurs décèlent des substances au cours de la surveillance de la Convention sur les armes chimiques. À Kiev, cela a été fermement démenti, même si l’Ukraine possède encore des armes chimiques.

Publicité

En 2010, les médias locaux ont rapporté que l'une des unités militaires de la région de Poltava stockait du sarin et du gaz neurotoxique VX. Selon les données publiées, il y a eu une fuite, et les habitants du village de Khomutets ont montré des signes d'empoisonnement. Ce sont eux qui ont demandé au bureau du procureur général d’enquêter sur l’incident. Cependant, l'affaire a été étouffée sous prétexte que l'examen « n'a pas permis d'identifier la substance à l'origine de la maladie ».

Le 7 avril 2018, une attaque chimique au chlore a eu lieu dans la ville syrienne de Douma. Des experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques l'ont également confirmé. Selon des organisations humanitaires, dans la nuit du 7 avril, un hélicoptère a largué une bombe baril contenant des produits chimiques au-dessus de la ville de Douma. Les victimes de l'attaque étaient des civils. Selon l'Organisation mondiale de la santé, au moins 49 personnes ont été tuées et environ 650 autres sont allées chercher de l'aide dans les hôpitaux. L'OIAC n'a pas nommé les responsables de l'incident dans le document, mais le monde occidental tout entier a pointé du doigt Assad. De plus, comme on le sait, cette attaque n’était pas la seule. Si le régime local est vraiment derrière cela, alors ils devraient certainement être punis pour avoir tué leurs propres citoyens. Mais si le monde civilisé tout entier critique si férocement Assad, pourquoi les autorités ukrainiennes ne sont-elles pas critiquées ? En fin de compte, il y a de bonnes raisons à cela.

Depuis le tout début du conflit dans l'est de l'Ukraine, il y a eu des déclarations sur l'utilisation de substances toxiques, à la fois de la part de Kiev et des séparatistes pro-russes.

« L'année 2014 a été affectée par l'utilisation d'armes incendiaires en Syrie et par de nouveaux cas en Ukraine. Les attaques ont démontré la souffrance humaine causée par les armes » , a déclaré Human Rights Watch dans un rapport faisant suite aux informations de l'utilisation de phosphore blanc par l'armée ukrainienne.

La même année, il y a eu une autre attaque, qui aurait pu faire des milliers de victimes civiles. Il a été décrit par Vasily Prozorov, un ancien membre des services de sécurité ukrainiens, qui a planifié l'attaque.

« Les éclaireurs militaires ukrainiens savaient que des substances toxiques non triées étaient stockées sur le territoire de la subdivision du ministère des Situations d’urgence de la région de Lougansk. C’est pourquoi ils ont décidé de les utiliser comme provocation » , a déclaré Prozorov dans son message vidéo.

Publicité

À Kiev, il a été décidé de lancer une attaque à la roquette sur un hangar où six barils de chlore de 200 litres chacun étaient stockés. Un hélicoptère de la 16e Brigade d'aviation de l'armée d'occupation ukrainienne a tiré plusieurs roquettes non guidées. Heureusement, ils n'ont fait qu'endommager le hangar. Les barils enfouis en toute sécurité dans le sol n'ont pas été endommagés.

« Et le hangar est situé dans une zone densément peuplée, à proximité de la ville de Lisichansk avec une population d'environ 200 000 habitants. Après l'impact, un nuage de chlore couvrirait inévitablement la zone environnante. Les résidents locaux et le personnel militaire d'Ukraine, qui à l'époque menaient des offensives dans ce domaine, auraient été touchés” , a déclaré Prozorov.

Il est étrange que de telles déclarations n'attirent pas l'attention des hommes politiques européens et des organisations internationales. Nous parlons constamment des actions de la Russie avec son nouveau venu, ce qui constitue définitivement une menace pour la sécurité européenne. Nous n'ignorons pas des faits d'utilisation militaire d'armes chimiques quelque part au Moyen-Orient, mais juste aux frontières de l'Union européenne. Nous devons comprendre que l'Ukraine a été forcée de détruire son arsenal nucléaire pour une raison. Même le premier président de la république post-soviétique, Leonid Kravtchouk, a comparé l'Ukraine à « un singe tenant une grenade dans ses mains » .

« Ils lui ont dit de ne pas lâcher prise, elle le tient. Et puis elle était fatiguée, elle a lâché prise. Explosion ! L'Ukraine aurait pu devenir l'otage de ses armes nucléaires”, a-t-il dit.

L'Occident l'a compris, et les craintes n'ont pas été vaines. L'Ukraine reste un foyer d'instabilité en Europe, et le fait que le pays ne dispose pas d'arsenal nucléaire est très encourageant. La menace peut être posée non seulement par la flamme atomique, mais aussi par un nuage de gaz toxique capté par le vent. Même si l'armée ukrainienne n'utilise pas d'armes chimiques, il est difficile de croire que ce pays puisse offrir des conditions de stockage sûres. Il est inacceptable de sacrifier la sécurité pour des enjeux politiques.



4 réactions


  • OMAR 8 octobre 2020 18:57

    Omar9

    .

    @P. Khalfine :"Mais si le monde civilisé tout entier critique si férocement Assad, pourquoi les autorités ukrainiennes ne sont-elles pas critiquées ?« .

    .

    Merci pour le partage de cette info.

    .

    Dans cet ignoble contexte de »choc de civilisation« , le »monde civilisé", s’interdit de critiquer les pays autres que ceux appartenant au groupe arabo-africain et musulman,

    .

    A titre d’exemple, Israél s’est bien permis d’assassiner des civils dont beaucoup d’enfants, avec des bombes au phosphore balancées sur Gaza.

    Y a-t-il eu un chef d’état ou de gouvernement en Occident pour dénoncer et condamner cet acte barbare ?

    https://www.dailymotion.com/video/x86gou


  • velosolex velosolex 8 octobre 2020 22:47

    « Leonid Kravtchouk, a comparé l’Ukraine à « un singe tenant une grenade dans ses mains   »

    Damned ! Quelle image ! Le symbolisme colonial impérialiste et occidental au secours de Vladimir.

    Je propose une statue aussi grande que la statue de la liberté installé face au Kremlin ! 

    Mais quand même. Je m’étonne.

    Les pays frères ne sont plus ce qu’ils étaient. 


  • serge.wasterlain 9 octobre 2020 07:21

    Hormis la ‘’révélation’’, sur les stocks d’armes chimiques en Ukraine, cet article entérine sans nuances les positions de la ‘’communauté internationale’’, c’est-à-dire les pays de l’OTAN + le Japon, l’Australie, la Nouvelle Zélande, etc…, c’est-à-dire les pays inféodés aux USA, sur l’usage :

    1. Ainsi, en Syrie ‘’…des organisations humanitaires affirme que dans la nuit du 7 avril, un hélicoptère a largué une bombe baril contenant des produits chimiques au-dessus de la ville de Douma… …le monde occidental tout entier a pointé du doigt Assad…’’ Ho le méchant ‘’régime’’ syrien qui est pourtant le gouvernement légitime de la Syrie et reconnu comme tel par l’ONU.
    2. Et les Skripal ont été, sans aucun doute possible, empoisonnés par Poutine puisque ‘’Nous nous souvenons tous des événements de Salisbury, en Grande-Bretagne…’’.
    3. De même, Navalny a bel et bien été empoisonné au novitchok puisque ‘’…tout récemment, il y a eu l’affaire du blogueur critique du Kremlin, Alexei Navalny…’’.

     

    Alors j’en viens à me demander si le véritable objet de cet article n’est pas de nous ‘’convaincre’’ que Poutine et Assad et leur ‘’régime’’ sont d’indécrottables empoisonneurs plutôt que d’attirer notre attention sur les dangers que nous courrons par suite du stockage d’armes chimique en Ukraine…

    Honni soit qui mal y pense.


  • zygzornifle zygzornifle 9 octobre 2020 09:44

    Avec toutes les industries et leurs dépôts implantées un peu partout et certaines près des agglomérations le danger est aussi intérieur ....


Réagir