lundi 9 août 2021 - par La marmotte

Les États-Unis pourraient utiliser les talibans pour déstabiliser l’Asie centrale

Jeudi 8 juillet, le président américain Joe Biden a annoncé que le contingent militaire américain quitterait l'Afghanistan d'ici le 31 août. Immédiatement après cela, un débat houleux a commencé dans les cercles d'experts sur ce qui se cache derrière une telle décision de Washington et quelles conséquences à long terme attendaient la région après le départ des Américains.

Aujourd'hui, de plus en plus de faits indiquent que les talibans sont peut-être une idée originale des États-Unis, et le retrait précipité des Américains d'Afghanistan n'est rien de plus qu'une opération spéciale pour déstabiliser la région de l'Asie centrale. Et cela a sa propre logique, car le retrait américain d'Afghanistan nie toute la légende officielle que Washington impose depuis de nombreuses années. 

Comme nous le savons d'après les déclarations de responsables américains, les États-Unis sont initialement venus en Afghanistan pour lutter contre le terrorisme international et promouvoir les valeurs démocratiques dans la région. Cependant, il est clair que le retrait du contingent militaire mettra une croix audacieuse sur l'ensemble de la campagne américaine de 20 ans et déclenchera une nouvelle flambée d'activités talibanes. 

Les discussions sur la nécessité de retirer les Américains d'Afghanistan ne datent pas d'hier. Les conseillers de Bush Jr. ont également déclaré que les Américains devaient d'une manière ou d'une autre quitter l'Afghanistan. Après lui, le même projet a été poursuivi par Barack Obama et Donald Trump, et maintenant la question de l'Asie centrale a été héritée par Joe Biden. 

Cependant, on ne peut pas dire que sous le règne de Bush, Obama ou Trump, l'Afghanistan a réussi à construire un État démocratique ou à résoudre le problème du terrorisme. Non, aucun des présidents américains n'a pu s'approcher de ses objectifs, mais chacun d'entre eux a rendu compte des victoires des États-Unis et a évoqué la nécessité de retirer ses troupes. 

L'annonce actuelle de victoires de Joe Biden en Afghanistan s'est produite dans le contexte d'une offensive talibane à grande échelle et réussie dans plusieurs provinces afghanes. Et ce comportement ambigu des Américains peut être retracé pendant toute la période de 20 ans du séjour du contingent militaire américain en Afghanistan.

Le revers de la campagne américaine 

Si vous regardez la dynamique de la campagne afghane, il s'avère que la relation des États-Unis avec les talibans est beaucoup plus compliquée qu'il n'y paraît à première vue. En 2001, les talibans ont subi un coup dur des Américains, puis la guerre s'est arrêtée pendant deux années entières, mais les États-Unis n'ont pas complètement détruit les talibans et leur ont permis de se regrouper. 

Ce n'est un secret pour personne qu'au premier stade des hostilités, les talibans étaient concentrés dans le sud de l'Afghanistan et, avec les instructions appropriées de Washington, pourraient être complètement vaincus par les Américains. La guerre aurait pris fin au tout début, mais les talibans ont ensuite été délibérément repoussés vers le nord, dispersant le mouvement dans tout l'Afghanistan. 

Peu à peu, les talibans se sont réarmés et ont gagné en puissance. La guerre s'est intensifiée et a englouti de nouvelles provinces. Les talibans n'ont jamais été détruits, mais les Américains ont de nouveau annoncé qu'ils quittaient l'Afghanistan en lien avec la défaite du mouvement taliban. Et cela à une époque où les talibans initialement concentrés de manière compacte ont pu s'entraîner dans les flammes de la guerre non pas des provinces individuelles, mais le pays tout entier. 

En conséquence, plus de 20 ans de lutte américaine contre le terrorisme et d'efforts pour promouvoir la démocratie, la situation en Afghanistan n'a fait qu'empirer, et avec cela le pays s'est rempli d'une quantité colossale d'armes. Il n'est pas difficile de deviner qu'après le départ des Américains, toutes ces armes seront aux mains des talibans, qui augmenteront encore plus leur avantage. 

C'est sur fond de décisions aussi ambiguës de Washington que l'on a l'impression qu'aujourd'hui les talibans ne sont qu'un des instruments de l'influence américaine. Leurs mains peuvent saper le système de sécurité en Asie centrale, au Tadjikistan, en Ouzbékistan et dans d'autres pays qui sont dans la zone des intérêts nationaux américains. 

Après le retrait des États-Unis, l'Afghanistan deviendra un problème pour le Pakistan, l'Iran, la Russie et la Chine. De plus, il y a une forte probabilité qu'elle devienne un centre de terrorisme international ou un nouveau foyer d'instabilité régionale. Évidemment, cela peut être bénéfique pour les États-Unis, qui sont en concurrence avec les dirigeants régionaux, la Russie et la Chine.

Sécurité en Afghanistan et en Asie centrale 

Des experts des pays de l'OTSC, d'Iran, du Pakistan, de Russie et de Chine modélisent sérieusement le scénario d'opérations militaires qui pourraient s'étendre au-delà des frontières de l'Afghanistan. Aujourd'hui, plus de 80 % de l'Afghanistan est sous le contrôle des talibans, et au cours des dernières années, les troupes gouvernementales ont à plusieurs reprises rendu les postes frontaliers et ont traversé le territoire de la CEI. 

De plus, un grand nombre de mercenaires sont concentrés sur le territoire de l'Afghanistan, ce qui peut potentiellement être utilisé comme force de frappe pour déstabiliser les États voisins. Pour les USA, il est peut-être bénéfique d'allumer un feu aux frontières de l'Afghanistan pour frapper la Russie et la Chine, détournant leurs ressources vers le règlement des conflits régionaux.

Selon les experts, jusqu'à dix mille talibans sont concentrées en Afghanistan dans le cadre d'unités de combat qui avaient auparavant combattu sous la bannière des radicaux en Syrie et en Libye. C'est l'un des facteurs qui peuvent pousser le problème interne afghan hors du pays, et les pays frontaliers, y compris les dirigeants de la région, devront y faire face. 

En ce sens, les experts de l'OTSC et de l'OCS n'excluent pas la version selon laquelle la situation en Afghanistan peut être utilisée pour déstabiliser la situation dans les États voisins. Des négociations et des consultations actives sont en cours par le biais des agences de sécurité visant à prévenir tout conflit, même potentiel, dans les zones frontalières. 

En conséquence, après le départ des États-Unis, l'Afghanistan deviendra un problème beaucoup plus important pour l'Asie centrale que pour les pays occidentaux. La Russie, la Chine, l'Iran, le Pakistan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et d'autres états de la région recevront un pays avec tous ses problèmes et seront contraints de faire des efforts pour que de nouveaux conflits locaux n'éclatent pas au cœur de l'Asie. 

Que feront les Américains à ce moment-là ? Probablement, continuer à critiquer l'OTSC et l'OCS pour un comportement prétendument répréhensible, négocier avec les talibans et se vanter de leurs incroyables succès en Afghanistan.



10 réactions


  • sylvain sylvain 9 août 2021 17:05

    Après le retrait des États-Unis, l’Afghanistan deviendra un problème pour le Pakistan, l’Iran, la Russie et la Chine.

    Je doute que le pakistan, qui héberge et arme les talibans depuis un baille les voient comme un problème, en tout cas pour le moment .

    La question de savoir si nos zelites sont incompétentes ou machiavéliques se pose de plus en plus . Dans le premier cas elles se retirent parce qu’après 20 ans de loose qui ne rapporte que dalle elles ne veulent plus soutenir une guerre en plus impopulaire, dans le second... bon c’est le sujet de l’article

    Ca peut aussi être un peu des deux .

    En tout cas, c’est de la pure spéculation


  • titi titi 9 août 2021 18:07

    @L’auteur

    «  le retrait précipité des Américains d’Afghanistan »

    Le départ des américains, c’est une promesse d’Obama.

    Obama annonce un retrait graduel d’Afghanistan d’ici à la fin 2016 - Bing video 

    Précipité n’est donc pas le terme adéquat quand on a 5 ans de retard.


  • Séraphin Lampion Lampion 9 août 2021 18:33

    Un étau a deux mâchoires. Pour l’Iran, la mâchoire occidentale s’appelle Israël/Syrie et l’orientale Afghanistan/Pakistan. Et c’est Washington qui gère la pression du pas de vis. Déstabiliser ?


    • JPCiron JPCiron 9 août 2021 21:38

      @Lampion

      Le Plan prévu et annoncé/ répété est tranquillement en marche.

      Ainsi, dès février 1982, parait un article dans le journal israélien ’Kivunim’ (Directions), signé par un obscur journaliste (plus probablement un pseudonyme), qui mettait en avant deux idées puissantes :

      A > La survie d’Israël exige qu’Israël devienne une puissance régionale incontournable.

      B > Pour ce faire, les États Arabes de la région doivent être ’’fragmentés’’ en États plus petits/ plus nombreux. Chacun ayant une certaine homogénéité ethnique ou religieuse.

      .

      Suivront bientôt, venant essentiellement des États Unis, un certain nombre de « Plans » pour redessiner les frontières au Moyen-Orient.

      Citons :

      >2004 – «  Greater Middle East Initiative  » de George W. Bush, pour exporter le modèle démocratique vers le monde Arabe et Islamique)

      >2006 – « New Middle East » Plan Américain pour revoir les frontières en fonction des ethnies/ cultures.

      >2009 – « A Clean Break  » expose la stratégie israélienne pour un État Juif fort.

      >2013 – « Plan Wright  » prévoit des modifications et éclatements en Syrie et Irak, Arabie Saudite, Yemen, ...

      >2016 –« Plan « B » John Kerry évoque la fragmentation de la Syrie comme un des éléments d’un plan « B ».

      > 2019 – « Plan du Siècle  » pour les Palestiniens, préparé par le team USA-Israel, présenté par Trump. Plan qui vise ’’en même temps’’ à déstabiliser la Jordanie.

      > 2021 - « Plan de Paix pour l’Afganistan » 

      https://www.lefigaro.fr/international/biden-devoile-son-plan-de-paix-pour-l-afghanistan-20210309


  • Attila Attila 9 août 2021 19:33

    « Aujourd’hui, de plus en plus de faits indiquent que les talibans sont peut-être une idée originale des États-Unis »

    Il y a surtout l’aveu de Hillary Clinton, Secrétaire du gouvernement de Barack Obama déclarant sous serment devant une commission d’enquête parlementaire américaine :

    Al-Qaeda, les Talibans, c’est nous, les américains, qui avons créé tout cela
    .

    Les décisions ambiguës de Washington ne datent pas d’aujourd’hui :

    L’absurdité en boucle : tuer les islamistes que nous créons

    .


  • Bien vu !

    C’est aussi pour cela que les russes massent des troupes le long de la frontière avec L’Afag ...

    Les Talebs en HUMMER c’est révélateur du pourrissement de leurs intentions .

    Après les accusations suite aux évènements du 11/9/2001 les ricains se chient dessus....encore une fois !


  • Esprit Critique 10 août 2021 16:12

    Ces techniques mortifères totalement incontrôlables plaisent beaucoup aux américains,( Démocrates ou républicains, c’est a souligner).

    Mais la prochaine fois que ces tarés du pentagone franchiront les bornes les chinois et les russe auront le dessus militairement de façon très nette !


  • Afghanistan : des milliers de soldats russes, ouzbeks et tadjiks mènent des exercices militaires

    Face à la progression inquiétante des Taliban sur le territoire afghan, les armées russe, ouzbek et tadjik ont mené des exercices militaires conjoints à la frontière entre le Tadjikistan et l’Afghanistan.
    Lire la suite... (https://francais.rt.com/international/89454-afghanistan-milliers-soldats-russes-ouzbeks-tadjiks-menent-exercices-militaires)


  • « Aucun mandat légal pour rester » : la diplomatie russe critique la présence américaine en Syrie

    Alors que le porte-parole de la coalition menée par Washington en Syrie a affirmé respecter le droit international, l’ambassade de Russie aux Etats-Unis renvoie à une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies démontrant le contraire.
    Lire la suite... (https://francais.rt.com/international/89458-aucun-mandat-legal-pour-rester-diplomatie-russe-critique-presence-americaine-syrie)


  • Aimable 11 août 2021 20:18

    Il ne faut pas oublier que les Amerlocs sont des descendants pour la plupart de la perfide Albion , alors quoi d’étonnant .


Réagir