mardi 25 octobre 2022 - par Sylvain Rakotoarison

3 motions de censure pour le prix de 2 articles 49 alinéa 3 !

« [L'article 49 alinéa 3], c’est une décision lourde, qu’aucun gouvernement ne prend à la légère. Ce n’est pas une facilité, mais dans des temps aussi troublés, cette décision s’imposait. Car je veux le rappeler ici, devant les représentants de la Nation : le contexte est grave. » (Élisabeth Borne, le 24 octobre 2022 devant l'hémicycle).

Le 24 octobre 2022, la Première Ministre Élisabeth Borne a explicité la gravité de la situation : « À nos portes, la guerre fait rage en Ukraine. Et les conséquences de ce conflit sont palpables dans la vie quotidienne de chacun, quand les prix de certains produits s’envolent, quand on doit remplir sa cuve de fioul, quand les inquiétudes pour passer l’hiver nous invitent à la sobriété. L’inflation que certains avaient remisée dans les livres d’histoire est à nouveau là. Elle pèse sur le pouvoir d’achat, même si les Français sont les citoyens les mieux protégés d’Europe. (…) Ce contexte, ces crises, c’est le quotidien de nos compatriotes. Ce sont donc les préoccupations de mon gouvernement, et je sais qu’elles sont largement partagées sur les bancs de cet hémicycle. Dire cela ne signifie pas que la gravité de la situation imposerait une solution unique, que seul le gouvernement serait dans le vrai, que toutes les propositions différentes ne seraient pas à la hauteur. Dire cela, mesdames et messieurs les députés, c’est rappeler que nous avons collectivement l’obligation d’agir et d’apporter des réponses aux Français. Car les inquiétudes ou les angoisses ne peuvent que nourrir les populismes de tout bord. Face aux crises, l’efficacité de l’action publique, de l’État, est la première réponse à la tentation des extrêmes. Je ne rejetterai jamais une option par principe ou par tactique. Je l’examinerai toujours au prisme de la justice, de l’efficacité et de la cohérence. Ce sont mes principes, c’est la ligne de mon gouvernement. C’est au regard de ces fondamentaux que nous avons considéré qu’il était nécessaire d’engager la responsabilité de mon gouvernement. Les oppositions nous l’avaient dit il y a quelques semaines, quand j’avais reçu les présidents de groupes ; elles l’ont confirmé après plus de cinquante heures de débat dans cet hémicycle : elles refuseraient de voter un texte, quel qu’il soit. Nous ne pouvions pas laisser la France sans budget et les Français sans protection. ».

Effectivement, le mercredi 19 octobre 2022, la Première Ministre Élisabeth Borne est montée à la tribune de l'Assemblée Nationale pour annoncer sa décision d'engager la responsabilité de son gouvernement pour la première partie du projet de loi de finances pour 2023, selon l'article 49 alinéa 3 de la Constitution. Peu après, le lendemain, le jeudi 20 octobre 2022, elle l'a également appliqué pour la troisième partie du projet de loi du financement de la sécurité sociale pour 2023.

Ces deux décisions ne sont ni surprenantes ni scandaleuses, contrairement à ce qu'essaient de faire croire les oppositions, mais c'est de bonne guerre, chacun sur ses positions. Il n'y a rien d'antidémocratique de mettre en pratique un article (originel) de la Constitution qui a été ratifié le 28 novembre 1958 par le peuple français avec une très large majorité (82,6% des suffrages exprimés, et si l'on prend seulement par rapport aux inscrits, cela fait quand même les deux tiers, 65,9% des inscrits : on oublie un peu trop que cette excellente Cinquième République a été plébiscitée par le peuple, au contraire de la Quatrième République qui a dû s'y reprendre avec deux Constituantes pour aboutir laborieusement, par défaut et lassitude, à un texte à peine passable).

Il faut être logique : le gouvernement ne bénéficie pas de la majorité absolue à l'Assemblée Nationale, tout texte susceptible de recueillir plus de votes contre que de votes pour a pour vocation de ne pas être adopté sans cette procédure qui visait justement à permettre à un gouvernement ne bénéficiant que d'une majorité relative de quand même gouverner (Michel Debré pensait d'ailleurs que cette configuration serait la règle générale, alors qu'elle n'est intervenue que trois fois sur les seize législatures : en 1958-1962, en 1988-1993 et depuis 2022).

Cette utilisation de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution a été très souvent utilisé au cours de l'histoire, 92 fois depuis 1958, dont 4 fois par Michel Debré, 6 fois par Georges Pompidou, 8 fois par Raymond Barre, 7 fois par Pierre Mauroy, 4 fois par Laurent Fabius, 8 fois par Jacques Chirac, 28 fois par Michel Rocard, 8 fois par Édith Cresson et 6 fois par Manuel Valls, les plus gros contributeurs (supérieur ou égal à 4 fois), et il y a peu de doute qu'Élisabeth Borne, dans quelques années, en fera partie aussi.

La seule grande différence depuis la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008, et elle est vraiment de taille, c'est la limitation à un texte par session hors textes PLF et PLFSS (finances et financement de la sécurité sociale). Élisabeth Borne ne pourra donc pas user 28 fois de cette pratique comme l'a fait Michel Rocard en trois ans, lui aussi confronté à un gouvernement sans majorité absolue. Il faudra donc que le gouvernement choisisse avec justesse "le" texte qui pourra jouir de ce joker constitutionnel au cours de la session.

Il faut bien comprendre que pour le PLF et le PLFSS, le gouvernement était obligé de brandir le 49 alinéa 3 s'il voulait qu'il y ait un budget pour l'année 2023 et il le fera sans aucun doute pour 2024, 2025, etc. Rappelons que nos institutions, grâce à cet outil savamment étudié par les constitutionnalistes gaulliens de l'été 1958, évitent ainsi le risque récurrent de "shutdown" (blocage) à la suite d'un désaccord entre gouvernement et parlementaires, phénomène relativement courant le mois de janvier aux États-Unis, à savoir, l'arrêt de tous les services publics (et l'arrêt des versements des salaires de tous les fonctionnaires fédéraux, de toutes les subventions, aides, allocations et financements divers) tant que le budget de l'année qui commence n'est pas voté par le Congrès ! Entre 1976 et 2019, il y a eu 19 "shutdown" dont le plus long a duré trente-cinq jours.

La seule possibilité pour l'opposition de revenir au vote sur le texte en question est de déposer une motion de censure dans un délai de 48 heures. Trois motions de censure ont été déposées, deux par la Nupes pour les deux utilisations de l'article 49 alinéa 3 et une par le RN pour la première utilisation de l'article 49 alinéa 3 (l'absence de second motion de censure par le RN s'apparente donc plutôt à de la paresse intellectuelle). Ces trois motions de censure ont donc été discutées l'après-midi de ce lundi 24 octobre 2022 et aucune n'a recueilli le nombre de voix nécessaire pour être adoptée, à savoir 289 voix.

La première motion de censure (de la Nupes) a été défendue par la présidente du groupe écologiste Cyrielle Chatelain qui n'a pas hésité à faire une double démagogie à deux balles, avec cette envolée significative : « Votre budget donne un chèque en blanc aux plus riches, alors qu'ils polluent huit fois plus (…) que les 50% des Français les moins riches. ». En effet, fustiger les riches (alors qu'Élisabeth Borne a rappelé que c'était complètement faux, ce budget protégeait tous les Français et d'abord les plus modestes, pas les plus riches) et fustiger la trop grande timidité en matière écologique (alors que les Français au contraire vont déjà être très contraints par les lois en vigueur) sont simplement les fonds de commerce de cette gauche qui a désappris à gouverner et qui s'est installée durablement dans la protestation stérile.

_yarti3MotionsCensure02

Quant à la motion de censure présentée par Marine Le Pen, la démagogie, l'outrance et la pauvreté de l'argumentation politique (ce qui est récurrent chez elle) sont observées : « En s’entêtant à exercer la fonction de cette manière, selon un logiciel dépassé, le Président prend le risque de conduire le pays au blocage. Lorsqu’il aura épuisé son droit de tirage du 49.3, il exposera le pays à une crise politique, voire, compte tenu de la défiance qui s’exprimera probablement alors, à une crise de régime. (…) Emmanuel Macron ne peut ignorer cette règle d’airain : quand l’article 49.3 n’est pas utilisé pour mettre un terme à une obstruction parlementaire, mais seulement pour interdire le droit d’amendement du Parlement, il a pour effet immédiat d’user le pouvoir qui s’en sert. Vos 49.3 jumeaux sont de ceux-là ; ils ne sont pas brandis du fait d’un blocage de l’opposition, elle n’a jamais cessé de délibérer loyalement, mais comme la marque d’un refus du gouvernement de discuter, de rechercher des compromis et de composer. (…) Avec deux 49.3 en deux jours, dès les premières discussions, ce mandat à peine commencé a déjà pris les allures d’une fin de règne. Une minorité présidentielle en plein doute, un exécutif barricadé dans ses certitudes, un gouvernement qui considère toute concession comme une capitulation, et plus généralement un régime qui n’a pas compris que quelque chose s’était passé il y a quatre mois : force est de constater que le pouvoir refuse toujours d’admettre qu’il a été institutionnellement invité à changer sinon de nature, du moins de comportement. Voilà la triste épopée solitaire d’un gouvernement usé avant d’avoir servi. (…) Je le dis, pour que personne, même en haut lieu, ne se méprenne : au Rassemblement national, nous ne craignons pas les menaces de dissolution. ». Comme on le voit, rien de constructif dans l'intervention très politicienne de la présidente du groupe RN, ce que les Français détestent le plus de leur classe politique, posture politicienne.

La Première Ministre Élisabeth Borne, dans sa réponse, a rappelé que voter la motion de censure, c'était d'abord refuser beaucoup d'aides que le gouvernement a proposées aux Français souvent les plus modestes : « Que nous reprochez-vous exactement ? Serait-ce d’avoir mis en place un bouclier tarifaire sur les prix du gaz et de l’électricité ? Ce bouclier tarifaire, c’est la mesure la plus protectrice d’Europe pour les ménages, les très petites entreprises et les plus petites communes. (…) Ce PLF étend à tous les producteurs d’électricité le dispositif qui permet de récupérer les marges exceptionnelles dégagées du fait des prix anormalement élevés. Contrairement à ce que j’ai pu lire et entendre, les énergéticiens seront bien mis à contribution. Ce nouveau dispositif, ce sont 7 milliards d’euros qui reviendront aux ménages, aux entreprises, aux collectivités. Pourquoi ne pas le dire ? Pourquoi ne pas vouloir reconnaître que nous faisons ce que vous faites semblant de réclamer à cor et à cri ? Voilà une nouvelle preuve que la Nupes et le RN surjouent la posture ! ».


Elle a regretté qu'aucune marge de compromis n'ait pu être construite avec la Nupes à cause des postures politiciennes : « Manifestement l’insoumission a gagné la partie, ne laissant pas de place à la construction et continuant à vivre dans un pays alternatif : celui où Jean-Luc Mélenchon serait parvenu au second tour de la présidentielle, qu’il aurait d’ailleurs gagnée, celui où des centaines de milliers de militants auraient été dans la rue il y a dix jours derrière leur grand leader. ».

Elle a aussi répondu à la démagogie écolopopuliste de Cyrielle Chatelain : « Le dérèglement climatique n’est plus un débat de scientifiques. C’est une réalité vue, perçue, ressentie par chaque Français. Mais peut-on sérieusement, madame la présidente Chatelain, laisser croire que ce gouvernement serait responsable du dérèglement climatique à l’échelle de la planète, ainsi que des incendies en Gironde l’été dernier ? ».

Quant à l'extrême droite, Élisabeth Borne n'a pas hésité non plus à ironiser sur elle : « La seconde motion de censure, présentée par le Rassemblement national, dissimule mal, derrière une apparence de sérieux, le simplisme, l’outrance et des fondamentaux idéologiques qui n’ont pas bougé depuis cinquante ans. Alors, vos leçons de démocratie, madame Le Pen, je les trouve tout simplement indécentes. (…) Ce que vous visez, c’est le désordre et la discorde, au prix d’une alliance contre nature avec la Nupes ! ».

Car, oui, le RN a décidé de voté aussi la motion de censure déposée par la Nupes, ce qui, sur le plan parlementaire, ne changera rien au résultat final, mais sur le plan politique est un acte important qu'a traduit la Première Ministre de cette manière : « La Nupes et le Rassemblement national ont l’un et l’autre déposé une motion de censure, mais je n’imagine pas un instant qu’ils puissent gouverner ensemble. En dépit des différences majeures que je vous connais, je relève dans vos discours respectifs des arguments qui vous sont tristement communs. Ce que je retiens surtout de ces deux textes, c’est que le seul point d’accord entre la Nupes et le Rassemblement national, c’est de vouloir l’échec du gouvernement. Au sein de la Nupes, certains veulent le désordre, ou plus clairement encore le chaos, ils l’affirment et le revendiquent, et le RN pense pouvoir en récolter tranquillement les fruits. Tous espèrent prospérer en bloquant notre action et en misant sur l’échec du pays. J’ai lu attentivement les textes de ces deux motions de censure. J’y retrouve des propos parfois sans lien aucun avec le projet de loi de finances. (…) J’ai entendu madame Le Pen se rallier à la motion de censure de la Nupes. Est-ce à dire qu’une alliance peut se passer de valeurs communes, de convictions partagées et d’ambitions convergentes ? Est-ce un gouvernement où sur les bancs des ministres, siégeraient côte à côte dans cette assemblée madame Le Pen, madame Panot, madame Chatelain, monsieur Bardella, monsieur Vallaud et monsieur Chassaigne que vous proposez aux Français ? ».

Et la conclusion a sonné comme la fin de la récréation : « La vie parlementaire est faite de moments de débats et de moments de vérité. L’examen de ces motions de censure en est un. Notre position est claire : chercher le dialogue, ne jamais renoncer à l’action au service des Français et donner un budget à la France. ».

Les votes ont été à peu près ce qui pouvait être prévu avant ce débat.

_yarti3MotionsCensure03

La première motion de censure déposée par la Nupes n'a recueilli que 239 voix (scrutin n°358), elle a cependant récolté la convergence des populismes et des extrémismes de droite et de gauche, puisque, au-delà des 148 voix de la Nupes (il a manqué 3 voix écologistes), les 89 députés RN ont voté comme un seul homme pour la Nupes ainsi qu'un député du groupe LIOT (groupe Libertés, indépendants, outre-mer et territoires) et Nicolas Dupont-Aignan (non-inscrit).

La deuxième motion de censure déposée par le RN n'a recueilli que 90 voix (scrutin n°359), 88 du groupe RN (il a manqué une voix RN), Nicolas Dupont-Aignan, et un député FI ! Les autres députés de la Nupes ont refusé de rejoindre le RN dans cette posture de censure.

Enfin, la troisième motion de censure déposée par la Nupes le 20 octobre 2022, discutée en séance de nuit (défendue par le député socialiste Jérôme Guedj, le "tombeur" de l'ancienne ministre Amélie de Montchalin), n'a recueilli que 150 voix (scrutin n°360), uniquement celles de la Nupes (il a manqué une voix écologiste). Pour cette motion de censure, le RN et Nicolas Dupont-Aignan n'ont pas voulu participer à ce scrutin.

Notons également qu'aucun député LR, ni non plus Emmanuelle Ménard, députée non-inscrite de Béziers pourtant proche du RN, n'ont voté pour l'une de ces trois motions de censure ni mêlé leurs voix à celles des populistes. Emmanuel Ménard s'est exprimée en fin de soirée : « Je suis d’accord avec une phrase de la motion de censure déposée par les députés de la Nupes : "les enjeux de santé et de protection sociale appellent un débat approfondi". Ils ont raison, même si je ne partage pas grand-chose d’autre de leur vision de notre société, une vision à sens unique, assortie de toujours plus de droits mais rarement de devoirs, occultant les responsabilités et les obligations qu’induit ce que l’on appelle simplement le civisme. (…) Parce que je combats cette vision candide de la société, je ne voterai évidemment pas la motion de censure. Ce faisant, il ne s’agit évidemment pas d’accorder un blanc-seing au Gouvernement. (…) Entre la démagogie de cette motion de censure et le déni de certaines réalités, il y a, me semble-t-il, la place pour une approche à la fois pragmatique et audacieuse de notre sécurité sociale. ».

Et la Première Ministre a répondu en conclusion du débat de la soirée sur la sécurité sociale, principalement à l'adresse de la Nupes : « Oui, mesdames et messieurs les députés, au-delà des postures, nous aurions pu adopter ensemble un texte. Mais je crois que les députés de la Nupes avaient peur que des débats se nouent et que des majorités se dégagent. Vous aviez peur qu’une discussion de bonne foi sur ce texte, animée par une volonté de compromis, ne fracture votre alliance. Vous avez choisi de préserver l’unité de votre accord politique, plutôt que de chercher l’unité au service des Français. Vous avez préféré nous contraindre à l’utilisation des outils constitutionnels à notre disposition, plutôt que de trouver des points de convergence. Je regrette cette posture. Je la regrette d’autant plus que sur ce texte, ce qui nous rapproche de certains d’entre vous est bien plus important que ce qui nous sépare. (…) Notre rôle est de garantir le financement de la sécurité sociale. Notre rôle est de protéger la santé des Français et notre modèle de solidarité, pas de risquer un rejet de la troisième partie du texte. (…) Avez-vous peur de montrer vos différences d’approche ? Avez-vous peur de prouver, une fois de plus, que vous rejetez par principe tout ce qui émane du gouvernement ? Nous, nous voulons que le débat se tienne et j’espère que nous retrouverons l’esprit de coconstruction qui a guidé les travaux en commission. (…) Nous chercherons toujours le dialogue : notre porte sera toujours ouverte à ceux qui, à droite comme à gauche, croient au dépassement des clivages et veulent construire des compromis. Mais nous ne renoncerons jamais à agir et à trouver des solutions au service des Français ! ».

Comme toujours dans les examens de motions de censure, les députés de l'opposition ont fait de la représentation théâtrale, ont fait dans la grandiloquence absolument stérile, ont fait surtout dans la posture politicienne. Ce qu'ils n'ont pas compris, c'est que les électeurs français, en donnant à Emmanuel Macron une majorité mais seulement relative, n'ont pas seulement imposer au Président de la République de faire de la concertation et de rechercher des compromis, ils l'ont imposé aussi aux groupes de l'opposition, et ceux-là ne l'ont pas compris. La bonne volonté de la Première Ministre Élisabeth Borne marquera date et si elle n'a pas son répondant parmi les oppositions, celles-ci seront le moment venu sévèrement sanctionnées par ces mêmes électeurs qui auront compris que ni la Nupes ni le RN ne recherchent au fond l'intérêt général, mais simplement de faire prospérer leur petit fonds de commerce au risque du chaos national.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 octobre 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
3 motions de censure pour le prix de 2 articles 49 alinéa 3 !
Emmanuel Macron s'exprime sur l'Ukraine et sur la pénurie d'essence : nous devons nous serrer les coudes !
Interview du Président Emmanuel Macron dans "L'Événement" le 12 octobre 2022 sur France 2 (vidéo).
Emmanuel Macron et la menace de la dissolution.
Le point chaud de la rentrée d’Emmanuel Macron : l’énergie.
Conférence de presse du Président Emmanuel Macron le 5 septembre 2022 sur l’énergie.
28 juillet 2022 : jour du dépassement de la Terre.
Le Conseil national de la refondation (CNR).
Le feu sacré d’Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron à Pithiviers.
Pas de session extraordinaire en septembre 2022.
Jacques Attali et Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron persiste et signe !

_yartiXVIeLegislature04
 



32 réactions


  • Lynwec 25 octobre 2022 18:52

    A nos portes.... 2 000 km, c’est tout près, en effet...Quand un article valide une telle déclaration, pas la peine d’aller plus loin dans la lecture...

    Sinon, à vouloir enfoncer des portes ouvertes (un peu loin), nos génies (Mozart de la finance en tête) ont payé le gaz US au prix fort alors que maintenant, ils pourraient l’avoir pour pas (assez) cher (mon fils)...

    https://www.lelibrepenseur.org/le-prix-du-gaz-est-negatif-faute-dacheteurs/

    Le rapport avec trois motions de censure que nos oppositions en carton-pâte ne voteront bien sur pas, c’est le fait de laisser ce qui ressemble très fort à des agents d’une puissance étrangère continuer de détruire notre pays impunément ...


  • Octave Lebel Octave Lebel 25 octobre 2022 20:17

    Inlassablement vous nous jouez la même comédie en tentant de nous mener par le bout du nez. Vous ? Nous avons du mal à croire que vous êtes seul au vu de la production mais pourquoi pas.

    Vous nous jouez régulièrement la comédie de la démocratie bafouée.

    Mais combien de fois nous a-t-on promis une dose de proportionnelle, la prise en compte du vote blanc comme suffrage exprimé, la possibilité aussi généreuse que floue du référendum d’initiative citoyenne, une réflexion sur le fonctionnement (déontologie et financement) des médias et de la presse, une réglementation encadrant l’usage des sondages (600 sondages cette fois-ci pour l’essentiel payés directement ou indirectement par des fonds publics), un financement juste des partis qui dépendent actuellement essentiellement de ceux qui en ont les moyens et qui du coup empochent une remise d’impôts par-dessus le marché, la nécessité d’un casier judiciaire vierge pour un élu ?

    On dirait que ces mesures simples, concrètes, peu coûteuses et consensuelles sont inquiétantes pour ceux qui régulièrement prennent des postures surplombantes pour nous tancer au nom de la démocratie et dénoncer les « populismes » .Vous savez, nous avons l’impression que ceux que vous soutenez se paient notre tête et qu’il n’y a plus de raison de le supporter sans fin.

     Les gens qui ont sollicité nos voix et voudraient bien nous faire croire qu’ils sont la majorité présidentielle sont directement responsables de cet état de fait ou le cautionnent et font tout ce qu’il faut pour que rien ne se passe dans le champ de la démocratie afin que nous restions leurs obligés soumis et résignés autant que possible. Ils ont eu juste besoin ( ce fut très très juste en réalité au 1er tour et je ne parle pas des législatives…) encore une fois du laissez-passer que représente une nouvelle élection en trompe-l’œil, notre découragement et notre résignation traduits en abstention pour à nouveau légalement tenter de nous mettre au pas comme ils l’entendent et en douceur tant que nous nous laissons faire.

    On dirait que cela ne va plus de soit et que la démocratie se réveille. Mince alors.C’est une bonne nouvelle pour le pays.

     


    • Octave Lebel Octave Lebel 25 octobre 2022 20:40

      @Octave Lebel

      Pour ceux qui ne renoncent pas à une authentique démocratie et qui en ont assez des éléments de langage produits ici ou ailleurs pour que nous nous égarerions, des éléments à ne pas oublier.

      Législatives 2022

      Marc Lazar (professeur d’histoire et de sociologie politique, directeur du Centre d’histoire de Sciences Po à Paris) pose en hypothèse que le pouvoir a pu faire le calcul suivant « On peut se satisfaire qu’une partie de la population ne vote pas » (France Inter 25/06/22 Le Grand face-à-face 52 mn)

      ● Abstentions tours 1 et 2 + dynamique 2017/2022

      1. 52. 49 % (abstentions + blancs + nuls = 53.53%)

      2. Abstentions : 53.77% (abstentions + blancs + nuls = 57.30%)

      -2017 : Abstentions, nuls et blancs 29 117 037 → 2022 : 27 842 523 ( ≠ 1 274 514)

      (inscrits sur les listes = 94 %, entre 3 et 5 millions de non inscrits qui ne sont donc pas comptés comme abstentionnistes, 6 millions de personnes seraient mal inscrites. INSEE)

      ● Evolution des votes 1er et second tour : voix tr1 voix tr2 sièges (estimation Cluster 17/06)

      Ensemble : 5 877 264 → 8 002 407 → 244 (230/290)

      Nupes : 5 836 079 → 6 559 984 → 127 (170/220)

      RN : 4 248 537 → 3 589 269 → 89 (40/60)

      LR : 2 3700440 → 1 447 877 → 61 (60/75)

       

      ●Rappel : 2nd tour 2017 → 2nd tour 2022

       

      LREM 6 391 269 → (Ensemble) 8 002 407

      LR (4 040 203) → 1 447 877

      LFI+PS+Ecolog. +PC (883 573 +1 032 842 +23 197 + 271 833 = 2 211 445)

       → (NUPES) 6 559 984

      FN/RN 1 590 869 → 3 589 269

       

      ● A noter, le RN obtient un gain de sièges (40/60) selon les estimations des sondages (Cluster au 17/06) en perdant 659 268 voix.

      ▪ La Nupes obtient un déficit de sièges (170/220) selon les estimations des sondages en gagnant 719 905 voix ( il y a 272 duels NUPES/Macronie, 59 face-à-face Nupes/RN, 5 triangulaires).

      ▪ LR et LREM ont après avoir appelé au front républicain au second tour de la présidentielle soutenu le RN dans les cas difficiles l’opposant à la NUPES.

      ▪ Quand majoritaire avec quand même 62 % de retrait (abs+nuls et blancs), on a pendant 5 ans refusé quasiment tous les amendements à LR, au RN, à LFI, on est un peu suspect quand on semble découvrir les vertus de la démocratie.

      ▪ Rappel : le principe de la NUPES était le partage à priori des circonscriptions et donc les électeurs ont déposé un bulletin Nupes.

      (Sources : Ministère de l’Intérieur + Cluster au 17/06 + wikipédia)

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_sondages_sur_les_%C3%A9lections_l%C3%A9gislatives_fran%C3%A7aises_de_2022


    • Octave Lebel Octave Lebel 25 octobre 2022 20:41

      @Octave Lebel

      ● L’assemblée Nationale avec la proportionnelle intégrale – simulation 24/06/22 par

      methahodos pour Marianne.

       

      Mandats actuels →Proportionnelle intégrale

       

      NUPES : 131 167

      Ensemble : 245 168

      RN : 89 121

      LR-UDI : 64 73

      Reconquête : 0 28

      Divers gauche : 22 20

      Autres : 26 0

       

      https://metahodos.fr/2022/06/24/la-proportionnelle-aurait-retire-77-sieges-a-lrem-ensemble

       


    • moderatus moderatus 26 octobre 2022 10:34

      @Octave Lebel

      Mandats actuels →Proportionnelle intégrale

       

      NUPES : 131→ 167

      Ensemble : 245→ 168

      RN : 89 →121

      LR-UDI : 64→ 73

      Reconquête : 0→ 28

      Divers gauche : 22→ 20

      Autres : 26→ 0

      ==================================================
      On en rêve de la proportionnelle
      On aurait une vraie démocratie.


    • Tolzan Tolzan 26 octobre 2022 12:56

      @Octave Lebel, vous avez écrit : « Nous avons du mal à croire que vous êtes seul au vu de la production mais pourquoi pas ».
      En effet. Compte tenu du travail que représentent l’écriture et la mise en page d’un article comportant des images, des schémas et de la fréquence des articles, il y a longtemps que je pense aussi qu’un seul individu ne peut pas avoir le temps LIBRE pour cette production qui inonde le site...
      L’hypothèse d’une petite officine de propagande macronienne ... 3 à 4 types. Que ne faut-il pas faire comme saloperies pour gagner sa vie, n’est-ce pas Sylvain ?


  • sylvain sylvain 25 octobre 2022 21:24

    bon je me répète mais cet article était a -1 il ya quelques heures...


    Il n’y a rien d’antidémocratique de mettre en pratique un article (originel) de la Constitution

    il n’y a rien d’anticonstitutionnel, antidémocratique c’est autre chose . Il n’y a rien non plus d’anticonstitutionnel a demander une motion de censure . Pour ne pas être antidémocratique, il aurait par exemple fallu proposer un référendum pour un projet de loi très important et dont il est loin d’être sur qu’il soit approuvé par les citoyens


  • sylvain sylvain 25 octobre 2022 21:27

    (alors qu’Élisabeth Borne a rappelé que c’était complètement faux, ce budget protégeait tous les Français et d’abord les plus modestes, pas les plus riches


    ben tiens . C’est surement en alignant les projets défendant les plus faibles que l’ère macroniste a vu la plus grande explosion des inégalités depuis la deuxième guerre mondiale . Il y a vraiment des baffes qui se perdent


  • Quant aux planches p. d’ AGV qu’ils soient enseignants , journalopes, politiciens ou tout simplement débiles de service .. vous êtes tous de futur parias de l’espèce humaine .

    Macron lit bien ce qui suit ....



    La Cour suprême de l’État de New York réintègre tous les employés non vaccinés qui ont été licenciés, ordonne le paiement d’arriérés de salaire, déclare que l’État a violé ses droits et a agi de manière arbitraire et capricieuse, et note : "Le fait d’être vacciné n’empêche pas un individu de contracter ou de transmettre le Covid-19.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 octobre 2022 22:50

      @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
      Calme toi . Le monsieur en blouse blanche il ne te veut pas de mal ...


    • troletbuse troletbuse 26 octobre 2022 14:44

      @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
      On peut chercher des heures entières sur les merdias main-stream français, on ne trouve pas l’information.
      C’est de l’information quantique. Comme les particules, certaines ne passent le filtre. En physique quantique on ne connaît pas les particules qui sont ou non rejetées mais en France on les connait parfaitement. smiley


  • Attila Attila 26 octobre 2022 13:24

    Après avoir récupéré une partie de l’électorat populaire que la gauche a stupidement abandonné, Marine Le Pen a encore fait preuve d’intelligence politique en votant la motion de censure de la Nupe.

    Du coup, en refusant de voter celle du RN, la gauche a encore révélé son sectarisme et son incapacité à comprendre que l’important est de contrer Macron quoi qu’il en coûte.

    .


    • troletbuse troletbuse 26 octobre 2022 14:52

      @Attila
      Il est vrai que le RN a parfaitement manœuvré. J’avais été mis au courant par un abonné de Face de Bouc éclairé smiley
      Du coup, la NUPES et les LR perdent toute crédibilité


    • sylvain sylvain 26 octobre 2022 18:28

      @troletbuse
      En fait vous montrez la aussi que ce qui vous fait kiffer, c’est de niquer la NUPES .

      Qui aurait certes du la voter, cette motion du RN, même si ça ne relevait de toute façon que du symbole puisqu’elles étaient toutes les deux destinées a échouer .


    • Lynwec 26 octobre 2022 18:48

      @troletbuse

      C’est le genre à refuser d’éteindre l’incendie qui brûle la maison commune parce que les pompes à eau appartiennent au gars qui les a battus au dernier concours de pétanque...
      Des traîtres du même genre que les prétendus socialistes qui se sont abstenus au Congrès de 2007 alors qu’un vote NON aurait empêché Sarkozy d’invalider le référendum de 2005 ... « Ah mais non, nous, on ne l’a pas voté... » Bande d’hypocrites ...


  • ETTORE ETTORE 26 octobre 2022 14:13

    Rakotonanobis.....

    Encore et encore, la flatulence de l’incurie portée à son Pine-acle !

    Dites Rakotonanobis, le 49.3 tellement usité et usé par votre régime sans selle, c’est quoi au juste ?

    Le nombre de pattes, de ce scolo-à-Pendre ?

    Soit 49 : 2 = 24,5 pattes de chaque côté, ce qui le rend parfaitement déséquilibré...

    Soit 49+3 = 52 : 2 = 26 pattes de chaque côté, et à quoi ils servent, au juste ?

    Si vous pouviez me donner quelques explications sur cette chenille Proces-Sion-ère, je vous en serais...Gré !


  • the clone the clone 26 octobre 2022 15:42

    Ce gouvernement pour forcer la citadelle utilise le cheval de 49,3 .....


  • the clone the clone 26 octobre 2022 15:45

    Toute la fachosphere Renaissance, LR et Modem vont se recharger sur la Borne a charge rapide de Macron ....


    • troletbuse troletbuse 26 octobre 2022 15:49

      @the clone
      Oui la Borne, on peut se recharger dessus car je pense qu’elle a la bonne prise mais Le poudré ne le peut car c’est Brigitte qui le recharge.  smiley


    • the clone the clone 27 octobre 2022 08:48

      @troletbuse

      On ne voit plus la Brigitte ces derniers temps, elle a du finir comme la momie de Rascar Capac dans Tintin, dans un présentoir tout en verre posé dans un coin de la chambre a Macron a l’Élysée ....


  • the clone the clone 26 octobre 2022 15:49

    11 millions de sous le seuil de pauvreté, Macron trinque tous les soirs avec ses ministres a leur santé, vivre avec si peu les confortent de vivre avec autant  .... 


  • Personne n’en parle la caste de la haine journalistique .......

    https://www.youtube.com/watch?v=DULNZPjCJRw&t=3s


  • En août, le Forum économique mondial (« WEF ») a publié un éditorial faisant pression sur l’intelligence artificielle pour gérer les méfaits et la désinformation en ligne, ce qui a déclenché un tollé sur les réseaux sociaux. En fait, le WEF est lui-même un fournisseur de désinformation sur le changement climatique et devrait engager un débat scientifique ouvert avec CLINTEL sur le fait qu’il n’y a pas d’urgence climatique, a déclaré Friends of Science dans un communiqué de presse .

    La Friends of Science Society est un groupe indépendant de scientifiques, d’ingénieurs et de citoyens de la terre, de l’atmosphère et du soleil basés au Canada. Il célèbre sa 20 e année d’offre d’informations sur les sciences du climat. Après un examen approfondi d’un large éventail de documents sur le changement climatique, la Friends of Science Society a conclu que le soleil est le principal moteur du changement climatique, et non le dioxyde de carbone (CO2).

    Climate Intelligence («  CLINTEL ») est une fondation indépendante qui opère dans les domaines du changement climatique et de la politique climatique. "Plus de 1 100 scientifiques et universitaires s’accordent à dire qu’il n’y a pas d’urgence climatique, que les facteurs naturels sont les plus influents et que nous avons le temps de nous adapter. Voir Déclaration Mondiale sur le Climat » – CLINTEL. Et donc ? Le WEF refuse le débat scientifique ouvert avec CLINTEL ! La Dictature de la Pensée Unique consiste à dire qu’il y a consensus, ce qui est faux, et censure ! Normal, ils n’ont AUCUN argument. Ils suivent juste LEUR plan.... https://expose-news.com/2022/10/26/world-economic-forum-spreads-climate-misinformation/


    • @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot


      Tiens tiens on est loin, très loin des discours rassurants de Macron, Borne, Le Maire et des députés de la Macronie ! La zone euro est frappée par une forte inflation alors que l’économie s’affaiblit. La BCE est donc dans l’embarras et se sent obligée de continuer à augmenter fortement les taux d’intérêt.

      La Banque centrale européenne emboîte le pas et continuera à augmenter fortement les taux d’intérêt. Il est considéré comme convenu qu’ils augmenteront le taux d’intérêt directeur d’un énorme 0,75 point de pourcentage à 2% demain, jeudi. La raison : la zone euro souffre d’une forte inflation. En septembre, le niveau général des prix a augmenté de 9,9 % - il s’agit de la valeur la plus élevée depuis la création de l’euro. Et pour le moment, les pressions inflationnistes ne semblent pas encore s’atténuer.



  • La peur doit servir de moteur. Afin d’amener le plus d’enfants possible à le faire, le président de l’Association italienne des pédiatres (Fimp), Antonio D’Avino, a récemment recommandé de faire peur aux parents. Ses commentaires sont révélateurs de la pression vaccinale à laquelle les Italiens ont été confrontés ces derniers mois. D’Avino a dit à propos des « vaccinations » Covid :

    « Pour que les vaccinations des enfants augmentent, il faut que les cas augmentent, ce qui signifie que les parents doivent avoir peur. Ces gens sont-ils encore médecins ou charlatans ? https://transition-news.org/prasident-der-italienischen-kinderarzte-angst-machen-um-impfstoffe-zu-fordern


  • the clone the clone 27 octobre 2022 08:49

    Dans le milieu bien branché on dit que Macron est un male nécessaire ....


    • La Vérole mondiale prend racines en Occident Vert une Planète pouBelle :) 28 octobre 2022 09:35

      @the clone

      Dans le milieu bien branché on dit que Macron est un male nécessaire ....

      Pour ne pas faire de politique, c’est plausible.
      C’est un gestionnaire dont la seule activité reconnue semble être le Baratin en attendant qui...
      Godot ?

      La pièce a souvent été vue comme une illustration de l’absurdité de la vie, ou bien comme une réflexion métaphysique sur la condition humaine, avec, selon la mise en scène, un caractère burlesque plus ou moins appuyé.


  • ETTORE ETTORE 27 octobre 2022 11:41

    J’ai du mal à accepter que nous soyons dans la Mr2, à tout niveaux de fonctionnements de notre ex pays. de Con-CAGNEUX !

    Il y a pourtant du mini Hulk vert chiasse, qui passe commande de 38 MILLIARDS d’euros, en claquant des doigts ( enfin, si je peux dire, car un doigt dans son fondement, et un autre dans celui de ses prédisposés, cela complique la sécheresse du « clac ») et semble n’être qu’une simple lettre au Père Noyé, d’un gamin, qui y joint juste une mot d’excuse «  parce que nous serons en déficit, en raison de la guerre CONTRE la Russie »

    J’ai pas trop saisi, QUEL, et où, est le déficit,

    Si il est vraiment financier, mental, ou corruptible, mais on verras bien, si la main à Macronidheux, s’approche encore trop des testicules des Français par la poche révolver, ou par la braguette.....Si il dégaineras autre chose qu’un 49.3 magnum !


  • La Vérole mondiale prend racines en Occident Vert une Planète pouBelle :) 28 octobre 2022 09:28

    Combien ont peur de perdre leur place en cas de réélection ?

    Surtout du côté des groupes tampons « sans saveur »


Réagir