samedi 22 janvier - par Nicolas Cavaliere

Constitutionnel mon cul !

L’étrange défaite.

À l’insolence délicieuse de la Zazie de Queneau, celle perverse des Sages du fameux Conseil a apporté ce vendredi 21 janvier 2022 son reflet le plus laid. Je pensais ce soir au fait que les smartphones sont aujourd’hui plus soignés dans leur apparence que les immeubles et les gares, et j’imaginais une monstrueuse parade de pensées difformes échappées de ces endroits lugubres tenter un dernier assaut contre la forteresse de la standardisation médicale en cours, celle qui a déjà conduit les corps difformes à disparaître. La bataille est vaine. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, dit l’adage. L’horreur d’hier va revêtir son costume le plus élégant et la pauvreté entretenue de milliers de soignants, interdits de délivrer leur savoir et d’en recevoir rémunération depuis plus de six mois, n’aura été qu’un aperçu de ce qui attend le pékin moyen.

Que faire désormais ? Alors que la Guadeloupe sombre dans la fureur, le désespoir, et qu’on y tire à balles réelles contre les gendarmes, la métropole consciente se soutient dans le silence et patiente avant des élections qui permettront ou pas de faire cesser le cauchemar. Les rassemblements politiques ont échappé étrangement à la restriction désormais d’usage que représente le passe vaccanal. S’agit-il d’un énième pied de nez, d’un test supplémentaire, d’une ironie du pouvoir ? Faudra-t-il voter assis dans l’isoloir ? N’est-ce qu’un baroud d’honneur entérinant l’artificialité d’un procédé qui ne rythmait plus tant la vie démocratique ? Est-ce le dernier souffle d’une certaine forme de spectacle vivant ?

Le pays est-il prêt pour passer à autre chose ? L’aventure est-elle à la portée de jeunes individus traumatisés, se voyant contaminer leurs aïeux à la première fête de fin d’année et les emportant sciemment au tombeau ? Ces jeunes gens ont-ils du poids face à la masse agressive de vieillards hurlant leur liberté absolue de vivre pour toujours ? Et les enfants, et les enfants ? À l’agonie, tous pleurent et crient.

Au milieu, les travailleurs de l’âge moyen continuent à faire des projets, ils créent des entreprises, se forment pour en intégrer, participent au maillage dominant avec les enthousiasmes de la joie et de la déception. Tous se targuent d’être raisonnés et raisonnables, même et surtout quand ils mettent en jeu leurs passions. On n’a qu’une vie, et il faut la vivre pour toujours.

Dans ce contexte, en reprendre pour cinq ans, ce n’est pas la mer à boire. Du moment que les bars sont ouverts, on pourra aller, justement, y boire autre chose, et oublier tous nos emmerdements. Peut-être que dans cinq ans, on sera débarrassé du virus, va savoir. Le sort des enfants est secondaire par rapport à la question du virus. Le sort des enfants est secondaire face à la survie de la société. Le sort des enfants est secondaire face à la survie de l’humanité.

C’est pour cette raison que les enfants seront le seul espoir de sortie de cette crise, et qu’ils feront société comme nous, pauvres consommateurs de vie sociale, n’avons pas pu le faire, incapables de nous délivrer des habitudes de consommation, des slogans publicitaires et constitutionnels, de la santé vécue comme le bonheur, comme une obligation à remplir pour faire honneur à l’espèce humaine. Pas maintenant, parce qu’ils sont petits, maintenant. Quand ils seront grands, et durs comme de la pierre à force d’avoir affronté des peurs imaginaires, des peurs réelles, des adultes de plomb et de bois, des vieillards de chair et de sang, des immeubles de sable ou d’airain. Ils souffleront dans les vents du futur et oublieront les voix du tragique révolu.

Nous sommes malheureusement toujours en 2022, et ces adultes à naître n’ont toujours pas le droit de vote. Le faux doit triompher complètement, ne plus être qu’un moment du vrai, submerger entièrement de ses rudes assauts le drame toujours neuf que nous sommes assoiffés de contempler chaque matin. Il faut cesser toute créativité, aligner des références, chanter des airs anciens, être vieux, bêtes et méchants, assumer entièrement nos conditions de dévoreurs de matières, nos pulsions carnassières, nos désirs d’inceste et nos aspirations à la violence.

Les gouvernants actuels font l’éloge public de la quiétude pour faire oublier qu’ils recherchent le contrôle. Assoupir, éteindre la vitalité, la brutalité potentielle, animale qui vit dans le sein de tout membre de la communauté, afin de banaliser la leur, qui s’exerce à travers le bras de la monopolice d’État. (Ces deux derniers paragraphes ne sauraient former un portrait complet.)

Plus jeune, je pensais que la guerre était une nécessité cyclique, qu’un certain déchaînement serait inévitable, qu’il aurait lieu un jour. Que les cuivres auraient toujours l’ascendant sur les flûtes. Je moquais la paix pour être vaine, pour n’offrir que des sensations affaiblies, pour ne pas être assez jeune, pour être vieille. J’étais mûr pour hurler « constitutionnel mon cul ! », pendant que d’autres avaient compris qu’ils pouvaient être parfaitement insultants en utilisant les moyens les plus élaborés du droit. Comme les enfants, ils ne savent même pas quand ils recherchent le conflit.

De la violence ou du calme, la pensée que le calme seul sera à même de résoudre ces situations inextricables semble artificielle, conservatrice, peureuse, fautive, trop belle, inadaptée à la laideur générale. Et pourtant, le calme seul permettra le retour au calme. C’est vrai, mais il faut le sentir dans sa chair.



31 réactions


  • Lynwec 22 janvier 10:31

    Sage semble être devenu un synonyme de vendu ou corrompu dans la langue française de 2022. La France n’a plus de constitution, combien de fois faut-il le dire ?


    • charlyposte charlyposte 22 janvier 11:38

      @Lynwec
      Avec des moutons sans oreilles , faut pas en plus qu’ils parlent ! smiley


    • Lynwec 22 janvier 14:11

      @The White Rabbit
      Oui, oui, je comprends bien, ces gens ont pondu un long texte dans lequel les mots sont tordus pour justifier l’injustifiable, mais ce n’est pas surprenant.

      Un groupe chargé de vérifier la constitutionnalité des lois et dont les membres sont nommés par l’exécutif ou en proviennent directement,c’est vraiment la garantie du respect de la constitution.

      Nous avons pu le vérifier par deux fois et n’avons pas besoin de votre lien pour expliquer quoi que ce soit. La cinquième république gaullienne était une tyrannie mais ça passait discrètement car les premiers dirigeants jouaient en finesse, là, on est dans une autre dimension et Kim Jong de Corée du Nord prend des notes pour la suite...


    • suispersonne 22 janvier 15:17

      @Lynwec
      parfaitement exprimé
      la popularité de l’éborgneur giflé -qu’ils viennent me chercher est au sommet chez les bourgeois, et cela fait bien peu de monde


  • chat maigre chat maigre 22 janvier 13:14

    Bonjour Nicolas,

    j’ai bien aimé que certains points soient soulevés dans votre article, mais si on ne pousse pas le raisonnement jusqu’au bout ça devient une ébauche de raisonnement !!!!

    « C’est pour cette raison que les enfants seront le seul espoir de sortie de cette crise, et qu’ils feront société comme nous, pauvres consommateurs de vie sociale, n’avons pas pu le faire, incapables de nous délivrer des habitudes de consommation, des slogans publicitaires et constitutionnels, de la santé vécue comme le bonheur, comme une obligation à remplir pour faire honneur à l’espèce humaine »


    quand on écrit cela, on se doit de continuer un peu plus loin !!!

    si nous ne décidons pas de prioriser la protection de nos enfants, il finiront malheureusement comme leurs aïeuls en moutons lobotomisés.

    ce sera même pire car les moyens de manipuler les cervelles sont beaucoup plus aboutis de nos jours.



    « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, dit l’adage »

    Adage : énonciation courte facilement mémorisable rendu crédible par son utilisation ancienne et qui relate un certain fait important tiré d’une expérience considérée vraie par la majorité.

    Honte à vous !!!!

    la pandémie de covid peut être assimilée à un adage.


    Mais la citation d’Antoine Lavoisier sur la conservation des masses lors d’un changement d’état de la matière est la grande découverte qui a permis la naissance de la chimie moderne.

    Après Lavoisier ont pouvait écrire et équilibrer une équation chimique !!!!

    à gauche on place les réactifs, à droite les produits obtenus et grâce à Lavoisier et à son principe de conservation des masses ,on sait qu’aucun atome ne disparait et aucun n’est créé.

    C’est pourquoi une équation bilan doit toujours être équilibrée.



    • chat maigre chat maigre 22 janvier 13:45

      @javanais

      c’était sûrement dans l’air du temps à l’époque et plusieurs raisonnements devaient concorder et déboucher sur ça.
      moi, on m’a appris ça dans mes cours de chimie et j’suis un peu chauvin et patriote smiley
      ce que je voulais dire surtout c’est que ce n’était pas un adage ou un dicton !!!!
      mais une découverte essentielle pour ouvrir la voie à la chimie moderne.


    • charlyposte charlyposte 22 janvier 13:48

      @chat maigre
      NONO ? hum smiley


    • Nicolas Cavaliere Nicolas Cavaliere 22 janvier 14:40

      @chat maigre

      Oui, ce sont des retours de collège (Lavoisier), mais je pense plutôt quand je reprends cette formule aux présocratiques ou au Livre des Transformations. Le texte reprend un peu cette image du miroir, cela n’a pas été conscient, je l’ai tapé au clavier en moins d’une heure.

      Les enfants sont des personnes comme les autres, et l’imitation qui est leur lot pour se forger une éducation et s’assurer une intégration trouve ses limites dans l’instinct de survie. Si leurs parents ne les protègent pas, ils trouveront des moyens par eux-mêmes.


    • Yann Esteveny 24 janvier 09:56

      Message à avatar chat maigre,

      Je cite de nouveau l’auteur : "C’est pour cette raison que les enfants seront le seul espoir de sortie de cette crise, et qu’ils feront société comme nous, pauvres consommateurs de vie sociale, n’avons pas pu le faire, incapables de nous délivrer des habitudes de consommation, des slogans publicitaires et constitutionnels, de la santé vécue comme le bonheur, comme une obligation à remplir pour faire honneur à l’espèce humaine "

      Cette phrase est le comble de l’impuissance, de l’irresponsabilité et du désespoir. Il faut laisser les enfants tranquilles. C’est aux hommes de se battre pour le présent.

      Respectueusement


    • Nicolas Cavaliere Nicolas Cavaliere 24 janvier 10:13

      @Yann Esteveny

      Et aussi le comble de l’ironie et du cynisme. Le présent est trop satisfaisant pour la plupart des adultes, et ils ne peuvent qu’en ressortir programmés aveugles pour le futur.


    • Yann Esteveny 24 janvier 11:07

      Message à Monsieur Nicolas Cavaliere,

      Que la plupart des adultes se satisfassent du présent est une chose, pour autant le devoir d’améliorer le présent demeure leur responsabilité chaque jour. Il faut des hommes et non des consommateurs jouisseurs. Nous n’avons pas à confier aux enfants le devoir d’améliorer notre présent par principe.

      Respectueusement


    • chat maigre chat maigre 24 janvier 13:16

      @Nicolas Cavaliere
      Bonjour, c’est ce que je voulais faire remarquer dans mon commentaire.
      C’est bien au adulte de protéger les enfants, ils y a beaucoup plus de publicités que quand nous étions nous-mêmes enfants, il suffit de regarder gulli la chaîne pour enfants pour que ça saute immédiatement au yeux.
      Il y a beaucoup plus de manipulation en général et si même les adultes ont du mal à s’en protéger, qu’en est il des enfants encore moins armés et conscient de tout cela que les adultes ?


    • Nicolas Cavaliere Nicolas Cavaliere 24 janvier 13:32

      @chat maigre

      Bon ben alors je crois que c’est mort smiley


    • chat maigre chat maigre 24 janvier 13:42

      @chat maigre
       Je suis un peu plus optimiste et je crois que c’est quasiment mort smiley  smiley


  • chat maigre chat maigre 22 janvier 13:57

    avec le chateau de cartes qui commence à s’effondrer de partout, le nono doit avoir la gastro et bien carabinée en plus smiley


  • chat maigre chat maigre 22 janvier 14:00

    mais bon ces gens n’ayant aucune limite !!!

    j’ai lu ce matin sur france info que les effets secondaire des vaccins etaient dû à l’effet nocebo 

    c’est dans la tête et c’est à cause des antivax que les gens ont des effets secondaire


    • Lynwec 22 janvier 14:15

      @chat maigre
      Oui et d’ailleurs Gaspard Ulliel mort sur une piste de ski (accessible avec passe donc schéma « vaccinal » complet) suite à un choc qui n’a même pas remué l’autre skieur, ça passe crème, pas besoin de vérifier, les « fact checkers » si ardents ont d’autres choses à faire... Sans doute le nocebo, il a cru qu’il allait se tuer en heurtant l’autre skieur, du coup, il est mort. Efficace, ce nocebo...


  • chat maigre chat maigre 22 janvier 14:21

    l’effet nocebo sera plus meurtrier que le covid en fin de compte !!!

    moi ça va, je ne lis jamais les notices et j’évite les sites complotistes du genre le monde, médiapart, l’observateur nouveau et tutti quanti smiley


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 22 janvier 19:03

    Ces textes nous informent que ce ne sont ni le Conseil Constitutionnel ni le Conseil d’Etat qui doivent protéger les Français contre les excès du gouvernement mais c’est réservé à l’autorité judiciaire.

    La Constitution comprend les libertés garanties par les droits de l’homme de 1789 qui énoncent :

    ART. 2. — Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

    « L’autorité judiciaire doit demeurer indépendante pour être à même d’assurer le respect des libertés essentielles telles qu’elles sont définies par le préambule de la Constitution de 1946 et par la Déclaration des droits de l’homme à laquelle il se réfère. » (loi constitutionnelle du 3 juin 1958 - 4°)

    « Afin que cette déclaration constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif…afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.... » (préamb Déclaration 1789)

    "Le peuple français réaffirme solennellement les droits et libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des Droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République." (préambule de la Constitution de 1946 )

    « L’autorité judiciaire, gardienne de la liberté individuelle, assure le respect de ce principe dans les conditions prévues par la loi. » (Art.66 Constitution de 1958)


  • ETTORE ETTORE 22 janvier 21:44
    Cher auteur,

    c’est avec grande déprime, que je porte à votre attention, une certaine redondance dans votre titre.

    A cet effet, il est à noter que CON , et CUL, ont une signification similaire, soit en argot trivial, soit au scrabble.

    Et donc, il serait de bonne justice grammaticale, de pouvoir écrire :

    CULtitutionnel mon CON !

    Autant que :

    Constitutionnel mon cul !

Réagir