lundi 16 mai 2016 - par Eliane Jacquot

Du sexisme ordinaire dans le monde du travail

« L’impunité, c'est fini. Nous ne nous tairons plus. Nous dénoncerons systématiquement toutes les remarques sexistes, les gestes déplacés, les comportements inappropriés. »

Ce texte est issu d'un Appel de 16 anciennes ministres représentatives de l'échiquier politique français et publié par le JDD, ce 16 Mai 2016, cinq ans après la révélation de l'affaire du Sofitel à New York.

JPEG - 404.4 ko
Source JDD du 15 05 2016

Nous assistons à une possible libération de la parole féminine, à la suite des révélations en début de semaine dernière de France inter et Médiapart à propos des agissements du député Denis Baupin,Vice-président de l'Assemblée Nationale depuis 2012.

De quoi s'agit-il ?

Face noire du monde du travail, les différentes formes de violence morale et sexuelle envers les femmes, sous le vocable de harcèlement, font des ravages encore sous estimés par la collectivité, tout en agissant sur les performances des intéressées.

Pierre Bourdieu a décrit précisément notre héritage méditerranéen de domination masculine , les institutions existantes contribuant à la subordination des femmes traditionnellement cantonnées à la sphère privée et domestique. Ces dernières, même dotées d'un fort capital culturel, ont mis très longtemps à accéder à une autonomie économique et financière.

Françoise Héritier, quant à elle, a décrit notre mode de pensée universel valorisant le masculin à l'encontre du féminin et souligné que tout le système patriarcal était fondé sur l'intériorisation par les femmes de leur infériorité ( 2011).

Enfin, dans toute l'histoire de notre civilisation, la supériorité a été accordée non pas au sexe qui engendre, mais à celui qui tue.

 

Qu'en est-il dans le monde du travail ?

Une enquête menée au cours de l'année 2013 auprès de 15000 salariés de neuf grandes entreprises françaises par le Conseil Supérieur de l’Égalité Professionnelle conduit aux résultats suivants :

80% des femmes considèrent qu'elles sont confrontées à des attitudes et décisions sexistes dans leur travail, avec des répercussions sur leurs performances et leur confiance en elles,

93% d'entre elles indiquent que ces attitudes conduisent à amoindrir leur sentiment d’efficacité personnelle,

54% d'entre elles estiment avoir rencontré un frein professionnel en raison de leur sexe au niveau de leur rémunération, promotion, formation.

De plus, dans la législation française, on observe une absence totale de jurisprudence relative au délit pénal de harcèlement sexuel cependant élargi aux « propos et comportements sexistes » par la loi du 6 Août 2012. qui aggrave les peines maximales encourues et réprime les discriminations commises à l’encontre des victimes.

Le droit du travail qui demeure la voie privilégiée de la contestation de ce type de discriminations a progressivement reconnu et aménagé le délit pénal de harcèlement moral souvent utilisé en matière juridique à l'encontre des agissements sexistes.

La loi du 4 Août 2014 pour l'égalité entre les femmes et les hommes a modifié certaines dispositions du Code pénal relatives au délit de harcèlement moral. Un nouvel article du Code pénal sanctionne le fait de harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé mentale ou physique.

Le harcèlement et/ ou l'agression sexuelle faisant de nos jours encore l'objet de déni, est, nous l'avons vu reconnu par le Code du Travail, mais peu de femmes osent porter plainte et très peu de plaintes donnent suite à des poursuites et condamnations judiciaires. Car dénoncer de tels faits conduisent évidemment les victimes à perdre leur emploi.

Des réseaux féminins se mobilisent

Après que des élues aient enfin brisé la loi du silence en dénonçant les faits le 09 mai au matin. L'association Osez le féminisme a salué leur courage et demande l’exemplarité en politique car « Lutter contre les violences machistes implique de ne pas laisser les hommes les plus puissants de notre pays agresser des femmes sans être inquiétés », au travers d'un communiqué de presse. 

Une pétition a également été lancée sur Change.org par le collectif Levons l'Omerta. Intitulée « Violences sexuelles en politique : levons l'omerta », elle est adressée à l'ensemble des responsables de partis politiques ainsi qu'aux présidents de l'Assemblée Nationale, du Sénat et du CESE.

En voici un extrait :

« Pour que ce soit le comportement des hommes qui change et non celui des femmes qui s’adapte, pour que les choses bougent enfin et que l’impunité cesse, pour que la culpabilité change de camp, il faut parler. »

 



62 réactions


  • tf1Groupie 16 mai 2016 12:05

    "Enfin, dans toute l’histoire de notre civilisation, la supériorité a été accordée non pas au sexe qui engendre, mais à celui qui tue."

    Cette phrase résume bien le côté caricatural de cette analyse.

    Une attitude intelligente des femmes devrait plutôt être de chercher un bon équilibre social entre hommes et femmes plutôt que de rester dans l’accusatoire.

    On peut ainsi ne pas oublier que le harcèlement fonctionne dans les deux sens.


    • La mouche du coche La mouche du coche 16 mai 2016 12:23

      On notera qu’il n’y a jamais eu la moindre PREUVE de tout ce qu’on a reprocher à DSK. Cette affaire a été un lynchage médiatique mondial en règle, et personne ne s’est offusqué de ce déni total du droit à la défense le plus basique.
      Ceci doit nous alerter que ce monde gouverné par les femmes va faire sauter de joie dans sa tombe G. Orwells qui nous criera en silence : 1984, c’est maintenant, j’avais raison et je vous avais prévenu.


    • César Castique César Castique 16 mai 2016 13:01

      @tf1Groupie

      « Cette phrase résume bien le côté caricatural de cette analyse. »


      Sur ce point, je ne suis pas d’accord avec vous, Cette phrase n’est pas caricaturale elle est partiale parce que partielle. 


      L’auteuse omet d’ajouter que celui qui tue, c’est en même temps celui qui prend le risque d’être tué, dans la défense de la collectivité, femmes, enfants et vieillards compris.

    • tf1Groupie 16 mai 2016 13:16

      @César Castique

      Bon, ben on n’est pas d’accord.

      Cette phrase est plus que partiale, elle est hyper réductrice.

      Celui qui tue est aussi celui qui ramène la nourriture.
      C’est aussi celui qui possède la force pour labourer, ou pour protéger.

      Donc c’est plutôt la force qui était le critère déterminant dans le machisme, que la capacité à tuer.

      Et on pourrait jouer aussi à dépeindre la femme comme celle qui séduira pour mieux trahir.

      Bref cette phrase est très contestable et plus militante que destinée à décrire une réalité.


    • César Castique César Castique 16 mai 2016 16:02

      @tf1Groupie


      « .Cette phrase est plus que partiale, elle est hyper réductrice. »


      Présentée ainsi, on est de nouveau d’accord.


      J’avais considéré la phrase au premier degré, appliquée au rôle de défenseur de la cité, investi du devoir de mourir pour la cité et, dans le même temps, investi du droit de tuer pour la cité, c’est-à-dire exonéré de l’interdit de l’homicide.


      Et la lecture que j’en ai faite a très certainement un lien avec l’ignoble affaire Black M.


    • Fergus Fergus 16 mai 2016 16:25

      Bonjour, Tf1Groupie

      Entièrement d’accord avec vous : cette phrase est de trop dans un débat où c’est précisément l’équilibre qui doit être recherché.


    • pergolese 16 mai 2016 17:24

      @La mouche du coche

      Il faut dire que la rencontre avec DSK a été pour Naffisatou Diallo un peu comme gagner au loto...Je me demande quelle est la somme exacte qu’elle a touchée...C’est secret bien sûr.


    • César Castique César Castique 16 mai 2016 20:04

      @pergolese$



      « Il faut dire que la rencontre avec DSK a été pour Naffisatou Diallo un peu comme gagner au loto... »


      Vu la source, ça vaut que ça vaut, mais enfin, voici ce qu’il se publie :

    • Sarah 17 mai 2016 11:06

      @tf1Groupie
       

      « Cette phrase résume bien le côté caricatural de cette analyse.  »

       

      Pas du tout, c’est bien la réalité.

       

      À la base il y a la lâcheté du mâle primitif qui profite de sa force physique (il est fait que sans le genre homo, les mâles sont plus forts physiquement que les femelles) pour soumettre un(e) plus faible que soi.


    • Sarah 17 mai 2016 11:27

      @tf1Groupie
       

      « Une attitude intelligente des femmes devrait plutôt être de chercher un bon équilibre social entre hommes et femmes plutôt que de rester dans l’accusatoire. »

       

      Ben voyons, aux femmes de chercher à ne plus être harcelées, discriminées ou violées. Les « hommes », eux, n’ont rien à faire smiley c’est pas de leur faute smiley


    • mmbbb 22 mai 2016 16:24

      @César Castique Une femme cadre et intelligente du CNRS avait ecrit un livre sur les agissements de DSK puisqu elle fut sa maîtresse Elle s’etait montree sur les plateaux pour faire le « buzz » Quoi que l on en dise, DSK est un vrai socialiste, il penetre toute les couches de la sociéte.


    • colere48 colere48 22 mai 2016 16:35
      @mmbbb

      il pénètre toute les couches de la société....

      Excellent !

      Pas de quartier, il n’y a pas de « mais »....

    • mmbbb 22 mai 2016 16:44

      @La mouche du coche Je vous donne raison, une fois n’est pas coutume Nous allons devenir comme les americains aussi procedurier ou un regard sera interprété telle une agression. Les hommes aux USA exigent de ne pas travailler seuls dans un univers de femme. Il faut toujours un « témoin »  Meme problèmatiques avec les mioches, nous sommes passe d’une extrême a l autre. Les féministes tres vraies hystériques .


  • Pierre 16 mai 2016 12:20

        C’est vrai que les femmes ne se servent jamais de leur arrière-train pour arriver à leurs fins...Une drague aboutie n’est jamais qu’un harcèlement qui a réussi !


    • La mouche du coche La mouche du coche 16 mai 2016 12:25

      @Pierre
      Comme le veut le capitalisme, la guerre contre tous commence par la guerre des sexes. Et les femmes prouvent en ne comprenant pas ce piège aussi évident dans lequel est tombé l’auteure qu’elles sont aussi sottes que les machos le disent. smiley


    • Fergus Fergus 16 mai 2016 16:29

      Bonjour, Pierre

      En voulant faire un bon mot, vous vous trompez de combat en assimilant drague et harcèlement. La première ne doit pas être pesante alors que par définition le second l’est.


    • pergolese 16 mai 2016 17:27

      @Fergus Et concrètement, vous faites comment la différence ? Arbitraire garanti.


    • Fergus Fergus 16 mai 2016 17:59

      Bonjour, pergolese

      Si la femme refuse de répondre, tente de passer son chemin, ou se montre agacée, la drague devient du harcèlement si elle se poursuit, c’est aussi simple que cela !


    • franc 16 mai 2016 18:37

      @Fergus
      pas tout à fait ,pour qu’il yait harcèlement il faut qu’il y ait répétition et pour une longue période et si la femme est réellement agacée et énervée ;

      -

      mais m^me dans ce cas ,je ne pense pas que le harcèlement sexuel puisse être un délit ,un blâme et une bonne baffe suffit largement ,sinon c’est un problème psychique qu’il faut soigner et non pas punir.

      -

      je dis aux hommes hétéros machistes ,ne vous laissez pas faire ,car les gens ont quand m^me encore le droit d’être hétéro et machiste dans ce pays

      -

      En occident les femmes maltraitent les hommes avec impunité et dans les pays islamiques les hommes maltraitent les femmes avec impunité,il ya un équilible à trouver.


    • franc 16 mai 2016 18:38

      @franc

      j’ajoute qu’il ya des harcèlements qui se terminent en mariage


    • Fergus Fergus 16 mai 2016 19:45

      Bonsoir, Franc

      « je ne pense pas que le harcèlement sexuel puisse être un délit »

      Eh bien, vous avez beaucoup de chance de n’être pas une opératrice de télétravail, une ouvrière d’usine ou une employée de l’hôtellerie-restauration. Toutes activités où trop de femmes subissent les propos graveleux ou les gestes déplacés de responsables hiérarchiques sans pouvoir répliquer, sauf à courir le risque de perdre son job.

      Mais peut-être pensez-vous qu’il s’agit là d’allumeuses qui cherchent ce qui leur arrive ? Au fond, toutes des salopes ! smiley


    • Pierre 17 mai 2016 00:41

      @Fergus
        Bizarre, bizarre, quand une femme parle des autres, toutes des salopes...mais bien entendu si c’est un homme...un peu comme pour tant d’autres sujets interdits par la bienséance arbitraire imposée par la niaiserie ambiante.


    • Sarah 17 mai 2016 11:40

      @Pierre
       

      « C’est vrai que les femmes ne se servent jamais...  »

       

      En quoi l’inconduite de certaines justifient-elle le harcèlement en entreprise ?

       

      Chantage à l’embauche, chantage à la promotion, chantage à l’augmentation, le harcèlement quotidien : réflexions abusives, attouchements, gestes déplacés, mise-au-placard, insultes, humiliations parfois publiques, brimades ?

       

      N.B. : je répond pour les autres lecteurs parce qu’au vu de votre vocabulaire, je ne devrais même pas  smiley


    • Sarah 17 mai 2016 11:57

      @franc
       

      « je ne pense pas que le harcèlement sexuel puisse être un délit » 

       

       Faux : le harcèlement sexuel est un délit puni par la loi.


    • Sarah 17 mai 2016 12:13

      @franc
       

      « pour qu’il y ait harcèlement il faut qu’il y ait répétition et pour une longue période »

       

      Faux, pourquoi « longue » ; la durée aggrave le délit, c’est tout.

       

      La répétition n’est pas nécessaire : un chantage à l’embauche où « ma décision sera prise lundi matin après la poursuite de notre entretien le prochain week-end » suffit pour que le délit soit constitué. 


    • Pierre 17 mai 2016 12:14

      @Sarah
      Tout existe, sauf que c’est le même côté de la médaille qui est toujours évoqué en raison du simplisme du postulat de la « femme toujours victime » et qui nous vaudra de nouveaux petits « Outreau ».


    • Sarah 17 mai 2016 13:04

      @Pierre
       

      Le harcèlement d’hommes par certaines femmes (chantage à l’embauche, à la promotion, à l’augmentation) ou par d’autres hommes existe aussi mais on en parle très peu parce qu’il y en a beaucoup moins.


  • Julien30 Julien30 16 mai 2016 12:54

    Mise en accusation des hommes, ces salauds, 580è épisode, on ne s’en lasse pas. On remarquera que les femmes sont selon cette rhétorique des êtres fondamentalement innocents et uniquement victimes quelque soit le sujet abordé. Détestation des hommes et victimisation permanente des petits choses fragiles et sans défense que seraient les femmes, bienvenu à l’égalité dans le sexisme, misandrie et misogynie à peu près à égale proportion, du beau boulot. 


  • Aristide Aristide 16 mai 2016 13:13

    Je ne voudrais pas vous mettre tous dans le même sac de machos assez primaires, mais quelques réactions valent leur pesant de franche bêtise. On peut évidement s’étonner de cette récente révélation d’une partie des dirigeantes des partis, on peut trouver cela assez ... instrumentalisé, excessif sur certains points en généralisant. Mais il est assez logique tout de même qu’il y ait une expression publique de ce ras le bol. 


    Je ne comprends toujours pas comment on peut excuser ces saloperies par le désir de certaines de se servir de leur charme. Parler de victimisation ou de détestation des hommes, ... est ce que cela peut justifier quoique ce soit de ces comportement ignobles.

    Pour ma part je me sens tout à fait solidaire de toutes ces femmes qui se sont trouvées devant cette dégueulasserie, cet abus de pouvoir ou de force, ces conditions ou elles sont considérés comme des objets, ... 






    • Julien30 Julien30 16 mai 2016 13:31

      @Aristide
      « Parler de victimisation ou de détestation des hommes, ... est ce que cela peut justifier quoique ce soit de ces comportement ignobles. »


      Est-ce que j’ai écrit ou même sous-entendu cela ? 
      Par ailleurs on met dans le même sac des actes, comme pour le fameux harcèlement de rue dont on parle beaucoup et que l’on pourrait croire en conséquence qu’il est à tous les coins de rue (jamais vu un cas de ma vie personnellement, même si je ne dis bien sûr pas que ça n’existe pas), qui n’ont pas grand chose à voir entre eux, un type qui fait un compliment un peu lourd et graveleux avec un autre qui plaque de force une femme au mur et commence à la peloter. 
      Ce sont ces procédés et cette mentalité de diabolisation permanente et systématique qui conduisent l’auteur du papier à réduire les hommes « au sexe qui tue » qui nous dérangent surtout, et qui desservent la cause que défendent ces femmes, pas la dénonciation de ces actes en elle-même.

    • Fergus Fergus 16 mai 2016 16:31

      Bonjour, Aristide

      100 % d’accord. Je plusse !


  • placide21 16 mai 2016 13:21

    Et pour la « promotion canapé » doit-on la dénoncer pour le préjudice fait aux personnes compétentes ? Et comment savoir si« la libération de la parole féminine » n’est pas une libération de rancoeur suite à une opération avortée.


  • juluch juluch 16 mai 2016 14:43

    Quoi ????


    On ne peut plus niquer au taff ??

    C’est le monde à l’envers !!!  smiley

  • Clocel Clocel 16 mai 2016 14:47

    La censure à ce niveau, c’est mesquin, et, crasseux...
    Sommes-nous chez les ovaires en berne chères à Françoise Xénakis ???


  • Jeekes Jeekes 16 mai 2016 15:05

    Ah ben si c’est 16 anciennes ministres qui le disent... 

    Dès que j’ai lu ça, j’en ai pissé dans mon froc. 

    OK, y’a des gros porcs qui se croient tout permis. On est d’accord.
    Et à ceux-là faudrait leur couper les couilles pour leur apprendre à vivre !

    Après ça, oui, après ça... 

    Naaaan, y’a pas de pétasses qui tortillent du cul pour obtenir un passe-droit.

    Nan, y’a pas de pouffes qui grattent des places dans une queue, « paske elles sont pressées et que les mecs, ça peut attendre ». 

    Nan, y’a pas (surtout) de politicardes ou de journalopes, « d’actrices » prêtent à tout pour « réussir ». 

    Et nan, dans les entreprises, pas une seule femme ne s’allongera pour avoir un poste, une promotion.

    Bien sur... 

    La « femme » est un être sensible, immaculée-blanche-colombe. 
    Y’en a pas une qui soit pire que son frère.

    A part bien sur Mme Tatcher ! 
     


  • cevennevive cevennevive 16 mai 2016 15:20

    Chère auteure,


    Vous en rajoutez à l’affligeant, au médiocre et au sensationnalisme. C’est dommage, car vos propos nous mettent dans une position où nous ne pourrons jamais « égaliser » les situations.

    Voyez les commentaires. Plus nos consoeurs se « débattent » devant les injustices prétendues ou véritables, plus nos situations se compliquent, et nous passons pour de fieffées garces.

    Il y a pourtant un monde où hommes et femmes travaillent en amitié, en intelligence et en respect de soi. Et il est plus vaste que vous ne le pensez.

    Une autre remarque : dans le monde de l’entreprise, n’y a-t-il que le sexisme susceptible de créer un mal-être ?

    Dommage vous dis-je. Ces guerres intestines et larvées ne peuvent qu’apporter désagrément aux être humains, hommes ou femmes.

    Bien à vous.


    • Aristide Aristide 16 mai 2016 19:34

      @cevennevive


      Assez surprenant de voir ici la dénonciation du messager en place de la mise en cause du sujet des agressions. Enfin, comme quoi, il y a encore beaucoup de temps et de travail avant que l’égalité et les respect des personnes sans distinction de sexe, d’origine, de religion soit rentré dans les moeurs.

      Encore de longues décennies, où l’on pourra jouer du calembour graveleux envers une jeune stagiare de 18 ans, allusion à la beauté incendiaire d’une autre, et puis « elle l’a bien cherché », ...

      Il n’ y a pas loin à expliquer ces déviances inadmissibles par la gauloiserie de la mère Boutin, Pire, il s’agit de « taire » ces « petits incidents » pour permettre aux femmes d’être les égales des hommes, en fait se soumettre pour avoir accès à l’égalité. Paradoxal raisonnement.

  • Rincevent Rincevent 16 mai 2016 15:24

    Réaction de ma compagne sur ce sujet : « c’est fatiguant cette mode de la victimisation systématique. Y’en a marre de nous présenter toujours comme des petites choses fragiles, incapables de se défendre. Une bonne paire de claques, voire un bon coup de genou et c’est réglé, non mais ! » Voilà, une forme de féminisme actif…


  • franc 16 mai 2016 15:43

    Bah toutes ces connasses qui font de la politique comme Anne Lauvergeon qui fait de l’entreprise avec des histoires de bonnes femmes à la con ,après ça on se demande pourquoi la politique et l’entreprise françaises coulent 

    -

    L’affaire Paubin qui est moussée et montée en épingle comme les affaires de harcèlement ou d’agression sexuelle en général tous les jours par les merdias pour faire diversion des vrais et graves problèmes en France et dans le monde est le signe de la dégénérescence médiatique et politique

    -

    Ah oui Mr Beaupin qui a essayé d’embrasser une femme (vrai ou faux ? ), c’est très mal et c’est très grave tandis que Mr Fabius qui a dit que le groupe terroriste affilié à Al quaeda Al Nora a fait du bon boulot c’est très bien et ça mérite une grande récompense , nommé au Conseil Constitutionnel et son fils d’un appartement de milliardaire 

    -

    c’est cela l’ordre moral bourgeois


    • Aristide Aristide 16 mai 2016 19:26

      @franc


      Ouahh, un sommet dans la bêtise mais bon, justifier la tentative de viol ou l’agression sexuelle par les propos tenus par un ministre sur un sujet qui n’a rien à voir. Bravo. Vous avez gagné le prix de la raison la plus idiote du jour.

    • franc 16 mai 2016 19:35

      @Aristide

       bah ,ce n’est pas parce que vous le dites que c’est vrai c’est un peut -être vous qui est dans la bêtise ,la paille et la poutre.


    • Aristide Aristide 16 mai 2016 19:46

      @franc


      Vous en avez d’autres des dictons qui remplacent la réflexion. 

      Mais là, « c’est celui qui dit qui l’est », c’est assez étonnant... mais non assez compréhensible, bien au niveau de votre ... pensée. Le niveau zéro.


    • franc 16 mai 2016 20:16

      @Aristide

      je peux aussi ajouter le niveau zéro de votre réflexion et de votre comportement ;

      -

       nous ne sommes pas d’accord ,voilà c’est tout .


  • César Castique César Castique 16 mai 2016 20:14

    « ...elle est adressée à l’ensemble des responsables de partis politiques.... »


    MENTEUSE !!!!

    ...et je pèse mon mot.

  • Iren-Nao 17 mai 2016 11:15

    Il y a une égalité forcée que je trouve particulièrement stupide, c’est celle qui consiste a avoir un nombre égal de femmes et d’hommes dans un gouvernement, ce qui est une discrimination de plus, il me semble que la supposée compétence devrait être le seul critère qui vaille.
    Si on en juge par le résultat la méthode n’est pas fort probante, mais manifestement pour avoir le quota on complète a chaque coup pour avoir un nombre de connasses équivalent au nombre de connards. Le bouche trou idéal c’est la nullasse issue de la diversité. Ça s’appelle de la com.
    Voulez vous des noms. ?
    Manifestement un certain nombre sont la surtout pour ce qu’elles représentent et très accessoirement pour bosser.
     Qu’elles doivent leur poste a quelques promotion canapé, je n’y croit pas une seconde, mais je constate que ces chances pour la France sont généralement assez appétissantes, comme nos présidents sont de toute éternité des saints, c’est surement le fait du hasard.
    Il y a eu des femmes de pouvoir qui faisaient largement le poids, mais Golda Meir était elle soupçonnable d’avoir du passer a la casserole.
    maintenant combien de ces femmes politiques de valeur sont elles des couguars agressives qui vous troussent un garde républicain par ci par la ? Contre son plein gré ?
    Pour résumer il faut rappeler que certes l’homme et la Femme sont superposables, mais par définition différents, l’égalité de force en tout domaine est une fumisterie de plus de ce siècle lamentable.
    Iren-Nao


  • sleeping-zombie 17 mai 2016 11:28

    Hello,

    très peu de plaintes donnent suite à des poursuites et condamnations judiciaires. Car dénoncer de tels faits conduisent évidemment les victimes à perdre leur emploi.

    Là, il faut qu’on m’explique, parce que je ne vois pas le rapport de cause à effet...


  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 17 mai 2016 19:15

    @ Sarah

    Les commentaires ici postés ne sont que la chronique du machisme ordinaire, mais je vous remercie d’être allée vous confronter dans cette arène.

    Nous nous devons de faire échouer toutes les tentatives de régression en prenant la parole et en occupant l’espace médiatique.

    Nous nous devons aussi de poursuivre les combats concernant l’égalité dans la famille, la lutte contre les violences envers les femmes, l’égalité professionnelle, la représentation paritaire dans les instances politiques et professionnelles .

    Nous nous devons encore de sortir de la reproduction des modèles traditionnels hiérarchisés ou de l’imitation par les femmes des modèles masculins dominants en cultivant nos différences.



    • philouie 17 mai 2016 19:26

      @Eliane Jacquot
      Et pour la maternité, rien au programme ?


    • Sarah 17 mai 2016 20:10

      @Eliane Jacquot
       

      Merci de votre message. et bravo pour votre excellent article.

       

      Votre note négative (sans mon vote positif vous seriez encore en-dessous) sont le reflet de ce blog, envahis par les machos, avec lesquels j’ai déjà eu quelques démêlées ici smiley sur un autre sujet.


  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 17 mai 2016 19:16

    @ l’ensemble de mes contradicteurs

    « Nommer, c’est dévoiler . Et dévoiler , c’est déjà agir. »

    Simone de Beauvoir à propos de l’entrée du mot sexisme dans le dictionnaire Petit Robert ( 1978)


    • Pierre 17 mai 2016 22:14

      @Eliane Jacquot
      Eh oui, on au eu l’enfant roi avec tous ses dégâts, et maintenant la femme reine.


  • alinea alinea 17 mai 2016 22:33

    On se libère... en dénonçant ? Non, seulement être libre soi-même, mais pour ça, il faut être adulte , ne plus compter sur la Justice, la Police, les Médias !!
    Car la grande difficulté de cette dénonciation, c’est qu’elle ne regarde qu’un des deux pôles or une relation se fait toujours à deux. Quand la femme est libre ( et non pas libérée qui veut dire tout le contraire) personne ne lui fout pas la main aux fesses !
    Lisez donc « femmes qui courent avec les loups » de Clarissa Pinkola Estes, vous ne le regretterez pas !


  • Iren-Nao 18 mai 2016 06:43

    J’ajouterais, sans me gêner, que ’l’incessant gonflage et gémissement des féministes de tout poil me fait beaucoup penser au matraquage permanent au sujet de l’homophobie et du non moins incessant matraquage des médias pour nous forcer au métissage obligatoire, sans parler d’insanités comme les mariages de même sexe, ce qui n’a ni-queue ni tête mais commence a gonfler vraiment sérieusement avec pour principale conséquence dont il devrait prudemment être tenu compte,. a la longue les susdits mouvement ne finissent que par attirer le rejet, même par des bien moins Réac que moi.
    Homosexualité me dérange peu, mais j’en ai ma claque d’entendre massivement traitée une infirmité (car lorsqu’on est physiquement incapable de remplir une fonction naturelle, ça s’appelle une infirmité) de normale comme un Président. Je suis moi même père de Métis, mais il me parait intolérable d’en faire la promotion obligatoire, et franchement si je fus fort féministe en 68, j’ai surtout constate que les femmes se sont bien faite baisées en cette circonstance et ont de fait renforce les bataillons de travailleurs précaires qui n’ont plus de temps a consacrer a leur famille, afin de justifier l’ascension des bourgeoises qui ont des vrais boulots gratifiants. Ce sont d’ailleurs celles la qui font du bruit.
    Iren-Nao


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 22 mai 2016 18:49

    Blablablabla...... !

    Ce « blabla » induit sournoisement que le monde féminin est homogène ! 
     Et un mensonge de plus à mettre au palmarès du féminisme déviant.

    Il y a des femmes qui savent se faire respecter sans pleurer, ni se plaindre comme des nunuches.
    Il y a des femmes qui se bagarrent ( physiquement) avec d’autres femmes en donnant des claques, des coups de poing ....(vécu sur le lieu de travail...)
    Il y a des femmes qui couchent avec leur chef voir plus.....etc...

    Ainsi la vie est faite, les humains sont des animaux, des reptiliens méchants ( c’est le comportement le plus naturel ). Hommes et femmes adorent le stress de la haine, ils se battent, ils se détruisent parce qu’ils aiment ça..............  
         


Réagir